Eero Mäntyranta

fondeur finlandais

Eero Mäntyranta
Image illustrative de l’article Eero Mäntyranta
Eero Mäntyranta aux Jeux olympiques de 1964.
Contexte général
Sport Ski de fond
Période active années 1960 et début des années 1970
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la Finlande Finlande
Nationalité Finlande
Naissance
Lieu de naissance Turtola
Décès
Lieu de décès Oulu
Taille 170 cm
Poids de forme 65 kg
Club Pellon Ponsi
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 3 2 2
Championnats du monde 2 2 1

Eero Antero Mäntyranta, né le à Turtola (maintenant Pello) et mort le à Oulu[1], est un fondeur finlandais. Lors des quatre olympiades auxquelles il a participé, il a remporté sept médailles faisant de lui l'un des plus importants sportifs de son pays.

BiographieModifier

Eero Mäntyranta est le premier Finlandais convaincu de dopage. Il est contrôlé positif aux amphétamines lors de championnats nationaux en 1972, mais il le dénie. Plus tard, il a reconnu avoir durant sa carrière pris des hormones qui alors n'étaient pas officiellement prohibées[2].

Cependant, Eero Mäntyranta présente une particularité médicale tout à fait originale puisqu'il a été démontré que lui et sa famille (plus de 200 membres) possèdent une mutation naturelle activatrice d'un seul nucléotide (G6002→A, Trp→Stop) dans le gène codant le récepteur de l'érythropoïétine (EPOR), entrainant un récepteur tronqué de 70 acides aminés en C terminal, conduisant à une polyglobulie et à un taux d'hématocrite naturellement très élevé allant jusqu'à une augmentation de 50 % de sa capacité sanguine de transport d'oxygène. L'étude médicale[3] de sa famille publiée en 1993 a démontré que cette mutation remonte à son grand-père (né au XIXe siècle)[4].

Le Ministère finlandais de l'Éducation lui a décerné un titre honorifique Pro Urheilu en 2000. Il existe dans sa ville natale de Pello un musée qui lui est consacré.

Son oncle Pertti Teurajärvi est aussi un fondeur à succès[2].

Carrière sportiveModifier

Pour ses premiers Jeux olympiques en 1960, il remporte le titre avec ses coéquipiers du relais. Deux ans plus tard, il gagne son premier titre de champion du monde sur le trente kilomètres à Seefeld, où il est aussi médaillé d'argent en relais. 1962 est l'année de sa première victoire sur le quinze kilomètres du Festival de ski d'Holmenkollen, où il s'impose à deux autres reprises en 1964 et 1968, ce qui lui vaut la Médaille Holmenkollen en 1964. Pour ses deuxièmes Jeux olympiques en 1964, « Mister Seefeld » atteint le pic de sa carrière, y gagnant le titre sur le quinze kilomètres et le trente kilomètres, ainsi que la médaille d'argent au relais. Il ajoute une victoire aux Jeux du ski de Lahti cet hiver au quinze kilomètres (aussi gagnant en 1972), avant d'être choisi en tant que sportif finlandais de l'année, tout comme en 1966[2], où il est de nouveau champion du monde du trente kilomètres et de plus est médaillé de bronze au cinquante kilomètres et d'argent au relais.

Aux Jeux olympiques d'hiver de 1968, il porte son nombre de médailles olympiques à sept unités, obtenant deux médailles de bronze au trente kilomètres et en relais.

Pour sa dernière grande compétition internationale en 1972, il est 19e du trente kilomètres aux Jeux olympiques de Sapporo[2].

PalmarèsModifier

Jeux olympiques d'hiverModifier

Épreuve / Édition   Squaw Valley 1960   Innsbruck 1964   Grenoble 1968   Sapporo 1972
15 km 6e   Or   Argent
30 km   Or   Bronze 19e
50 km 9e 15e DNF
4 × 10 km   Or   Argent   Bronze

Championnats du mondeModifier

Épreuve / Édition   Zakopane 1962   Oslo 1966
15 km 5e 6e
30 km   Or   Or
50 km   Bronze
4 × 10 km   Argent   Argent

Notes et référencesModifier

  1. « Eero Mantyranta s'éteint », sur rds.ca, (consulté le 30 décembre 2013).
  2. a b c et d (en) Profil olympique d’Eero Mäntyranta sur sports-reference.com
  3. Truncated erythropoietin receptor causes dominantly inherited benign human erythrocytosis, A de la Chapelle, A L Träskelin, E Juvonen (1993) Proceedings of the National Academy of Sciences. 90(10):4495-9.
  4. Émission du 16 janvier 2012 de La Tête au carré sur France Inter.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :