Emmanuelle de Bourbon

Prétendante au duché d'Aquitaine
Emmanuelle de Bourbon
Duchesse d'Aquitaine
Biographie
Titulature duchesse d’Aquitaine
Dynastie Bourbon
Nom de naissance Donna[1] Emanuela Maria Pratolongo
Naissance (60 ans)
Gênes (Italie)
Père Vincenzo Pratolongo
Mère Sofia Hardouin di Gallese, des ducs de Gallese[1](1930-2013).
Conjoint Prince Gonzalve de Bourbon, duc d’Aquitaine (1937-2000).

Description de l'image Armoiries de la Princesse Emmanuelle de Bourbon, duchesse d'Aquitaine.png.

Donna[1] Emanuela Maria Pratolongo, devenue, par son mariage, Emmanuelle de Bourbon[2] et portant le titre de courtoisie de duchesse d’Aquitaine[a], née le à Gênes, en Italie, est une femme d’affaires italienne, veuve de Gonzalve de Bourbon (1937-2000), duc d’Aquitaine — second fils du prétendant légitimiste au trône de France Jacques-Henri de Bourbon (1908-1975), duc d’Anjou et de Ségovie, et frère cadet du prince Alphonse de Bourbon (1936-1989), duc de Cadix[4] et duc d'Anjou, prétendant légitimiste au trône de France.

Elle est considérée par les légitimistes comme un membre de la famille royale de France en tant que tante paternelle de Louis de Bourbon, duc d'Anjou.

FamilleModifier

Parents et titresModifier

Emmanuelle de Bourbon est la fille de Vincenzo Pratolongo (19..-2015)[5] et de Sofia Hardouin di Gallese, des ducs de Gallese[1]. (1930-2013), petite-fille de Luigi Hardouin, 2e duc de Gallese (1862-1920).

 
Armoiries de la famille Pratolongo

Le commandeur Rocco Pratolongo, grand-oncle de Vincenzo Pratolongo, fut titré comte Pratolongo par le roi d'Italie Victor-Emmanuel II en 1877[6].

ArmoiriesModifier

Les armoiries[7] de la famille Pratalongo sont :

  • Écu : Coupé : au I parti de gueules au lion d’or fixant un soleil issant du canton droit du chef, et d’azur à la colombe tenant en son bec une branche et volant vers le milieu d’un peuplier mouvant du parti, le tout au naturel ; au II, d’azur à trois bandes d’or[6].
    • en italien : Spaccato : nel primo partito, a) di rosso, al leone d'oro fissante un sole uscemte dal cantone destro del cap ; b) d'azzurro, alla colomba tenente nel becco un ramo d'alloro e volante verso la metà d'un pioppo movente dalla partizione, il tutto al naturale ; nel second d'azzurro, a tre bande d'oro.
  • Devise : Finché arrivi[6].
  • Supports : deux griffons. (Sostegni : Due grifoni.)
  • Couronne de comte[6].

MariageModifier

Le à Gênes[3],[8], Emmanuelle épouse civilement Gonzalve de Bourbon, petit-fils du roi Alphonse XIII et membre de la famille de Bourbon qui soutient les revendications dynastiques de son frère aîné, le duc d'Anjou et de Cadix, pour le trône de France et qui porte le titre de duc d’Aquitaine que lui a conféré leur père[1]..

Il s’agit du troisième mariage civil du duc d’Aquitaine, qui aurait d’abord épousé civilement en 1983 Carmen Harto Montealegre (1947) au Mexique et divorcé la même année, puis, a contracté en 1984 une union civile et religieuse en Espagne avec María de las Mercedes Licer y García (1963). Après la séparation des époux par jugement en , le divorce est prononcé le [1].

Toutefois, la déclaration de nullité du mariage religieux de Gonzalve ne survient que le , par décision du tribunal de la Rote de Bologne[9],[10]. Le mariage religieux de Gonzalve et d’Emmanuelle est par la suite célébré en l'église Santa Maria in Campitelli, à Rome, le [b]. Le couple n’admet pas de postérité.

La duchesse travaille dans une entreprise de fret maritime appartenant à son père Vincenzo[11].

TitulatureModifier

  •  : Donna Emanuela Pratolongo
  • 12 décembre 1992 — 17 septembre 1995 : Madame Gonzalve de Bourbon
  • Depuis le  : Son Altesse Royale la duchesse d’Aquitaine

Selon certaines sources[1], Emmanuelle de Bourbon aurait détenu jeune fille le traitement honorifique de donna. Le 12 décembre 1992, son mariage civil lui donne le droit de porter le nom de famille de Bourbon mais exclut le prédicat d’altesse royale et le titre du duchesse d’Aquitaine. Le , après qu’elle contracte une union religieuse avec Gonzalve de Bourbon, Emmanuelle obtient le prédicat d’altesse royale et le titre de duchesse d’Aquitaine.

Gonzalve de Bourbon est considéré par les légitimistes depuis 1938 comme un « fils de France » et il a reçu en 1972 le titre de duc d’Aquitaine par lettres patentes[3] de son père le duc d’Anjou.

En tant que tante de Louis de Bourbon, candidat légitimiste au trône de France depuis 1989, la duchesse d’Aquitaine est considérée par les légitimistes comme faisanst partie de la famille royale de France[12].

DistinctionsModifier

Emmanuelle de Bourbon fait partie du comité d’honneur de l’annuaire High-Life[13], comité dont font partie notamment Valéry Giscard d’Estaing, Hervé de Charette, Inès de La Fressange, Emmanuel de Brantes et Charles Bonaparte.

AscendanceModifier

La généalogie de la duchesse d’Aquitaine a été étudiée par Christian Papet-Vauban dans un article paru en 1995 dans la revue Feuille d’information légitimiste, à l’occasion du mariage religieux de Gonzalve et Emmanuelle de Bourbon[6]. Par sa mère, donna Sofia Hardouin di Gallese, la duchesse d’Aquitaine descend par la famille Monroy (it) des rois capétiens Jean II de France, Pierre Ier de Portugal et Charles III de Navarre[7], ainsi que du roi Henri II de Castille. La famille Hardouin est originaire de la commune de Clinchamps-sur-Orne, près de Caen.

Arbre généalogiqueModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Elle est citée dans l’État présent de la maison de Bourbon sous le nom de[3] :
    « EMMANUELLE MARIE Pratolongo, titrée S.A.R. la duchesse d’Aquitaine, née à Gênes le , fille de Vincent Pratolongo, et de donna Sophie Hardouin de Gallese, des ducs de Gallese. »
  2. Il s’agit de la date donnée dans l’État présent de la maison de Bourbon[3] ; celle du 17 septembre est citée dans Le Petit Gotha[1] et Le Royaume d’Espagne[8].

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g et h Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 415
  2. La duchesse d'Aquitaine photographiée à Gstaad en mars 2018 dans le magazine Point de vue : voir en ligne (S.A.R. la princesse Emanuela de Bourbon et la princesse Orsini).
  3. a b c et d Pinoteau, Papet-Vauban et Vaulchier 2012, p. 43.
  4. Titre régulier conféré en 1972 par le général Franco, chef de l’État espagnol.
  5. Necrologi
  6. a b c d et e Papet-Vauban 1995.
  7. a et b Ricardo Mateos S. de Medrano, « Datos acerca de doña Emanuela Pratolongo », Boletín de la Real Academia Matritense de Heráldica y Genealogía, année III, no 6, janvier 1993, p. 14, lire en ligne.
  8. a et b Tourtchine 1996, p. 165.
  9. Zavala 2011 [lire en ligne].
  10. Apezarena Armiño 2007, p. 296.
  11. Apezarena Armiño 2007, p. 294
  12. Pinoteau, Papet-Vauban et Vaulchier 2012, p. 23.
  13. « Annuaire High-Life, Comité d’honneur (liste des membres) » (version du 9 juin 2016 sur l'Internet Archive).
  14. Acte de baptême du 9 juillet 1785, archives départementales du Calvados, registre des baptêmes de la paroisse de Clinchamps, image numérisée no 277 [lire en ligne].

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Christian Papet-Vauban, « L’ascendance de S.A.R. Mme la duchesse d’Aquitaine », Feuille d’information légitimiste, Paris, Service d’information culturelle et de réalisations éditoriales, nos 143-144,‎ , p. 7 (ISSN 0764-5031)
  • Jean-Fred Tourtchine (dir.) (préf. Juan Balansó), Le Royaume d’Espagne, vol. III, Paris, Cercle d’études des dynasties royales européennes, coll. « Les Manuscrits du CEDRE » (no 17), , 213 p. (notice BnF no FRBNF36180392)
  • Chantal de Badts de Cugnac et Guy Coutant de Saisseval, Le Petit Gotha, Paris, éditions Le Petit Gotha, coll. « Petit Gotha », (1re éd. 1993), 989 p. (ISBN 2-9507974-3-1)
  • Patrick Van Kerrebrouck et Christophe Brun (préf. baron Pinoteau), Nouvelle Histoire généalogique de l’auguste maison de France, vol. 1, t. IV : La Maison de Bourbon : 1256-1987, Villeneuve-d’Ascq, éditions P. Van Kerrebrouck, , 2e éd. (1re éd. 1987), 491 p. (ISBN 2-9501509-0-X)
  • (es) José Apezarena Armiño, Luis Alfonso de Borbón, un Príncipe a la espera, Barcelone, Plaza & Janès Editores, , 604 p. (ISBN 978-84-01-30552-8, lire en ligne)
  • (es) José María Zavala, Bastardos y Borbones : Los hijos secretos de la dinastía, Barcelone, Plaza & Janés Editores, , 577 p. (ISBN 978-84-01-38992-4 et 84-01-38992-5, lire en ligne)
  • Hervé, baron Pinoteau, Christian Papet-Vauban et Jean de Vaulchier, État présent de la maison de Bourbon : Pour servir de suite à l’Almanach royal de 1830 et à d’autres publications officielles de la maison, Paris, Le Léopard d’or, , 5e éd. (1re éd. 1975), 101 p. (ISBN 978-2-86377-239-3)

Articles connexesModifier