Edme Bovinet

Edme Bovinet est un graveur à l'eau-forte, au burin et en taille-douce, également éditeur et marchand d'estampes actif à Paris, français né en 1767 à Bricon près de Chaumont (Haute-Marne), mort en 1832 à Creil.

Edme Bovinet
Bovinet - Moreau - monument à J. J. Rousseau.jpg
Edme Bovinet, Monument érigé, à Genève, à Jean-Jacques Rousseau, gravure d'après Jean-Michel Moreau (Émile, frontispice)
Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau : France
Activité
graveur, marchand d'estampes
Formation
Maître
François Devosge, Jean-Baptiste Patas

BiographieModifier

Edme Bovinet se singularise dès l'enfance par le fait qu'il crayonne sur tous les murs de son village natal. Un professeur de l'école de dessin de Dijon, de passage à Bricon en 1779, le remarque de la sorte et l'emmène dans le chef-lieu bourguignon où il est élève de François Devosge jusqu'en 1783, année de son départ à Paris où il est élève de Jean-Baptiste Patas[1] et où il commence à graver en 1786[2]. On relève qu'en 1799 il est installé au 13, place Maubert[3] et il participe au Salon de Paris en 1804, 1808, 1812 et 1831[2].

Aquafortiste, il se fait cependant une spécialité de terminer au burin les eaux-fortes d'autres graveurs[2], en particulier par ses contributions à la Galerie complète du Musée Napoléon, publication périodique initiée en 1802 par le graveur Antoine-Michel Filhol et qui, saluée alors par le gouvernement impérial comme plaçant la gravure française à un niveau financier plus largement accessible, conservera historiquement les appellations de Musée français[4] ou de Musée Filhol[5].

En 1821, il se fait éditeur en s'associant avec son gendre, le graveur de lettres Giraldon. Avec ce dernier, dont les traits nous sont connus par l'autoportrait qu'en conserve le musée Gallé-Juillet de Creil[6], il s'établit ainsi sous l'enseigne Giraldon-Bovinet successivement au 66, rue Saint-Jacques, puis au 5, rue Pavée-Saint-André-des-Arts en 1823 et dans la galerie Vivienne en 1825[2].

Il demeure fidèle à son village natal en y séjournant chaque année : on observe ainsi qu'en 1822 c'est à Bricon qu'il réalise plusieurs de ses gravures[1]. Il s'installe à Creil pendant la Restauration.

Contributions bibliophiliquesModifier

LivresModifier

  • Jean-Marie Collot d'Herbois, Almanach du Père Gérard, Paris, 1791.
  • François Levaillant, Second voyage dans l'intérieur de l'Afrique par le Cap de Bonne-Espérance dans les années 1783, 1784 et 1785, gravures par Abraham Jacobsz Hulk (nl), Marie-Amélie Coiny, Louis-Alexandre Bouteloup, Edme Bovinet et Louis-François Mariage, 3 vol., chez H. J. Jansen et Compe, imprimeurs-libraires à Paris, an 3 (1794-1795).
  • Denis Diderot, Jacques le Fataliste et son maître, un frontispice et quatre figures gravés en taille-douce par Edme Bovinet d'après Étienne-Joseph Chaillou, chez P. Bertin, libraire à Paris, an V (1797).
  • Alain-René Lesage, Histoire de Gil Blas de Santillane, frontispice gravé par Edme Bovinet d'après Angelica Kauffmann, six compositions hors texte gravées par Jacques-Louis Copia et Edme Bovinet d'après, Étienne-Joseph Chaillou, six tomes en trois volumes, chez P. Bertin, Paris, an VI (1798).
  • Louis-Charles Fougeret de Monbron, La Belle sans chemise ou Ève ressuscitée, figures gravées par Edme Bovinet d'après Étienne-Joseph Chaillou, chez P. Bertin, Paris, 1798.
  • Louis-François Cassas (textes de Gabriel de La Porte du Theil, Jacques-Guillaume Legrand et Louis-Mathieu Langlès, Voyage pittoresque de la Syrie, de la Phénicie, de la Palestine et de la Basse-Égypte, planches gravées par Edme Bovinet sous la direction et sur les dessins de Louis-François Cassas; trois volumes, Imprimerie de la République, An VI (1798-1799).
  • Pierre Sollier, Manuel des fous, ou le grand festin de l'Élisée, frontispice morbide gravé par Edme Bovinet d'après Louis Binet, Imprimerie du Cailleau, an VIII (1800).
  • Sarah Fielding, Ophelia, ou l'entrée d'une orpheline dans le monde, deux volumes, deux figures gravées par Edme Bovinet d'après Étienne-Joseph Chaillou, 2 volumes, chez Ouvrier, Paris, an VII de la République (1799).
  • M. de Faverolle, ancien capitaine de Dragons (pseudonyme d'Élisabeth Guénard, Les Capucins, ou le secret du cabinet noir, gravure d'Edme Bovinet (Joséphine dans le cabinet noir) d'après François Huot, chez Marchand, libraire à Paris, 1801[7].
  • Claude-Nicolas Ledoux, L'Architecture considérée sous le rapport de l'art, des mœurs et de la législation, imprimerie de H.-L. Perronneau, Paris, 1804.
  • Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, eau-forte de Victor Pillement terminée au burin par Edme Bovinet d'après Jean-Baptiste Isabey, Imprimerie de P. Didot l'Aîné Paris, 1806.
  • Pierre-Jean-Baptiste Nougaret et Alphonse de Beauchamp, Histoire du donjon et du château de Vincennes, trois tomes, pour chacun un frontispice gravé par Edme Bovinet (tome 1 : Saint Louis rendant la justice sous son chêne ; tome 2 : L'évasion du Duc de Beaufort ; tome 3 : Le château de Beauté en partie supérieure et le donjon de Vincennes en partie inférieure), chez Bruno-Labbe et Lerouge, Paris, 1807.
  • Pierre Blanchard, Le Voyageur de la jeunesse dans les quatre parties du monde -Ouvrage élémentaire contenant : 1°. La description pittoresque des divers pays ; 2°. Le tableau des mœurs, religions et gouvernements de tous les peuples ; 3°. Des notices sur ce que la nature et les arts ont de plus curieux ; orné de soixante quatre figures gravées par Edme Bovinet, chez Le Prieur, libraire à Paris, 1809[8].
  • Juan Dorvo Soulastre Nieto, Voyage par terre de Santo Domingo, capitale espagnole de Saint-Domingue, au Cap-Français, capitale de la partie française de la même île, entrepris et exécuté au mois de germinal an IV, par les ordres du Général de division Hédouville, suivi d'un rapport sur l'état actuel des mines de la colonie espagnole traduit de don Juan Nieto et terminé par une relation sous le titre de : mon retour en France, gravures par Edme Bovinet, Chaumerot, Paris, 1809[9].
  • Sous la direction d'Edme François Jomard, Description de l'Égypte ou recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l'expédition de l'armée française ; publié par ordre de Sa Majesté Napoléon le Grand, neuf volumes, imprimerie impériale puis royale, Paris, 1809-1822[10].
  • Un grenadier de la Garde impériale, Quarante-huit heures de garde au château des Tuileries pendant les journées des 19 et , deux eaux-fortes (Le Départ de Louis XVIII[11] et Le Retour de Bonaparte[12] gravées par François Louis Couché et terminées au burin par Edme Bovinet d'après François Joseph Heim, chez Nicole et Le Normant, Paris, 1816.
  • Marie-Jeanne Riccoboni, Lettres de Mistress Fanni Butlerd, gravures d'Edme Bovinet d'après Pierre-Jean-Baptiste-Isidore Choquet, quatrième volume des Œuvres complètes (six volumes), Foucault, Paris, 1818.
  • Pierre-François Tissot, Trophées des armées françaises depuis 1792 jusqu'en 1815, gravures de François Louis Couché terminées par Edme Bovinet, six volumes, chez Le Fuel, libraire-éditeur, Paris, 1819-1820.
  • Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves, deux gravures par Edme Bovinet d'après Pierre-Jean-Baptiste-Isidore Choquet, Veuve Lepetit, libraire à Paris, 1820.
  • Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, neuf gravures par Louis-Sébastien Berthet, Edme Bovinet, Madame Jourdan et Antoine Claude François Villerey d'après Jean-Michel Moreau, douze volumes, Amable Costes et Cie, Paris, 1820-1821.
  • Louis Claude de Saulces de Freycinet, Voyage autour du monde entrepris par ordre du Roi, exécutés sur les corvettes de Sa Majesté, l'« Uranie » et la « Physicienne », gravures d'après Alphonse Pellion, chez Pillet aîné, imprimeur-libraire à Paris, 1825.

Parutions périodiquesModifier

 
Les religieuses de Port-Royal des Champs

Cours historique et élémentaire de peinture et sculpture, ou galerie complète du Musée Napoléon est une publication périodique dite aujourd'hui Musée Filhol, où certaines des eaux-fortes d'autres graveurs se trouvent terminées par Edme Bovinet et en portent la mention en bas à droite. Le Dictionnaire Bénézit, en accord avec Roger Portalis et Henri Beraldi dans Les Graveurs du dix-huitième siècle[13], estime leur quantité à soixante-deux[5] et l'on peut citer parmi elles :

Estampes éditées par Giraldon-BovinetModifier

  • Henry Monnier, Récréations, 1824.
  • Louis Vivien de Saint-Martin, Atlas universel pour servir à l'étude de la géographie et de l'histoire anciennes et modernes, cartes gravées par Giraldon-Bovinet (voir ci-dessous), Chez Menard et Desenne, 1825.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Régnier, L'Art d'écrire, ou méthode raisonnée et très simplifiée des écritures anglaise, ronde, bâtarde, coulé et gothique, dédié à LL.AA.RR. les enfants de France, vingt-cinq planches gravées par Giraldon-Bovinet, 1826.
  • Giraldon-Bovinet, Plan topographique du cimetière de l'Est dit du Père La Chaise, présentant l'indication exacte du placement de plus de mille cinq cents mausolées, tombeaux et monuments funèbres, chez Emler Frères, libraires à Paris, 1828 (réactualisation des cartes de 1820 où Giraldon et Bovinet situaient plus de sept cents mausolées, tombeaux et monuments funèbres[17], de 1822 où ils en situaient plus de neuf cents[18], de 1824 où ils en situaient plus de mille deux cents[19]).

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Charles Aubry, professeur de dessin à l'École de cavalerie de Saumur, Chevaux de manège et de carrière de l'École royale de cavalerie de Saumur, montés par MM. les officiers supérieurs, écuyers, professeurs et militaires de cette école, douze planches, 1828.
  • Isidore Dagnan, Sites pittoresques du Dauphiné, recueil de quarante lithographies, 1828.
  • Henry Monnier, Le Temps, album de huit lithographies, 1828.
  • Henry Monnier, Les Grisettes - Leurs mœurs, leurs habitudes, leurs bonnes qualités, leurs préjugés, leurs erreurs, leurs faiblesses, etc., 1828.
  • Henri-Gérard Fontallard, Bluettes, vers 1830.
  • Victor Adam, Promenades dans Paris, 1830.
  • Keepsake français ou souvenir de littérature contemporaine (Iere année), 1830[20].
  • Keepsake français pour 1831 (IIe année), ouvrage enrichi d'un frontispice de la Reine Marie-Amélie et de dix-huit gravures, 1831[20].
  • Keepsake français, Victor Morlot (IIIe année), 1832[20].
  • Calendrier de la liberté de la presse et de l'ordre public en France depuis la Révolution de 1830 - Une saisie, un jugement ou une émeute par jour, ensemble de deux eaux-fortes, 1833[21].

Réception critiqueModifier

  • L'eau-forte a été faite par Pillement le jeune qui excelle, au jugement de tous les graveurs, à faire celle des paysages. Elle a été terminée au burin par M. Bovinet dont j'ai déjà parlé avec éloge. Il suffit de dire que l'auteur du dessin (Jean-Baptiste Isabey) a été très satisfait de l'exécution de ces deux artistes. - Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre[22]
  • Il fit quelques petites vignettes d'après Binet, Clavareau, qui portent leur physionomie du Consulat, mais le plus considérable de son œuvre fut employé à des vues de paysages qui parurent au Salon de l'an VII, et à des planches classiques pour le musée Filhol et même pour le musée Laurent, dont on vit les plus beaux échantillons au Salon de l'an XII. - Jules Renouvier[23]
  • His works are after the most eminent Italian, Dutch and French painters. - Michael Bryan[24]

Collections publiquesModifier

AustralieModifier

  • Bibliothèque nationale d'Australie, Canberra, gravures pour le Voyage autour du monde de Louis Claude de Saulces de Freycinet, 1825 :
    • Vue d'une partie de la ville et du grand acqueduc de Rio de Janeiro, co-gravé avec Jean-Baptiste Réville d'après Jacques Arago[25].
    • Ruines de colonnes antiques sur l'île Tinian, co-gravé avec Jean-Baptiste Réville d'après Jacques Arago[26].
    • Grand archipel d'Asie, entrevue avec les naturels de l'île d'Ombai, gravé par Edme Bovinet d'après Jacques Arago[27].
    • Île Rawak, tombeau des Papous, gravé par Edme Bovinet d'après Jacques Arago[28].
    • Vue de la ferme royale de Tachunga sur l'île Guam, d'après Alphonse Peillon[29].
    • Îles Mariannes - Usage des anciens habitants (pêche), d'après Alphonse Peillon[30].
  • State Library of New South Wales (en), Sydney, Le voyageur de la jeunesse dans les quatre parties du monde de Pierre Blanchard, figures gravées par Edme Bovinet[8].

CanadaModifier

 
Napoléon, empereur des Français, Roi d'Italie - Bataille d'Austerlitz

États-UnisModifier

 
Le Maître d'école
 
Paysage et animaux
 
Un estaminet

FranceModifier

ItalieModifier

Nouvelle-ZélandeModifier

Royaume-UniModifier

  • Galerie nationale d'Écosse, Édimbourg, Reading the will (la lecture du testament), gravé par Edme Bovinet d'après David Wilkie[66].
  • British Museum, Londres, gravures terminées au burin par Edme Bovinet :
    • Paysage et animaux, commencé à l'eau-forte par Jean Duplessis-Bertaux, d'après Dirck van Bergen (nl).
    • Le Christ au tombeau, commencé à l'eau-forte par Jean Louis Charles Pauquet d'après Le Caravage.
    • La Cène, commencé à l'eau-forte par Alexis Chataigner, d'après Philippe de Champaigne.
    • Les religieuses de Port-Royal des Champs, commencé à l'eau-forte par Étienne Devilliers, d'après Philippe de Champaigne.
    • La Femme hydropique, commencé à l'eau-forte par Alexis Chataigner, d'après Gérard Dou[14].
    • Tableaux historiques des campagnes des Français sous la Révolution et l'Empire, gravure d'après Jules Antoine Vauthier, 1806[67].
    • Un estaminet, gravé à l'eau-forte par Alexis Chataigner, terminé au burin par Edme Bovinet, d'après Adriaen van Ostade[68].
    • Le chansonnier, gravé par Alexis Chataigner et Edme Bovinet d'Après Adriaen van Ostade.
  • National Portrait Gallery, Londres, Retour de Bonaparte, gravé à l'eau-forte par François Louis Couché et terminé au burin par Edme Bovinet, d'après François-Joseph Heim.
  • Royal Collection, Londres, Henri IV exhumé, gravé à l'eau-forte par Alexis Chataigner et terminé au burin par Edme Bovinet, d'après Eustache-Hyacinthe Langlois[69].
  • Wellcome Collection, Londres :
    • Henri IV exhumé, gravé à l'eau-forte par Alexis Chataigner et terminé au burin par Edme Bovinet, d'après Eustache-Hyacinthe Langlois.
    • Derniers moments de Napoléon, gravé à l'eau-forte par François Louis Couché et terminé au burin par Edme Bovinet, d'après Théodore Gudin.
  • Waddesdon Manor, Waddesdon (Buckinghamshire), Loterie nationale, Allégorie de l'Abondance pour Brazier-Bonneville, gravure d'Edme Bovinet[70].

SuisseModifier

  • Cabinet d'arts graphiques, Musée d'Art et d'Histoire de Genève[71] :
    • Scène de bataille, eau-forte par Edme Bovinet.
    • Vue de la place de Troie prise du tombeau d'Hector, eau-forte at burin par Edme Bovinet d'après Giovanni Battista Mercati (it).
    • Napoléon, Empereur des Français, Roi d'Italie, d'après Charles de Chätillon et Jean Duplessis-Bertaux, gravé à l'eau-forte par Jean Duplessis-Bertaux et terminé au burin par Edme Bovinet..

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Collections privées au XIXe siècleModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Claude Prestat, « Un peu d'histoire : Edme Bovinet, un Briconnais méconnu », Bulletin municipal de Bricon, avril 2014, page 22
  2. a b c et d Marques de collection, Edme Bovinet
  3. Collection des livrets des anciennes expositions depuis 1673 jusqu'en 1900, Liepmann Sohn, éditeur à Paris, 1871.
  4. « Le Musée français », Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Larousse, tome 8, page 740
  5. a et b Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.2, page 697.
  6. Musée Gallé-Juillet, Giraldon dans les collections
  7. Utpictura-18, "Joséphine dans le cabinet noir" par Edme Bovinet
  8. a et b State Library of New South Wales, "Le Voyageur de la jeunesse dans les quatre parties du monde" avec figures gravées par Edme Bovinet dans les collections
  9. a et b Archives départementales de la Guadeloupe, Edme Bovinet dans les collections
  10. a et b École polytechnique, Edme Bovinet dans les collections
  11. a et b Musée Carnavalet, "Départ du Roi Louis XVIII" dans les collections
  12. a et b Musée Carnavalet, "Retour de Bonaparte" dans les collections
  13. Roger Portalis et Henri Beraldi, Les Graveurs du dix-huitième siècle, tome 1, Damascène Morgand et Charles Fatout, 1880, pages 247-250.
  14. a et b British Museum, "La Femme hydropique dans les collections
  15. a et b Davison Art Center, Edme Bovinet dans les collections
  16. a et b Morgan Library and Museum, Edme Bovinet dans les collections
  17. Amis et passionnés du Père-Lachaise, Plan topographique de 1820
  18. Amis et passionnés du Père-Lachaise, Plan topographique de 1822
  19. Léon Vallée, Catalogue des plans de Paris et des cartes de l'Île-de-France, de la généralité, de l'élection, de l'archevêché, de la vicomté, de l'université, du grenier à sel et de la cour des aydes de Paris, Librairie ancienne Henri Champion, éditeur à Paris, 1908.
  20. a b et c Frédéric Lachèvre, Bibliographie sommaire des keepsakes et autres recueils collectifs de la période romantique, 1823-1848, tome 1, Slatkine Reprints, Genève, 1973.
  21. Bibliothèque nationale de France, "Calendrier de la liberté de la presse..." dans les collections
  22. Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, extrait du « Préambule », Paul et Virginie, Imprimerie de P. Didot l'Aîné, 1806.
  23. Jules Renouvier, Histoire de l'art pendant la Révolution, 1789-1804, considéré principalement dans les estampes, Veuve J. Renouard, 1863.
  24. Michael Bryan, Dictionary of painters and engravers, biographical and critical, George Bell & Sons, 1886, pages 173-174.
  25. Bibliothèque nationale d'Australie, "Vue d'une partie de la ville et du grand acqueduc de Rio de Janeiro" dans les collections
  26. Bibliothèque nationale d'Australie, "Ruines de colonnes antiques sur l'île Tinian" dans les collections
  27. Bibliothèqque nationale d'Australie, "Grand archipel d'Asie, entrevue avec les naturels de l'île d'Ombai" dans les collections
  28. Bibliothèque nationale d'Australie, "Île Rawak, tombeau des Papous" dans les collections
  29. Bibliothèque nationale d'Australie, "Vue de la ferme royale de Tachunga" dans les collections
  30. Bibliothèque nationale d'Australie, "Îles Mariannes - Usage des anciens habitants" dans les collections
  31. Fogg Art Museum, "Napoléon, Empereur des Français - Bataille d'Austerlitz" daans les collections
  32. Fogg Art Museum, "Monument érigé, à Genève, à Jean-Jacques Rousseau" dans les collections
  33. Fogg Art Museum, "Sarcophage antique" dans les collections
  34. Fogg Art Museum, "Orphée" dans les collections
  35. Fogg Art Museum, "Vue des environs de Lausanne" dans les collections
  36. Fogg Art Museum, "Vue du lac de Genève" dans les collections
  37. Bibliothèque du Congrès, Edme Bovinet dans les collections
  38. Archives départementales du Cantal, "Ouverture des États généraux" dans le fonds Jean Delmas
  39. Archives départementales du Cantal, "Prise de la Bastille" dans le fonds Jean Delmas
  40. Archives départementales du Cantal, "Le Roi arrivant à l'hôtel de ville" dans le fonds Jean Delmas
  41. Archives départemantales du Cantal, "Vue de Nancy..." dans le fonds Jean Delmas
  42. Archives départementales du Cantal, "Costumes des trois ordres" dans le fonds Jean Delmas
  43. Bibliothèque municipale de Dijon, Dix ans d'acquisitions remarquables, 2001-2010 - Patrimoine sans réserve, catalogue d'exposition, page 35
  44. Dinah Ribard, « Le menuisier et l'enfant », Gradhiva, revue d'anthropologie et d'histoire des arts, no 20, 2014, pages 84-108
  45. Le Portrait de Paul Scarron par Edme Bovinet est reproduit dans : Alexandre Maral, Madame de Maintenon à l'ombre du Roi-Soleil, Éditions Belin, 2011.
  46. Bibliothèque nationale de France, "Portrait des trois Consuls de la République" dans les collections
  47. Bibliothèque nationale de France, "Bataille de Craonne" dans les collections
  48. Institut national d'histoire de l'art, Edme Bovinet dans les collections
  49. Musée de l'Armée, Edme Bovinet dans les collections
  50. Musée Carnavalet, "La garde impériale manœuvrant en présence des deux empereurs" dans la collection
  51. Musée Carnavalet, "Les Prussiens empêchent des députés d'entrer au palais Bourbon" dans les collections
  52. Muséum national d'histoire naturelle, Edme Bovinet dans les collections
  53. Musée du quai Branly - Jacques-Chirac, Edme Bovinet dans les collections
  54. Musée national du château de Pau, "Henri IV" d'après Frans Pourbus le Jeune dans les collections
  55. Musée des Beaux-Arts de Quimper, "Vue des environs de Messine" dans les collections
  56. Musée des Beaux-Arts de Quimper, "Vue du lac de Nemi" dans les collections
  57. Musée national de l'éducation, Edme Bovinet dans les collections
  58. Château de Malmaison, "Bataille du Mont-Thabor" dans les collections
  59. Château de Malmaison, "Bataille d'Héliopolis" dans les collections
  60. Bibliothèque de Valenciennes, Edme Bovinet dans les collections
  61. Château de Versailles, Edme Bovinet dans les collections
  62. Pinacothèque Repossi, "La Sainte Famille" dans les collections
  63. Pinacothèque Repossi, "La Vierge et Saint Jérôme dans les collections
  64. Musei Civici di Monza, Edme Bovinet dans les collections
  65. Christchurch Art Gallery Te Puna o Waiwethu, Edme Bovinet daans les collections
  66. Galerie nationale d'Écollse, Edme Bovinet dans les collections
  67. British Museum, Tableaux historiques des campagnes des Français sous la Révolution et l'Empire" dans les collections
  68. British Museum, "Un estaminet" dans les collections
  69. National Collection, Edme Bovinet dans les collections
  70. Waddesdon Manor, Edme Bovinet dans les collections
  71. Musée d'art et d'histoire de Genève, Edme Bovinet dans les collections

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l'école française au XIXe siècle, chez Madame Vergne, libraire à Paris, 1831.
  • Georg Kaspar Nagler, Neues allgemeines Künstler-Lexikon oder Nachrichten von dem Leben und den Werken der Maler, Bildhauer, Baumeister, Kupferstecher, Formschneider, Lithographen, Zeichner, Medailleure, Elfenbeinarbeiten, etc., E. A. Fleischmann, Munich, 1835 (lire en ligne).
  • Jules Renouvier, Histoire de l'art pendant la Révolution, 1789-1804, considéré principalement dans les estampes, Veuve J. Renouard, libraire-éditeur à Paris, 1863.
  • Jules Guiffrey, Table générale des artistes ayant exposé aux Salons du XVIIIe siècle, suivie d'une table de la bibliographie des Salons, précédée de notes sur les anciennes expositions et d'une liste des Salons de 1801 à 1873, J. Baur, libraire à Paris, 1873.
  • Roger Portalis et Henri Beraldi, Les Graveurs du dix-huitième siècle, tome 1, Damascène Morgand et Charles Fatout, 1880 (lire en ligne).
  • Henri Beraldi, Les graveurs du XIXe siècle - Guide de l'amateur d'estampes modernes, vol.2, Librairie L. Conquet, 1885.
  • Michael Bryan, Dictionary of painters and engravers, biographical and critical, George Bell & Sons, 1886.
  • Ulrich Thieme et Felix Becker, Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, vol.4, Wilhelm Engelmann, 1910.
  • Saur, Allgemeines Künstlerlexikon - Dis Bildenden Künstler aller Zeiten und Völker, K. G. Saur Verlag, 1996.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol.2, Gründ, 1999.
  • Gaïté Dugnat et Pierre Sanchez, Dictionnaire des graveurs, illustrateurs et affichistes français et étrangers, 1673-1950, L'Échelle de Jacob, Dijon, 2001.

Liens externesModifier