En este pueblo no hay ladrones

En este pueblo no hay ladrones (Il n'y a pas de voleur dans ce village) est une nouvelle écrite par Gabriel García Márquez en 1962. Elle raconte les aventures d'un petit village dans lequel on a dérobé les boules de billard de la salle de jeu, unique distraction de la communauté. La nouvelle a été adaptée au cinéma en 1965 par Alberto Isaac, avant qu'aucun des deux ne soit connu du grand public.

Le livreModifier

SynopsisModifier

Dans un petit village, la salle de jeu est la seule distraction pour la population. Jusqu'au jour où Dámaso, marié, futur père d'un petit garçon, dérobe les boules de l'unique table de billard. Un évènement a priori anodin, mais qui provoque l'ennui généralisé au village, et la multiplication des accusations portées sur un Noir. Le bouc émissaire sera battu par la police locale et emmené hors du village. Dámaso, rongé de remords, décide de restituer l'objet du délit, qui de toute façon lui est inutile.

ThématiqueModifier

L'acte du vol est abordé dans son sens social, de sa nécessité première à ses conséquences directes ou indirectes (privation du bien, suspicion, reproches, sanctions, remords), toujours dépendantes du contexte dans lequel il a lieu. Le sociologue Émile Durkheim disait qu'un crime n'est pas puni par la société pour être un crime, sinon qu'il est un crime pour être puni par la société[1]. Cette approche est mise en valeur dans ce drame sociologique.

Le filmModifier

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Par ordre alphabétique :

Autour du filmModifier

En 1964, la STPC[2] ouvrit au public le Premier Concours du Film Expérimental, qui prétendait donner à de nouveaux talents l'opportunité d'entrer dans l'industrie du cinéma mexicain, alors très fermée. Alberto Isaac, anciennement nageur olympique, caricaturiste, et éditorialiste, y vit l'occasion rêvée de tenter sa chance. Trente réalisateurs amateurs participèrent, douze films furent présentés, et Isaac remporta le second prix avec En este pueblo no hay ladrones[3]. Isaac et le critique de cinéma Emilio García Riera avaient décidé d'adapter la nouvelle de leur ami Gabriel García Márquez, alors inconnu du grand public. Le film fut tourné en trois semaines à Mexico et à Cuautla, en utilisant parcimonieusement un budget restreint. On peut voir apparaître dans ce film un véritable Who's Who de la scène artistique mexicaine de l'époque : les réalisateurs Luis Buñuel, Arturo Ripstein, Alfonso Arau, José Luis Cuevas, l'écrivain Juan Rulfo, les caricaturistes Ernesto García Cabral et Abel Quezada, l'actrice Elda Peralta, le critique Carlos Monsiváis, ainsi qu'Isaac, sa femme Lucero, Emilio García Riera et Gabriel García Márquez eux-mêmes.

Le film fut un succès, mais Isaac dut attendre trois ans avant que le producteur Alfredo Ripstein Jr. (le père d'Arturo) lui offre la possibilité de diriger Las visitaciones del diablo (1968).

DistinctionsModifier

Autres adaptationsModifier

En este pueblo no hay ladrones a également fait l'objet d'adaptations théâtrales.

Notes et référencesModifier

  1. (es) Article Supercontra
  2. Sindicato de Trabajadores de la Producción Cinematográfica de la República Mexicana (STPC)
  3. Le premier prix fut remporté par Rubén Gámez pour La fórmula secreta

Liens externesModifier