Ouvrir le menu principal

L'environnement dans l'Union européenne est l'environnement (ensemble des éléments - biotiques ou abiotiques - qui entourent un individu ou une espèce et dont certains contribuent directement à subvenir à ses besoins) des pays de l'Union européenne.

Sommaire

La biodiversité au sein de l'Union européenneModifier

MilieuxModifier

L'UE présente des milieux très variés, avec un important linéaire côtier et de nombreuses îles, des zones de moyennes et hautes montagne, des grandes zones cultivées, de grands massifs boisés et d'importantes zones humides avec un nombre important de fleuves, rivières, lacs. Assèchement de mares, drainage, endiguement... La main de l'homme a redessiné de nombreux paysages, entrainant une perte de biodiversité.

Faune et FloreModifier

La faune et la flore sont très variées, avec des espèces endémiques dans certaines îles (par exemple dans les îles Canaries en Espagne).

Une part des oiseaux sont migrateurs. En 2019, on compte 20 % d'oiseaux en moins en Europe qu'il y a 20 ans[1].

Le héron, le loup, l'ours, le lynx, la loutre ou le castor recolonisent certains territoires, ce qui permet en outre une régulation d'autres populations d'animaux et notamment d'animaux malades.

Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature, plus d'un quart des 5 000 espèces européennes d'insectes sont menacées de disparition. Des espèces disparaissent, d'autres, venant d'Afrique, font leur apparition (par exemple des libellules)[2].

Impacts sur les milieux naturelsModifier

Activités humainesModifier

Article détaillé : Économie de l'Union européenne.

L'occupation humaine est très ancienne en Europe, et a très largement façonné les paysages : déforestation, marais asséchés, rivières canalisées, développement des cultures, réseau dense de villes et présence forte d'un habitat dispersé...

IndustriesModifier

Les industries ont été très développées aux XIXème et XXème siècles. Elles sont encore très présentes sur certains territoires.

Agriculture, pêche et chasseModifier

L’Union européenne est le premier importateur et le premier exportateur de produits agricoles (notamment ceux issus des industries agro-alimentaires). L’agriculture utilise en général des méthodes intensives de production, excédentaire dans certains domaines, et l’Europe est largement autosuffisante pour l’agriculture vivrière ; toutefois, l’Union importe de nombreux produits exotiques, et commence à utiliser une partie de sa production agricole pour la production d’énergie.

Fin 2016, 291 326 exploitations agricoles cultivaient plus de 12,0 millions d'hectares en bio dans l'Union européenne.

La pêche et la chasse sont très largement pratiquées.


Activités tertiairesModifier

Article détaillé : Tourisme dans l'Union européenne.

Depuis toujours, l’Union européenne et plus généralement l'Europe sont la région la plus visitée au monde avec 588 millions de visiteurs sur 1,138 milliard de touristes en 2014 (1,03 milliard en 2012) soit 51,7 % (OMT, 2014). La barre de 1 milliard de touristes a été franchie pour la première fois en 2012 ; on en comptait 25 millions en 1950! Les principaux pays européens visités sont la France, l’Espagne et l'Italie.

TransportsModifier

 
Cyclistes à Copenhague
 
Route transeuropéenne E20 (ici au Danemark), très circulante et facteur de fragmentation écopaysagère
Article détaillé : Transport dans l'Union européenne.

L'Union européenne dispose de l'un des réseaux de transport les plus denses de la planète[3]. Pour les réseaux ferroviaire et autoroutier, elle compte sensiblement plus d'infrastructures pour 1 000 km2 que les États-Unis[4] et à peine moins que le Japon [5]. Cette densité découle de la densité démographique et industrielle relative aux XIXe et XXe siècles, et de la demande et de l'offre croissantes de transport[3].

En terme quantitatif (poids transporté), les principaux modes de transport sont

Les transports en commun sont développés dans les grandes (métro, tramway) et moyennes villes (bus). Les aménagements cyclables se développent à partir des années 1970 aux Pays-Bas puis partout dans le monde, et les Vélos en libre-service à partir des années 1990.

Pression sur les ressourcesModifier

Pression sur les ressources non renouvelablesModifier

 
Mine de lignite de Bełchatów, Pologne ; photo : juin 2007.

L’UE est le siège de trois des cinq majors du pétrole : BP (Royaume-Uni), Shell (Royaume-Uni et Pays-Bas) et Total SA (France). Il y a un champ de pétrole en mer du Nord.

L’UE dispose du plus grand parc de centrales nucléaires opérationnelles au monde avec 28,8 % des 442 réacteurs nucléaires, et importe de l'uranium. Le plus grand parc européen est le parc français (58 réacteurs nucléaires).

Les pays européens ont historiquement exploité les bassins miniers (Royaume-Uni, France, Allemagne...) pour extraire et consommer du charbon. Des centrales à charbon sont encore ouvertes dans les années 2010. En 2019, la Chine finance des projets de centrale à charbon en Europe[6].

Pression sur les sols et l'eauModifier

PollutionsModifier

Les émissions de gaz à effet de serre (GES)Modifier

L'Europe est un acteur historique d'émissions de gaz à effet de serre, avec une consommation massive de charbon et de pétrole notamment depuis l'industrialisation, et une activité d'élevage développée.

La pollution de l'airModifier

 
Smog à Łódź, Pologne.

La pollution de l'air a atteint des niveaux importants au cours des XIXème et XXème siècle, avec l'industrialisation, la généralisation des automobiles, l'augmentation des flux de camions... En Europe de l'Est, la situation s'est améliorée depuis 1989 en raison du déclin de l'industrie lourde et l'augmentation des préoccupations environnementales par les gouvernements post-communiste.

La pollution de l'eauModifier

Pollutions maritimesModifier

En 2019, entre 75 % et 91 % de la superficie des mers européennes sont toujours contaminées par des polluants chimiques. Si la contamination est en baisse dans les quatre mers de l’Union européenne, elle reste élevée. Elle touche 75 % de la superficie de l’Atlantique du Nord-Est, 87 % de la Méditerranée, 91 % de la mer Noire, et même 96 % de la mer Baltique.

Les concentrations de polluants, notamment de métaux lourds, déclinent (mer du Nord et Atlantique du Nord-Est surtout), mais elles restent trop élevées dans de nombreuses zones côtières pour le cadmium et le mercure. Les concentrations de DDT ne régressent toujours pas en Méditerranée[7].

La gestion des déchetsModifier

Impacts de l'urbanisationModifier

L'artificialisation des sols est importante à l'échelle européenne. Elle conduit à une consommation de terres agricoles, à une disparition et un morcellement des milieux, avec un impact sur les continuités écologiques, à un mitage de l'espace (paysages parfois dégradés). La pollution lumineuse est problématique.

L'exposition aux risquesModifier

Catastrophes naturellesModifier

 
Inondations à Dresde en 2002

L'Union européenne est exposée à de multiples aléas naturels : inondations, tempêtes, incendies, glissements de terrain, séismes...

Politique environnementale dans l'Union européenneModifier

Politique environnementale de l'Union européenneModifier

Politique de lutte contre le réchauffement climatiqueModifier

L'Union Européenne est engagée au sein du Protocole de Kyoto et a accueilli la COP 21 à Paris.

En octobre 2018, les députés européens ont adopté une résolution demandant à la Commission européenne et aux États membres de relever les engagements de réduction des gaz à effet de serre européens de - 40 % à - 55 % d’ici à 2030 et de doter l’UE d’une stratégie lui permettant d’atteindre la neutralité en gaz à effet de serre d’ici à 2050.

Politique agricole communeModifier

La Politique agricole commune est une politique agricole mise en place à l'échelle de l'Union européenne.

Politique de lutte contre les pollutionsModifier

L'Europe a fixé un objectif de bon état écologique des cours d'eau et milieux marins d'ici 2020. Cet objectif ne sera pas tenu[7].

Politiques nationales et localesModifier

Bien qu'il existe des négociations sur certains aspects de la politique décidée par l'Union européenne (agriculture, quotas de pêches...), les pays déclinent en général cette politique au niveau national. Le niveau d'ambition varie en fonction des pays et dans le temps au sein d'un même pays, selon le contexte économique et politique.

Villes durablesModifier

Les villes durables et villes en transition participent à l'effort collectif en faveur de la protection de l'environnement. La Charte d'Aalborg a été adoptée par les participants à la conférence européenne sur les villes durables qui s'est tenue dans la ville danoise d'Aalborg le 27 mai 1994.

Les écoquartiers se développent à partir des années 2000.

Les territoires tendent à augmenter la part de renouvellement urbain dans leur développement, par résorption des friches notamment. La protection du patrimoine contribue largement à la réhabilitation de l'existant plutôt qu'à des déconstructions - reconstructions.

Évaluation environnementale globaleModifier

L'empreinte écologique globale est importante.

Le jour du dépassement (date de l’année, calculée par l'ONG américaine Global Footprint Network, à partir de laquelle l’humanité est supposée avoir consommé l’ensemble des ressources que la planète est capable de régénérer en un an) de l'Union européenne[Note 1] est le 10 mai[8].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le jour du dépassement calculé par zone est le jour où le dépassement mondial se produirait si toute la population mondiale consommait comme la population de la zone en question.

RéférencesModifier

  1. « Demain, un monde sans oiseaux ? », sur arte.tv, (consulté le 11 mai 2019).
  2. Frédéric Michel, « Nuit de la biodiversité : "La situation des libellules révèle un déclin plus large" », sur Europe 1, (consulté le 28 avril 2019).
  3. a et b Eurostat, d'après européens Transports européens ; Bulletin : Statistiques en Bref ; Réseaux régionaux de transport ferroviaire et routier; Fin de rédaction: 13.03.2008 Données extraites le: 15.11.2007 ; ISSN 1977-0332 (Copie autorisée en citant la source
  4. North American Transportation Statistics Database
  5. Source OCDE (OECD) citée par Eurostat2005
  6. Nabil Wakim, « La Chine finance et construit des centrales à charbon en Europe », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2019).
  7. a et b Stéphanie Senet, « L’Europe ne parvient pas à réduire la pollution chimique du milieu marin », Journal de l'environnement,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mai 2019).
  8. Frédéric Mouchon, « Jour du dépassement : quelles solutions pour la planète ? », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2019).