Edgar Meyer (peintre)

peintre autrichien

Edgar Meyer, né en 1853 et mort en 1925, est un peintre autrichien ayant construit lui-même son château et s'étant engagé en politique.

Edgar Meyer
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Peintre et militant politique
Mouvement

BiographieModifier

 
Peinture de Meyer du château de Welfenstein.

Edgar Meyer naît le à Innsbruck, dans le comté de Tyrol, en Autriche. Ses parents sont Martin Meyer[1] (1821–1897), un homme d'affaires prospère, un peintre, un poète et un compositeur de chansons populaires et Theresia Megucher (1826–1905).

Il étudie à l'Académie des beaux-arts de Munich puis de 1874 à 1877 à celle de Düsseldorf sous la direction d'Eugen Dücker. Il prolonge ses études en visitant Rome et Venise. Entre 1880 et 1881, il est membre d'une association d'artistes et d'universitaires appelée Malkasten (également connue sous le nom de Paintbox) à Düsseldorf.

Il vit un temps à Weimar et devient professeur dans le quartier de Berlin-Charlottenbourg.

Le technique de prédilection de Meyer est l'aquarelle et ses paysages de style impressionniste, ses scènes de montagne et ses châteaux sont populaires, notamment en Allemagne où ils se vendent bien. Les peintures de Meyer se trouvent au Tiroler Landesmuseum (en) (Ferdinandeum), à Innsbruck et dans des collections privées du monde entier. Vers la fin du XIXe siècle, la progression de l'art évolutionnaire fait perdre à son travail sa popularité et il retourne au Tyrol.

Meyer achète les ruines médiévales du château de Welfenstein[2] près de Sterzing dans le Tyrol du Sud. Pendant la période 1893–1897, il reconstruit le château en le transformant en un édifice roman avec de nombreuses tours, remparts et créneaux. Meyer meuble le château d'antiquités et d'œuvres d'art provenant de tout le Tyrol. En , un incendie dévastateur ravage le château, détruisant la plupart de son contenu, dont une collection de 40 000 livres.

En 1910, il cofonde le musée d'art folklorique tyrolien (de).

Meyer meurt à Aldrans, près d'Innsbruck, le , à l'âge de 71 ans.

Vie politiqueModifier

Edgar Meyer était un partisan de la germanisation du Trentin[3],[4] et du corridor menant à la mer Adriatique. Ces régions abritaient une série de communautés germanophones. Le tout dans un contexte de montée du nationalisme italien ou irrédentisme.

En 1905, Meyer a cofondé la Tiroler Volksbundes (Ligue populaire tyrolienne)[5]. Financée par de l'argent allemand, elle promouvait la culture autrichienne et l'enseignement de l'allemand dans le Tyrol du Sud et le Trentin.

En 1907, Meyer est le principal acteur d'un épisode notoire connu sous le nom de "Zweite Schlact von Calliano" (la deuxième bataille de Calliano)[6]. À l'époque, les associations nationalistes austro-allemandes promouvaient leurs visions de l'identité nationale en organisant des circuits et des randonnées[7]. Meyer avait déjà organisé plusieurs voyages controversés, puis, au cours de l'été 1907, il conduit un groupe de nationalistes allemands et autrichiens à travers le Trentin. Cette excursion provocante avait fait l'objet d'une couverture médiatique importante. En traversant des villages italophones, ils ont été accueillis par des foules hostiles. En arrivant à Calliano, une foule en colère a submergé la police qui les protégeait et a attaqué le groupe, faisant quelques blessés graves. L'indignation est grande, des manifestations anti-italiennes ont lieu à Innsbruck, l'incident est largement rapporté dans les journaux autrichiens et allemands et des représentants des gouvernements autrichien et allemand déposent des plaintes officielles auprès du gouvernement italien. Le , Meyer, la tête pansée, s'adresse à une foule enthousiaste à Innsbruck

En 1916-1917, Meyer fonde l'Ausschuss für volkische Belange und deutsche Besiedlung Südtirols (Comité pour les affaires nationales et la colonisation allemande du Trentin)[8].

Son château étant en ruine et après l'annexion du Tyrol du Sud par l'Italie en 1918, Meyer se tourne vers la communauté juive d'Autriche. En 1919, l'association antisémite tyrolienne[9] est créée. Meyer est l'un des principaux orateurs de sa réunion inaugurale à Innsbruck. Il a cité la subversion juive comme l'une des raisons de l'éclatement de la monarchie austro-hongroise.

Œuvres (sélection)Modifier

 
Blick auf Rom (Vue de Rome), 1880
  • Partie aus Palermo (1873)
  • Aus Eppan (1885)
  • On the Rhine at Dusseldorf
  • Market place in Verona
  • Evening in the Roman countryside
  • Der Schwarzsee bei Kitzbühel
  • Palazzo an der Amalfiküste
  • Venedig, Torbögen
  • Insel San Michele Venedig
  • Schloss Welfenstein

Notes et référencesModifier

  1. (de) « Martin Meyer: Dichter, Sagenforscher und Maler », sagen.at
  2. (de) « Burgen in oberen Eisacktal ».
  3. Falch, « Edgar Meyer (1853–1925) » [archive du ], University of Innsbruck, ,
  4. Nancy Wingfield, Creating the other: ethnic conflict and Nationalism in Habsburg Central Europe, Bergbahn, , 127–150 p. (ISBN 1-57181-385-3)
  5. Christopher Seton-Watson, Italy from Liberalism to Fascism 1870–1925, Methuen and Co, , 353–354 p. (ISBN 0-416-18940-7), « Nationalism, Irrendentism and Imperialism »
  6. Hans Kramer, "Zweite Schlact von Calliano" 1907, Herman Böhlaus Nacnf., coll. « Miteilungen des Oberösterreichischen Landesarchivs 8.Band », , 330–343 p. (lire en ligne)
  7. Rudy Koshar, Histories of Leisure -Nationalist Tourism in the Austrian Empire -Pieter Judson, Berg, , 154–155 p. (ISBN 1-85973-520-7)
  8. Ingo Haar Michael Fahlbusch, German Scholars and Ethnic Cleansing 1920–1945, Berghahn, (ISBN 1-57181-435-3), p. 133
  9. Albrich, « Juden und Jüdinnen in Tirol 1867–1945 – ein Kurzer Überblick; www.errinen.at » [archive du ]

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :