Entomoculture

L'entomoculture (du grec ancien : ἔντομα / éntoma, « insectes ») est l'élevage d'insectes.

Cette pratique vise à produire ou à commercialiser des insectes à diverses fins : utilitaire, études scientifiques, nourriture directe ou indirecte, ou pour une activité commerciale. Elle peut également être un passe-temps.

Élevage à visée économiqueModifier

Il existe divers élevages d'insectes à visée économique, répondant à des finalités variées.

Élevage d'insectes « domestiques »Modifier

L'apiculture est l'élevage des abeilles, dans le but de récolter du miel et d'autres produits, tels que la cire, la propolis, la gelée royale, le pollen… et le venin. Des ruches itinérantes sont aussi louées pour la pollinisation de champs ou d'arbres fruitiers.

La sériciculture est l'élevage de vers à soie, chenilles du bombyx du mûrier, pour récolter la soie.

Élevage d'insectes pour la protection des culturesModifier

En protection des cultures, on utilise diverses espèces d'insectes dans le cadre de la lutte biologique, ou de la lutte intégrée.

Prédateurs et parasitoïdesModifier

Contre les ravageurs des cultures, on fait l'élevage d'insectes prédateurs ou parasitoïdes, tels que :

Élevage de mâles stérilesModifier

L'élevage de mâles stériles est une technique de lutte contre les insectes ravageurs et les insectes vecteurs de maladies. Les progrès de la biologie moléculaire permettent maintenant la technique d'élevage de mâles génétiquement modifiés.

Élevage d'insectes comestiblesModifier

Alimentation humaineModifier

Dans certains pays, la consommation des insectes est courante. C'est le cas dans certains pays d'Afrique, d'Asie, ou d'Amérique latine, où sont consommés des criquets, scarabées, larves…

Des éleveurs se sont spécialisés dans la production de ces denrées, à destination de nombreux pays, y compris en Occident, dont la population est culturellement peu habituée à ce type de nourriture, mais où existent quelques restaurants spécialisés.

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture maintient une liste des élevages d'insectes comestibles dans le monde[1]. Cette institution soutient notamment la consommation de protéines à base d’insectes pour les hommes et les animaux, voyant dans l’entomoculture l’une des clés pour l’alimentation du futur[2].

Parmi les principaux acteurs à l'échelle du monde figurent Six Foods[3] et Tini Farms[4] aux États-Unis, Edible Bug Farm[5] et Micronutris en Europe et Nutrinsecta[6] et Entologics[7] en Amérique du Sud[source secondaire nécessaire].

Alimentation animaleModifier

Les insectes sont également commercialisés comme nourriture pour divers animaux insectivores, comme de nombreux reptiles, certains insectes prédateurs, comme la mante religieuse, ou encore des mammifères insectivores. On peut trouver ces insectes, en vente dans des animaleries spécialisées : grillons, blattes, vers de farine, etc.

Les asticots sont élevés dans un but commercial comme nourriture pour les animaux de compagnie insectivores, tels que les reptiles ou les oiseaux.

L'élevage commercial de diptères (ex : Hermetia illucens notamment), existe ou a été envisagé pour plusieurs usages (élevages porcins ou de volaille, pisciculture, alimentation d'animaux insectivores de zoos, de terrariums, d'aquariums, etc.), mais est encore peu développé.

Appâts de pêcheModifier

Les pêcheurs à la ligne utilisent des larves de chironomes (dits vers de vase) et des vers de farine, ténébrions, comme appâts.

Les asticots sont élevés dans le but de fournir des appâts pour les pêcheurs. Du fait de la demande croissante en asticots, un distributeur automatique d'asticots a été installée dans la ville anglaise de Northampton.

Élevage pour la recherche scientifiqueModifier

Les firmes produisant des insecticides effectuent des tests sur des insectes élevés dans des installations de confinement, spécialement conçues. Certains insectes sont également élevés pour tester l'influence de certaines modifications (alimentation, environnement, génétique) sur des lignées complètes.

Élevages d'asticots pour la médecineModifier

L'asticothérapie permet le nettoyage de plaies contaminées par des microbes devenus résistants aux antibiotiques. Elle nécessite de petits élevages spécialisés.

Élevage amateurModifier

L'élevage permet l'observation des différents stades du développement. On peut procéder, selon la difficulté, à l'élevage d'adultes, de larves, ou au cycle complet de l'insecte. Sont ainsi élevés les papillons et les « serres à papillons » ; les hyménoptères et autres insectes sociaux : fourmilières, ruches d'exposition, termitières ; les scarabées, Dynaste Hercule ; les phasmes, mantes religieuses, phyllies.

L'élevage permet aux collectionneurs d'insectes de ne pas prélever d'insectes dans la nature, et permet même, parfois, d'effectuer des relâches, dans le cadre de programmes de protection de la nature.

LégislationModifier

Il y a là un potentiel de production de protéines animales à partir de déchets organiques non pollués et sans émettre beaucoup de gaz à effet de serre (par rapport à d'autres filières).

Selon les cas, usages et pays, ils doivent répondre à différentes législations et normes de qualité, qui peuvent notamment freiner leur usage comme ingrédient pour l'alimentation animale (protéine animale interdite dans certains élevages par exemple).

Recherche et développementModifier

Dans le mondeModifier

Diverses études ont porté sur l'analyse des protéines, des acides aminés et de l'huile contenus dans certains insectes ou leurs larves[8] de certains insectes[9], ou plus largement sur l'intérêt de l'entomoculture pour l'alimentation humaine ou plus souvent animale[10],[11],[12],[13], ou pour leur intérêt pharmaceutique[14], par exemple bactéricide[15] ou encore pour la production d'huile de type biogazole[16] à partir de déchets organiques consommés par des larves du diptère Boettcherisca peregrine (famille Sarcophagidae)[17]. Des travaux ont aussi portés sur des techniques nouvelles d'extraction d'huiles à partir d'insectes (à l'aide de CO2 supercritique par exemple [18],[19]).

L'entomoculture peut s'intégrer dans l'économie circulaire : les asticots de certains diptères peuvent par exemple réduire la masse d'un volume des déchets organique dans lesquels ils sont élevés de 60 % en seulement 10 jours, tout en produisant une nouvelle ressource à plus-value significative[20] (37.5 à 63,1 % de protéines chez les larves de mouches[21])

EuropeModifier

En 2015, deux règlements européens interdisent l'utilisation d'insectes respectivement comme source de protéines ou d'huile pour l'alimentation d'animaux destinés à la consommation humaine, ainsi (pour des raisons de précaution sanitaire) que l'élevage d'insectes sur du fumier ou des déchets de cuisine[22]. L'Europe importe 70 % de ses protéines (de plus en plus sous forme de soja transgénique)[20].

En 2015 le projet EU PROTEINSECT project[21] a montré que les saumons Atlantique et les porcs expérimentalement nourris avec de la farine d'insecte étaient au moins en aussi bonne santé qu'avec de la farine de poisson et de l'huile de poisson, voire plus pour le porc qui présentait alors plus de "bonnes bactéries intestinales". Les auteurs plaident pour une révision du droit européen.

FranceModifier

Le projet YNSITE, démonstrateur industriel de la société Ÿnsect, est soutenu par l'Ademe et le programme Investissements d'avenir. Il « vise à diversifier l’offre de protéines, en proposant de la farine et de l'huile d'insectes à base de Tenebrio molitor, de compositions similaires à celles de poissons, pour les secteurs de la pisciculture et de l’alimentation des animaux de compagnie »[23],[24].

Entomoculture dans la cultureModifier

RéférencesModifier

  1. Food and Agriculture Organization of the United Nations, « Insects for food and feed », sur Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (consulté le ).
  2. « Définition Entomoculture », sur Les Horizons (consulté le ).
  3. Six Foods
  4. Tini Farms
  5. Edible Bug Farm
  6. Nutrinsecta
  7. Entologics
  8. Mariod, A. A. (2011). Insect oils: Nutritional and industrial applications. Int. News Fats, Oils Rel. Mat, 22, 266-268.
  9. Ekpo, K. E., & Onigbinde, A. O. (2007). Characterization of lipids in winged reproductives of the termite Macrotermis bellicosus. Pakistan Journal of Nutrition, 6(3), 247-251.
  10. Haifeng, L. X. J. X. W., & Ming, S. (2003). Insect Oil and its Nourishment Appraisement (J). Chinese Cereals and Oils Association, 6, 002 (résumé).
  11. Pradesh, A. (2011). Chemical Composition of Aspongopus nepalensis Westwood 1837 (Hemiptera; Pentatomidae), a Common Food Insect of Tribal People in. Int. J. Vitam. Nutr. Res, 81(1), 49-56.
  12. YANG, Q., LIU, G. Q., & WEI, M. C. (2008). Research advances in nutrition and development of insect oil [J]. Food Science and Technology, 3, 098 (résumé).
  13. Mbah, C. E., & Elekima, G. O. V. (2007). Nutrient composition of some terrestrial insects in Ahmadu Bello University, Samaru Zaria Nigeria. Science World Journal, 2(2).
  14. Ekpo, K. E., Onigbinde, A. O., & Asia, I. O. (2009). Pharmaceutical potentials of the oils of some popular insects consumed in southern Nigeria. African Journal of Pharmacy and Pharmacology, 3(2), 051-057.
  15. Mustafa, N. E. M., Mariod, A. A., & Matthäus, B. (2008). Antibacterial activity of Aspongopus viduatus (Melon bug) oil. Journal of food safety, 28(4), 577-586.
  16. Manzano-Agugliaro, F., Sanchez-Muros, M. J., Barroso, F. G., Martínez-Sánchez, A., Rojo, S., & Pérez-Bañón, C. (2012). Insects for biodiesel production. Renewable and Sustainable Energy Reviews, 16(6), 3744-3753.
  17. Yang, S., Li, Q., Zeng, Q., Zhang, J., Yu, Z., & Liu, Z. (2012). Conversion of solid organic wastes into oil via Boettcherisca peregrine (Diptera: Sarcophagidae) larvae and optimization of parameters for biodiesel production. PloS one, 7(9), e45940.
  18. LUO, C. X., ZHANG, G. D., & YAN, Z. Q. (2005). Study of Extraction Oil from Silkworm Chrysalis by Supercritical Carbon Dioxide [J]. Journal of Cereals & Oils, 10, 006.
  19. Mariod, A. A., Abdelwahab, S. I., Gedi, M. A., & Solati, Z. (2010). Supercritical carbon dioxide extraction of sorghum bug (Agonoscelis pubescens) oil using response surface methodology. Journal of the American Oil Chemists' Society, 87(8), 849-856.
  20. a et b Insect larvae as an additional source of protein for Europe's animal feed ; 10 mai 2016
  21. a et b http://www.proteinsect.eu/
  22. Protein Alternatives: Insects as Mini-Livestock - #InsectMeal Insects as a sustainable commercial protein feed alternative for livestock, Scoop it, Curated by Ana C. Day
  23. « Visite du démonstrateur industriel Ynsite de la société Ynsect », sur Pour nourrir demain, (consulté le )
  24. Résumé du projet Démonstrateur industriel automatisé d'entoraffinerie de Tenebrio molitor (production et transformations d'insectes) [PDF], le 24 novembre 2015.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Benoît R. Sorel, L'élevage professionnel d'insectes, , (ISBN 9782322016051)