Ouvrir le menu principal

Elizabeth Jesser Reid

philanthrope britannique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reid.
Elizabeth Jesser Reid
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Elisabeth SturchVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Green plaque Elizabeth Jesser Reid.jpg
plaque commémorative

Elizabeth Jesser Reid (née Sturch le à Londres, et morte le dans la même ville) était une réformatrice sociale britannique, engagée en faveur de l'abolition de l'esclavage et une philanthrope. Elle fonda le Bedford College, destiné à l'éducation supérieure des jeunes filles, en 1849.

Sommaire

BiographieModifier

Elizabeth Sturch naît à Londres le , deuxième fille de William Sturch, quincailler et auteur d'essais théologiques unitariens[1] et d'Elisabeth Sturch. Elle épouse en 1821 le médecin londonien John Reid (en), spécialiste des troubles nerveux[2], qui est propriétaire de terres le long du fleuve Clyde près de Glasgow. Le port s'agrandit et cela permet à John Reid d'accroître sa fortune. Beaucoup plus âgé qu'elle, il meurt l'année qui suit leur mariage[3]. À sa mort, Elizabeth Jesser Reid se retrouve en possession d'une fortune assez importante pour assurer son existence et participer à des actions de charité. Elle participe à des groupes unitariens libéraux.

Combat abolitionnisteModifier

Elle participe à la première convention internationale contre l'esclavage (en) qui se tient à Londres en 1840. Elle y rencontre Lucretia Mott et les autres déléguées américaines à qui on a refusé le droit de s'exprimer[3]. En 1853, elle accueille chez elle Harriet Beecher Stowe qui fait une tournée de conférences pour parler de l'esclavage, et en 1860, elle loge Sarah Parker Remond (en), activiste afro-américaine mandatée par l'American Anti-Slavery Society pour donner des conférences en Angleterre, durant ses études au Bedford College[3].

Fondation du Bedford CollegeModifier

 
Plaque rappelant la fondation du Bedford College, Londres

En 1849 elle fonde, à son domicile, le Bedford College situé à Bedford Square dans le quartier de Bloomsbury à Londres. Cet établissement n'accueille que des femmes afin qu'elles puissent accéder aux études supérieures. Ses premières étudiantes célèbres sont Barbara Bodichon et George Eliot[3]. Le Bedford College, connu sous le nom de Royal Holloway est ensuite devenu un collège mixte, rattaché à l'université de Londres en 1900[4].

Elizabeth Jesser Reid meurt en 1866, à son domicile du 21 York Terrace, Regent's Park, en laissant sa fortune au Bedford College.

RéférencesModifier

  1. (en) Alexander Gordon avec Emma Major, « Sturch, William (1753–1838) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (lire en ligne) (inscription nécessaire)
  2. (en) Norman Moore, avec Nick Hervey, « Reid, John (1776–1822) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (lire en ligne) (inscription nécessaire)
  3. a b c et d Sybil Oldfield, "Reid , Elisabeth Jesser (1789–1866)" dans le Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004; online edn, May 2011.
  4. « Elisabeth Jesser Reid (1789-1866) College founder », University of London, [[ lire en ligne]].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Sybil Oldfield et M. C. Curthoys, « Reid [née Sturch], Elisabeth Jesser (1789–1866) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (lire en ligne) (inscription nécessaire)
  • L. Billington and R. Billington, « A burning zeal for righteousness: women in the British anti-slavery movement, 1820–1860 », in Jane Rendall, Equal or different: women's politics, 1800–1914, Blackwell, 1987, p. 82–111.
  • Margaret J. Tuke, A History of Bedford College for Women, 1849–1937, Oxford University Press, 1939.

Articles connexesModifier