Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porrino.
Ennio Porrino
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Autres informations
Genre artistique
Site web

Ennio Porrino (Cagliari, - Rome, ) est un compositeur et professeur italien. Parmi ses compositions figurent des œuvres orchestrales, un oratorio, de la musique de films et plusieurs opéras et ballets. Son œuvre la plus connue est le poème symphonique Sardegna, un hommage à sa Sardaigne natale, qui a été créé à Florence en 1933.

Biographie et carrièreModifier

Porrino a étudié la composition avec Cesare Dobici et Giuseppe Mulè (en) obtenant son diplôme en 1932 à l'Académie nationale Sainte-Cécile à Rome. Plus tard, il a étudié avec Ottorino Respighi de 1932 à 1935. Selon Alfredo Casella, Porrino est devenu l'un des disciples de Respighi, défendant un mouvement de musique nationale italienne et opposé ouvertement aux compositeurs tels que Casella, Dallapiccola, et Malipiero pour leur musique moderniste[1],[2]. Après la mort de Respighi en 1936, Porrino et la veuve de Respighi Elsa ont terminé son opéra inachevé Lucrezia pour sa première à titre posthume à la Scala en 1937[3].

De 1936 à 1945, il enseigne au Conservatoire de Rome.

En 1946, il a été nommé vice-bibliothécaire de la Bibliothèque du Conservatoire de San Pietro a Majella de Naples et a commencé le travail de réarrangement de la riche collection inestimable de livres, une tâche à laquelle il a travaillé jusqu'en 1948, quand il a commencé à enseigner la composition dans la même institution. En 1951, il est devenu professeur de composition au Conservatoire de Rome, puis en 1956 directeur du Conservatoire Pierluigi da Palestrina de Cagliari. Il a été membre de l'Académie nationale de Santa Cecilia de Rome et de l'Académie Luigi Cherubini de Florence.

En 1956, il a épousé Malgari Onnis (née en 1935), peintre et décoratrice de théâtre. Elle a conçu la production de la dernière œuvre de Porrino, l'opéra I Shardana, dont la première a eu lieu le , six mois avant sa mort. Le couple a eu une fille, Stefania (née en 1957), qui est devenue un directeur de dramaturge et scène[3],[4].

Porrino est mort à Rome en 1959 à l'âge de 49 ans.

Le Concours international de piano Ennio-PorrinoModifier

Cagliari, la ville de naissance de Ennio Porrino, est le siège du Concours international de piano dédié à sa mémoire. Fondé en 1981 par les Amis de la Musique de Cagliari, sous la direction de Sergio Perticaroli[5] , le concours Porrino prévoyait également au début un concours de piano, un concours de composition et un concours pour un autre instrument (qui changeait chaque année), tandis que depuis 1996, le concours est réservé au piano. Le Concours Porrino offre chaque année, entre autres, un Prix spécial pour l'exécution des œuvres d'Ennio Porrino.

CompositionsModifier

  • 1928 - Attìtidu Lamento funebre dai "Dieci canti in stile sardo"
  • 1930 - Preludio per organo in fa maggiore
  • 1932 - 1: Bastimento negriero,impressione per violino e pianoforte
  • 1934 - Tartarin de Tarascon, Ouverture pour Orchestre
  • 1934 - Sardegna, poème symphonique pour orchestre
  • 1934 - Canti di stagione, pour voix et orchestre
  • 1935 - I canti della schiavitù
  • 1935 - 2: Il sogno dello schiavo
  • 1935 - 3: Indios-danza, pour violon, violoncelle et piano
  • 1936 - Notturno e danza
  • 1936 - Canti di stagione, pour voix de soprano ou de ténor et petit orchestre
  • 1936 - Concertino per tromba in Sib e pianoforte
  • 1936 - Sinfonia per una fiaba, partitura per grande orchestra
  • 1937 - La Visione d'Ezechiele, Prélude, Adagio et Choral pour Orchestre
  • 1937 - Canzone romanesca, pour chant et piano
  • 1938 - Traccas
  • 1939 - Tre Canzoni Italiane
  • 1940 - Proserpina', Chœur de femmes (à 3 voix)
  • 1941 - Monte Circeo, mélodie pour chant et piano
  • 1944 - Marcia del volontario
  • 1945 - Tre liriche greche pour soprano et orchestre de chambre tirés de I canti dell'esilio. Parte prima
  • 1945 - Tre liriche italiane (Prima serie, dal '200 al '400) pour soprano et orchestre de chambre tirés de I canti dell'esilio Parte prima
  • 1945 - Tre liriche trobadoriche pour soprano et orchestre de chambre tirés de I canti dell'esilio. Parte prima
  • 1947 - Sonata drammatica, pour voix récitante et piano
  • 1952 - Nuraghi
  • 1953 - Concerto dell'Argentola, pour guitare et orchestre
  • 1955 - Notte di Natale e campane di Pasqua, pour chœur a cappella à 3 voix
  • 1957 - Nuraghi, 3 danze primitive sarde
  • 1958 - Dancing pour piano
  • 1959 - La bambola malata
  •  ???? - In su monte Limbara
  •  ???? - Tres' arrosas de oru
  •  ???? - Notturno, Sonata drammatica in re min, op 35
  •  ???? - Preludio, adagio e corale

OpérasModifier

  • 1937 - Lucrezia (opéra d'Ottorino Respighi qu'il a complété à partir des esquisses laissées par le maître, unitamente alla moglie di quest'ultimo)
  • 1939 - Gli Orazi, opéra. Livret de C. Guastalla. Création : Milan, 1941.
  • 1949 - Il processo di Cristo, oratorio pour soli, chœur, orgue et orchestre
  • 1949 - Mondo Tondo, ballet
  • 1955 - L'organo di bambù
  • 1959 - I Shardana, drame musical en trois actes

Musiques de filmModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Slonimsky, Nicolas and Kuhn, Laura (2001). "Porrino, Ennio". Baker's Biographical Dictionary of Musicians. Online version retrieved via HighBeam Research 28 février 2015.
  2. Earle, Ben (2013). Luigi Dallapiccola and Musical Modernism in Fascist Italy, p.106. Cambridge University Press. (ISBN 1107433797)
  3. a et b amadeusonline
  4. Biblioteca Teatrale del Burcardo. Il Fondo Onnis-Porrino. consulté le 9 novembre 2013 (it).
  5. Associazione Amici della Musica di Cagliari. "Concorso Internazionale di Pianoforte “Ennio Porrino”: La storia". Consulté le 28 février 2015 (it).