Ouvrir le menu principal

Epinephelus marginatus

espèce de poissons
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mérou rouge et Mérou noir.

Mérou brun, mérou de Méditerranée, Mérou rouge

Epinephelus marginatus
Description de cette image, également commentée ci-après
Epinephelus marginatus
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Super-classe Osteichthyes
Classe Actinopterygii
Sous-classe Neopterygii
Infra-classe Teleostei
Super-ordre Acanthopterygii
Ordre Perciformes
Sous-ordre Percoidei
Famille Serranidae
Sous-famille Epinephelinae
Tribu Epinephelini
Genre Epinephelus

Nom binominal

Epinephelus marginatus
(Lowe, 1834)[1]

Synonymes

  • Epinephelus guaza (Jordan & Evermann, 1896)
  • Epinephelus guaza (Jordan & Evermann, 1896)
  • Epinephelus marginatus (Lowe, 1834) (préféré par UICN)
  • Serranus marginatus Lowe, 1834

Statut de conservation UICN

( EN )
EN A2d : En danger

Le Mérou brun (Epinephelus marginatus), aussi appelé mérou de Méditerranée, mérou noir, mérou rouge ou mérou sombre est une espèce de poissons. Il fait partie des huit espèces de mérous recensées dans la Méditerranée de la famille des Serranidae mais on le trouve aussi au Brésil.

Sommaire

DescriptionModifier

Son corps est ovale et massif, couvert de petites écailles. La tête est épaisse et porte des yeux proéminents, entourés de taches claires. Ce poisson porte une nageoire dorsale unique, et a une queue arrondie à bordure blanche. Les nageoires pectorales et anales s'assombrissent distalement[2]. Cette espèce peut atteindre 150 cm[3] pour 100 kg. Son espérance de vie moyenne est de 50 ans.

Habitat et répartitionModifier

Ce poisson vit entre 20 et 200 mètres de profondeur, près du fond, dans les zones rocheuses accidentées. On le trouve dans toute la Méditerranée mais aussi en Atlantique est (de la Bretagne à l'Afrique du sud), et jusqu'au Brésil. Il est également présent dans l'Océan indien occidental[2].

Écologie et comportementModifier

Mode de vieModifier

Il est généralement solitaire cependant on peut rencontrer quelques individus (deux ou trois) partageant une même grotte ou un périmètre relativement réduit mais qui seront toujours de taille différente, au moment du frai il migre vers des eaux profondes.

AlimentationModifier

Cette espèce consomme notamment des céphalopodes comme seiches, poulpes, calmars.

ReproductionModifier

Le mérou n'a pas de sexe déterminé avant l'âge de 4 ans. Ce poisson possède une glande hermaphrodite capable de produire des gamètes femelles, puis mâles. Comme la girelle, le mérou peut donc changer de sexe, une fois au cours de sa vie lorsqu'il n'y a plus de mâle dominant : entre 5 et 12 ans, le mérou est femelle, puis, jusqu'à la fin de sa vie (environ 50 ans), il devient mâle. On dit que le mérou est hermaphrodite protogyne.

Étymologie et dénominationModifier

Le nom mérou vient de l'espagnol mero. Au Québec, son nom vernaculaire est badèche à gueule jaune[réf. nécessaire].

TaxinomieModifier

Son nom scientifique est Epinephelus marginatus (pour le mérou brun). Classe Ostéichthyens, ordre Perciformes, famille Serranidés. Il a été longtemps été appelé Epinephelus guaza jusqu'à la fin des années 1980, mais cette dénomination impropre n'est plus en usage [4].

Le Mérou de Méditerranée et l'HommeModifier

Exploitation commercialeModifier

Le mérou brun a bien failli disparaître des côtes du Nord de la Méditerranée, victime de sa placidité et de la facilité qu'ont eu les hommes à le pêcher.

Néanmoins, en France notamment, à la suite d'un moratoire sur sa pêche (sous-marine et à l'hameçon), le mérou brun est de plus en plus fréquent sur les côtes.

Le mérou brun, est probablement le poisson le plus recherché et le plus médiatique de Méditerranée. Il peut vivre jusqu'à 200 mètres de profondeur. Les sites où ce poisson imposant et peu farouche a élu domicile sont particulièrement appréciés des plongeurs et des photographes (voir Jojo le Mérou dans Le Monde du silence de Jacques-Yves Cousteau). Il était autrefois très commun, mais la surpêche a fait des ravages sur l'espèce, c'est pourquoi sa pêche est réglementée.[évasif]

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Références taxinomiquesModifier

Liens externesModifier