Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ETV.

Eesti Televisioon
Image illustrative de l’article Eesti Televisioon

Création
Propriétaire Eesti Rahvusringhääling
Langue estonien
Pays Drapeau de l'Estonie Estonie
Statut Généraliste nationale publique
Siège social Tallinn
Ancien nom Tallinna Televisioonistuudio (1955-1965)
Site web http://etv.err.ee/
Diffusion
Numérique Chaine n°1
Satellite Viasat: Chaîne n°1
Câble Starman: Chaîne n°1
STV AS
Telset

Eesti Televisioon (en français : Télévision estonienne), abrégé ETV, est une chaîne de télévision généraliste publique estonienne créée le .

HistoriqueModifier

À sa création le , la chaîne se nomme Tallinna Televisioonistuudio ((fr) Studio de télévision de Tallinn) et ne diffuse dans un premier temps que des bulletins d'information. Elle dépend de la Télévision centrale d'URSS, dont elle est un relais en République socialiste soviétique d'Estonie.

Elle change de nom en 1965 pour devenir Eesti Televisioon. Entre 1970 et 1980, des films, des programmes pour enfants, de la musique, des sports et des reportages font leur apparition à l'antenne. Les téléspectateurs de l'ex-URSS ont bien connu le programme populaire de la télévision estonienne Teletutvus ((fr) Télévision connaissance) repris durant la perestroïka sur la Télévision centrale d'URSS. En 1988, son auteur et présentateur, Urmas Ott, a reçu pour cette émission le prix de l'Union des journalistes de l'URSS.

À la suite de la seconde indépendance du pays le , elle devient la chaîne de télévision publique de la République d'Estonie.

Le , Eesti Televisioon lance sur internet un service d'informations, appelée ETV24. Ce service est également diffusé la nuit sur la chaîne et sur le télétexte.

Eesti Televisioon fusionne le avec le Service Radio estonien, propriétaire de Eesti Raadio pour donner naissance à Eesti Rahvusringhääling (ERR; Estonian Public Broadcasting)[1]. Cette fusion est due à la loi estonienne sur la radiodiffusion nationale adoptée par le Parlement estonien le . C'est ainsi que ETV24 est devenu ERR Uudised (ERR Nouvelles en ligne). Le , Eesti Rahvusringhääling lance une deuxième chaîne publique la télévision numérique terrestre, ETV2.

Le , ETV cesse sa diffusion analogique à la suite de la transition vers la télévision numérique terrestre.

Union européenne de radio-télévisionModifier

Le , Eesti Televisioon est devenue membre de l'Union européenne de radio-télévision. C'est ainsi qu'elle participe depuis 1994 au Concours Eurovision de la chanson. À la suite de la victoire de la chanson estonienne Everybody en 2001, elle organise le 47e concours eurovision de la chanson en 2002.

OrganisationModifier

 
Siège d'ETV à Tallinn, Gonsiori tänav 27.

DirigeantsModifier

Directeurs 
  • Vladimir Ivanov : -
  • Léopold Piip : -
  • Raimund Penu : -
  • Enn Anupõld : -
  • Elvak Rein : -
  • Siimann Mart : -
  • Shein : -
  • Thomas Alder : -

FinancementModifier

La majeure partie du financement d'ETV provient de subventions du gouvernement. Environ 15% de son financement est assuré par les redevances versées par les radiodiffuseurs commerciaux estoniens en échange de leur droit exclusif à la diffusion de publicités télévisées. ETV a arrêté de diffuser de la publicité en 1998-1999 et a de nouveau cessé de le faire depuis 2002, ses tarifs publicitaires à faible coût ayant été préjudiciables à la capacité des radiodiffuseurs commerciaux de fonctionner. L'introduction d'un système de redevance à payer par les téléspectateurs a été envisagé, mais finalement rejeté face à l'opposition du public.

ProgrammesModifier

Les programmes étrangers, et particulièrement les films, font l'objet d'un doublage en estonien conservant les dialogues originaux en anglais ou en russe (un doubleur faisant tous les dialogues) ou d'un sous-titrage en estonien.

  • Aktuaalne kaamera : journal télévisé diffusé depuis le . Depuis 2009, les bulletins d'information en russe à destination des minorités russophones d’Estonie ne sont plus diffusés par ETV, mais par ETV2.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier