Edoardo Zavattari

zoologiste italien

Edoardo Zavattari (né le à Tortona, dans la province d'Alexandrie, au Piémont et mort le à Gênes) était un zoologiste italien.

BiographieModifier

D'abord professeur à l'Université de Pavie puis à celle de Rome, Edoardo Zavattari fut l'auteur de plus de 300 publications scientifiques ; de 1926 à 1959, il effectua plusieurs voyages d'exploration et de recherche dans tous les continents[1], en particulier dans le Nord-Est de l'Afrique. Les matériaux qu'il y rassembla durent, en raison de leur quantité, être transférés en 122 paquets[2]; ils font maintenant partie de la collection du Museo Civico di Zoologia à Rome. Il fit notamment paraître Prodromo della fauna della Libia (1934).

Sous sa direction, qui alla de 1935 à 1958, l'activité systématique concernant la faune dans l'Institut de zoologie du premier athénée capitolin enregistra une importante reprise[3].

Il faut rappeler qu'il se signala également, en particulier entre les années vingt et trente du XXe siècle, pour ses théories sur le racisme biologique. En 1928, en effet, lors de l'inauguration de l'année académique à l'Université de Pavie, il se prononça pour une stricte séparation entre « race supérieure et race dominée »[4]. Une décennie plus tard, il compta parmi les dix signataires du Manifeste des scientifiques racistes dont le texte, enrichi par Guido Landra mais imaginé et modifié par Mussolini, se présente comme l'acte fondateur des lois raciales fascistes[5]. Il écrivit à ce sujet plusieurs articles dans la revue La Difesa della Razza dirigée par Telesio Interlandi[6].

Conseiller pendant plus de trente ans (de 1937 à 1969) de la Société italienne d'entomologie[7], Zavattari était également membre de l'Académie nationale des sciences depuis 1951.

NotesModifier

  1. S. Zavatti, Gli esploratori e la letteratura italiana, 1900-1973, Cappelli, Bologna 1976, pp. 19-20 et 98-99.
  2. L. Businco, La missione Zavattari in A.O.I., in «Sapere» (Ulrico Hoepli 1940), reproduite sur le site «Viaggi nella Storia»
  3. Cf. Il Museo di Zoologia nel periodo di Edoardo Zavattari sur le site de l'Université de Rome
  4. Cfr. E. Signori, La “conquista fascista” dell'Università. Libertà d'insegnamento e autonomia nell'Ateneo pavese dalla riforma Gentile alle leggi razziali, in «Il politico», LXII (1997), n. 3, p. 468.
  5. M. Sarfatti, La preparazione delle leggi antiebraiche del 1938, in I. Pavan - G. Schwarz (sous la direction de), Gli ebrei in Italia tra persecuzione fascista e reintegrazione postbellica, Giuntina, Firenze 2001, pp. 28-34
  6. Cfr. M. Sarfatti, Gli ebrei nell'Italia fascista. Vicende, identità, persecuzione, Einaudi, Turin 2000 p. 54.
  7. Cf. l'essai de A. Vigna Taglianti, Il contributo della Società Entomologica Italiana alla biogeografia, in «Biogeografia», vol. XXVI, 2005, pp. 103-228

SourcesModifier

  • Cesare Conci et Roberto Poggi (1996), Iconography of Italian Entomologists, with essential biographical data. Memorie della Società entomologica Italiana, 75 : 159-382. (ISSN 0037-8747)

Référence de traductionModifier

Liens externesModifier