Enantiornithes

Énantiornite

Les énantiornithes (nom scientifique : Enantiornithes) sont une sous-classe éteinte de dinosaures ailés, qui vivaient au Crétacé. Les espèces de cette sous-classe ont disparu à la suite de l'extinction massive du Crétacé, il y a environ 66 millions d'années (Ma).

ÉtymologieModifier

Le nom Enantiornithes est construit sur les mots grecs ἐνάντιος / enantios (« opposé, contraire ») et όρνιθες / ornithes (« oiseaux »). Il est dû à Cyril Walker (en), qui a créé le groupe en 1981 en expliquant que le nom d'« oiseau opposé » pointait une caractéristique fondamentale spécifique à ce taxon par rapport aux autres oiseaux, une inversion de l'articulation entre l'omoplate (scapula) et l'os coracoïde[3].

FossilesModifier

Plusieurs fossiles d'énantiornithes ont été découverts préservés dans l'ambre de Birmanie, daté à 99 Ma. Ces restes sont parmi les mieux conservés de ceux des dinosaures mésozoïques. Les ailes présentaient des variations dans le pigment des plumes ; elles montrent que les énantiornithes avaient des plumes entièrement modernes, avec des barbes, des barbules et une grande alula.

De nombreux squelettes d'énantiornithes du Crétacé inférieur ont été retrouvés complets (mais écrasés) en Chine. Ceux du Crétacé supérieur, en revanche, n'ont longtemps été représentés que par des fossiles très fragmentaires, souvent des os isolés. En 2021, un squelette d'énantiornithe remarquablement bien conservé (dans les trois dimensions) a été découvert dans le Henan (Chine centrale), dans des couches du Crétacé supérieur datant d'environ 70 Ma. Cette espèce, nommée Yuornis junchangi, avait la taille d'un pigeon et les caractéristiques principales des énantiornithes mais son crâne évoque celui des oiseaux modernes. Contrairement à la plupart des énantiornithes connus, ses mâchoires ne portent plus de dents, et le cerveau semble avoir subi une rotation similaire à celle des oiseaux plus évolués. Diverses connexions osseuses ont aussi disparu, et la mobilité de la mâchoire par rapport au reste du crâne paraît avoir été plus grande que chez les autres énantiornithes, comme chez les oiseaux modernes[4],[5].

ClassificationModifier

CladistiqueModifier

Le cladogramme suivant résulte d'une analyse phylogénétique réalisée par Min Wang, Han Hua & Zhiheng Li en 2015[6].

Ornithothoraces

Euornithes


Enantiornithes

Protopteryx



Pengornithidae



Longipterygidae


Euenantiornithes

Eocathayornis




Elsornis




Dunhuangia



Fortunguavis




Bohaiornithidae




Pterygornis




Eoenantiornis




Cathayornis




Vescornis



Neuquenornis



Gobipteryx



Eoalulavis




Qiliania



Concornis













SystématiqueModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Min Wang, Zhong-He Zhou, Jingmai K. O'Connor et Nikita V. Zelenkov, « A new diverse enantiornithine family (Bohaiornithidae fam. nov.) from the Lower Cretaceous of China with information from two new species », Vertebrata PalAsiatica, vol. 52, no 1,‎ , p. 31–76 (lire en ligne)
  2. (en) X. Wang, J. K. O'Connor, X. Zheng, M. Wang, H. Hu et Z. Zhou, « Insights into the evolution of rachis dominated tail feathers from a new basal enantiornithine (Aves: Ornithothoraces) », Biological Journal of the Linnean Society, vol. 113, no 3,‎ , p. 805–819 (DOI 10.1111/bij.12313)
  3. (en) C.A. Walker, « New subclass of birds from the Cretaceous of South America », Nature, vol. 292, no 5818,‎ , p. 51–3 (DOI 10.1038/292051a0, Bibcode 1981Natur.292...51W)
  4. « Yuornis junchangi, le squelette de l’enantiornithe le plus complet trouvé à ce jour »  , sur INSU, (consulté le ).
  5. (en) Li Xu, Eric Buffetaut, Jingmai O’Connor, Xingliao Zhang, Songhai Jia et al., « A new, remarkably preserved, enantiornithine bird from the Upper Cretaceous Qiupa Formation of Henan (central China) and convergent evolution between enantiornithines and modern birds », Geological Magazine (en),‎ , p. 1-8 (DOI https://doi.org/10.1017/S0016756821000807).
  6. (en) Min Wang, Han Hua et Zhiheng Li, « A new small enantiornithine bird from the Jehol Biota, with implications for early evolution of avian skull morphology », Journal of Systematic Palaeontology, vol. 14, no 6,‎ , p. 1–17 (DOI 10.1080/14772019.2015.1073801)

Voir aussiModifier