Emmanuel Maffre-Baugé

écrivain et personnalité politique française

Emmanuel Maffre de Baugé, dit Emmanuel Maffre-Baugé, né le à Marseillan et mort le à Bélarga, est un vigneron et écrivain[1] français, catholique fervent fortement engagé dans la cause vigneronne et aux côtés du Parti communiste français[2].

Emmanuel Maffre-Baugé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Député européen
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
HéraultVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Parentèle

BiographieModifier

Fils d'un propriétaire terrien[3], petit-fils du poète occitan Achille Maffre de Baugé[4], Emmanuel Maffre-Baugé est élève des dominicains à l'abbaye-école de Sorèze[3].

Engagé activement dans l'action syndicale en tant que viticulteur, il démissionne en de ses fonctions de Président de la Fédération Nationale des vins de table et de pays, dans l'intention de « protester contre l'incapacité de cet organisme à régler la crise »[5].

En 1977, Emmanuel Maffre-Baugé est interrogé en pleine campagne dans le Midi sur la condition des viticulteurs. Il évoque « une situation dramatique ». La plupart d'entre eux vivent au-dessous du SMIC. Pour lui les viticulteurs sont victimes d'une politique dans laquelle « l'intérêt des marchands domine celui des hommes »[6].

Aux élections européennes de 1979, il présente sa candidature sur la liste du Parti communiste avec lequel il constate « une convergence »[7]. Député européen de 1979 à 1989, il est membre du Groupe communiste et apparentés et fait partie de la Commission de l'agriculture (1re législature), la Commission de l'agriculture, de la pêche et de l'alimentation, puis de l'agriculture, de la pêche et du développement rural (2e législature)[8].

Emmanuel Maffre-Baugé est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont le roman L’épée à deux tranchants, qui a remporté le Prix Jean d'Heurs du roman historique[9].

Il est décédé à Bélarga et repose dans le cimetière de ce village, dans le département de l'Hérault, où il vécut et où il possédait son exploitation viticole.

HommagesModifier

Le collège de Paulhan, ainsi que l'école primaire du village de Bélarga, portent son nom.

OuvragesModifier

À écouterModifier

  • Radioscopie, de Jacques Chancel du , sur le site de l'INA.
  • Hommage de Claude Alranq[10] lors de ses obsèques (enregistrement diffusé lors de la dernière de Zaléa TV)

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier