Ouvrir le menu principal

Edmond Taigny

collectionneur d'art français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taigny.
Edmond Taigny
Edmond Taigny (1828-1906).jpg
Portrait d'Émile Taigny, par Jean Béraud.
Fonctions
Vice-président
Musée des Arts décoratifs
-
Président
Société de propagation des livres d'art (d)
Maître des requêtes au Conseil d'État
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
Nationalité
Activités
Mère
Émilie Maystre-Taigny (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Parentèle
Autres informations
A travaillé pour
Propriétaire de
Membre de
Maître
Distinction

Ernest Amédée Edmond Taigny, né le à Paris et mort dans la même ville le , est un haut fonctionnaire, historien et collectionneur d'art français, entre autres spécialisé dans les arts décoratifs et de l'Extrême-Orient.

Sommaire

BiographieModifier

Neveu de Jean-Baptiste Isabey et de Paul-Narcisse Taigny, sous-préfet, receveur des finances et secrétaire général de la préfecture de Loire-Inférieure sous la Restauration, cousin d'Émile Taigny, sa sœur sera mariée au petit-fils du vicomte Achille Victor Fortuné Piscatory de Vaufreland. Marié à Mlle Julie Delon, petite-nièce de Jacques Delon, Edmond Taigny est le père du diplomate Olivier Taigny (1863-1941), ainsi que le beau-père du banquier Georges Goüin (fils d'Eugène Goüin) et du baron Robert Lejeune, vice-président de la Société d'encouragement à l'élevage du cheval de guerre et petit-fils de Louis-François Lejeune.

Edmond Taigny opte pour la carrière administrative et rentre comme auditeur au Conseil d'État. Il est attaché au Conseil du sceau des titres de 1859 à 1864, année de sa promotion en tant que maître des requêtes.

Ami de la princesse Mathilde (la princesse Mathilde avait habité un hôtel particulier appartenant alors à son père ; de plus, le château de la princesse Mathilde à Saint-Gratien était proche du château du Grand-Bury de Taigny) et familier du palais des Tuileries, il est titulaire du titre officiel de promoteur de l'art moderne sous le Second Empire.

Chevalier de la Légion d'honneur en 1866, Taigny est membre du jury international de l'exposition universelle de 1867.

Aquareliste amateur, élève de Harpignies, il expose au Salon des artistes français entre 1868 et 1870[1].

Il est promu maître des requêtes de première classe le .

Membre fondateur au Comité de direction de la Société du musée des arts décoratifs de 1877 à 1882 et au conseil d'administration de l'Union centrale des arts décoratifs, il est membre et vice-président du conseil d'administration (1882-1892) et président de la Commission (1885-1891) du Musée des arts décoratifs de Paris. Il y conduit à l'acquisition notamment d'œuvres japonaises, de Gustave Moreau ou de son ami Émile Gallé.

Il préside également la Société de propagation des livres d'art.

Il était membre du Cercle des chemins de fer.

Une partie de sa collection brûla lors de l'incendie du palais d'Orsay par les communards en 1871. Une autre partie fut vendue en 1893 et une autre en 1903.

Quelques publicationsModifier

  • J.-B. Isabey : sa vie et ses œuvres (1859, 1869)
  • Catherine II et la princesse Daschkoff (1860)
  • Application de l'art à l'industrie (1867)
  • Collection Campana (1869)
  • Mélanges : Études littéraires et artistiques, Paris, Hachette (1869, 2010)
  • Peintures + estampes japonaises (1893)

BibliographieModifier

  • Ernest Leroux, Catalogue de la précieuse collection de peintures et estampes japonaises formée par M. Edmond Taigny, (1893)
  • Sotheby's Monaco S.A., Arts décoratifs du XXe siècle, (1988)
  • Manuela Moscatiello, Le japonisme de Giuseppe de Nittis : un peintre italien en France à la fin du XIXe siècle, (2011)
  • Société française de promotion artistique, Connaissance des arts, Numéros 431 à 436, (1988)
  • Taigny, Edmond, Hôtel Drouot, (1893)
  • Evanghélia Stead, Hélène Védrine, L'Europe des revues (1880-1920): estampes, photographies, illustrations, (2008)

Notes et référencesModifier

  1. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants exposés au Palais des Champs-Élysées - 1868