Ouvrir le menu principal

Enclume (instrument de musique)

instrument de musique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Enclume.

Enclume
Image illustrative de l’article Enclume (instrument de musique)
Enclumes employées pour Ionisation de Varèse

Classification Instrument à percussion
Famille Idiophones
Instruments voisins Cloches tubulaires, Vibraphone, Xylophone, Marimba, Métallophone

L'enclume est un instrument de musique de la famille des percussions. À l'origine, il ne s'agissait que d'une utilisation musicale de l'enclume de forgeron. Les instruments modernes sont composés d'une lame ou d'un tube de métal de dimensions précisément définies pour obtenir une note de la gamme tempérée. Ils sont généralement frappés avec des marteaux métalliques, et peuvent être placés dans un cadre servant de caisse de résonance (« résonateur »).

HistoireModifier

L'enclume est d'abord considérée comme un instrument « pittoresque ». Elle apparaît pour la première fois sur scène dans l'opéra d'Auber Le Maçon, en 1825. Hector Berlioz l'emploie dans son Benvenuto Cellini, en 1838, pour accompagner le chœur des compagnons du célèbre ciseleur (« Bienheureux les matelots »).

En 1853, Giuseppe Verdi utilise deux enclumes pour le fameux « chœur des enclumes » du Trouvère (« Vedi ! le fosche notturne spoglie »). Richard Wagner porte ce nombre à dix-huit pour un interlude de L'or du Rhin (1869) évoquant l'activité des nains dans la mine, où les instruments sont tous accordés en Fa sur trois octaves et répartis à différents endroits derrière la scène.

Le compositeur allemand emploie encore une enclume dans le 1er acte de Siegfried (1876), pour accompagner le héros au moment de forger son épée Notung (« Nothung ! Nothung ! Neidliches Schwert ! »)

Emploi dans l'orchestreModifier

Au XIXe siècle, puis au XXe siècle, l'emploi des enclumes s'est diversifié, touchant la musique symphonique et la musique expérimentale comme la musique populaire.

OpéraModifier

Musique symphoniqueModifier

SymphoniesModifier

Poèmes symphoniquesModifier

  • Belshazzar's Feast de William Walton,
  • Song of the Blacksmith (« chant du forgeron ») dans la 2e suite en Fa pour harmonie militaire de Gustav Holst,
  • De Materie (1re partie) de Louis Andriessen, comprenant un long solo pour deux enclumes,
  • Feuerfest Polka, op. 269 de Josef Strauss, composée pour un bal donné par un fabricant de coffre-fort qui fétait son vingt-millième produit[1].

Musique expérimentaleModifier

  • Ionisation d'Edgar Varèse, où le compositeur emploie deux enclumes dont il précise les dimensions plutôt que la hauteur :

Musique populaireModifier

Musique de filmModifier

Parmi les utilisations de l'enclume dans l'orchestre, il convient de citer les films suivants :

Notes et référencesModifier

  1. Scott, Derek B. (2008). Sounds of the metropolis : the nineteenth-century popular music revolution in London, New York, Paris, and Vienna, p. 139. Oxford University Press, New York. (ISBN 978-0-19-530946-1).