Enterrement de vie de célibataire

Page d’aide sur l’homonymie Cet article concerne la tradition prénuptiale. Pour la série télévisée, voir Enterrement de vie de jeune fille (série).
Célibataire étant conduit à son « enterrement » les yeux bandés.

L’enterrement de vie de célibataire est une tradition prénuptiale occidentale qui consiste à faire profiter le célibataire de plaisirs que son prochain engagement de fidélité et sa vie de couple, rendront difficiles voire impossibles. On parle d'enterrement de vie de garçon pour les hommes et d'enterrement de vie de jeune fille pour les femmes.

Tradition culturelleModifier

OriginesModifier

L'enterrement de vie de célibataire apparait pour les hommes vers le XVIIIe siècle et se résumait très souvent à un passage en maison close dans un état d'ébriété avancé[1]. L'enterrement de vie de jeune fille s'est développé plus tardivement, à partir des années 1970, et a pris de l'ampleur plus récemment[1].

Le charivari est une forme similaire de l'enterrement de vie de jeune fille : on en trouve des témoignages dès le XIVe siècle : les jeunes gens du village lors d’un mariage jugé mal assorti (écart d’âge trop grand entre les époux ou mariage avec un étranger inconnu au village) chahutaient le couple sur la route du cortège ou devant leur demeure jusqu’à obtenir dédommagement du déséquilibre (par un pécule ou un coup à boire).

Symbolique de l'enterrementModifier

Selon certaines traditions[Lesquelles ?], le futur marié doit enterrer un cercueil à la fin de sa journée d’enterrement. Ce cercueil contient des souvenirs de sa vie passée (objet fétiche, symbolique, etc.) et fréquemment quelques bouteilles. Ce cercueil est ensuite déterré à la naissance du premier enfant du couple (ou au bout d’un an).

OrganisationModifier

L'enterrement de vie de célibataire est traditionnellement organisé par la ou le témoin de la personne qui se marie[1].

Le nombre de participants est souvent de quatre à dix amis proches ; la liste des noms choisis peut être définie avec la personne qui se marie ou en secret[2].

ActivitésModifier

L’enterrement consiste principalement à passer du bon temps avec les amis proches du couple. Les enterrements des futurs mariés se font séparément. La tradition veut que les enterrements soient des activités non mixtes, bien que cela évolue (notamment dans le cas de témoins de sexe différents du futur marié).

Les activités sont variées et vont du simple restaurant à la beuverie en passant par des activités sportives collectives ou individuelles (souvent extrêmes) durant lesquels les futurs mariés sont mis en difficulté.

Ces activités « à sensations fortes » incluent :

D'autres activités possibles incluent :

Les traditions varient en fonction des coutumes locales et du milieu social des célibataires. Certaines activités sont relativement courantes, comme le fait de faire boire de l’alcool aux futurs mariés et parfois de faire appel à un ou une stripteaseur ou stripteaseuse en fin de soirée.

ÉvolutionModifier

L'enterrement de vie de célibataire a subi un nouveau virage dans les années 2010. La tradition jusqu'alors fondée sur la mise en situation gênante du futur marié (déguisement de mauvais goût, gages douteux) a laissé place a des week-ends tendances sous le signe de la mode et du bon goût[3]. Ce virement de situation a suivi l'évolution des réseaux sociaux, dont Instagram.

Dans les œuvres de fictionModifier

Le thème et les scènes d’enterrement de vie de célibataire sont nombreuses dans les œuvres de fiction, tant en littérature qu’au cinéma.

L’enterrement de vie de célibataire est un sujet fréquemment traité au cinéma, notamment depuis les années 2000. Plusieurs comédies et quelques drames traitent de cette tradition. Dans le style humoristique, Very Bad Trip et ses suites Very Bad Trip 2 et Very Bad Trip 3 ont connu un succès important. Dans le film Last Vegas, sorti en 2013, le réalisateur Jon Turtletaub traite le sujet avec des célibataires séniors en demandant à Robert De Niro et Michael Douglas de jouer le rôle de retraités fêtant un enterrement de vie de célibataire. Toujours côté comédie mais orienté humour noir, le film Very Bad Things est sorti lui en 1998.

Ces films traitent de la tradition de l'enterrement de vie de célibataire en suivant l'enterrement de vie de garçon en particulier, mais plus récemment dans le film Mes meilleures amies (Bridesmaids), l'enterrement de vie de jeune fille sert de principal ressort scénaristique lorsqu'un groupe d’amies tente désespérément d’organiser une journée inoubliable pour l'une d'entre elles.

Plus récemment, le film Jour J comporte des scènes d'enterrement de vie de célibataire, mais est également consacré à l'organisation complète du mariage. Budapest (2018) de Xavier Gens parle d'une entreprise qui en organise dans la ville hongroise.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Maëlis Jamin-Bizet, EVJF* mode d'emploi : *Enterrement de vie de jeune fille, Éditions Eyrolles, , 132 p. (ISBN 978-2-212-14224-2), p. 4-5.
  2. Maëlis Jamin-Bizet, EVJF* mode d'emploi : *Enterrement de vie de jeune fille, Éditions Eyrolles, , 132 p. (ISBN 978-2-212-14224-2), p. 13.
  3. Model Week, « On ne dit plus enterrement de vie de jeune fille », sur shooting-evjf.com, (consulté le 17 octobre 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :