Enseignement primaire et secondaire au Cambodge

L'enseignement primaire et secondaire au Cambodge désigne l'ensemble des cours dispensés, dans des établissements de type différent, qui commencent par l'apprentissage de la lecture et du calcul et se terminent soit par l'entrée dans la vie active après, dans le meilleur des cas, une formation professionnelle, soit par l'accès à l'enseignement supérieur.

Son histoire, au cours de la seconde moitié du XXe siècle, hormis les quelques années plutôt favorables qui ont suivi l'accession de ce pays à l'indépendance, sera largement affectée et ce, pendant trois décennies, par un climat quasi permanent d'affrontements violents, d'insécurité et d'instabilité politique dont une période d'horreur absolue générée par l'idéologie mortifère des khmers rouges (1975-1979).

Le 28 avril 2000, 164 pays dont le Cambodge, conscients du fait que la formation constitue bien un facteur déterminant du développement social et humain, se réunissent à Dakar et confirment leur engagement à réaliser l'éducation pour tous en 2015 au plus tard. Six objectifs clés relevant du domaine éducatif sont définis dont ceux d'universaliser l'enseignement primaire et de réduire massivement l'analphabétisation[1].

Le Cambodge, très largement aidé par la solidarité internationale, inscrit sa politique éducative dans ce cadre de référence tout en s'efforçant de développer sa propre stratégie. À quelques mois de l'échéance de 2015, les données rassemblées plus particulièrement par l'Unesco permettent de dresser un état des lieux de son système d'enseignement scolaire, de présenter de nombreuses données, de faire apparaître les évolutions et de pointer les premiers résultats, tout ceci à la lumière d'une vingtaine d'indicateurs. Des effectifs d'élèves scolarisés aux taux d'alphabétisation des jeunes et des adultes, de l'indice de parité en passant par le ratio élèves- enseignant, des coûts de l'éducation aux taux de redoublement...le système de formation est ainsi systématiquement examiné. L'addition et le croisement de l'ensemble de ces éléments chiffrés permettent de décrire un appareil de formation où les efforts engagés, en voie d'aboutissement en matière de scolarisation dans l'enseignement primaire, de parité filles-garçons, de réussite aux examens ne dissimulent pas pour autant les progrès restant à accomplir en termes de gratuité de l'école, de lutte contre la corruption, de recrutement d'enseignants et de réduction des inégalités de fréquentation et de réussite scolaires liées à l'origine sociale.

Sommaire

HistoriqueModifier

Jusqu’à l’instauration du protectorat en 1863, le système éducatif se réduit aux écoles de pagode, institution séculaire au Cambodge. L’enseignement (destiné à une population masculine) porte essentiellement sur l’étude des textes sacrés ainsi que sur les cbap (des sentences morales versifiées destinées à régenter la vie quotidienne), qu'il convient d'apprendre par cœur.Il s’agit ici d’une option éducative sans réelle portée formative en termes d’apprentissage des fondamentaux (lecture, écriture, calcul) : l’école de pagode ne comportant par ailleurs, ni programme, ni emploi du temps, ni inspection, ni examen[2].

Au cours du XIXe siècle, le paysage éducatif ne subira pas de changements fondamentaux ; l’administration coloniale française ne se montrant guère offensive dans le domaine de la création d’écoles dégagées de toute connotation religieuse et ce, sur l’ensemble du territoire. Ainsi, c’’est le roi Norodom qui, en ouvrant en 1867 une école laïque d’abord réservée aux enfants de la famille royale, initie un processus timide de création d’écoles élémentaires. La première école française (fondée à Phnom Penh) date de 1873. D’autres écoles naissent dans les principales villes, s’adressant principalement aux enfants de l’élite urbaine dans un pays où la population réside très majoritairement dans les campagnes. En 1893, est créé le Collège du protectorat qui deviendra le Lycée Sisowath en 1935[3].

Au XXe siècle, quelques mesures fortes, notamment celle concernant la rénovation des écoles de pagode, témoignent de la volonté de la puissance coloniale d’amorcer un développement à la fois qualitatif et quantitatif du système de formation.

Les tableaux suivants traduisent en effet une croissance sensible à la fois des structures et des effectifs[4]:

Années Écoles primaires[note 1] Nombre de maîtres Nombre de classes Elèves par cycle Elèves par sexe Total élèves
1930-1931 89 (E) + 18 (C) 53 (I) + 358 (A) 270 7 834 (E) + 1 603 (C) 8 398 (G) + 1 049 (F) 9 437
1951-1952 659 (E) + 128 (C) 2 650 2 779 103 745 (E) + 17 919 (C) 95 256 (G) + 25 408 (F) 120 664

E: élémentaires, C: complémentaires, G: garçons, F: filles

Années Écoles de pagode rénovée [note 2] Nombre de Bonzes Nombre d'élèves
1931 101 111 3 332
1952 1 447 1 810 76 943

En 1952, à cet ensemble d’établissements, il convient d’ajouter 185 écoles privées : 156 chinoises (15 000 élèves), vingt franco-vietnamiennes (2 420 élèves) et neuf cambodgiennes (455 élèves). Soit, à la fin du protectorat, les effectifs estimés des écoles primaires (tout type d’établissements confondu) s’élèvent à 215 000 élèves ; ceux des rares établissements secondaires (au nombre de 5) à 1796.

Au cours des années qui ont suivi l’indépendance, un effort tout particulier portera sur l’éducation. Les écoles sortiront de terre à un rythme si soutenu que le royaume du Cambodge y gagnera une palme d’or de l’UNESCO, au titre de la contre l'analphabétisme. En 1966-67, à peine 15 ans après sa création, le Royaume compte ainsi 3612 écoles (dont 342 privées) qui accueillent 846 181 élèves (dont 42 415 dans le privé) ; 17 943 maîtres assurent l’enseignement ; 87 728 élèves sont par ailleurs scolarisés dans l’enseignement secondaire (150 établissements), encadrés par 3354 enseignants[5]. Ce flux de jeunes nouvellement formés ne sera pas sans conséquence négative. Dans un contexte économique très majoritairement agricole, ces jeunes ne peuvent pas trouver d’emploi en adéquation avec leurs attentes, d'où la naissance d'un climat d'insatisfaction et de frustration[6].

Dans le même temps, face à une guérilla qui, avec l’avènement de la République khmère en 1970 va dégénérer en guerre civile, une partie de plus en plus importante du budget, jusqu’alors consacré à l’éducation, sera réaffectée aux dépenses militaires[7].

En 1975, l’instauration du Kampuchéa démocratique va mettre à mal le système éducatif cambodgien, accusé d’avoir contribué par ses enseignements à préserver l’ancienne société que les partisans de Pol Pot jugeaient décadente et voulaient éradiquer. Les écoles seront fermées, voire transformées en entrepôts, centres d’interrogatoire… et le seul fait d’avoir été enseignant suffisait à condamner les intéressés à une mort certaine. Dès le milieu de 1976, un plan quadriennal sera élaboré, comprenant la mise en place, une fois toute trace du passé « impérialiste » cambodgien effacée, d’un nouveau système éducatif mais il ne sera jamais appliqué[8].

Lorsqu’au début de 1979 la république populaire du Kampuchéa succède au régime khmer rouge, la situation parait désespérée. Environ 90 % des élites qui auraient pu rebâtir une administration avaient disparu ou avaient émigré alors que plusieurs classes d’âge n’avaient plus été scolarisées, depuis 1970 dans les zones qui à cette époque avaient déjà échappé à tout contrôle gouvernemental. Le seul fait de savoir lire et écrire suffisait alors pour s’improviser enseignant[9]. Malgré ces conditions difficiles et un contexte politique délicat, un système éducatif est restauré dans une ambiance pionnière où le dévouement du personnel compensait le manque de moyens[10].En 1979,2 481 écoles primaires sont dénombrées, fréquentées par 724 058 élèves et 13 619 enseignants[11].

En 1993, quand le pays est mis sous tutelle onusienne (APRONUC), l’enseignement constitue un volet important du projet de reconstruction du pays. Le système prendra alors sa forme actuelle [note 3] afin de le rendre compatible avec les normes des nouveaux intervenants, organismes internationaux (UNESCO, banque mondiale, BAD…), nationaux (AFD, JICA, USAID…)[13] voire les nombreuses organisations non gouvernementales qui vont œuvrer dans le domaine sans toutes avoir réellement les compétences pour le faire [14].

En ce début des années 1990, le système de formation primaire et secondaire, vu sous l’angle quantitatif, se présente ainsi[15]:

Enseignement primaire
Année scolaire Elèves Écoles Classes Personnels
1992-1993 1 468 958 4 852 35 025 42 405
Enseignement secondaire
Année scolaire Premier cycle Établissements Deuxième cycle Établissements Personnels
1992-1993 183 793 407 55 550 82 3 149

Malgré le climat politique, économique, social et culturel chahuté et très dégradé des années 1970 à 1990, les données portant sur les effectifs d'enfants scolarisés et du personnel éducatif en ce début de décennie attestent clairement du fait que le pays n'est pas demeuré inactif face à l'adversité.[note 4] Entre 1967 et 1992, le nombre d’élèves accueillis passe ainsi de 933 909 à 1 708 301, quant au personnel enseignant, leur effectif progresse de 21 297 à 45 554.

Le système de formation poursuivra régulièrement son développement quantitatif. Ainsi quelques années plus tard, au cours de l’année scolaire 1999-2000, 2,2 millions d'enfants sont scolarisés dans le cadre de l'enseignement primaire, 343 382 dans le secondaire (enseignement général), instruits respectivement par 44 852 et 19 030 enseignants[17].

Présentation généraleModifier

En ce début du XXIe siècle, marqué par une décennie de stabilité politique, où en est le système scolaire cambodgien? Au-delà d'une approche descriptive, d'un état des lieux portant, pour l'essentiel, sur les années 2010 à 2012 et dégageant quelques caractéristiques majeures, des éléments de compréhension viendront compléter et nuancer le tableau d'ensemble.

La politique du Ministère de l'Éducation, de la Jeunesse et des sportsModifier

Dans l'esprit de la Constitution de 1993 qui, notamment dans son article 68, souligne la gratuité de l'enseignement primaire et secondaire et fixe une scolarité obligatoire de neuf années, la politique du gouvernement cambodgien repose sur la mise en place régulière de "Plans stratégiques pour l'éducation" (2000/2005; 2006/2010; 2009/2013)[18] qui eux-mêmes s'inscrivent dans les obligations légales internationales définies par les Nations unies. Celles-ci sont traduites d'une part dans les "Objectifs du millénaire pour le développement" pour lesquels les 189 pays signataires s'engagent sur le plan de la formation à assurer l'éducation primaire pour tous d'ici l'année 2015[note 5], d'autre part dans un plan d'"Éducation pour tous", complétant dans son volet éducation cette déclaration du Millénaire, et comprenant six objectifs dont celui " d'éliminer les disparités entre les sexes dans l'enseignement primaire et secondaire"[20]

Structure et organisation de la vie scolaireModifier

Le quotidien scolaireModifier

Dans les écoles primaires, situées souvent à proximité d'une pagode [note 6], le début de matinée obéit à un rituel précis: "avant d'entrer en classe, les élèves forment des rangs, différenciés selon les grades et les sexes pour rendre hommage au drapeau national qu'un élève de 6e année se charge de hisser, tandis que ses camarades, vêtus de l'uniforme scolaire chantent l'hymne national. Puis les élèves vont se placer devant leurs salles de classe respectives pour y former des rangs, là encore différenciés selon les sexes [21].L'entrée en classe, dans le prolongement du mouvement d'ensemble précédent, s'apparente également à une pratique disciplinaire collective quasi militaire. Enfin, lorsque le professeur pénètre dans la salle de classe, tous les élèves "se lèvent, joignent les mains et le saluent de manière respectueuse. Le professeur valide ce salut par un oui et leur ordonne de s'asseoir"[21].

Concernant la gestion disciplinaire et éducative de la classe, elle s'est longtemps accompagnée de châtiments corporels[22]. Si la démarche éducative du "Child friendly school" (CFS)[note 7], initiée en particulier par l'UNICEF au début des années 2000 et adoptée par le gouvernement cambodgien en 2007, visant à promouvoir une pédagogie centrée sur l'élève et sur les droits de l'enfant a pu progressivement mettre fin à l'utilisation notamment de la "baguette punitive", elle a vu l'opposition en creux des enseignants (mais aussi des parents), perplexes, déstabilisés, réticents, peu convaincus par une approche éducative très éloignée d'une pratique forgée depuis plusieurs décennies, traditionnellement directive voire autoritaire, fondée sur la crainte du professeur [21].

Le port de l'uniforme, à la charge des familles, est obligatoire. Il se compose d'un chemisier blanc et d'une jupe bleu marine pour les filles, d'une chemise blanche et d'un pantalon bleu pour les garçons[23].

Les établissements ne disposent pas de cantines. En ville, dans le cadre de la pause méridienne, les élèves regagnent leur domicile. À la campagne, tantôt les élèves apportent leur repas, tantôt des stands sommaires proposent du riz, des nouilles, des fruits, des friandises, des boissons...pour une somme comprise entre 100 et 1 000 riels[note 8].[réf. souhaitée]

Les cycles d'enseignementModifier

Le système scolaire cambodgien, marqué par une longue présence française (1863-1953), apparaît, au moins quant à sa structuration, très proche du modèle français[24]. Il s'en distingue cependant sur trois points:

  • la succession des classes est inversée. Ainsi, l'équivalent du cours préparatoire français constitue le premier niveau; alors que l'année du Baccalauréat forme la douzième classe[25];
  • l'école primaire comporte six classes[note 9] (ou six grades), contrairement au système français qui se caractérise par cinq niveaux[27];
  • l'enseignement secondaire inférieur (1er cycle) se définit par 3 classes[28].

Aujourd'hui, le cycle de formation complet (enseignement primaire et secondaire) court sur douze années: six en primaire, trois pour le secondaire 1er cycle et trois pour le secondaire 2e cycle, d'où le raccourci explicite couramment utilisé "6+3+3".

Enseignements Pré-primaire Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2e cycle
Âges 3 à 5 ans 6 à 11 ans 12 à 14 ans 15 à 17 ans
Classes 1 à 6 7 à 9 10 à 12

À l'issue du 1er cycle de l'enseignement secondaire, en classe de 9e, l'élève passe un examen (Diplôme d'enseignement du 1er cycle ou Brevet); en cas de succès, son admission au second cycle est prononcée. La fin de l'enseignement secondaire supérieur (classe de 12e)est sanctionnée par la passation du Baccalauréat (Diplôme d'enseignement du 2e cycle). Ce diplôme comporte cinq mentions: -A, permet de s'inscrire gratuitement dans tous les établissements d'enseignement supérieurs publics et privés; -B et C génèrent l'obtention de bourses[29],[note 10].

Le temps des apprentissagesModifier

L'année scolaire comprend trente-huit semaines de cours et se déroule de la fin du mois de septembre au mois de juillet, entrecoupée de vacances en novembre (Fête des eaux) et avril (Nouvel an khmer). Les enseignements sont dispensés officiellement cinq jours par semaine. En primaire, la semaine se compose de 27 à 30 séquences de 40 minutes chacune; dans le secondaire inférieur, 32 à 35 séances de 50 minutes et dans le secondaire supérieur, 32 à 35 en classe de 10e, 32 dans les classes de 11e et 12e. En réalité, cet aménagement en primaire et dans le 1er cycle du secondaire apparaît incertain; le système scolaire cambodgien se caractérisant par de grandes disparités géographiques entre districts et provinces, entre villes et campagne. Faute d'établissements, de salles de classes mais aussi d'enseignants qualifiés en nombre suffisant, les cours, notamment en zone rurale, peuvent être dédoublés; un groupe travaillant le matin de 7 H à 11 H; le second l'après-midi, de 13 H à 17 H[note 11]. De surcroît, ainsi qu'il sera abordé au chapitre sur les carences et les sérieuses anomalies, la mise en place de séances de soutien dans plusieurs disciplines (supposant fréquemment une participation des familles) vient contrarier les consignes ministérielles[31].

L'enseignement pré-primaireModifier

Les données statistiques propres aux pays les moins avancés méritent d'être scrupuleusement interrogés. C'est pourquoi, dans ce chapitre et dans les suivants, ce sont les chiffres fournis par des organismes internationaux reconnus (ONU, UNESCO, UNICEF, Banque mondiale...) qui seront majoritairement utilisés

Cet enseignement, non obligatoire, concerne une très petite fraction d'enfants. En effet, en 2012, 15 % sont scolarisés, soit un effectif de 139 195 élèves, selon une égalité presque parfaite filles/garçons. Les enseignants au nombre de 4 973, majoritairement représentés par des femmes (93 %) interviennent dans 2 813 établissements le plus souvent publics; le secteur privé accueille 13 % des enfants scolarisés[32].

Le ratio élèves/enseignant est de 28[33].

L'enseignement primaireModifier

En 2012, la population d'élèves scolarisés dans les écoles primaires est estimée à 2 194 716[note 12] dont 52 252 affectés dans le secteur privé, soit un taux net de scolarisation[35] de 98 %. L'absence de scolarisation est un phénomène qui touche très majoritairement les filles. En effet, sur un total de 28 581 enfants relevant théoriquement de l'enseignement primaire et non scolarisés[36], les filles sont surreprésentées (près de 90 %).

Trois indicateurs permettent d'approcher le niveau de performance de l'école primaire:

  • le taux de redoublement: il est de 6 % sur l'ensemble des six années d'étude[37].Ce pourcentage, en diminution constante, semble davantage lié à des consignes fortes émanant du Ministère de l'Éducation recommandant un passage massif dans la classe supérieure qu'au niveau de connaissance réel atteint par les élèves[38];
  • le taux de survie en dernière année du cycle primaire[note 14]: près de 66 % des élèves, en 2011, parviennent en classe de 6e[40]; ce pourcentage pourrait témoigner, dès l'instant où les redoublement sont relativement limités, d'une déperdition scolaire sérieuse. Il convient de noter que le pourcentage des filles atteignant la dernière classe de l'école primaire est supérieur à celui des garçons;
  • le taux d'accès au premier cycle de l'enseignement secondaire[note 15]: en 2011, 81 % des élèves fréquentant l'année précédente la classe de 6e, entrent au Collège en 7e (80 % des garçons, 82 % des filles)[42].

Parmi les disciplines enseignées au cours de ces six années d'étude figurent: l'apprentissage de la langue khmère (matière bénéficiant de l'horaire le plus important), les mathématiques, les sciences, l'histoire géographie, les arts... Quelques établissements, sans doute parmi les plus privilégiés, offrent des options supplémentaires permettant l'acquisition de compétences sociales (autonomie, responsabilité, prise de décision...)[43].

Le personnel enseignant (au nombre de 48 002 dont 49 % de femmes[44]) se répartit dans 6 910 écoles[32]. Le nombre d'élèves par enseignant est de 46[45].

L'enseignement secondaireModifier

Il est important de rappeler que les chiffres relatifs à l'enseignement secondaire sont rares, épars, parfois contradictoires ou tout simplement non disponibles. Il convient, par conséquent de s'entourer de précautions dans l'énoncé des données.

Le premier cycle compose avec les six niveaux de l'école primaire, l'éducation de base obligatoire qui se termine en classe de 9e.

En 2012, 552 515 élèves (dont 47,7 % de filles) sont scolarisés[46] dans 1 214 établissements, très majoritairement publics; les effectifs du privé étant estimés à 2 %[47],[note 16].

Une première photographie du fonctionnement du Collège permet de pointer les éléments suivants :

  • le taux brut[note 17] est de 63 %, le taux net de 40 %[49],
  • le pourcentage de redoublants est évalué à 2 %[50],
  • le nombre de sorties prématurées entre la 7e et la 9e semble élevé[51],[note 18].

Le programme officiel théorique comprend les disciplines suivantes: langue khmère, langues étrangères, mathématiques, sciences, sciences sociales, éducation physique et santé. Comme dans les écoles primaires, une formation liée à l'apprentissage de compétences sociales peut être organisée dans les établissements disposant de moyens financiers[31].

Ces différentes disciplines sont dispensées par 27 406 enseignants (dont 40 % de femmes)[52]. Le ratio élèves/enseignant est de 20[53].

Le second cycle d'enseignement général accueille en 2012, 328 593 élèves dont 318 165 scolarisés dans les établissements publics où le pourcentage de filles est de 45,7 %[46]. Environ 3 % des élèves fréquentent le secteur privé[47].

Quelques caractéristiques saillantes peuvent être dégagées:

  • le taux net de scolarisation (19,4 %[note 19] en 2010[31]) demeure faible,
  • le pourcentage de redoublants est estimé à 2 %[50],
  • le taux d'évaporation des effectifs entre la classe de 10e et la 12e semble beaucoup plus faible que dans le 1er cycle au regard des inscriptions suivantes : -115 758 en 10e, -106 709 en 11e, -106 126 en 12e[31].
  • les résultats du Baccalauréat apparaissent plutôt flatteurs : 86,48 % de réussite en 2012 pour 114 414 candidats[55]. En 2011, 111 287 élèves étaient inscrits en classe terminale; 92 236 ont passé avec succès le diplôme, soit un taux de 82,9 %[56].

Le programme des classes de 11e et 12e est composée d'un tronc commun : littérature khmère, mathématiques, langue étrangère, éducation physique et santé et d'un enseignement optionnel : sciences (physique, biologie), sciences sociales (histoire, géographie, économie), éducation professionnelle[31].

12 157 enseignants (30 % de femmes) encadrent cette population scolaire soit un ratio élèves/enseignant proche de 30[57],[note 20].

Le personnel enseignantModifier

Le système scolaire cambodgien a longtemps présenté une image dégradée liée, entre autres, au manque d'établissements de formation mais aussi à une population enseignante faiblement qualifiée et insuffisante quantitativement au regard des besoins. Cette situation critique s'explique très largement par l'histoire tragiquement agitée des trois dernières décennies du XXe siècle et plus particulièrement par la politique khmère rouge qui a notamment conduit à la disparition d'une majorité d'intellectuels[note 21]. Face à l'urgence, le Ministère a été amené à un recrutement conséquent de professeurs en se montrant peu exigeant sur les qualités et les compétences requises[59].

Depuis 1996, les conditions de recrutement ont été redéfinies : tous les enseignants doivent avoir accompli un cycle complet de formation jusqu'en classe de 12e; par ailleurs, ils bénéficient d'une formation de deux années, une troisième étant instaurée pour les candidats se destinant à l'enseignement dans le second cycle des lycées[31]. Aujourd'hui, le nombre d'enseignants non titulaires du Baccalauréat devient de plus en plus rare[59]. De plus, tous les enseignants du primaire semblent avoir reçu une formation minimum[60].

En ce début du XXIe siècle, comme indiqué dans le chapitre éléments d'analyse, la condition enseignante reste peu enviable : disposant de faibles salaires (ceux-ci, augmentés de 20 % en 2012, sont aujourd'hui de 60 $ par mois pour les professeurs du primaire, de 80 $ pour ceux du secondaire en début de carrière[61]), les professeurs sont parfois conduits à occuper un deuxième emploi au détriment de leur investissement et de leur temps de présence en classe[62]. Ils souffrent, de surcroît, d'un manque de reconnaissance sociale[63].

Le système scolaire en chiffres, en 2012: tableau récapitulatifModifier

Enseignement[31] Pré-primaire Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2e cycle Total
Élèves[31] 139 195 2 194 716 552 515 328 593 3 215 019
Établissements[32] 2 813 6 910 1 214 433 11 370
Enseignants 4973 48 002 27 406 12 157 92 538[note 22]

L'Institut français du Cambodge fournit les statistiques suivantes pour l'année 2009/2010: 3 248 479 enfants scolarisés dont 1 540 077 filles (47,4 %) répartis dans 10 115 établissements[65].

Les dépenses d'éducationModifier

En 2011, la part consacrée à l'éducation était de 2,6 % du PIB et de 12,1 % relativement à l'ensemble des dépenses publiques[62]

Ce premier survol de l'ensemble du système éducatif cambodgien, de l'ordre d'une photographie instantanée, n'apporte pas vraiment d'éléments palpables sur son état réel, sur ses forces et ses faiblesses et plus précisément sur ses capacités à répondre aux besoins et à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement[note 23]. Une démarche fondée sur l'examen de statistiques comparatives, accompagné parfois de la prise en compte de données qualitatives, devrait favoriser une connaissance du moins plus approfondie, sinon plus contrastée de la réalité scolaire cambodgienne.

Éléments d'analyseModifier

De réels progrèsModifier

Le paysage scolaire cambodgien en une douzaine d'années, de la fin du XXe siècle en ce début de deuxième décennie du XXIe, dans un environnement politique pacifié et un contexte économique favorable[note 24] s'est considérablement transformé dans le sens de l'accès du plus grand nombre à l'éducation, en augmentant la participation des filles, en luttant contre les sorties prématurées et en recherchant une meilleure efficacité interne au système de formation. De nombreux indicateurs[note 25], relevant très largement de l'expression quantitative, en témoignent de façon probante. Parmi ceux-ci, les indicateurs de base, permettant de mesurer le degré d'atteinte des six objectifs[note 26] de l'éducation pour tous, conçus par l'UNESCO, constitueront des points de repère normalisés.

Objectifs composant le programme d'éducation pour tous, atteints ou en voie d'être confortésModifier

  • Objectif 2 : « Faire en sorte que d'ici 2015, tous les enfants, notamment les filles, les enfants en difficulté et ceux appartenant à des minorités ethniques, aient la possibilité d'accéder à un enseignement obligatoire et gratuit de qualité et de le suivre jusqu'à son terme. »

Le taux net de scolarisation[note 13] représente l'outil pertinent d'évaluation retenu par l'UNESCO. Deux autres indicateurs, significatifs, le complètent et l'enrichissent.

Tableau 1 : Taux net de scolarisation dans l'enseignement primaire (TNS)[75]
Dates 1999 2000 2003 2008 2010 2012
Établissements primaires 86 % (M: 91 %; F: 80 %) 91 % 97 % 98 % 98 % 98 % (M: 99 %; F:97 %)
Tableau 2 : Taux brut d'admission à la dernière année d'étude de l'enseignement primaire[76],[note 27]
Dates 1999 2002 2005 2008 2010 2012
Taux 40 % (M: 46 %; F: 35 %) 59 % 85 % 89 % 91 % 98 %(M: 97 %; F: 98 %)
Tableau 3 : Population non scolarisée
Dates 1999 2000 2006 2008 2010 2012
Enseignement primaire[78] 13,4 % (soit 281 393) 7,8 % 1,7 % 1,8 % 1,8 % 1,6 % (soit 28 581)
Enseignement secondaire (1er cycle)[79] 86,6 %(soit 905 752) 85,6 % 37,4 % 21,6 %[note 28] (soit 229 000)

98 % des jeunes cambodgiens ont accès à l'enseignement primaire en 2012. Ce chiffre place le Cambodge, d'ores et déjà, parmi les pays répondant avec succès à l'objectif fixant le taux à 95 % d'ici 2015. Par ailleurs, le pourcentage d'élèves parvenant aujourd'hui en classe de 6e qui passe de 40 % en 1999 à 98 % en 2012 mais aussi la baisse significative des taux d'enfants et d'adolescents, relevant de l'éducation de base, non scolarisés témoignent clairement des efforts accomplis en une douzaine d'années.

  • Objectif 5: "Eliminer les disparités entre les sexes dans l'enseignement primaire et secondaire d'ici 2015 et instaurer l'égalité dans ce domaine en 2015 en veillant notamment à assurer aux filles un accès équitable et sans restriction à une éducation de base de qualité avec les mêmes chances de réussite".

Plusieurs indicateurs peuvent être utilisés pour mesurer le degré de réalisation de cet objectif qui porte sur la parité et l'égalité des sexes dans l'éducation.

Tableau 4 : Banque mondiale : taux d'alphabétisation des jeunes (15/24 ans)[note 29],[74],[62],[81],[82],[83]
Dates 1990 1998 2004 2010 2011
Taux 73 %(M: 81 %; F: 65 %) 78 % 83 % 87 %(M: 88 %; F: 86 %) 87 %
Tableau 5 : Taux de transition à l'enseignement secondaire[84],[note 30]
Dates 2000 2002 2005 2007 2010 2011
Taux 78 % (M: 83 %; F: 72 %) 85 % 83 % 81 % 80 % 81 %(M: 80 %; F: 82 %)

Non seulement les données figurant dans les tableaux 1, 2, 4 et 10 attestent du fait que l'indice de parité entre les sexes (IPS) est atteint dans l'enseignement primaire et secondaire inférieur[note 31] ainsi que dans le domaine de l'alphabétisation des jeunes 15/24 ans (0 97) mais encore, à l'instar des pays développés, les filles se montrent plus performantes que les garçons au juger à la fois du taux d'admission en dernière année d'étude primaire, de celui du passage en première année du secondaire inférieur mais aussi de la participation à l'enseignement secondaire du 1er cycle.

Autres résultats encourageantsModifier

La présentation des effectifs scolaires par type d'enseignement (tableau 6) permet d'éclairer les progrès de la scolarisation sous un angle différent. Si le nombre d'élèves fréquentant les écoles primaires diminuent depuis 2005 en raison d'une baisse marquante de la natalité[note 32], en revanche le nombre de lycéens a été multiplié par quatre en treize ans; cette dernière augmentation s'accompagnant de taux de réussite au Baccalauréat (tableau 7) en hausse de façon presque continue depuis 2002 et se manifestant par un bond de plus de quarante-cinq points en une dizaine d'années[56].

Dans le même temps, des recrutements conséquents d'enseignants (tableau 8) ont été organisés en veillant à une plus grande mixité sur le plan de l'encadrement pédagogique.

Tableau 6 :Évolution des effectifs scolaires[88]
Dates 1999 2005 2010 2011 2012
Pré-primaire 58 000 (F:50 %) 95 412 114 958 115 000 (F: 50 %) 139 195
Primaire 2 127 000 (F: 46 %) 2 695 372 2 239 757 2 224 000 2 194 716 (F: 47,4 %)
Secondaire inférieur 226 057 (F: 45,7 %) 530 563 585 115 568 930 552 515 (F: 46 %)
Secondaire supérieur (enseignement général) 82 110 (F: 38 %) 177 891 323 583 341 490 328 593 (F: 46 %)

Sur l'ensemble du secondaire (général et technologique).

Tableau 7 : Évolution des effectifs en classe de 12e et des taux de réussite au Baccalauréat[18]
Années 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2011 2012
Effectifs 47 122 (F: 7 233) 35 391 (F: 4 869) 38 552 (F: 7 167) 47 372 53 352 (F: 19 937) 74 685 (F:29 317) 111 287 114 414
Taux de réussite 39,8 % 39,8 % 48,5 % 72,2 % 77,6 % 72,7 % 82,9 % 86,4 %
Tableau 8 : Évolution du nombre d'enseignants[52]
Dates 1999 2000 2001 2005 2007 2010 2011 2012
Pré-primaire 2 000 (F: 99 %) 2 350 3 325 3 869 4 415 4 121 4 224 4 973 (F: 92 %)
Primaire 44 542 44 852 (F: 39 %) 45 914 50 654 48 736 (F: 44 %) 46 905 47 033 48 002 (F: 48 %)
Secondaire 1er cycle 13 769 (F: 28 %) 14 107 15 550 19 223 20 630 (34 %) 24 850 27 406 (F: 40 %)
Secondaire 2e cycle
(enseignement général)
3 555 (F: 22,9 %) 3 971 4 167 6 183 7 226 10 714 12 157 (F: 30 %)

Des performances encore trop modestes et des fragilitésModifier

Comparaison avec les objectifs de l'Éducation pour tousModifier

  • Objectif 1 : "Développer et améliorer sous tous leurs aspects la protection et l'éducation de la petite enfance, et notamment des enfants les plus vulnérables et défavorisés".

Tous les rapports portant sur l'éducation, quel que soit le niveau de développement du pays examiné, établissent un lien tangible entre la fréquentation de l'enseignement pré-primaire et une adaptation réussie en première année d'enseignement primaire[89]. À cet égard, l'équipe de pilotage du Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous a fixé un objectif de scolarisation pré-primaire égal à 70 % en 2015[note 33]. Les résultats cambodgiens (tableau 9) témoignent ici d'un retard considérable.

Tableau 9 : Taux de scolarité brut (TBS) dans l'enseignement pré-primaire[90]
Dates 1999 2008 2011
Taux 5 % 13 % 15 %
  • Objectif 3 : "Répondre aux besoins éducatifs de tous les jeunes et de tous les adultes en assurant un accès équitable à des programmes adéquats ayant pour objet l'acquisition de connaissances ainsi que de compétences nécessaires dans la vie courante".

La mise en place de l'éducation de base, correspondant à une scolarité obligatoire de neuf années, sanctionnée par un examen national, permettant l'acquisition d'un socle de connaissances et de compétences favorisant l'insertion sociale et professionnelle est censée répondre étroitement à cet objectif.

Deux indicateurs clés sont utilisés par les rapporteurs missionnés par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture: le taux de scolarisation dans l'enseignement secondaire du premier cycle (tableau 10) et un second, dépendant du précédent, mesurant le degré d'alphabétisation des jeunes de 15 à 24 ans (tableau 4). Les taux attendus étant pour chacun d'entre eux de 95 %, l'échec apparaît ici particulièrement marqué dans le domaine de la participation à l'enseignement secondaire[note 34].

Tableau 10 : Taux de scolarisation dans le 1er cycle de l'enseignement secondaire[91]
Dates 1999 2000 2002 2008 2010 2012
Taux 12 % (M: 15 %; F: 10 %) 13 % 19 % 33 % 3 4% 40 % (M: 37 %; F: 42 %)
  • Objectif 4 : "Améliorer de 50 % les niveaux d'alphabétisation des adultes, et notamment des femmes, d'ici à 2015, et assurer à tous les adultes un accès équitable aux programmes d'éducation de base et d'éducation permanente ".
Tableau 11 : Taux d'alphabétisation des adultes (15 ans et plus)[92]
Dates 1990 2000 2004 2009 2010
Taux 60 % (M: 77 %; F: 48 %) 68 % 74 % (M: 85 %; F: 64 %) 74 % 74 % (M: 83 %; F:66 %)

Cet indicateur clé, s'il illustre une progression franche des taux ainsi qu'une réduction des inégalités hommes/femmes dans l'accès à l'éducation, montre aussi que le Cambodge sera très éloigné en 2015 de la cible établie, à savoir 95%.

  • Objectif 6 : "Améliorer sous tous ses aspects la qualité de l'éducation dans un souci d'excellence de façon à obtenir pour tous des résultats d'apprentissage reconnus et quantifiables, notamment en ce qui concerne la lecture, l'écriture et le calcul et les compétences indispensables dans la vie courante".

Pour tenter de mesurer l'atteinte de ce dernier objectif aux multiples dimensions, qui se révèle de surcroît majeur dans la construction d'un système éducatif, le Rapport mondial sur l'éducation pour tous examine le ratio élèves par enseignant. Il s'intéresse aussi à la parité au sein de la population enseignante ainsi qu'à la présence ou non en quantité suffisante d'établissements de formation et de matériels didactiques.

Tableau 12 : Ratio élèves/enseignant[93]
Dates 1990 1996 1999 2002 2005 2010 2011 2012
Pré-primaire 17 24 28 24 27 27 28
Primaire 33 46 48 56 53 48 47 45
Secondaire 1er cycle 16 27 24 24 20
Secondaire 2e cycle 21 22

Si des créations de postes ont été manifestement opérées (tableau 8), elles n'ont pas permis de diminuer significativement le nombre d'élèves pris en charge par un enseignant dans le cadre de l'enseignement primaire. Tout se passe comme si les nouveaux recrutements avaient été prioritairement affectés aux établissement de l'enseignement secondaire. En 2011,le Cambodge fait partie des 26 pays (sur 162 disposant de données) dont le rapport élèves/enseignant dans les écoles primaires est supérieur à 40[62].

Tableau 13 : Pourcentage d'enseignantes[94]
Dates 1999 2007 2012
Primaire 37 %[note 35] 48 %
Secondaire 1er cycle 27 % 40 %
Secondaire 2e cycle 24 % 27 %

La mise en place d'une plus grande mixité dans le domaine de l'encadrement pédagogique s'est indubitablement produite même si elle tarde à se vérifier dans le 1er cycle de l'enseignement secondaire.

S'agissant du matériel pédagogique et de l'état des infrastructures scolaires, les données officielles semblent rares[note 36]. ou faire défaut. Selon l'Association cambodgienne des enseignants indépendants, la quasi-totalité des élèves de niveau 1 ne posséderaient pas de livres pour étudier[98].

Autres indicateursModifier

Au-delà de cette approche qui a consisté à prendre en considération les seuls objectifs de l'éducation pour tous, plusieurs sources officielles nous fournissent des données statistiques voire des analyses qui attestent de l'ampleur des efforts qui restent encore à accomplir.

Ainsi, la notion de qualité de l'éducation interroge aussi, en filigrane, sur l'efficacité interne du système éducatif cambodgien. Qu'en est-il des taux de redoublement et de leur signification? Quid de la réussite scolaire dans les temps impartis? Que dire des inégalités socio-économiques d'accès au savoir?

Tableau 14 : Pourcentage de redoublants dans l'enseignement primaire[99],[note 37]
Dates 1999 2001 2004 2009 2010 2011 2012
Taux 24 % (M: 25 %; F: 23 %) 16 % 10 % 10 % 8 % 7 % 5 % (M: 6 %; F: 5 %)
Tableau 15 : Pourcentage de redoublants dans l'enseignement secondaire général (1er et 2e cycle)[100]
Dates 1999 2001 2004 2008 2010 2011 2012
Taux 7 % (M:8 %; F: 5 %) 2 % 4 % 2 % 2 % 1 1,99 % (M: 2,6 % ; F: 1,3 %)

La diminution des taux de redoublement, limitée dans l'enseignement secondaire, apparaît en revanche très clairement dans l'enseignement primaire. Ainsi, le nombre d'élèves redoublants passe dans le primaire de 514 863 en 1999 à 128 212 en 2012[101] et de 21 817 à 17 556 dans le secondaire au cours de la même période[102]. Des directives existent, émanant des autorités administratives, incitant fortement les équipes pédagogiques à favoriser les admissions en classe supérieure[38],[note 38]. L'argumentaire utilisé semble davantage de nature budgétaire (coût d'un redoublement) que strictement pédagogique.

Cela étant, cette baisse généralisée des redoublements induit-elle pour autant un système scolaire plus performant? En d'autres termes, le passage en classe supérieure repose-t-il sur l'atteinte des acquis nécessaire aux nouveaux apprentissages?

À titre indicatif, une enquête récente partielle, qui par conséquent ne répond qu'imparfaitement à la question, montre que 23 % des élèves disposent des compétences attendues en langue khmère en cinquième année alors qu'ils étaient 66 % en deuxième année[103]. De manière plus globale, l'Institut de statistique de l'UNESCO produit plusieurs série de données qui viennent nuancer fortement, disputer ou au moins interroger une lecture plutôt satisfaisante des progrès de la scolarisation. Parmi celles-ci, deux indicateurs apparaissent décisifs: le taux de survie par année d'étude et le taux d'abandon scolaire prématuré.

Tableau 16 : Taux de survie en dernière année de l'enseignement primaire[104],[note 39]
Dates 1999 2000 2002 2005 2010 2011
Taux 55 % (M: 56 %; F: 53 %) 55 % 55 % 55 % 61 % 65 % (M: 63 %; F: 68 %)
Tableau 17 : Taux de survie à la dernière année d'étude du 1er cycle de l'enseignement secondaire[106]
Dates 2000 2003 2006 2010 2011
Taux 66 % (M: 72 %; F: 56 %) 66 % 61 % 65 % 63 % (M: 64 %; F: 62 %)
Tableau 18 : Taux d'abandon cumulatif à la dernière année d'étude de l'enseignement primaire[107],[note 40]
Dates 2000 2003 2006 2010 2011
Taux 45 % (F: 46 %) 46 % 45 % 38 % 34 % (F: 31 %)

En termes d'effectifs, le nombre d'enfants qui quittent l'école primaire prématurément passe de 222 305 en 1999 à 132 661 en 2012[109].

Tableau 19 : Taux d'abandon à la 1re année d'étude du 1er cycle de l'enseignement secondaire général[110],[note 41]
Dates 2000 2002 2004 2006 2010 2011
Taux 20 % (F: 24 %) 13 % 19 % 21 % 20 % 21 % (F: 21 %)

La confrontation des tableaux 16 et 18 d'une part et le tableau 1 d'autre part qui met en évidence un taux net de scolarisation dans l'enseignement primaire de 98 %, pourrait laisser penser que la scolarité d'un enfant se mesure parfois uniquement à son inscription[63].

Quant aux inégalités de réussite scolaire liées à l'origine géographique, au statut socio-économique ou à l'appartenance ethnique de la famille, le Cambodge n'échappe pas aux cruels constats chroniques auxquels se heurtent encore aujourd'hui la plupart des pays, quel que soit leur niveau de développement.

Les rapports annuels de l'UNESCO multiplient, à ce sujet, les données ainsi que les études prospectives pointant, ici comme ailleurs, les difficultés de la démocratisation de l'accès au savoir. Ainsi, les redoublements, les abandons prématurés concernent les segments les plus pauvres de la population. En revanche, les parcours scolaires de réussite sont le fait des catégories sociales privilégiées: 28 % de la population âgée de 23 à 27 ans issus des 20 % des foyers les plus riches a suivi jusqu'à son terme le cycle de l'enseignement secondaire contre 0,2 % pour les familles les plus démunies ; le taux d'alphabétisme d'une jeune fille riche de Phnom Penh atteint 95 % tandis que son homologue résidant dans la province de Kompong Thom ne dépasse pas 30 % ; 75 % des garçons les plus riches achèvent le premier cycle de l'enseignement secondaire contre 10 % des familles les plus pauvres[62]...

Carences et anomaliesModifier

Un niveau d'engagement financier insuffisant et un pilotage approximatifModifier

Les moyens financiers attribués à l'éducation, s'ils sont en augmentation depuis une dizaine d'années, ne semblent pas encore tout à fait à la hauteur des enjeux.

Tableau 20 : Dépenses publiques totales d'éducation en pourcentage du produit intérieur brut.[17],[112],[62],[113]}
Dates 1999 2000 2007 2008 2010 2011
Taux 1 % 1,9 % 1,7 % 1,7 % 2,6 % 2,7 %
Tableau 21 : Dépenses publiques totales d'éducation en pourcentage des dépenses publiques totales[114],[note 42]
Dates 1999 2000 2007 2008 2011
Taux 7,01 % 10,1 % 12,4 % 12 % 12,1 %

En 2010, le pourcentage de dépenses en matière d'éducation, relativement au PIB, place le Cambodge en 152e position sur 173 pays classés, derrière leurs voisins composant la proche région (Laos : 3,3 %, Thaïlande : 3,8 %, Viêt Nam : 6,6 %)[note 43]. Les enquêtes menées par l'UNESCO confirment ce mauvais classement en soulignant par exemple que sur les vingt-cinq pays qui dépensent moins de 150 $ pour l'éducation de chaque élève du primaire, tous sont situés en Afrique subsaharienne sauf deux dont le Cambodge[62].

D'un autre point de vue, le Cambodge dépend encore très largement de l'aide internationale (Partenariat mondial pour l'Éducation, Banque asiatique de développement, pays riches (États-Unis, Japon...) mais aussi des très nombreuses ONG[note 44]) .C'est ainsi que la Banque asiatique de développement (BAD) accorde, en 2013, une enveloppe de 30 millions de dollars pour la construction de soixante écoles dans les onze provinces les plus pauvres[115].

Les questions posées aujourd'hui aux pouvoirs publics portent à la fois sur leur réactivité, leur capacité à réguler et à coordonner les flux financiers mais aussi sur la transparence de leur gestion. À ce sujet, le journal local "Cambodge Soir Hebdo" fait part de son inquiétude: "Quand on additionne les dotations annuelles de l'ONU, des États-Unis, du Japon et de l'Union européenne au gouvernement cambodgien, on dépasse le milliard de dollars...Où va vraiment cet argent?"[116].

Des phénomènes de corruption généralisésModifier

En 2005, James Wolfensohn, alors président de la Banque mondiale, déclarait que le Cambodge était confronté à trois défis: "La corruption, la corruption et la corruption"[117]. Quelques années plus tard, la situation dans ce domaine ne s'est pas réellement améliorée. En 2013, le Cambodge se classe 160e sur 177 pays, selon l'indice de perception de la corruption établie par "Transparency international"[118],[note 45].

Dans ce contexte, le secteur de l'éducation n'est pas épargné. Le Baccalauréat qui se caractérise ces dernières années, nous l'avons vu, par des taux de réussite élevés, est ainsi l'objet de multiples opérations de tricheries. "Cambodge Soir Hebdo" signalait en 2010 que les candidats inscrits passent moins de temps aux révisions qu'au trafic des sujets mis en vente les semaines précédents l'examen[120]. Rong Chhun, Président de l'Association indépendante des professeurs cambodgiens, n'hésite pas quant à lui à déclarer: "La corruption est en train de détruire notre système éducatif"[121]. Ce mécanisme de fraude semble s'insinuer, comme indiqué au chapitre suivant, dangereusement dans l'ensemble du système scolaire.

Un milieu enseignant fragilisé économiquement, contraint parfois à des pratiques douteusesModifier

Comme évoqué au chapitre concernant le personnel enseignant, faute d'un salaire réellement adapté permettant de couvrir les dépenses courantes, compte tenu également des retards affectant leur versement, des enseignants étaient amenés, notamment en zone rurale, à exercer une seconde activité professionnelle (agriculteurs, mécaniciens réparateurs de mobylettes...)[63],[note 46], avec des conséquences évidemment nuisibles quant à leur temps de présence en classe et à leur degré de motivation.

Mais il y a pire. Des enseignants mettent en place des cours supplémentaires contre une participation financière des familles[note 47] et ce, dans de nombreuses disciplines[58],[note 48]. Les incidences de cette pratique explicitement reconnue par le Ministre cambodgien de l'Éducation Im Sethy[note 49] sont doubles:

  • elle met en défaut le principe de gratuité de l'éducation de base qui figure dans la loi de 1993 et qui est réaffirmé dans les objectifs de l'Éducation pour tous,
  • elle renforce les inégalités de réussite scolaire liée à l'origine sociale. Ces cours privés se révèlent, en effet, déterminants dans les parcours de formation. Des exemples, cités par les rapporteurs de l'UNESCO témoignent de performances qualitativement différentes selon que les élèves bénéficient ou non de ces enseignements supplémentaires. Ainsi, entre autres, dans les zones rurales, des élèves de niveau 9 inscrits dans des cours de langue khmère ont obtenu 6,8/10 dans cette discipline contre 3,9 pour ceux qui ne pouvaient en profiter alors que dans les zones urbaines, l'écart était encore plus important: 8,3 contre 3,8[62].

Cet usage conduit parfois à des comportements extrêmes encore plus répréhensibles. Des cas sont ainsi signalés d'enseignants qui "s'abstiennent de couvrir des parties de programme pendant les heures de cours, obligeant ainsi les élèves à suivre des cours supplémentaires où sont enseignées les parties omises"[74].

Un bilan en demi-teinteModifier

Un peu plus de trente ans après son anéantissement quasi total, le Cambodge s'éloigne lentement des pays considérés comme les plus fragiles. En 2012, si les équipes chargées de la rédaction du Rapport mondial sur l'éducation pour tous placent encore le Cambodge parmi les 37 pays à revenu faible sur 205 classés[62]; en revanche, au regard de l'"Indice de développement humain" qui agrège en une seule donnée trois dimensions: l'espérance de vie, le niveau d'éducation et le PIB par habitant, le Cambodge qui se classe 138e sur 186 avec un taux de 0,543 quitte les pays à développement humain faible pour intégrer le groupe des moyens au cours de cette même année[122],[note 50].

Dans ce contexte socio-économique évolutif plutôt positif, le paysage de l'enseignement primaire et secondaire s'est transformé. La présentation de multiples données sous forme d'indicateurs a permis d'exposer une situation globalement contrastée où des réussites probantes côtoient des manques, des lenteurs mais aussi de graves dérives sociétales.

Dans le cadre du Programme de l'éducation pour tous, un "Indice de développement de l'éducation" composite a été créé, permettant d'évaluer l'état d'un système de formation de façon globale. Il porte sur quatre des six objectifs retenus officiellement: l'enseignement primaire universel, l'alphabétisation des adultes, la parité entre les sexes et la qualité de l'éducation mesurée par le taux de survie en 5e année de l'enseignement primaire. Cette approche, beaucoup plus limitée que celle qui a été menée ici dans cette étude, la parachève en introduisant un classement des pays en fonction de leur indice et en révélant (tableau 22) un rythme de transformation plutôt modeste.

Tableau 22 : Indice de développement de l'éducation[89],[124],[74]
Cambodge Indice de développement de l'éducation Classement Taux net de scolarisation en primaire Taux d'alphabétisation des adultes Parité Taux de survie à l'issue de la classe de 5e (Primaire)
2004 0,774 101e/125 0,976 0,736 0,78 0,597
2007 0,781 104e/128 0,894 0,763 0,84 0,622
2010 0,801 100e/120 0,959[note 51] 0,739 0,88 0,621

À quelques mois des échéances fixées à 2015 par la Communauté internationale relativement aux objectifs de l'éducation pour tous, trois séries de caractéristiques fortes définissant le système de formation cambodgien peuvent être dégagées:

  • Au chapitre des avancées majeures, nous pouvons retenir que deux grandes batailles ont été remportées: celle du développement de la scolarisation dans l'enseignement primaire (au moins sur le plan des inscriptions) et celle de la parité filles/garçons jusqu'en classe de 9e. Il convient d'ajouter à cela la construction accélérée d'établissements de formation[note 52] et la montée en puissance du nombre de candidats au Baccalauréat, futurs jeunes actifs susceptibles de participer à court terme au dynamisme du pays.
  • En revanche, ni l'objectif de scolarisation massive jusqu'en classe de 9e, ni celui d'un développement conséquent de l'enseignement pré-primaire ne seront atteints tandis que l'achèvement des études primaires a progressé à un rythme beaucoup plus lent que le taux d'inscription, que les inégalités de réussite scolaires restent fortes et que la condition socio-économique préoccupante des enseignants (de surcroît insuffisamment nombreux) demeure lourde de conséquences.
  • Enfin, la difficulté de dégager les ressources financières nécessaires, de les mobiliser et de les optimiser afin de promouvoir une qualité de formation proche de celle des pays voisins mais aussi et surtout un climat de corruption général[note 53] (qui peut aller jusqu'à interroger la fiabilité des réussites ici déclinées) constituent de sérieux freins à l'efficacité même du système de formation.

« Il est difficile de lire correctement le Cambodge, d'en discerner les tendances lourdes, d'analyser les directions dans lesquelles il s'engage. Beaucoup de données, comme les statistiques économiques, ne sont pas complètes ou fiables. Les manipulations sont nombreuses. Les témoignages et partis pris s'inscrivent plus dans le registre émotionnel que dans l'observation objective. Le Cambodge et sa complexité ne laissent personne indifférent. Le pays et ses habitants font preuve d'une formidable résistance et simultanément les dérives les plus graves désespèrent les mieux intentionnés. Loin d'être idéale, la situation s'améliore quand même. »[128]

Ce propos lumineux, implacable mais non dénué de perspective positive pourrait résumer à lui seul la problématique de son système de formation primaire et secondaire.

Annexe: Données complémentaires relatives aux années 2013 à 2017[note 54]Modifier

L’examen du système d’enseignement primaire et secondaire cambodgien tel qu’il se présentait jusqu’en 2012 et esquissé en août 2014, reposait à la fois sur la prise en compte des six « Objectifs de l’Éducation pour tous » définis à Dakar en 2000 par l’ Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture mais également de plusieurs indicateurs considérés comme significatifs. Depuis 2015, les « Objectifs de développement durable[129] » élaborés par les 193 pays membres de l’ONU, en particulier la cible 4 relative à l’éducation, précisent l’analyse.

Le Cambodge, peuplé en 2017, de  16 millions d’habitants continue de bénéficier d’un taux de croissance  parmi les plus élevés du monde (autour de 7%). Depuis juillet 2016, il appartient à la catégorie des pays à revenus intermédiaires après  reclassement de la Banque mondiale[130]. En dépit d’un contexte général plus favorable, les études récentes décryptant son système de formation initiale ne modifient pas fondamentalement les conclusions prudemment exposées alors.

Six grands thèmes feront succinctement l’objet de compléments d’informations : -L’enseignement pré-primaire, -L’enseignement primaire, -L’enseignement secondaire, - La population enseignante, -L’alphabétisation, -Les dépenses liées à l’éducation.


L'enseignement pré-primaireModifier

Il s’agit bien ici d’enseignement pré primaire, destiné à des enfants scolarisés dans des établissements publics ou privés et non d’éducation pré scolaire (domaine de la petite enfance), assurée par d’autres dispositifs tels que les services d’enseignement à domicile ou les écoles maternelles dites communautaires. Ces dernières se définissent de la façon suivante : l’éducation est dispensée par une personne du village qui a suivi une dizaine de jours de formation initiale et qui perçoit à la fin de chaque mois un traitement versé par le village ; elles sont ouvertes deux heures par jour et cinq jours par semaine ; les cours ont lieu, le plus souvent au domicile de l’enseignant. Cette juxtaposition de structures distinctes est parfois source de confusion dans l’affichage des données chiffrées[131].

Tableau 23 : L'enseignement pré-primaire
2011/2012 2012/2013 2013/2014 2014/2015 2015/2016 2016/2017
Effectifs élèves[132] 139 195
(F: 50,09 %)
145 705
(F: 49,87 %)
181 649
(F: 48,37 %)
187 450
((F: 50,14 %)
203 785
(F: 49,96 %)
222 637
(F: 49,72 %)
dont Secteur public 121 306 128 257 157 288 163 468 173 893 190 148
dont Secteur privé 17 889 17 448 24 361 23 982 29 890 38 489
Taux net de scolarisation[133] 13,7 % 14 % 16,6 % 17,3 % 18,5 % 20,1 %
Effectifs enseignants[134] (Secteurs public et privé) 4 973
(F: 92,9 %)
5 096
(F: 94,3 %)
5 795
(F: 96,7 %)
6 084
(F: 96,7 %)
6 348
(F: 92,6 %)
6 643
(F: 93,7 %)
Ratio élèves/enseignant[135] 28 28,6 31,3 30,8 32,1 34,4
Nombre d'établissements[136] (Secteur public) 2 575 2 813 3 184 3 443 3 706 4 014

Les performances de l’enseignement pré-primaire en termes d’effectifs scolarisés, et par conséquent de taux de scolarisation, demeurent faibles. Selon des projections établies par l’UNESCO, le Cambodge se placerait en 2015, parmi les 29 pays présentant les taux les plus faibles de participation à l’éducation pré-primaire[note 55]. Dans un document prospectif étayé, élaboré en 2014,  intitulé « Plan stratégique de l’éducation 2014-2018 », le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, tout en étant conscient d’une couverture éducative pour les enfants de moins de six ans non adaptée quantitativement aux besoins[138],  présente en mars 2014, un tableau statistique prévisionnel globalement beaucoup plus flatteur dans la mesure où il additionne les élèves gérés par l’ensemble des prestataires accueillant peu ou prou de jeunes enfants.   Ainsi, s’agissant de l’année scolaire 2016/2017, le Ministère prévoit un effectif total de 474 880 élèves dont 163 886 inscrits dans les écoles communautaires et 86 401 à domicile[139].

Par ailleurs, au sein de cet enseignement pré-primaire, il convient de noter qu’en six ans,  les établissements privés voient leurs effectifs croître de 50% contre 36% pour le secteur public.

  L'enseignement primaire universel (EPU)[note 56]Modifier

Tableau 24 : L'enseignement primaire
2012/2013 2013/2014 2014/2015 2015/2016 2016/2017
Effectifs élèves[140] 2 224 955
(F:47,1 %)
2 128 685
(F:48,04 %)
2 179 916
(F:49,05 %)
2 105 903
(F:48,3 %)
2 111 631
(F:48,2 %)
dont Secteur public[141] 2 174 327 2 073 811 2 105 122 2 010 673 2 022 061
dont Secteur privé 50 628 54 874 74 794 95 230 89 570
Taux net de scolarisation[142] _____ 94,7 %
(F:93,6 %)
95,29 %
(F:96,59 %)
92,78 %
(F:92,75 %)
90,56 %
(F:90,35 %)
Nombre d'enfants non scolarisés[143] __________ 89 849
(F: 60 %)
87 658
(F: 42,5 %)
137 924
(F:49,2 %)
184 824
(F:49,9 %)
Taux de survie à la dernière année d'étude de l'enseignement primaire[144] 46,9 %
(F: 54,6 %)
__________ 73,49 %
(F:78,64 %)
76,25 %
(F:78,79%
_____________
Taux de transition effective de l'enseignement primaire au 1er cycle du secondaire[145] 79,6 %
(F: 86,6 %)
81,7 %
(F: 83,4 %)
85 %
(F: 87 %)
87,2
(F: 89,2 %)
______________
Effectifs enseignants (Secteurs public et privé)[146] 47 413
(F: 50 %)
47 691
(F: 51,1 %)
47 866
(F: 53,32%)
49 511
(F: 55,24 %)
50 684
(F: 56,62%)
Ratio élèves/enseignant[147] 46,93 44,63 45,52 42,53 41,66
Nombre d'établissements (Secteur public)[148] 6 910 6 993 7 051 7 085 7 144

Le ministère de l’Éducation, de la jeunesse et des sports considère la scolarité primaire comme  le niveau d’enseignement prioritaire, devant bénéficier du budget le plus important[149]. Ce choix de politique éducative a-t-il permis de renforcer  le développement de l’enseignement primaire ? Les données chiffrées figurant dans le tableau 24 qui traduisent les grandes tendances observées au cours de ces dernières années témoignent de résultats contrastés : des progrès notables apparaissent clairement en termes de transition effective de l’enseignement primaire au 1er cycle du secondaire mais aussi de taux de survie à la fin des études primaires ; ce dernier indicateur mesurant la capacité du système de formation à maintenir les élèves dans la scolarité et à limiter les abandons[note 57]. Les performances des filles relativement à ces deux critères d’évaluation sont aussi à souligner. De même, la construction de nouveaux bâtiments scolaires semble se poursuivre selon un rythme soutenu. En revanche, des points de fragilité subsistent ou même se font jour : ainsi, le nombre d’élèves par enseignant, s’il diminue sensiblement, situe encore le Cambodge parmi les pays les plus mal classés en 2012[151], et très éloigné des scores de ses voisins immédiats (Laos, Vietnam, Thaïlande en 2017[135] ; par ailleurs, si les effectifs d’enfants d’âge scolaire continuent de croître , en revanche le nombre d’élèves scolarisés et par conséquent le taux de scolarisation baissent de façon inquiétante[note 58]. Le ministère reconnait cette anomalie en pointant, graphiques à l’appui, des évolutions discordantes entre les zones urbaines où les taux s’effritent et les zones rurales où ils continuent de s’améliorer[153]; sans pour autant fournir d’explications.

S’agissant des inégalités de réussite scolaire reposant  sur l’origine territoriale ou socio-économique, phénomène déjà précédemment pointé[note 59], elles demeurent sérieuses au juger des résultats de l’enquête suivante conduite auprès des ménages.

Tableau 25 : Taux d'achèvement de l'enseignement primaire[154]
Ensemble de la population Quintile le plus pauvre Quintile le plus riche Rural Urbain
2014 72,28%
(F: 77,2%)
47,24%
(F: 53,8%)
90,2%
(F: 91,6%)
70%
(F: 75,1%)
84,8%
(F: 88,1%)

Au-delà de ces indicateurs de performance éducative,  les premières informations portant sur les équipements scolaires sont publiés en 2014 : ainsi, 82% des écoles cambodgiennes sont dotés d’installations sanitaires de base ou  de toilettes[155]; 57% d’alimentation de base en eau potable[156].

L'enseignement secondaire généralModifier

Le premier cycle de l'enseignement secondaireModifier

Tableau 26 : Premier cycle de l'enseignement secondaire[157]
2012/2013 2013/2014 2014/2015 2015/2016 2016/2017
Effectifs élèves 546 016
(F:49,2 %)
556 395
(F:49,6 %)
565 286
(F:50,27 %)
586 699
(F: 51 %)
609 026
(F:51,73 %)
dont Secteur public 534 710 538 626 546 678 558 464 586 042
dont Secteur privé 14 306 17 769 18 608 28 235 22 984
Taux nets de scolarisation 41,52 %
(F:43,7 %)
43,9 %
(F:46,1 %)
46,29 %
(F:48,94 %)
47,33 %
(F:50,61%)
51,96 %
(F:55,96 %)
Taux de survie à la dernière année d'étude du 1er cycle de l'enseignement secondaire 64,2 %
(F: 64,5%)
64,26 %
(F: 64 %)
66,96 %
(F: 68,11 %)
68,26 %
(F: 70,16 %)
Taux d'abandon cumulatif à la dernière année d'étude du 1er cycle de l'enseignement secondaire 35,74 % 36,9 % 33,04 % 31,74 %
Effectifs enseignants 27 350
(F: 42,1 %)
28 107
(F: 42,2 %)
28 326
(F: 42,5 %)
28 767
(F: 44,6 %)
29 429
(F: 45 %)
Ratio élèves/enseignant 20,1 19,8 19,96 20,39 20,69
Nombre d'établissements(Secteur public)[136] 1 214 1 244 1 249 1 251 1 245


Entre 2012 et 2017 (tableau 26),  le 1er cycle de l’enseignement secondaire poursuit lentement sa transformation : le nombre d’élèves scolarisés[note 60]. est en constante progression ; le taux d’abandon entre la classe de 7e et la 9e diminue. Par ailleurs, les filles sont davantage représentées et se révèlent plus assidues que les garçons au juger des taux de survie à la dernière année d’étude. Toutefois, les résultats obtenus demeurent globalement très éloignés des objectifs attendus par le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports en 2014 mais aussi par le mouvement de « L’Éducation pour tous » lancé par la communauté internationale à Dakar en avril 2000. Ainsi, dans le « Plan stratégique de l’éducation 2014-2018 »[159], le ministère prévoit un taux d’abandon de l’enseignement secondaire inférieur limité à 3% ; quant au taux net de scolarisation, les auteurs du rapport piloté par l’Unesco espéraient de manière ambitieuse qu’il atteigne 95% pour tous les pays en 2015, tout en estimant dans le même temps que seuls 46 pays étaient en mesure de parvenir à cet objectif[160].

À la fin de l’année scolaire 2015/2016, 125 945 élèves se sont présentés à l’examen sanctionnant la fin du 1er cycle de l’enseignement secondaire, 118 030 ont obtenu le diplôme, soit un taux de réussite de 93,7%[161]. Quant au taux de passage du premier au second cycle de l’enseignement secondaire, il atteint 71,1 % en 2015/2016 et 74,5 % en 2016/2017, loin des 83 % projeté par le Ministère en 2014[162].

La construction de Collèges se poursuit régulièrement. En 2017, 83,4% bénéficient de toilettes, 43,4% d’eau potable[163].

Le deuxième cycle de l'enseignement secondaireModifier

Tableau 27 : 2e cycle de l'enseignement secondaire
2011/2012 2012/2013 2013/2014 2014/2015 2015/2016 2016/2017
Effectifs élèves[164] 328 593
(F: 45,75 %)
300 114
(F: 46,63 %)
278 701
(F: 47,71 %)
274 205
(F: 49,02 %)
275 296
(F: 50,10 %)
296 390
(F: 51,16 %)
dont Secteur public[136] 318 165 288 789 266 293 262 072 266 449 279 480
Effectifs enseignants (Secteur public)[165] 12 227
(F: 33,14 %)
12 570
(F: 30,64 %)
12 625
(F: 31,25 %)
Nombre d'établissements (Secteur public)[136] 426 433 444 455 463 486


Tableau 28 : Évolution des taux de réussite au baccalauréat
Années[note 61] 2004 2005 2006 2007 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Taux de réussite[note 62] 48,5 % 72,2 % 77,6% 72,7 % 82,9 % 86,4 % 87 %[167] 43 %[168] 55,8 %[169] 62,18 %[170] 63,84 %[171]

L’information marquante relative à cette structure d’enseignement concerne la chute vertigineuse du taux de réussite au baccalauréat en 2014 (Tableau 28); phénomène largement confirmé en 2015 qui s’explique par l’instauration d’une politique énergique de lutte contre les fraudes chroniques aux examens, en particulier dans le cadre  de la passation du baccalauréat. Le nouveau ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, Dr Hang Chuon Naron a en effet initié, dès la session 2014, un dispositif drastique, exemplaire pour mettre fin à toutes les tricheries, quelle qu’en soit la nature. Parmi les mesures de contrôle mises en place, une Unité anti-corruption, composée d’observateurs et de policiers, s’est déployée dans tous les centres d’examen[172]. Cette opération s’est traduite par une baisse spectaculaire du taux de réussite. Ainsi, les 4 et 5 août 2014, sur les 89 937 lycéens présentés, 23 126 ont décroché le Baccalauréat soit, 25,72%[173]. En raison de cet échec massif, une session de rattrapage a été décidée. Celle-ci s’est tenue au mois d’octobre. Sur les60 596 candidats, seuls 17, 94 % ont réussi l’examen. Au total, un peu plus de 43% empochent le diplôme[172]. En 2015, alors que de strictes mesures de contrôle ont été reconduites, un peu plus de la moitié des candidats[note 63] ont passé avec succès l’examen. Deux ans plus tard, le pourcentage de réussite s’élève doucement sans retrouver les taux flatteurs du début des années 2000. Sur les 99 728 élèves présents en 2017, 63 668 obtiennent le diplôme ; 424 la mention A, 46 657 la mention E[175]. Cette politique éducative visiblement plus exigeante et offensive, allant dans le sens d’une réhabilitation d’un diplôme national officiel en perte de sens, pourrait expliquer, la baisse régulière des effectifs (tableau 27) entre 2012 et 2016[note 64] dès l’instant où des consignes de passage, du 1er cycle de l’enseignement secondaire au second, plus sévères auraient été données.        L’accès au deuxième cycle de l’enseignement secondaire demeure réservé à une minorité d’élèves : le taux brut de scolarisation est de 24,3% en 2016 et de 26,5% en 2017[163], loin des 38% projeté par le ministère en mars 2014[176].
S’agissant de l’équipement sanitaire des établissements, 91,2% disposent de toilettes, 53,9% d’eau potable, au cours de l’année 2016/2017[163].

Une démocratisation de la réussite scolaire encore balbutianteModifier

Comme à l’école primaire, les études conduites par l’Unesco pointent des écarts élevés de réussite scolaire en fonction de l’origine territoriale ou du statut socio-économique des élèves dans le premier cycle de l’enseignement secondaire, comme en témoignent les résultats reportés dans le tableau 28.

Tableau 29 : Taux d'achèvement du 1er cycle de l'enseignement secondaire[177]
Ensemble de la population Quintile le plus pauvre Quintile le plus riche Rural Urbain
2014 40,52 %
(F: 39,5 %)
17 %
(F: 19 %)
64,5 %
(F: 63,2 %)
34,9 %
(F: 33,7 %)
65,9 %
(F: 65 %)

Il se pourrait que ces inégalités de réussite scolaire soient renforcées par l’existence  d’un enseignement complémentaire privé puissant proposé aux élèves parallèlement à la scolarité régulière[178], dès l’instant où les élèves les plus pauvres en sont exclus. Bien plus, au Cambodge,  l’enseignement complémentaire payant est largement assuré par les enseignants des établissements publics. Cette pratique vivace en dépit d’instructions défavorables du Ministère, perdure[179]. Ainsi, des élèves sont amenés à «  suivre des cours gratuits pendant la journée officielle, puis des cours payants après la journée d’école, souvent données par le même enseignant et dans les mêmes salles de classe »[180]. Cette « Éducation de l’ombre », très recherchée[note 65] est source de graves dérives[note 66], pénalisant  les élèves non en mesure de suivre ces cours de soutien.

Le corps enseignantModifier

Le nombre global d'enseignants exerçant  dans les établissements scolaires (premier et deuxième degré d’enseignement général) qui était d’environ 92 500 au cours de l’année 2011/2012 atteint près de 99 500 en 2017 ; le personnel féminin apparaissant minoritaire dans les Collèges et Lycées.

Tableau 30 : Année scolaire 2016/2017: Nombre d'enseignants
Niveaux d'enseignement Pré-primaire Primaire Secondaire 1er cycle Secondaire 2e cycle
Nombre d'enseignants 6 643
(F: 93,7 %)
50 684
(F: 56,6 %)
29 429
(F: 45 %)
12 625
(F: 31,2 %)

Après la chute des Khmers rouges, face à une situation de dénuement complet à la fois humain et matériel, le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports a été contraint, pour faire face à la grave pénurie d’enseignants,  de privilégier la dimension quantitative en adoptant une politique peu exigeante quant aux conditions de recrutement. Le début du XXIe, mais plus précisément   l’entrée du Cambodge dans la Communauté économique de l'ASEAN[note 67] dont il conviendra de respecter les normes,  voient la nécessité, pour les pouvoirs publics,  de réfléchir à  une réforme profonde allant dans le sens d’une amélioration de  la qualification des enseignants. Telle est l'ambition forte du « Plan d’action pour les politiques en faveur des enseignants » adopté en janvier 2015, dont la mise en place doit faire naître une plus grande attractivité  du métier en favorisant  le renforcement de la formation initiale et continue, en établissant  des parcours professionnels  dotés d’une couverture  sociale[182]. Les efforts du gouvernement semblent admis. « L’Association indépendante des enseignants du Cambodge » (CITA) reconnaît les améliorations apportées aux conditions de travail des enseignants depuis 2013, en particulier les augmentations de salaire, mais aussi le développement d’un programme de réforme de l’éducation[183]. Le salaire mensuel des enseignants fixé à 193 $ en 2016, passerait à 230 $ en Avril 2017[note 68].

AlphabétismeModifier

Tableau 31 : Taux d'alphabétisation[185]
Dates→
Catégories
1998 2004 2008 2009 2014 2015
Jeunes (15/24 ans) 76,32 %
(F: 71,07 %)
83,38 % 87,47 % 87,13 % 90,14 % 92,21 %
(F: 92,57 %
Adultes (15 ans et plus) 67,34 %
(F: 56,99 %)
73,61 % 77,59 % 73,9 % 78,06 % 80,53 %
(F: 75,03 %)
Population âgée de plus de 65 ans 30,45 % 38,15 % 47,89 % 40,11 % 46,57 % 53,08 %
(F: 36,86 %)

En 2000, la Communauté internationale s’était donnée comme objectif de diviser par deux le taux d’analphabétisme des adultes dans le monde d’ici 2015[note 69]. Force est de constater que celui-ci n’est pas atteint au Cambodge. Plus de 2 millions de personnes (15 ans et plus) sont encore considérées comme analphabètes en 2015[186]. Toutefois, au regard de la seule année 2015, l’écart marqué de résultats entre les jeunes de 15 à 24 ans d’une part et le reste de la population d’autre part (et de façon encore plus nette  avec les plus âgés), montre bien l’influence réelle de l’éducation de base même si elle demeure encore inaboutie. Ce taux d’alphabétisation de 92,21% correspond au score mondial moyen[187]. Le nombre de jeunes analphabètes est évalué à 249 058[186]


Dépenses publiques totales d'éducationModifier

Tableau 32 Dépenses par année[188]
Années→
Dépenses↓
2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015[189] 2016 2017
En % du produit intérieur brut 1,67 % 1,53 % 1,51 % 1,56 % 2,05 % 1,91 % 1,9 % (2 07 %) (2,15 %)[note 70]
En % des dépenses publiques totales 8,17 % 7,34 % 7,34 % 7,2 % 9,6 % 8,7 % 9,1 %

Les dépenses consacrées à l’éducation (au moins jusqu’en 2015) restent insuffisantes. Elles se situent nettement en dessous des moyennes mondiales (respectivement de 4,7 % par rapport au PIB et de 13,8 % relativement à l’ensemble des dépenses)[191]. L’engagement financier des pays frontaliers atteint des pourcentages notablement supérieurs[note 71] . Il convient de rappeler que le Cambodge bénéficie encore aujourd’hui d’un important soutien des bailleurs multilatéraux et bilatéraux correspondant à plus d’un milliard de dollars en dons et prêts concessionnels chaque année[193] ; somme considérable dont une partie contribue largement à la consolidation du système éducatif[note 72].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L’enseignement primaire se subdivise en deux cycles de trois années chacun : le cycle élémentaire (cours enfantin, cours préparatoire, cours élémentaire) et le cycle complémentaire (cours moyen de première et de deuxième année, cours supérieur). Les enseignants se composent schématiquement de deux catégories de personnel : -les Instituteurs qui après la fin des études secondaires, ont bénéficié d’une année de formation à l’école normale. - les Auxiliaires qui possèdent au moins théoriquement le Certificat d’études primaires complémentaires (CEPC), diplôme qui sanctionne la fin des études primaires (six années).
  2. À partir de 1924, toutes les écoles de pagode dans lesquelles les Bonzes ont bénéficié d’une formation (d’une durée de neuf mois) dans une école d’application sont désignées sous l’appellation d’écoles de pagode rénovée. Le programme de ces établissements est le même que celui du cycle élémentaire des écoles d’État mais ne comporte pas de français.
  3. En particulier, depuis la rentrée scolaire 1996-1997, le système éducatif cambodgien est organisé en six années d’études primaires (niveau 1 à 6), suivies de trois années d’enseignement secondaire en collège (années 7, 8 et 9) et enfin trois années en lycée (années 10, 11 et 12)[12].
  4. L'aide internationale ainsi que les nombreuses ONG présentes ont joué un rôle sans doute déterminant au côté d'un État plutôt absent et peu regardant dès l'instant où, notamment, les fonds étaient effectivement distribués[16].
  5. Le 8 septembre 2000, les dirigeants de 189 pays se sont réunis au siège de l'ONU à New-York pour signer une « Déclaration du millénaire » et adopter un plan qui comporte huit objectifs mesurables devant être réalisés avant 2015[19].
  6. Selon Steven Prigent, la pagode désigne l'enceinte bouddhique délimitant le territoire d'un monastère[21]
  7. École amie des enfants.
  8. En 2014, un dollar américain équivaut à 4 000 riels.
  9. La durée de la scolarité primaire passe de cinq à six ans au début de l'année scolaire 1996/1997[26].
  10. A titre indicatif, en 2008, sur 55 541 élèves reçus, 2 ont obtenu la mention A, 432 la B et 3 269 la C[30].
  11. Un dédoublement est opéré dès l'instant où le nombre d'élèves concernés atteint 60.[réf. souhaitée]
  12. Il s'agit ici du nombre total d'enfants inscrits dans l'enseignement primaire, quel que soit l'âge déclaré; le nombre d'enfants représentatifs de l'âge officiel théorique (c'est-à-dire entre 6 et 11 ans) étant de 1 802 567[34].
  13. a et b Institut de statistique de l'Unesco, « Taux net de scolarisation », glossaire (consulté le 31 juillet 2014)
  14. "Pourcentage d'une cohorte d'élèves inscrits dans la première année d'un cycle d'enseignement donné, durant une année scolaire donnée, qui atteindrait une année d'étude donnée, en comptabilisant les redoublements." Institut de statistique de l'Unesco[39].
  15. Apparaît aussi sous l'intitulé : "Taux de transition à l'enseignement secondaire". L'Institut de statistique de l'Unesco le définit ainsi: "Rapport entre le nombre de nouveaux inscrits à la 1re année de l'enseignement secondaire pour l'année donnée et le nombre d'élèves inscrits dans la dernière année de l'enseignement primaire, l'année précédente, qui ne redoublent pas cette année, exprimé en pourcentage"[41].
  16. En 2009-2010, les effectifs scolarisés apparaissent sensiblement plus élevés: 585 115 élèves, répartis dans 1 172 établissements, soit un taux net de scolarisation de 31,9 %[31].
  17. Taux brut de scolarisation: "Nombre d'élèves scolarisés dans un niveau donné, quel que soit l'âge, exprimé en pourcentage de la population de la tranche d'âge théorique qui correspond à ce niveau d'enseignement", selon l'Institut de statistique de l'Unesco[48].
  18. De fortes disparités d'effectifs apparaissent au sein du 1er cycle au cours de cette même année: classes de 7e: 225 320; classes de 8e: 177 491; classes de 9e: 149 704. Celles-ci ne peuvent s'expliquer par le seul jeu d'éventuelles variables démographiques. Les données portant sur l'année 2008-2009 témoignent d'un taux d'abandon au sein du secondaire inférieur, estimé à 18,8 %[31].
  19. Il était de 17 % en 2008[54].
  20. Le ratio est estimé à 1/32 en 2010[57].
  21. 80 % des enseignants ont trouvé la mort au cours de la période du Kampuchéa démocratique (1975-1979) : Im Sathy, Ministre de l'Éducation du gouvernement cambodgien[58].
  22. Au cours de la 6e réunion Asie-Pacifique de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie, réunie à Vientiane les 5 et 6 décembre 2013, les chiffres présentés, relatifs au système éducatif cambodgien sont sensiblement différents. En effet, au terme de l'année scolaire 2012/2013, le nombre total d'élèves de la maternelle à la classe de 12e est estimé à 2 996 883, encadrés par 111 261 enseignants, répartis dans l'ensemble des 4 villes (Phnom Penh, Sihanoukville, Kep, Pailin) et 21 provinces du pays[64].
  23. Parmi les huit objectifs composant le programme, deux concernent le domaine éducatif: l'objectif 2: "Assurer l'éducation primaire pour tous" et l'objectif 3: "Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes"[19].
  24. Selon la Banque mondiale, le taux de pauvreté est passé de 53 % (soit 6,9 millions de personnes) en 2004 à 20,5 % (3 millions) en 2011[66].
  25. Les tableaux statistiques (1 à 22) illustrant les textes à venir sont construits à partir des chiffres produits par l'UNESCO. Les sources suivantes ont été, en particulier, utilisées: Rapport mondial sur l'éducation (2000)[67], Les enseignants et la qualité de l'éducation: suivi des besoins mondiaux d'ici 2015[68], Données mondiales sur l'éducation: 2010/2011[69], Recueils de données mondiales sur l'éducation: 2011[70] & 2012[71], Centre de données de l'institut de statistique de l'Unesco[72], Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous: 2011[73], 2012[74], 2013/2014[62]... Toutefois, des incohérences peuvent émerger. En effet, d'une année de publication à l'autre, les données, relativement à un même thème, ne sont pas toujours rigoureusement identiques. Il conviendra, par conséquent, de considérer certaines indications chiffrées comme des ordres de grandeur.
  26. Le contenu de chacun des six objectifs, déclinés en tête de chapitre, sera intégralement rappelé.
  27. "Nombre total de nouveaux inscrits en dernière année de l'enseignement primaire, quel que soit leur âge, exprimé en pourcentage du nombre total des enfants en âge théorique d'accès à la dernière année du primaire", Institut de statistique de l'UNESCO[77].
  28. Les données statistiques postérieures à 2008 ne semblent pas avoir fait l'objet de remontées officielles.
  29. "Total correspondant au nombre de personnes âgées de 15 à 24 ans qui peuvent lire, écrire et comprendre de courts énoncés au sujet de leur vie quotidienne, divisé par la population de ce groupe d'âge. Généralement, l'alphabétisation inclut les notions de calcul, c'est-à-dire la capacité à réaliser des opérations simples"[80].
  30. "Nombre des nouveaux inscrits à la première année de l'enseignement secondaire (programmes d'enseignement général seulement) pour une année donnée, exprimé en pourcentage du nombre d'élèves inscrits dans la dernière année de l'enseignement primaire l'année précédente"[41].
  31. Selon l'UNESCO, la parité entre les sexes est atteinte lorsque l'indice se situe entre 0,97 et 1,03[85]. L'absence de toilettes dans les établissements scolaires a pu constituer un facteur expliquant les sorties prématurées des filles dans l'enseignement secondaire[86].
  32. Selon une étude conduite par "Perspective Monde, Université de Sherbrooke", reposant sur des données publiées par la Banque mondiale, sur les soixante dernières années le taux de natalité le plus élevé est enregistré en 1984 (49 naissances pour 1000), le taux le plus bas en 2011 (26,1/1000). Entre 1984 et 2000, la baisse atteint environ seize points[87].
  33. L'Unesco publie régulièrement depuis 2002 un rapport sur l'état de l'éducation dans le monde au regard des objectifs fixés.
  34. Il convient, ici, de manifester beaucoup de prudence. En effet, dans le "Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous" (2013/2014), le Cambodge est exclu de l'analyse, en raison de données insuffisantes portant sur l'enseignement secondaire[62].
  35. Estimation publiée par les autorités cambodgiennes[95].
  36. Le nombre d'écoles primaires passe de 4 500 en 1992 à 5 274 en 1999[96] et à 6 665 en 2009/2010[31]. Par ailleurs, il y avait au cours de l'année scolaire 1998-1999, 355 établissements relevant de l'enseignement secondaire du 1er cycle et 132 du second cycle[97]
  37. Sur l'ensemble des six années d'étude.
  38. Ces incitations semblent parfaitement intégrées. Ainsi, une étude de cohortes (non publiée), portant sur près d'une centaine d'élèves, rigoureusement suivis entre 2002 et 2012 et répartis dans des zones géographiques différentes, tendrait à démontrer que l'orientation en classe supérieure est quasiment systématique.
  39. « Pourcentage d'élèves d'une cohorte qui ont été inscrits en première année d'un niveau (ou cycle) d'enseignement donné au cours d'une année scolaire et qui sont supposés parvenir aux années d'études successives »[105]
  40. Les cinq premières années ont été, ici, comptabilisées. Le taux moyen de sortie prématurée est d'environ 7 % par année scolaire[108].
  41. Les taux d'abandon en deuxième année d'étude restent élevés: 16 % en 2000, 19 % en 2011[111].
  42. Les chiffres, portant sur les dépenses, peuvent varier d'une source à l'autre. Par ailleurs, il est signalé que le Cambodge ne fournit pas toujours les informations demandées, notamment dans le domaine budgétaire.
  43. Les chiffres proviennent d'une étude conduite conjointement par la Banque mondiale, la Banque asiatique de développement et le Programme des Nations unies pour le développement[114]
  44. Le Cambodge est un des pays où l'on recense le plus d'ONG par habitant[16].
  45. L'indice de perception de la corruption classe les pays en fonction du degré de corruption de leur secteur public et perçu comme tel, sur une échelle qui s'étend de 0 (très corrompu) à 100. Le Cambodge obtient la note 20[118]; celle-ci était de 22 en 2012, ce qui le plaçait 157e sur 176[119]
  46. En 2008, plus des 2/3 des enseignants occupaient un autre emploi[62]. Cinq ans plus tard, le phénomène perdure[63]
  47. 13 % des enseignants du primaire et 87 % du secondaire seraient concernés au milieu des années 2000[62].
  48. Anglais, Khmer, Mathématiques, Physique, Chimie... En avril 2014, le coût moyen d'une heure de cours dans les disciplines scientifiques est de 700 à 750 riels (un dollar américain équivaut à environ 4 000 riels).[réf. souhaitée]
  49. "La plupart de ces irrégularités concernent les grandes villes. En province, ces pratiques sont beaucoup moins courantes car les gens n'ont pas assez d'argent": Entretien pour le "Phnom Penh Post"[58].
  50. L'indice de développement humain a été créé par le programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Quatre catégories sont définies: les pays à développement humain-très élevé, -élevé, -moyen et -faible. En 1995, le Cambodge est classé 140e sur 174 avec un indice égal à 0,422[123]
  51. Ce taux apparaît légèrement inférieur à celui du tableau du chapitre consacré aux objectifs composant le programme d'éducation pour tous, atteints ou en voie d'être confortés[125].
  52. Selon le Ministère de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports, le Cambodge comptait au 24 juin 2013: 7 236 écoles primaires, 1 279 collèges, 531 lycées[126]. Si nous comparons ces chiffres à ceux de 2012, 326 écoles primaires, 65 collèges, 98 lycées seraient sortis de terre en l'espace de quelques mois.
  53. A l'heure où dix pays de l'Asie du Sud-Est tentent de créer une communauté sur le modèle de l'Union européenne, un économiste de la Banque asiatique de développement estime que le Cambodge doit, avant toute chose, éradiquer la corruption[127].
  54. Cette annexe constitue une mise à jour, reposant sur quelques indicateurs suffisamment renseignés et fiables.
  55. Étude portant sur le taux brut de scolarisation, établie sur 148 pays disposant de données suffisantes. Les taux les plus élevés sont supérieurs à 80% ; les plus faibles se situent au-dessous de 30%[137].
  56. Tel est le terme employé dans le cadre du Forum mondial organisé à Dakar en 2000.
  57. Les abandons en cours de scolarité diminuent régulièrement entre 2012 et 2016[150].
  58. L’objectif de l’enseignement primaire universel est considéré atteint lorsque le taux net de scolarisation est égal ou supérieur à 95%[152].
  59. Voir dans le corps de l’article : « Éléments d’analyse, autres indicateurs ».
  60. Les élèves relevant du 1er cycle de l’enseignement secondaire, composé des niveaux 7 à 9, sont scolarisés tantôt dans des Collèges, tantôt dans des Lycées. En 2016/2017, environ 55% des élèves fréquentent un Collège. Cette répartition explique sans doute les écarts considérables perçus dans l’affichage du nombre de Collèges ; certaines sources additionnant les deux types d’établissement[158]
  61. En 1994, le taux de réussite était de 4%[166].
  62. Concernant les résultats de 2004 à 2012, voir « Éléments d’analyse. Autres résultats encourageants » Tableau 7.
  63. 83 325 élèves se sont présentés[174].
  64. Il s’agit ici d’une hypothèse qu’il conviendrait de vérifier.
  65. Parmi l’échantillon d’élèves de niveau 9, 74,7% ont déclaré avoir suivi des cours complémentaires, 89,8% parmi les élèves de niveau 12[181].
  66. Voir dans le corps de l’article : « Des performances encore trop modestes et des fragilités ».
  67. Membre de l’ASEAN depuis 1999, le Cambodge entre dans la Communauté économique de l’Association des nations du Sud-Est le 1er janvier 2016[130].
  68. Le salaire des ouvrières du textile est de 153 $ en janvier 2017[184].
  69. Voir dans le corps de l’article, le tableau 11 et son commentaire.
  70. Concernant les années 2016, 2017, il s’agit de projections[190].
  71. Laos : 2,9% en 2014, Thaïlande 4,1%, Vietnam 5,7% en 2013 ; en pourcentage du PIB.[192]
  72. Pour la seule année 2017, la Cambodge se voit attribuer entre autres, une subvention de 100 millions de dollars américains par la Banque mondiale destinée pour partie à améliorer la qualité de l’enseignement dans les Collèges (Cambodgemag ; 19 avril 2017 (C. Nika), ainsi qu’une une aide financière fournie par le Japon, d’un montant de 40 millions de dollars dont 27 millions pour la construction d’écoles dans trois provinces[194].

RéférencesModifier

  1. Unesco. Éducation pour tous (http://www.unesco.org/new/fr/our-priorities/education-for-all/.
  2. - L’obligation scolaire au Cambodge, au Laos et au Vietnam : 17/11/1954, Charles Bilodeau http://aefek.free.fr/iso_album/bilodeau.pdf ; - Kampotmuseum : « L’Éducation au Cambodge, l’angle de l’histoire » (JM Filippi, 18 septembre 2012). https://kampotmuseum.wordpress.com/tag/role-des-ong-dans-leducation-au-cambodge/;-Monde diplomatique (octobre 1963) : Un système d’enseignement qui perfectionne ses méthodes dans le respect de la personnalité de l’individu. https://www.monde-diplomatique.fr/1963/10/A/25628
  3. -Le Monde diplomatique (octobre 1963);- Charles Bilodeau (1954);-Prigent Steven : La faible scolarisation en milieu rural cambodgien s’explique-t-elle seulement par la pauvreté ? http://journals.openedition.org/cres/212
  4. -L’obligation scolaire au Cambodge, au Laos et au Vietnam : 17/11/1954, Charles Bilodeau ; p. 69-70; 23-23; 38; 21 http://aefek.free.fr/iso_album/bilodeau.pdf
  5. -Annuaire international de l’éducation (volume XXIX ; 1967) http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001329/132956fo.pdf
  6. François Ponchaud, Une Brève Histoire du Cambodge, Siloë, , 142 p. (ISBN 9782842314170, présentation en ligne), « Le premier royaume du Cambodge (1953-1970) », p. 56-57; - Kampotmuseum : « L’Éducation au Cambodge, l’angle de l’histoire » (JM Filippi, 18 septembre 2012). https://kampotmuseum.wordpress.com/tag/role-des-ong-dans-leducation-au-cambodge/ ; -« L’Éducation nationale au Cambodge, un enjeu décisif sinon majeur pour l’avenir ». Conférence sur la Réforme du Système éducatif. (24 janvier 2017) http://www.henricapitant-cambodia.org/wp-content/uploads/2017/05/Discours-FR-.pdf Allocution du Dr Hang Chuon Naron, ministre de l’Éducation, de la jeunesse et des sports
  7. Ros Chantrabot, La République khmère : 1970-1975, L'Harmattan, , 216 p. (ISBN 9782738419309), partie III, chap. 9 (« La fin d'une république - Une économie exsangue »), p. 93-98
  8. (en) David Porter Chandler, Ben Kiernan et Chanthou Boua, Pol Pot Plans the Future : Confidential Leadership Documents from Democratic Kampuchea, 1976-1977, vol. 33, Yale University Press, coll. « Southeast Asia Studies / Monograph series », , 346 p. (ISBN 9780938692355), p. 36-40
  9. Raoul Marc Jennar, Les clés du Cambodge, Maisonneuve & Larose, , 328 p. (ISBN 9782706811500), p. 32
  10. Irène Berelowitch, « Éducation : de la pénurie à l'incertitude; histoire d'une reconstruction », Cambodge Soir,‎
  11. -Destruction et reconstruction de l’éducation au Cambodge (Chap.5, p. 45/46) ; Pich Sophoan, Directeur, Éducation et formation supérieure technique et professionnelle, Ministère de l’éducation, de la jeunesse et des sports, Phnom Penh http://www.ibe.unesco.org/fileadmin/user_upload/archive/Publications/free_publications/Tawil5f.pdf
  12. L’Éducation de base au Cambodge : un système en reconstruction (Erick Garnier et Gérard Renou). (Revue internationale d’éducation de Sèvres, 31 décembre 2002). http://journals.openedition.org/ries/1975
  13. Germaine Annat, Leang Delux et Alain Forest (dir.), Cambodge contemporain, Les Indes savantes, , 525 p. (ISBN 9782846541930), partie 3, chap. 6 (« Quelle place et quelles perspectives pour la jeunesse cambodgienne ? »), p. 346-353
  14. - Kampotmuseum : « L’Éducation au Cambodge, l’angle de l’histoire » (JM Filippi, 18 septembre 2012). https://kampotmuseum.wordpress.com/tag/role-des-ong-dans-leducation-au-cambodge/
  15. -Reconstruire un système d’enseignement et de formation de qualité au Cambodge. Séminaire national de l’éducation : 24, 26 janvier 1994. http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001392/139291fo.pdf
  16. a et b Sabine Trannin (préf. François Ponchaud), les ONG occidentales au Cambodge : La réalité derrière le mythe, L'Harmattan, coll. « Points sur l'Asie », , 264 p. (ISBN 9782747581028)
  17. a et b - Recueil de données mondiales sur l’éducation 2003 (p. 42, 53, 68, 78) http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001319/131941f.pdf
  18. a et b Ministère français des Affaires étrangères, « Fiche Cambodge », Politique étrangère de la France - Coopération éducative - Les actions de coopération dans l’enseignement supérieur - Assurer une veille sur les systèmes d’enseignement supérieur dans le monde (Base Curie) - Asie - Océanie, (consulté le 20 juillet 2014)
  19. a et b Département des affaires économiques et sociales, « Objectifs du millénaire pour le développement », Organisation des Nations unies (consulté le 16 juillet 2014)
  20. « Les six objectifs EPT », Education - Education pour tous, UNESCO (consulté le 16 juillet 2014)
  21. a b c et d -Prigent Steven, « Les actions de développement face au problème de l’enfant-vagabond (Cambodge) », Autrepart, 2014/4 (No 72), p. 201-218. DOI : 10.3917/autr.072.0201. URL : https://www.cairn.info/revue-autrepart-2014-4-page-201.ht
  22. https://www.courrierinternational.com/article/2009/03/09/fessee-et-coups-de-baguette-sont-encore-de-mise; article paru dans "Cambodge soir hebdo", sous la signature de Ung Chansophea, publié le 9 mars 2009 dans "Courrier international".
  23. Daniel Faivre, « Faisons un rêve : l'uniforme à l'école », Médium, no 8,‎ , p. 70-79 (ISSN 1771-3757 et 2259-5082, lire en ligne)
  24. (fr) Samuel Bartholin, « France Cambodge : état des lieux d’un vieux couple », Gavroche Thaïlande, série Ailleurs en Asie / Actu,‎ (lire en ligne)
  25. Jean Griffon, Cambodge : enseignement primaire et formation des maîtres, UNESCO, (lire en ligne)
  26. Erick Garnier et Gérard Renou, « L’éducation de base au Cambodge : un système en reconstruction », Revue internationale d'éducation de Sèvres, série Éclairages - Repères, no 31,‎ , p. 129-138 (lire en ligne)
  27. Sok Khin, « La khmérisation de l'enseignement et l'indépendance culturelle au Cambodge. », Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient, no 86,‎ , p. 293-319 (DOI 10.3406/befeo.1999.3414, lire en ligne)
  28. « Projet d’appui au secteur de l’éducation », Actualités - Médias - Fiches de résultats - Par Région/Pays - Cambodge, Banque mondiale (consulté le 28 juillet 2014)
  29. Ung Chamrœun, « Mentions A au baccalauréat : les forts en thème dévoilent leurs secrets », Cambodge Soir,‎
  30. Cambodge Soir Hebdo, 21 septembre 2008
  31. a b c d e f g h i j et k (en) « World Data on Education - Cambodia », Education - BIE - Services - Documents en ligne - Données mondiales de l'éducation - Septième édition 2010-2011, UNESCO (consulté le 16 juillet 2014)
  32. a b et c « Le Cambodge investit davantage dans l’éducation et la santé », Vietnam Plus, série International,‎ (lire en ligne)
  33. « Ratio élèves/enseignant par niveau d'enseignement », Éducation - Ressources humaines, UNESCO (consulté le 20 juillet 2014)
  34. « Population d'âge scolaire du primaire, les deux sexes (nombre) », Éducation - Population - Âge scolaire - Âge scolaire par niveau d'enseignement, UNESCO (consulté le 20 juillet 2014)
  35. "Nombre d'élèves de la tranche d'âge correspondant théoriquement à un niveau d'enseignement donné, exprimé en pourcentage de la population totale de cette tranche d'âge": définition retenue par l'Institut de statistique de l'Unesco[note 13]
  36. « Enfants non scolarisés ayant l'âge de l'enseignement primaire », Éducation - Enfants non scolarisés, UNESCO (consulté le 20 juillet 2014)
  37. « Pourcentage de redoublants dans l'enseignement primaire, toutes les années d'études, les deux sexes (%) », Éducation - Progression - Pourcentage de redoublants, UNESCO (consulté le 29 juillet 2014)
  38. a et b « Afrique Francophone Et Asie “Francophone” : Même Combat ? », sur Varly Project, (consulté le 23 août 2014)
  39. Institut de statistique de l'Unesco, « Taux de survie par année d'étude », glossaire (consulté le 31 juillet 2014)
  40. « Cambodge », Statistiques - Éducation, UNESCO (consulté le 20 juillet 2014)
  41. a et b Institut de statistique de l'Unesco, « Taux de transition à l'enseignement secondaire », glossaire (consulté le 31 juillet 2014)
  42. « Taux de transition du primaire au premier cycle de l'enseignement secondaire général », Éducation - Progression - Taux de transition, UNESCO (consulté le 29 juillet 2014)
  43. Bureau International d'éducation, « Temps consacré à l'enseignement et à chaque discipline durant les quatre premières années du primaire », UNESCO, (consulté le 20 juillet 2014)
  44. « Pourcentage d'enseignants de l'enseignement primaire qui sont des femmes (%) », Éducation - Ressources humaines - Pourcentage d'enseignantes par niveau d'enseignement, UNESCO (consulté le 20 juillet 2014)
  45. « Ratio élèves/enseignant par niveau d'enseignement », Éducation - Ressources humaines - Ratio élèves/enseignant en l'enseignement primaire, UNESCO (consulté le 21 juillet 2014)
  46. a et b « Effectifs scolarisés par niveau d'enseignement », Éducation - Participation - Effectifs, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  47. a et b « Effectifs scolarisés par type d'établissement », Éducation - Participation - Effectifs, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  48. Institut de statistique de l'Unesco, « Taux brut de scolarisation », glossaire (consulté le 31 juillet 2014)
  49. « Taux net de scolarisation au premier cycle du secondaire », Éducation - Participation - Taux de scolarisation - Taux net de scolarisation par niveau d'enseignement, UNESCO (consulté le 21 juillet 2014)
  50. a et b « Pourcentage de redoublants dans l'enseignement secondaire général, toutes les années d'études, les deux sexes (%) », Éducation - Progression - Pourcentage de redoublants, UNESCO (consulté le 29 juillet 2014)
  51. « Taux d'abandon du premier cycle de l'enseignement secondaire général », Éducation - Progression - Départ prématuré de l'école, UNESCO (consulté le 30 juillet 2014)
  52. a et b « Enseignants par niveau d'enseignement », Éducation - Ressources humaines - Enseignants, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  53. « Ratio élèves/enseignant en premier cycle de l'enseignement secondaire », Éducation - Ressources humaines - Ratio élèves/enseignant - Ratio élèves/enseignant par niveau d'enseignement, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  54. « Taux net de scolarisation au deuxième cycle du secondaire », Éducation - Participation - Taux de scolarisation - Taux net de scolarisation par niveau d'enseignement, UNESCO (consulté le 21 juillet 2014)
  55. AKP, « Éducation : Plus de 100.000 candidats à l’examen de Bac II », Le petit journal,‎ (lire en ligne)
  56. a et b « Cambodge », Politique étrangère de la France * Coopération éducative * Les actions de coopération dans l’enseignement supérieur * Assurer une veille sur les systèmes d’enseignement supérieur dans le monde (Base Curie) * Asie - Océanie, sur France diplomatie, Ministère français des Affaires étrangères, (consulté le 16 juillet 2014)
  57. a et b « Ratio élèves/enseignant par niveau d'enseignement », Éducation - Ressources humaines - Ratio élèves/enseignant en l'enseignement secondaire, UNESCO (consulté le 21 juillet 2014)
  58. a b et c Anne Laure Poree, « Entretien – Im Sethy, “rendre les écoles meilleures“ », Le petit journal,‎ (lire en ligne)
  59. a et b Steven Prigent, « La faible scolarisation en milieu rural cambodgien s’ explique -t- elle seulement par la pauvreté ? », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs,‎ (lire en ligne)
  60. « Enseignants formés dans l’éducation primaire (% du total des enseignants) », Données - Indicateurs - Éducation, Banque mondiale (consulté le 16 juillet 2014)
  61. Roger Barthas, « La journée mondiale des enseignants », Le journal du Cambodge - Blog,‎ (lire en ligne)
  62. a b c d e f g h i j k l et m « Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous: enseigner et apprendre. Atteindre la qualité pour tous. (2013/2014) », Education - Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous - Rapports, UNESCO (ISBN 9789232042552, consulté le 16 juillet 2014)
  63. a b c et d Christine Legrand, « Au Cambodge, le rude chemin des écoliers », La Croix, série Actualité - Monde,‎ (lire en ligne)
  64. Mme Krouch Sam An, « 6e Réunion Asie-Pacifique de l'assemblée Parlementaire de la Francophonie les 5 et 6 décembre 2013 à Vientiane - Table ronde 2 : Contribution aux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), et aux Objectifs de Développement Durable (ODD) », Assemblée régionale Asie - Pacifique, Assemblée parlementaire de la francophonie (consulté le 21 juillet 2014)
  65. Agence universitaire de la Francophonie, « 'offre d'enseignement supérieur francophone au Cambodge », (consulté le 23 août 2014)
  66. Roger Barthas, « Réduction de la pauvreté », Le journal du Cambodge - Blog,‎ (lire en ligne)
  67. « Rapport mondial sur l'éducation (2000) - Le droit à l'éducation - Vers l'éducation pour tous, tout au long de la vie », UNESCO (consulté le 16 juillet 2014)
  68. « Les enseignants et la qualité de l’éducation : Suivi des besoins mondiaux 2015 », UNESCO (consulté le 16 juillet 2014)
  69. (en) « World Data on Education VII Edition 2010/11 », UNESCO (consulté le 16 juillet 2014)
  70. « Recueil de données mondiales sur l'éducation: 2011 », Éducation, UNESCO (ISBN 9789291891078, consulté le 16 juillet 2014)
  71. « Recueil de données mondiales sur l'éducation: 2012 », Éducation, UNESCO (ISBN 9789291891214, consulté le 16 juillet 2014)
  72. Institut de statistique de l'Unesco, « Centre de données », UNESCO (consulté le 22 juillet 2014)
  73. « Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous: 2011 - La crise cachée: les conflits armés et l'éducation », Education - Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous - Rapports, UNESCO (ISBN 9789232041913, consulté le 16 juillet 2014)
  74. a b c et d « Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous: 2012 - Jeunes et compétences : l’éducation au travail », Education - Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous - Rapports, UNESCO (ISBN 9789232042408, consulté le 16 juillet 2014)
  75. « Taux net de scolarisation au primaire », Éducation - Participation - Taux de scolarisation - Taux net de scolarisation par niveau d'enseignement, UNESCO (consulté le 30 juillet 2014)
  76. « Taux brut d'admission à la dernière année d'études du primaire », Éducation - Achèvement - Taux d'achèvement et diplômés - Taux brut d'admission à la dernière année d'études, UNESCO (consulté le 30 juillet 2014)
  77. Institut de statistique de l'Unesco, « Taux brut d’accès en 1ère année du primaire », glossaire (consulté le 31 juillet 2014)
  78. « Taux d'enfants non scolarisés ayant l'âge de l'enseignement primaire », Éducation - Enfants non scolarisés, UNESCO (consulté le 30 juillet 2014)
  79. « Taux d'adolescents non scolarisés ayant l'âge du premier cycle de l'enseignement secondaire », Éducation - Enfants non scolarisés, UNESCO (consulté le 30 juillet 2014)
  80. Institut de statistique de l'Unesco, « Taux d'alphabétisme des jeunes », glossaire (consulté le 31 juillet 2014)
  81. « Taux d’alphabétisme », Éducation - Alphabétisme, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  82. « Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous: L'exigence de qualité (2005) », Education - Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous - Rapports, UNESCO (ISBN 9789232039767, consulté le 21 août 2014)
  83. « Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous: L'alphabétisation, un enjeu vital (2006) », Education - Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous - Rapports, UNESCO (ISBN 9789232040084, consulté le 21 août 2014)
  84. « Taux de transition du primaire au premier cycle de l'enseignement générale secondaire », Éducation - Progression - Taux de transition, UNESCO (consulté le 30 juillet 2014)
  85. Institut de statistique de l'Unesco, « Parité entre les sexes dans l'enseignement primaire et secondaire », Bulletin d'information de l'ISU, no 4,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2014)
  86. Université Lyon 2 (La faiblesse du secteur de l’éducation) http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2007.sum_m&part=206282
  87. « Taux de natalité brut (par 1000 habitants) », Statistiques, sur Perspective monde, Université de Sherbrooke (consulté le 16 juillet 2014)
  88. « Effectifs scolarisés par niveau d'enseignement », Éducation - Participation - Effectifs, UNESCO (consulté le 30 juillet 2014)
  89. a et b « Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous: 2007 - Un bon départ : éducation et protection de la petite enfance », Education - Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous - Rapports, UNESCO (ISBN 9789232040411, consulté le 16 juillet 2014)
  90. « Taux brut de scolarisation au préprimaire, les deux sexes (%) », Éducation - Participation - Taux de scolarisation - Taux brut de scolarisation par niveau d'enseignement, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  91. « Taux net de scolarisation au premier cycle du secondaire, les deux sexes (%) », Éducation - Participation - Taux de scolarisation - Taux net de scolarisation par niveau d'enseignement, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  92. « Taux d’alphabétisme des adultes, population 15 ans et plus, les deux sexes », Éducation - Alphabétisme - Taux d’alphabétisme, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  93. « Ratio élèves/enseignant par niveau d'enseignement », Éducation - Ressources humaines - Enseignants - Ratio élèves/enseignant, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  94. « Pourcentage d'enseignantes par niveau d'enseignement », Éducation - Ressources humaines - Enseignants - Pourcentage d'enseignants, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  95. « Pourcentage d'enseignants de l'enseignement primaire qui sont des femmes », Éducation - Ressources humaines - Enseignants - Pourcentage d'enseignants - Pourcentage d'enseignantes par niveau d'enseignement, UNESCO (consulté le 19 août 2014)
  96. Yin Chansophat, « Étude des facteurs de l'abandon scolaire au niveau primaire au Cambodge », Mémoire de maîtrise en éducation, sur Constellation, Université du Québec à Chicoutimi, (consulté le 16 juillet 2014), p. 18
  97. Yin Chansophat, « Étude des facteurs de l'abandon scolaire au niveau primaire au Cambodge », Mémoire de maîtrise en éducation, sur Constellation, Université du Québec à Chicoutimi, (consulté le 16 juillet 2014), p. 44
  98. E.T., « Scolarité : Des manuels scolaires pour tous ? », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne)
  99. « Pourcentage de redoublants dans l'enseignement primaire », Éducation - Progression - Pourcentage de redoublants, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  100. « Pourcentage de redoublants dans l'enseignement secondaire général », Éducation - Progression - Pourcentage de redoublants, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  101. « Redoublants dans l'enseignement primaire, toutes les années d'étude, les deux sexes (nombre) », Éducation - Progression - Redoublants - Redoublants dans l'enseignement primaire, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  102. « Redoublants dans l'enseignement secondaire général, toutes les années d'étude, les deux sexes (nombre) », Éducation - Progression - Redoublants - Redoublants dans l'enseignement secondaire général, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  103. « Les résultats du Cambodge », sur Conférence des Ministres de l'Éducation des États et Gouvernements de la Francophonie, (consulté le 16 juillet 2014)
  104. « Taux de survie à la dernière année d'étude de l'enseignement primaire, les deux sexes (%) », Éducation - Progression - Taux de survie - Taux de survie du primaire, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  105. Institut de statistique de l'Unesco, « Indicateurs de l'éducation - directives techniques », UNESCO, (consulté le 22 juillet 2014)
  106. « Taux de survie à la dernière année d'étude du premier cycle de l'enseignement secondaire général, les deux sexes (%) », Éducation - Progression - Taux de survie - Taux de survie du 1er cycle de l'enseignement secondaire général, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  107. « Taux d'abandon cumulative à la dernière année de l'enseignement primaire, les deux sexes (%) », Éducation - Progression - Départ prématuré de l'école - Taux d'abandon du primaire, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  108. « Taux d'abandon du primaire », Éducation - Progression - Départ prématuré de l'école, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  109. « Enfants qui quittent l'école primaire prématurément, les deux sexes (%) », Éducation - Progression - Départ prématuré de l'école - Enfants qui quittent l'école prématurément, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  110. « Taux d'abandon cumulative à la première année d'étude du premier cycle de l'enseignement secondaire général, les deux sexes (%) », Éducation - Progression - Départ prématuré de l'école - Taux d'abandon du premier cycle de l'enseignement secondaire général, UNESCO (consulté le 31 juillet 2014)
  111. « Taux d'abandon à la 2e année du premier cycle de l'enseignement général », Éducation - Progression - Départ prématuré de l'école - Taux d'abandon du premier cycle de l'enseignement secondaire général, UNESCO (consulté le 22 juillet 2014)
  112. « Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous: la crise cachée : les conflits armés et l"éducation - 2011 », Education - Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous - Rapports, UNESCO (ISBN 9789232041913, consulté le 23 août 2014)
  113. Banque mondiale, « Dépenses publiques en éducation (% du PIB) », Données (consulté le 23 août 2014)
  114. a et b Roger Barthas, « Le système éducatif au Cambodge », Le Journal du Cambodge - Blog,‎ (lire en ligne)
  115. « Prêts de 230 millions d'USD de la BAD au Cambodge », Vietnam Plus, série International,‎ (lire en ligne)
  116. « Le mendiant millionnaire », Cambodge Soir Hebdo,‎
  117. Jessica Evans, « Le FMI maintient la corruption au Cambodge dans l’ombre », Slate, série Monde,‎ (lire en ligne)
  118. a et b (en) « Corruption Perception Index 2013 », Research - Corruption Perceptions Index CPI 2013 - Results, Transparency International (consulté le 16 juillet 2014)
  119. (en) « Corruption Perception Index 2012 », Research - Corruption Perceptions Index CPI 2012 - Results, Transparency International (consulté le 16 juillet 2014)
  120. « Le truchement de la triche », Cambodge Soir Hebdo,‎
  121. AV, « Éducation : Combien pour le bac ? », Le petit journal,‎ (lire en ligne)
  122. « Camboge : Indice de développement humain (IDH) », Les Échos (consulté le 31 juillet 2014)
  123. Rapport mondial sur le développement humain, Programme des Nations unies pour le développement,
  124. « Rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous: 2010 - Atteindre les marginalisés », Education - Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous - Rapports, UNESCO (ISBN 9789232041296, consulté le 16 juillet 2014)
  125. « Inscriptions à l’école, primaire (% net) », Données - Indicateurs - Éducation, Banque mondiale (consulté le 16 juillet 2014)
  126. Chea Pharith et Agence Kampuchea Press, « Bilan annuel du ministère de l’Education », Le journal du Cambodge - Blog,‎ (lire en ligne)
  127. Pen Bona, « ASEAN : Comment atteindre les objectifs de l’intégration économique en 2015 ? », Le petit journal,‎ (lire en ligne)
  128. Sophie Boisseau du Rocher, Cambodge : La survie d'un peuple, Éditions Belin, coll. « Asie plurielle », , 192 p. (ISBN 9782701154220, présentation en ligne)
  129. « Les Objectifs de développement durable », sur https://www.unicef.fr/dossier/objectifs-de-developpement-durable-odd (consulté le 17 juin 2019)
  130. a et b Ministère de l’économie et des finances (France) : Trésor ; Indicateurs de conjoncture Situation économique et financière ; Évolution de l’inflation (20 mai 2019). https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/KH/indicateurs-et-conjoncture
  131. « Les preuves sont là : il faut investir dans l’éducation et la protection de la petite enfance. État des lieux dans le monde ». (Edition Unesco 2017) ; p. 236 et 238. [1]
  132. « Institut de statistiques de l’Unesco, Education, Participation, Effectifs, Effectifs scolarisés par niveau d’enseignement, par type d’établissement, Effectifs du pré primaire, établissements publics et privés., Pourcentage de filles par niveau d’enseignement. » (consulté le 17 juin 2019)
  133. « Institut de statistiques de l’Unesco, Education, Participation à l’éducation, Taux de scolarisation par niveau d’enseignement, Taux nets de scolarisation au pré primaire. » (consulté le 17 juin 2019)
  134. « Institut de statistique de l’Unesco, Education, Ressources humaines, Enseignants par niveau d’enseignement, Enseignants de l’enseignement pré primaire, » (consulté le 17 juin 2019)
  135. a et b « Institut de statistiques de l’Unesco ; Ressources humaines, Ratio élèves/enseignants : » (consulté le 17 juin 2019)
  136. a b c et d « Ministry of Education, Youth and Sport ; Public Education Statistics and indicators. Education, statistics et indicators : 2016/2017 : Appendix p.57. » (consulté le 17 juin 2019)
  137. Rapport mondial de suivi sur l’EPT 2015 : Progrès et enjeux ; p. 221,222. http://unesdoc.unesco.org/images/0023/002324/232433f.pdf
  138. « Plan stratégique de l’éducation 2014/2018 ; p.32. » (consulté le 19 juin 2019)
  139. « Plan stratégique de l'éducation: 2014/2018; p.91. » (consulté le 19 juin 2019)
  140. « Institut de statistiques de l’Unesco, Education, Participation, Effectifs, Effectifs scolarisés par niveau d’établissement, Effectifs scolarisés du primaire. » (consulté le 19 juin 2019)
  141. « Institut de statistiques de l’Unesco, Education, Participation, Effectifs scolarisés par type d’enseignement, Effectifs scolarisés du primaire, établissements publics, établissements privés. » (consulté le 24 juin 2019)
  142. « Institut de statistiques de l'Unesco ; Education Participation, Taux de scolarisation, Taux net de scolarisation par niveau d’enseignement, Taux net de scolarisation au primaire. » (consulté le 24 juin 2019)
  143. « Institut de statistiques de l'Unesco ; Education, Enfants non scolarisés, Nombre d’enfants non scolarisés ayant l’âge du Primaire. » (consulté le 24 juin 2019)
  144. « Institut de statistiques de l'Unesco, Education, Progression, Taux de survie du primaire. » (consulté le 24 juin 2019)
  145. « Institut de statistiques de l’Unesco, Education, Progression, Taux de transition effective de l’enseignement primaire au 1er cycle de l’enseignement secondaire général. » (consulté le 24 juin 2019)
  146. « Institut de statistiques de l’Unesco, Education, Ressources humaines, Enseignants par niveau d’enseignement, Pourcentage d’enseignantes par niveau d’enseignement. » (consulté le 24 juin 2019)
  147. « Institut de statistiques de l'Unesco, Education, Ressources humaines, Ratio élèves/enseignants, enseignement primaire. » (consulté le 24 juin 2019)
  148. « Ministry of Education, Youth and Sport ; Public Education Statistics and indicators. Education, statistics et indicators : 2016/2017 : Appendix p.57. » (consulté le 24 juin 2019)
  149. « Plan stratégique de l’éducation 2014/2018, p.37. » (consulté le 24 juin 2019)
  150. Institut de statistiques de l'Unesco, Taux d’abandon cumulatif à la dernière année d’étude primaire. http://data.uis.unesco.org/?lang=fr
  151. « Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous, 2015, Progrès et enjeux ; p.196. » (consulté le 24 juin 2019)
  152. Rapport mondial de suivi de l’éducation pour tous 2013/2014, Enseigner et apprendre : atteindre la qualité pour tous ; p. 59. http://unesdoc.unesco.org/images/0022/002261/226157f.pdf
  153. « Plan Stratégique de l’éducation 2014/2018 ; p.16. » (consulté le 24 juin 2019)
  154. « Institut de statistiques de l'Unesco, Education, Achèvement, Taux d’achèvement pour l’enseignement primaire. » (consulté le 24 juin 2019)
  155. « Rapport mondial de suivi sur l’éducation 2017/2018 ; Rendre des comptes en matière d’éducation : tenir nos engagements ; p.355 » (consulté le 24 juin 2019)
  156. Rapport mondial de suivi sur l’éducation 2017/2018 ; Rendre des comptes en matière d’éducation : tenir nos engagements ; p. 376. http://unesdoc.unesco.org/images/0026/002607/260772F.pdf
  157. « Institut de statistiques de l'Unesco: Education, Participation, Effectifs, Effectifs scolarisés par niveau d’enseignement. Education, Participation, Taux de scolarisation. Education, Progression, Taux de survie à la dernière année du 1er cycle de l’enseignement secondaire. Education, Ressources humaines, Ratio élèves/enseignant. Education, Progression, Départ prématuré de l’école. » (consulté le 24 juin 2019)
  158. Ministry of Education, « Youth and Sport ; Public Education Statistics and Indicators 2016/2017 ; Appendix : Education, Statistics 1979/1980 to 2016/2017 ».
  159. « Plan stratégique de l’éducation 2014-2018 p.49 » (consulté le 24 juin 2019)
  160. « Rapport mondial de suivi sur l’Education pour tous : 2013/2014 (Enseigner et apprendre : atteindre la qualité pour tous) ; p.69. » (consulté le 24 juin 2019)
  161. « Ministry of Education, Youth and Sport ; Education congress ; The Education, Youth and Sport performance in the academic year 2015/2016 and goals for the academic year 2016/2017 ; p.43. » (consulté le 24 juin 2019)
  162. « Plan stratégique de l’Education 2014/2018 p.48. » (consulté le 24 juin 2019)
  163. a b et c « Ministry of Education, Youth and Sport ; Education congress ; The Education, Youth and Sport performance in the academic year 2015/2016 and goals for the academic year 2016/2017 ; p.48. » (consulté le 24 juin 2019)
  164. « Institut de statistiques de l’Unesco, Education, Effectifs, Effectifs scolarisés par orientation de programmes, Effectifs scolarisés au deuxième cycle du secondaire général ; Pourcentage d’effectifs, Pourcentage de filles inscrites par orientation de programme, Pourcentage d’élèves du deuxième cycle du secondaire général qui sont des filles. » (consulté le 24 juin 2019)
  165. « Ministry of Education, Youth and Sport ; Public Education Statistics and indicators. Education, statistics et indicators : 2014/2015 : Table 1 : Schools, Classes, Students and Staff ; 2015/2016 : Table 1 : Schools, Classes, Students and Staff ; 2016/2017 : Table 1 : Schools, Classes, Students and Staff. » (consulté le 24 juin 2019)
  166. Cambodge Post : 14 septembre 2015.
  167. « Dépêche Agence Kampuchea Press (AKP) », (consulté le 24 juin 2019)
  168. « Le Petit Journal ; dépêche AKP », (consulté le 24 juin 2019)
  169. « Agence Kampuchea Press », (consulté le 30 septembre 2017)
  170. « Agence Kampuchea Press », (consulté le 24 juin 2019)
  171. « Agence Kampuchea Press », (consulté le 24 juin 2019)
  172. a et b « Cambodge Post », (consulté le 6 novembre 2014)
  173. « Le Petit Journal ( AKP ) », (consulté le 8 octobre 2014)
  174. AKP, 15 septembre 2015. http://www.akp.gov.kh/fr/?p=10950
  175. « Agence Kampuchea Press », (consulté le 24 juin 2019)
  176. « Plan stratégique de l’éducation 2014/2018, Annexe 2 p.95. » (consulté le 24 juin 2019)
  177. « Institut de statistiques de l'Unesco, Education, Achèvement, Taux d’achèvement pour le 1er cycle de l’enseignement secondaire, données d’enquêtes auprès des ménages. » (consulté le 24 juin 2019)
  178. « Confiance, défiance et (abus) d’autorité dans l’éducation au Cambodge (Revue internationale d’éducation ; Sèvres N° 72, Septembre 2016) ; p.125-136. » (consulté le 24 juin 2019)
  179. « Rapport mondial de suivi sur l’éducation 2017/18 : Rendre des comptes en matière d’éducation : tenir nos engagements (p.109). » (consulté le 25 juin 2019)
  180. « Rapport mondial de suivi sur l’éducation 2017/18 : Rendre des comptes en matière d’éducation : tenir nos engagements (p.109). » (consulté le 24 juin 2019)
  181. Confiance, défiance et (abus) d’autorité dans l’éducation au Cambodge (Revue internationale d’éducation ; Sèvres No 72, septembre 2016) ; p. 125-136,https://journals.openedition.org/ries/5533
  182. « Allocution du Ministre de l’éducation, de la Jeunesse et des Sports : « L’éducation nationale au Cambodge, un enjeu décisif sinon majeur pour l’avenir » (24 janvier 2017) » (consulté le 24 juin 2019)
  183. « Organisation internationale du travail : Allégations envoyées par l’Association indépendante des enseignants du Cambodge (CITA). » (consulté le 24 juin 2019)
  184. Cambodgemag : 24/10/2016.
  185. « Institut de statistiques de l’Unesco. Profil par pays. (Education, Alphabétisme) » (consulté le 24 juin 2019)
  186. a et b « Institut de statistiques de l'Unesco, Education, Alphabétisme, Population analphabète. » (consulté le 24 juin 2019)
  187. « Banque mondiale : Taux d’alphabétisation des jeunes. » (consulté le 24 juin 2019)
  188. « Institut de statistiques de l'Unesco, Profil par pays, Education, Alphabétisme, Dépenses en éducation. » (consulté le 24 juin 2019)
  189. « Rapport mondial de suivi sur l’éducation 2017/18 : Rendre des comptes en matière d’éducation : tenir nos engagements. Tableau 15, p.400. » (consulté le 24 juin 2019)
  190. Perspective Monde. Université de Sherbrooke. Dépenses publiques en éducation;http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/statistiques/4
  191. « Banque mondiale, Dépenses publiques en éducation » (consulté le 24 juin 2019)
  192. Banque mondiale, Dépenses publiques en éducation https://donnees.banquemondiale.org/indicator/SE.XPD.TOTL.GD.ZS
  193. « Ministère de l’économie et des finances (France) : Présentation générale du Cambodge. », (consulté le 24 juin 2019)
  194. Cambodgemag, 22 novembre 2017