Ouvrir le menu principal
Eriaxis rigida
Description de cette image, également commentée ci-après
Fleurs d'Eriaxis rigida au parc provincial de la Rivière Bleue, en Province Sud, Nouvelle-Calédonie
Classification selon Catalogue of Life
Règne Plantae
Embranchement Tracheophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Asparagales
Famille Orchidaceae
Sous-famille Vanilloideae
Genre Eriaxis

Nom binominal

Eriaxis rigida
Rchb.f., 1877

Eriaxis rigida est une espèce d'Orchidées endémique de la Nouvelle-Calédonie. Elle se présente comme une plante terrestre très raide (d'où son nom) à tige creuse[1]. C'est la seule espèce du genre Eriaxis.

Sommaire

Description morphologiqueModifier

TigesModifier

Les tiges sont nombreuses et dressées[2].

FeuillesModifier

Les feuilles sont très coriaces, sessiles et ovales[1]. On les trouve en abondance sur les tiges[2]. Elles seraient utilisées en pharmacopée kanak pour traiter les coliques et les maux de tête[3].

FleursModifier

Les boutons de fleur sont blanc ocracé à apex brun. Les fleurs sont blanches, roses ou tirant sur le violet avec les flancs du labelle pourprés[1].

DistributionModifier

Cette plante de lumière pousse sur maquis dégradé et en forêt basse sur sol rocheux serpentineux. On la trouve sur l'ensemble de la Grande Terre.

À l'heure actuelle, cette espèce ne semble pas globalement menacée. En revanche, certaines sous-populations peuvent être impactées par l'activité minière : à Tiebaghi (SLN), à Kopeto (SLN), à Goro (VALE) et à Koniambo (KNS)[1].

HistoireModifier

 
Heinrich Gustav Reichenbach, à qui l'on doit la description d'Eriaxis rigida.

L'espèce a été décrite en 1877 par Heinrich Gustav Reichenbach à partir de spécimens prélevés sur l'île des Pins et envoyés de Nouvelle-Calédonie par Eugène Vieillard, Émile Deplanche, Jean Armand Isidore Pancher et Milne[4].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Eriaxis rigida », sur http://endemia.nc (consulté le 22 janvier 2019)
  2. a et b Société Nationale d'acclimatation de France, Revue d'histoire naturelle appliquée, (lire en ligne).
  3. Jean Rageau, Les Plantes Médicinales de la Nouvelle-Calédonie, Paris, Office de la recherche scientifique et technique outre-mer, , 139 p. (lire en ligne).
  4. Linnaea : Ein Journal für die Botanik in ihrem ganzen Umfange, Berlin, (lire en ligne), p. 63

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :