Empel

quartier de la ville de Bois-le-Duc

Empel
Blason de Empel
Héraldique
Empel
Administration
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Commune Bois-le-Duc
Province Drapeau de la province de Brabant-Septentrional Brabant-Septentrional
Indicatif téléphonique international +(31)
Démographie
Population 5 160 hab. (2009)
Géographie
Coordonnées 51° 43′ 52″ nord, 5° 19′ 38″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Brabant-Septentrional
Voir sur la carte administrative de la zone Brabant-Septentrional
City locator 14.svg
Empel
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
Voir sur la carte administrative des Pays-Bas
City locator 14.svg
Empel
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
Voir sur la carte topographique des Pays-Bas
City locator 14.svg
Empel

Empel est un village et un quartier situés dans la commune néerlandaise de Bois-le-Duc, dans la province du Brabant-Septentrional. En 2009, le village comptait 5 160 habitants.

HistoireModifier

Le noyau historique d'Empel se situait là où aujourd'hui se trouve le petit village d'Oud-Empel, centre de la seigneurie d'Empel. À l'instauration des communes, Empel forme avec Meerwijk la commune d'Empel en Meerwijk. Le , Empel en Meerwijk est rattaché à Bois-le-Duc.

Les origines d'Empel remontent dans un passé lointain. Des découvertes archéologiques d'origine celtique ont été mises au jour.

A son emplacement s'élevait un temple romain dédié à Hercules Magusanus (nl), nom latin du dieu suprême des Bataves. Des pierres votives et des armes détruites, offertes comme offrandes, ont été retrouvées[1]. Des ruines romaines sont présentes dans la région.

Des vestiges d'un château ont également été découverts. Dans des écrits du XIIIe siècle, ce château est mentionné comme "Kasteel Meerwijk" (ou Château de Meerwijk)[2].

Au Moyen Âge, Empel et Meerwijk ont formé une seigneurie. Le centre du quartier était situé où se trouve maintenant Oud-Empel.

Empel appartenait au quartier de Maasland du Bailliage de Bois-le-Duc.

La bataille d'Empel aussi appelée "Miracle d'Empel" (en esp. Milagro de Empel) s'est tenue du au , durant la Guerre de Quatre-Vingt Ans, lors de laquelle une armée espagnole a échappé miraculeusement à la destruction totale après la découverte d'une image hollandaise catholique de l'Immaculée Conception qui était cachée.

Cette armée espagnole se trouvait dans une situation désespérée, assiégée par la marine hollandaise protestante et encerclée par les rivières. La nuit suivant la découverte de l'image pieuse, les rivières ont gelé et les troupes espagnoles ont pu les traverser échappant ainsi au siège, détruisant ou capturant les navires de la flotte hollandaise bloqués par la glace, éliminant le camp de l'armée hollandaise. En Espagne, la bataille est toujours célébrée avec la croyance que l'armée a été sauvée grâce à l'intervention de Sainte Marie de l'Immaculée Conception. En mémoire de cet événement militaire, l'Immaculée Conception est la patronne de l'infanterie espagnole.

Pendant la Révolution française, la seigneurie a cessé d'exister et après l'ère napoléonienne, avec la division des municipalités Empel est devenue le centre administratif de la municipalité d' Empel en Meerwijk.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le village, situé sur la Meuse, a été gravement endommagé. Cela a conduit à la démolition de l'église catholique. Le quartier incluant l'église et la mairie a été reconstruit en tant que brinkdorp[3] vers 1952 dans un endroit légèrement au sud-est de l'ancien emplacement. L'ancien emplacement d'origine a été renommé Oud-Empel.

Le nouveau quartier Empel est devenu le centre de la municipalité d' Empel en Meerwijk et est resté ainsi jusqu'à ce qu'en 1971, la municipalité a été annexée par la municipalité de Bois-le-Duc.

Empel est maintenant devenu un quartier de plus de 6 505 habitants. Dans les polders à l'est d'Empel, le nouveau quartier tentaculaire De Groote Wielen, a été construit avec 8 300 logements, bien que ce quartier fasse partie du district de Rosmalen. Le projet Maaspoort a été précédemment construit à l'ouest d'Empel. À l'est du quartier se trouve le canal Máxima (nl) (ou en néerl. Máximakanaal), détournement du Zuid-Willemsvaart.

Notes et référencesModifier

  1. « Empel". » (consulté le 11 juillet 2020)
  2. (nl) Archeologisch rijksmonument Kasteel Empel
    "En 1973, une partie du site au nord du Kasteeldreef à Empel a été déclarée monument archéologique, car il était connu que les vestiges du château "Slot te Meerwijk" s'y trouvaient. Des recherches à petite échelle par les archéologues de la municipalité de Bois-le-Duc en 1990 ont montré que l'indication ne protégeait pas tous les restes. Un four à briques du XIVe siècle à proximité a également été étudié pendant cette campagne. Tout cela a abouti en 2005 à la désignation du reste du site en question comme monument archéologique national.
    Données historiques
    La mention la plus ancienne de la place Empel apparaît dans un certificat de 815, dans lequel est mentionnée la donation de l'église et d'une ferme et des pâturages au monastère de Lorsch. En 969, une nouvelle église est mentionnée, construite pour remplacer l'ancienne qui a été détruite par une inondation. Plus tard aux XIIe siècle et XIIIe siècle, les possessions d'Empel sont progressivement tombées entre les mains du duc de Brabant.
    Ces zones sont distinctes du château d'Empel, qui apparaît au XIIIe siècle comme sources écrites comme le château de Meerwijk. La mention la plus ancienne d'un Seigneur de Meerwijk apparaît dans une charte de 1231. Meerwijk reste en possession de cette famille aux XIIIe siècle et XIVe siècle. Le château a été consacré "maisons ouvertes" au comte de Gueldre en 1311. Cela signifie que le comte y avait accès dans des situations de guerre, et signifie également que le château était considéré à l'époque comme un véritable avantage militaire.
    Le château a probablement été gravement endommagé au XVIe siècle pendant les guerres de Gueldre et plus tard pendant la guerre de 80 ans. Du XVIIe siècle, il continue de se décomposer jusqu'au XIXe siècle, il ne reste que quelques murs.
    Dans les années 1970, une zone a été projetée sur ce qui était alors considéré comme le terrain du château présumé, qui a reçu le statut de monument archéologique national.
    Données archéologiques
    Sur la base de la superficie de la zone classée monument national, des recherches archéologiques à petite échelle ont été menées en 1989 et 1990 en consultation avec le Bureau national pour la recherche sur les sols archéologiques d'alors (Rijksdienst voor Oudheidkundig Bodemonderzoek) (aujourd'hui l' Agence du patrimoine culturel des Pays-Bas - Rijksdienst voor het Cultureel Erfgoed), précédées d'une mesure minutieuse du micro-relief, afin de déterminer l'importance et déterminer la taille du parc du château. Il s'est avéré que le monument national officiel de la place ne comprenait qu'une partie du château principal. Au cours des investigations de la campagne, la limite d'origine du château principal et de la majeure partie du système de canaux a pu être déterminée. Les fondations d'un four à briques complet du XIVe siècle ont également été documentées. Des vestiges archéologiques de la période de la plus ancienne mention d'Empel (période carolingienne, IXe-Xe siècle) n'ont pas été trouvés avec certitude sur le terrain du château; à proximité immédiate à environ 100 m du parc du château. Tous les vestiges archéologiques sont mesurés et recouverts d'une couverture de sol protecteur.
  3. Appelé aussi esdorp ou enkdorp, c'est une forme particulière de village situé au bord de sols sablonneux aux Pays-Bas, généralement originaire du haut Moyen Âge.

Liens externesModifier