Emily Riehl

mathématicienne américaine

Emily Riehl est une mathématicienne américaine qui travaille en théorie des catégories supérieures et en théorie de l'homotopie. Une grande partie de ses travaux, y compris sa thèse de doctorat[1], concerne les catégories modèles et plus récemment les fondements des catégories infinies[2],[3]. Elle est l'autrice de deux manuels[4],[5] et siège aux comités de rédaction de trois revues[6],[7],[8].

Emily Riehl
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Site web
Distinctions

Éducation et carrièreModifier

Riehl a grandi à Bloomington-Normal, dans l'Illinois. [9] En tant qu'élève du secondaire au University High School de Normal en 2002, elle a remporté la troisième place de l'Intel Science Talent Search pour un projet en mathématiques intitulé On the Properties of Tits Graphs[10].

Au premier cycle, Riehl a fréquenté l'université Harvard où elle a rédigé, avec Benedict Gross comme mentor, un mémoire sur la théorie des champs de classe locaux. Elle a également dirigé l'équipe de rugby de l'école et joué de l'alto dans l'orchestre Harvard-Radcliffe. Après ses études à Harvard, elle a terminé la troisième partie du Mathematical Tripos de Cambridge[4]. Elle a soutenu sa thèse de doctorat Algebraic model structures à l'université de Chicago en 2011, sous la direction de J. Peter May.

Riehl a ensuite, entre 2011 et 2015, occupé un poste postdoctoral à l'université Harvard. Depuis 2015, elle travaille à l'université Johns-Hopkins, où elle est devenue professeure associée en 2019. De plus, elle est apparue sur plusieurs vidéos de Numberphile et, avec Benedict Gross et Joe Harris, elle a développé un cours de Harvard sur edX intitulé "Fat Chance: Probability from the Ground Up"[11],[12],[13].

Honneurs et récompensesModifier

En , Riehl a reçu le prix JHU President's Frontier Award, un prix de 250 000 $ qui « soutient les membres de Johns Hopkins qui innovent et sont prêts à devenir des leaders dans leur domaine ». Elle est la sixième membre du corps professoral de la JHU à recevoir le prix[14].

Riehl a reçu le prix de recherche Joan & Joseph Birman en topologie et géométrie de l'Association for Women in Mathematics de 2021 « pour son travail profond et fondamental en théorie des catégories et en théorie de l'homotopie »[15],[16]. Elle est la quatrième lauréate de ce prix.

Vulgarisation et sensibilisationModifier

Riehl est l'hôte du n-Category Café, un blog à propos de sujets liés à la théorie des catégories en mathématiques, en physique et en philosophie[17]. Elle est cofondatrice et membre du conseil d'administration de l'association mathématique Spectra, elle-même mathématicienne queer[18],[19].

Activités autresModifier

En plus de son travail mathématique, Riehl a été membre de l'équipe féminine nationale de football australien des États-Unis lors de la Coupe internationale de football australien et était vice-capitaine de l'équipe à la coupe de 2017[20]. Au niveau national, elle a également reçu la médaille Paul+-Roos de l'USAFL pour la meilleure joueuse aux championnats nationaux en 2011[2],[21].

Alors qu'elle était chercheuse postdoctorale à Harvard, elle a joué de la basse électrique dans le groupe Unstraight[2],[22]. Elle a également écrit sur le unstraightening dans ses recherches mathématiques. [23]

LivresModifier

Riehl est l'autrice de trois livres, dont un quatrième en préparation :

Notes et référencesModifier

  1. Riehl, « Algebraic model structures », The New York Journal of Mathematics, vol. 17,‎ , p. 173–231 (Math Reviews 2781914, lire en ligne)
  2. a b et c Malmskog, « Category Theory and Context: An Interview with Emily Riehl » [archive du ], AMS Blogs, (consulté le )
  3. Young, « The Women Taking Math To The Next Dimension », Science Friday, (consulté le )
  4. a et b Readdy et Taylor, « Women's History Month », Notices of the American Mathematical Society, vol. 65, no 3,‎ , p. 248–303 (DOI 10.1090/noti1653)
  5. Baez, « How to Learn Math and Physics », University of California, Riverside, (consulté le )
  6. « Editorial board », Journal of Homotopy and Related Structures, Springer (consulté le )
  7. « Editorial board », Homology, Homotopy and Applications (consulté le )
  8. « Editorial Board », Cahiers de Topologie et Géométrie Différentielle Catégoriques (consulté le )
  9. Perkins, « Science Smarts », Science News, vol. 161, no 11,‎ , p. 165–166 (DOI 10.2307/4013075, JSTOR 4013075)
  10. « Students Awarded $530,000 At Intel Science Talent Search », Intel, (consulté le )
  11. « Emily Riehl, Harvard Online Learning Portal », Harvard University, (consulté le )
  12. « Numberphile – Videos about Numbers and Stuff », Numberphile (consulté le )

    « Stable Marriage Problem – Numberphile », YouTube, (consulté le )
  13. (en) « Fat Chance: Probability from the Ground Up », edX (consulté le )
  14. Sandy Alexander, « Mathematician Emily Riehl earns President's Frontier Award », Hub –Johns Hopkins University,
  15. « AWM Joan & Joseph Birman Research Prizes »
  16. « Joan and Joseph Birman Research Prize 2021 »
  17. « The n-Category Café » (consulté le )
  18. « Spectra: The Association for LGBT Mathematicians » (consulté le )
  19. (en) Rachel Crowell, « Conducting the Mathematical Orchestra From the Middle », sur Quanta Magazine (consulté le )
  20. Barrish, « Freedom Captains Ready for IC Challenge », United States Australian Football League,
  21. Holt, « Footy Town: Kick like a girl, score like a lady », The Footy Almanac, (consulté le )
  22. « Interview: LGBT movement and feminism with queer band Unstraight », Highclouds, (consulté le )
  23. Riehl et Verity, « The comprehension construction », Higher Structures, vol. 2, no 1,‎ , p. 116–190 (Bibcode 2017arXiv170610023R, Math Reviews 3917428, arXiv 1706.10023, lire en ligne)
  24. Emily Riehl, Categorical Homotopy Theory, vol. 24, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « New Mathematical Monographs », (ISBN 9781107048454, OCLC 891831279, lire en ligne)
  25. Benedict Gross, Joe Harris et Emily Riehl, Fat Chance: Probability from 0 to 1, Cambridge University Press,

Liens externesModifier