Éric-Emmanuel Schmitt

écrivain franco-belge
(Redirigé depuis Eric-Emmanuel Schmitt)

Éric-Emmanuel Schmitt, né le à Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône), est un dramaturge, nouvelliste, romancier, réalisateur et comédien franco-belge.

BiographieModifier

JeunesseModifier

Les parents d'Éric-Emmanuel Schmitt étaient professeurs d’éducation physique et sportive puis son père est devenu masseur-kinésithérapeute dans des cliniques pédiatriques ; de plus, son père fut champion universitaire de France en boxe et sa mère championne de course à pied[1].

FormationModifier

Élève au lycée de Saint-Just, où il est lauréat du concours général, Schmitt entre en hypokhâgne et khâgne au lycée du Parc, il réussit le concours d'entrée de l'École normale supérieure. Il y étudie de 1980 à 1985 et devient agrégé de philosophie en 1983[réf. nécessaire]. Sa thèse de doctorat, soutenue en 1987, à la Sorbonne Paris IV est intitulée Diderot et la métaphysique[2]. Elle fut publiée en 1997 sous le titre Diderot ou la Philosophie de la séduction.

CarrièreModifier

Schmitt enseigne un an au lycée militaire de Saint-Cyr pendant son service militaire, puis deux ans à l’Université de Besançon en tant qu’assistant-normalien, puis un an dans un lycée de Cherbourg. Il est ensuite élu maître de conférences à l'université de Chambéry où il enseigne durant quatre ans[réf. nécessaire].

 
Eric-Emmanuel Schmitt à la foire du Livre de Bruxelles en 2012.

Installé à Bruxelles depuis 2002, il a obtenu la naturalisation belge en 2008[3].

En 2016, il devient membre du jury de l'Académie Goncourt[4] et publie un roman d’enquête sur la violence et le sacré, L'Homme qui voyait à travers les visages.

Autres activitésModifier

Le 1er décembre 1992, il crée l'Association TRUC (Théâtre et Recherches à l'Université de Chambéry), alors qu'il était maître de Conférence à l'université de Savoie. Cette association, toujours en activité, regroupe diverses activités théâtrales et promeut l'accès au théâtre pour tous[5].

RécompensesModifier

ŒuvresModifier

RomansModifier

Recueils de nouvellesModifier

Cycle de l'invisibleModifier

Le Cycle de l'invisible regroupe plusieurs romans et récits :

Récits autobiographiquesModifier

« Le bruit qui pense »Modifier

EssaisModifier

ThéâtreModifier

Courtes pièces en un acte :

Pièces en plusieurs actes :

(adaptation au théâtre de sa nouvelle du même nom)
(adaptation au théâtre de son roman L'Évangile selon Pilate)
(suite pour le théâtre de son œuvre Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent)
  • Le Journal d'Anne Frank (2012)
(adaptation du Journal d'Anne Frank)

Adaptations :

(adaptation au théâtre du roman de Paul Féval)
(adaptation du roman d'Alexandre Dumas Les Trois Mousquetaires)
(adaptation de la pièce de Stefan Zweig)
(adaptation de la pièce de Jean Bernard-Luc)
(adaptation de la pièce de Stefan Zweig)
(adaptation de la pièce de Leonard Gershe)
  • Le Chien (2016)
    • avec Mathieu Barbier et Patrice Dehent
  • Confidences (2017)
(adaptation de la pièce de Joe Dipietro (en))

Spectacles musicauxModifier

OpérasModifier

Traductions de deux opéras de Mozart :

AudiovisuelModifier

Films :

Téléfilms :

Théâtre filmé :

Livres lus et interprétés par l'auteur :

Livres lus et interprétés par des comédiens divers :

BDModifier

ActeurModifier

RéférencesModifier

  1. « Aix : Éric-Emmanuel Schmitt et sa vérité intime sur le deuil d'un amour », sur La Provence, (consulté le 2 septembre 2020).
  2. Notice détaillée de Diderot et la métaphysique, sur SUDOC (consulté le 23 juillet 2017).
  3. Loi du 28 juillet 2008 parue au Moniteur belge du 9 septembre 2008.
  4. « Eric-Emmanuel Schmitt et Virginie Despentes rejoignent le jury du Goncourt », sur Europe 1, (consulté le 14 juin 2019).
  5. « Théâtre et Recherches à l'Université de Chambéry », sur Théâtre et Recherches à l'Université de Chambéry (consulté le 21 juillet 2021).
  6. https://www.theatreonline.com/Artiste/Eric-Emmanuel-Schmitt/9756.
  7. https://www.academiegoncourt.com/eric-emmanuel-schmitt.
  8. « Le Groupe Paris-Lyon décerne ses prix », sur Le Progrès, .
  9. « Prix Jules Renard 2020 », sur Académie Alphonse Allais, .
  10. Eric-Emmanuel Schmitt, La Traversée des temps, t. 1 : Paradis perdus, Paris, Albin Michel, , 563 p. (ISBN 978-2-226-45022-7 et 2-226-45022-X, OCLC 1237737098).
  11. Astrid de Larminat, « Eric-Emmanuel Schmitt : une drôle de nuit dans le désert » [archive], sur www.lefigaro.fr, (consulté le 23 avril 2019).
  12. Présentation « Le destin de Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran », introduction à l'édition scolaire « Classiques & contemporains », éd. Magnard, 2004.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie critiqueModifier

  • Michel Meyer, Éric-Emmanuel Schmitt ou les identités bouleversées, Paris, Albin Michel, 2004.
  • Yvonne Y. Hsieh, Éric-Emmanuel Schmitt ou la philosophie de l'ouverture, Birmingham, Summa Publications, 2006.
  • Sophie Lamaison, Étude sur Éric-Emmanuel Schmitt, La nuit de Valognes, Paris, Ellipses, 2006.
  • Nikola Bjelić, L'histoire et la condition humaine dans l'œuvre dramatique d'Éric-Emmanuel Schmitt, thèse de doctorat (en serbe), Faculté de Philologie de l'Université de Belgrade, Belgrade, 2015.
  • ARDUA (Association Régionale des Diplômés des Universités d'Aquitaine), Éric-Emmanuel Schmitt : La chair et l'invisible, Dax, Éditions Passiflore, 2016.

Liens externesModifier