Ouvrir le menu principal

Emil Frey

politicien suisse
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frey et Emil Frey (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour le compositeur suisse, voir Emil Frey (compositeur).

Emil Frey
Illustration.
Emil Frey
Fonctions
29e conseiller fédéral

(6 ans, 2 mois et 30 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Bernhard Hammer
Successeur Ernst Brenner
Chef du Département militaire

(6 ans, 2 mois et 30 jours)
Prédécesseur Walter Hauser
Successeur Eduard Müller
Président de la Confédération suisse

(1 an)
Élection
Vice-président Joseph Zemp
Chancelier Gottlieb Ringier
Prédécesseur Karl Schenk
Successeur Joseph Zemp
Conseiller national

(30 jours)
Législature 15e (1890-1893)

(9 ans, 6 mois et 29 jours)
Législature 9e (1872-1875)
10e (1875-1878)
11e (1878-1881)
12e (1881-1884)
Président du Conseil national

(3 mois et 18 jours)
Prédécesseur Jakob Stämpfli
Successeur Arnold Otto Aepli
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Arlesheim (Suisse)
Date de décès (à 84 ans)
Lieu de décès Arlesheim (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti radical-démocratique (PRD)

Emil Frey
Conseillers fédéraux de Suisse
Présidents de la Confédération suisse

Emil Frey, né le à Arlesheim et décédé le dans la même commune, est un homme politique suisse, bourgeois de Münchenstein (Bâle-Campagne), conseiller fédéral de 1891 à 1897. Il fut membre du Parti radical-démocratique[1].

DépartementsModifier

Présidence de la confédérationModifier

  • 1894

AutreModifier

Journaliste et rédacteur des Basler Nachrichten et National-Zeitung. Directeur de l'Union télégraphique internationale. Major dans l'armée nordiste (dans le second régiment de Friedrich Hecker) pendant la guerre de sécession et prisonnier de guerre. Ambassadeur de Suisse aux États-Unis. Colonel de l'armée suisse[1].

Auteur de l'ouvrage Le Suisse sous les drapeaux (Neuchâtel, 1907), illustré par Evert van Muyden.

Citation (Le Suisse sous les drapeaux, p. 3):

"Toutes les grandeurs de notre passé, nous les devons à l'amour de la liberté dont nos pères furent toujours animés à un plus haut degré qu'aucun autre peuple de l'époque. La liberté, et non la gloire, fut le grand mobile des Confédérés dans leurs meilleurs jours. Souhaitons qu'il en soit toujours ainsi."

Il était franc-maçon, membre de la Loge "Zur Freundschaft und Beständigkeit" de Bâle, appartenant à la Grande Loge suisse Alpina[2].

RéférencesModifier

Liens externesModifier