Eduardo Stein

Eduardo Stein
Illustration.
Fonctions
Vice-président de la République du Guatemala

(4 ans)
Président Óscar Berger
Prédécesseur Juan Francisco Reyes
Successeur Rafael Espada
Ministre des Affaires étrangères de la République du Guatemala
Président Álvaro Arzú
Prédécesseur Alejandro Maldonado
Successeur Gabriel Orellana
Biographie
Nom de naissance Eduardo Stein Barillas
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Guatemala (Guatemala)
Nationalité guatémaltèque
Parti politique GANA

Eduardo Stein
Vice-présidents de la République de Guatemala

Eduardo Stein Barillas, né le à Guatemala, a été vice-président de la République du Guatemala pendant la période de 2004 à 2008 et ministre des Affaires étrangères de la République du Guatemala pour la période de 1996 à 2000[1].

ÉtudesModifier

Diplômé en Philosophie, 1969Modifier

par l´Université de Saint-Louis (St. Louis, Missouri, États-Unis)

Maîtrise (1970) et doctorat (1978)Modifier

(PhD) en Sciences de la Communication, 1970 et 1978, par l´Université de Northwestern (Evanston, Illinois, États-Unis).

Vice-PrésidentModifier

Comme vice-président, il a été responsable de la coordination du Conseil général de ministres et des cabinets sectoriels. Son agenda s´a concentré principalement aux thèmes sociaux de développement, en se concentrant sur les thèmes des peuples autochtones, agraires et de développement rural, ainsi que la présidence du Conseil national de science et technologie.

  • Il a stimulé la première étude nationale complète sur les mécanismes du racisme en Guatemala, en comprenant les coûts économiques du racisme pour le pays, à partir de laquelle s´a dérivé la politique publique pour la cohabitation et l'élimination du racisme et la discrimination, ainsi que la discussion et la préparation avec divers secteurs de la société civile. Dans ce cadre, il a promu la création du Conseil consultatif des peuples autochtones pour l'Organisme exécutive.
  • Également, il a eu à sa charge la recherche de solutions aux conflits fonciers en Guatemala, qu´il a donné comme résulté la solution de plus de 1000 conflicts fonciers par voie négociée.
  • Il a promu – avec les ministres et les autorités compétentes - l'adoption de la Loi sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la création du Conseil national de sécurité alimentaire et le Secrétariat national de sécurité alimentaire, où s´a implémenté un système national de surveillance et alerte précoce dans les zones vulnérables.
  • Aussi, dans le poste de vice-président, il a stimulé et obtenu “l´Accord nationale pour la mise en œuvre du dépenses sociales pour réduire la pauvreté", comme une gouvernail orientador de l'investissement public.
  • Il a promu la création du Conseil consultatif de sécurité avec la participation des représentants de la société civile, un des engagements des Accords de Paix.
  • Il a promu la création de la Commission internationale contre l'impunité au Guatemala, CICIG, en collaboration avec le Secrétariat général de l'Organisation des Nations Unies.

Dans le dernier semestre de son mandat, il a promu un programme complet de transition, avec tous les partis politiques dans les élections - au-delà du déplacement d'informations officielles vers le nouveau gouvernement.

Il a été chargé par l'Organisation des États américains (OEA) pour diriger la mission d'observation électorale pour les élections générales du Pérou, dans l´an 2000, lorsqu´a retiré la mission avant de la votation en deuxième ronde pour protester contre les irrégularités et l'absence conditions, et son rapport a conclu que dites élections n´ont pas été "ni libres ni justes". Après de l'effondrement de l'administration Fujimori, il a accompli des functions similaires dans l´an 2001, pour les élections générales convoquées par le gouvernement provisoire du président Paniagua.

Plus récemment, il a dirigé la Mission d'observation électorale de l'Organisation pour le Référendum révocatoir en Bolivie, le .

Ministre des Affaires étrangèresModifier

M. Stein a prêté serment par le président Álvaro Arzú en tant que ministre des Affaires étrangères de la République du Guatemala, au début de son mandat le et a occupé ce poste pendant tout le mandat présidentiel, jusqu'au . À ce titre, il a participé activement dans le procès de paix guatemaltéque au cours de la dernière étape des négociations (1996) et dans l´obtention de soutien international pour les phases de mise en œuvre des Accords de Paix (1997-1999).

Avec antériorité à cette charge, il a été représentant de l'Organisation internationale pour les migrations, l'OIM, au Panama (1993-1995).

Participations internationalesModifier

  • Il a collaboré avec le Programme des Nations Unies pour le développement en tant que modérateur du Dialogue national pour la réforme de la sécurité sociale en Panama, et a été conseiller du Dialogue nationale pour la concertation de l´Agenda d´État au Pérou.
  • Il a été un des 15 membres de la Commission internationale sur les menaces à la démocratie, présidé par l'ancien secrétaire d'État, Mme Madeleine Albright.
  • Il a été un des 12 membres de la Commission internationale sur la souveraineté des États et l'intervention, qui a rapporté au Secrétaire général de l'ONU en et dont le rapport a créé le concept et la doctrine de la responsabilité de protéger.
  • Il a été aussi, avant d'être vice-président, un des deux membres latino-américains du Conseil du Groupe international de crise.
  • Il a été un des 10 membres de la Commission de l'Amérique latine de la Brookings Institution, qui a préparé une proposition de l'Agenda latinoamericain pour l'administration du président Obama aux États-Unis.
  • Il a été co-président, avec l'ancien président Ernesto Zedillo du Mexique et ancien secrétaire au Commerce des États-Unis, Carlos Gutierrez, du Groupe de travail sur les migrations régionales patronné par l'Institut international pour le développement des politiques migratoires (Migration Policy Institute, MPI) et Wilson Center for International Scholars, dont le rapport a été présenté en à Washington DC.

Il possède une vaste expérience dans le domaine académique, des sujets multilatérales et les questions de développement, à partir de positions que l´ont lié au procès de paix en l´Amérique centrale et à l'intégration régionale.

Dans ces responsabilités, il a participé à divers sommets des présidents et vice-présidents de l'Amérique centrale sur le procès de paix dans la région, à partir ci-après «Esquipulas I", ainsi que dans le "Dialogue de San José" avec l'Union européenne.

Dans le cadre du Système économique latinoaméricain – SELA – il a eu la responsabilité du Comité d'action de soutien au développement économique et social de l´Amérique Centrale - CADESCA – avec du siège à Panama, despuis où des projets de développement régional qui ont été accompagnés avec des tableaux de négociation politique du Groupe de Contadora ont été promus et après le procès du paix d'Esquipulas.

Il a été invité par le président Porfirio Lobo de l´Honduras en pour préparer la mise en place de la Commission de vérité et de réconciliation dans ce pays -CVR- et a prêté serment à titre de coordinateur le de la même année, charge qu'il a exercée jusqu'à la fin du CVR le (après d´avoir présenté son rapport et ses recommandations à la Nation le ).

Après ce service, il a été conseiller principal de l´Unité de surveillance aux recommandations de la Commission de la Vérité -USCVR- créé au sein du ministère de la Justice et des Droits de l'homme dans le gouvernement du président Porfrio Lobo, précisément pour promouvoir et soutenir la mise en œuvre de ces recommandations à l'appareil interne de l'État de l´Honduras. Ce soutien s'est concrétisé en vertu des contrats successifs avec le PNUD du Honduras, par des visites mensuelles d´une semaine et des soutiens à distance, et a supposé des activités avec les divers pouvoirs de l´État, le Tribunal suprême électoral, aux partis politiques, des institutions universitaires, des organisations de la société civile, les organisations du secteur privé et les médias de communication sociale.

Il a été requis par le président élu du Guatemala, Otto Pérez Molina, de coordonner la transition entre les gouvernements de à , jusqu'à l'inauguration présidentielle. Également, il a été requis en 2012 pour intégrer une équipe de sept personnalités à proposer un ensemble de réformes de la Constitution guatémaltèque.

M. Stein s´occupe actuellement comme consultant indépendant. Coordonne le Réseau Centreaméricain des Centres de pensée et d´incidence (LaRED).

  • Il est membre de l'Association pour la recherche et des études sociales – ASIES - en Guatemala.
  • Il est membre du Conseil de Directeurs du Dialogue Inter-Américain, siégé à Washington.
  • Il est membre du Groupe d´Amis de la Charte démocratique interaméricaine, avantagé par le Centre Carter.
  • Il est également membre du Directoire de la Fondation pour le leadership mondial (Global Leadership Foundation), avec siège à Londres, et du Directorat du Centre mondial pour le pluralisme (Global Centre for Pluralism), avec siège à Ottawa.
  • Récemment, il a été invité à rejoindre le Directoire de la Fondation internationale Heifer

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier