Noble Libre du Saint-Empire
Image illustrative de l’article Edelfrei
Armoiries d'un Noble Libre du Saint-Empire

Image illustrative de l’article Edelfrei
Couronne de la noblesse ancienne

Création XIIe siècle
Transmission Héréditaire
Assis sur Fief ou Nom de famille
Type Titre initiale de la petite noblesse d'empire immédiate
Abrogation XVIIe siècle

Edelfrei ou en français Noble Libre, est le titre primitif de la petite noblesse du Saint Empire Romain Germanique dont seront plus tard issus les Barons et Chevaliers de l'empire. Il se situe au même rang que les chevaliers impériaux, en dessous des barons de l'empire et au-dessus de la noblesse sans titre. A la différence des chevaliers, leur territoire des nobles libres, quand ils en avaient un, n'était pas reconnu comme faisant partie de l'empire. Il bénéficiait de l'immédiateté impériale et d'une indépendance totale envers les grands seigneurs locaux. Il fait partie, dès le XIIe siècle, des trois premiers titres de noblesse impériale initiaux, avec ceux de comtes et princes[1]. Ce titre restera en vigueur jusqu'à la fin du XVIIe siècle ou il évoluera en celui de Chevalier[2]. Sur les lettres lettres patentes au XVIe et XVIIe siècle, il est intitulé Noble du saint Empire romain germanique[3].

HistoireModifier

Initialement, au Moyen Âge, Edelfrei désigne simplement une personne issue d'une dynastie. Mais ce terme est également un statut juridique local et un titre de noblesse sans rapport de subordination. Les porteurs de ce titre ne sont pas soumis à d'autres familles ou dynasties et n'ont pas de dépendances avec leur alleu. Le terme contemporain Uradel ne doit pas être confondu avec le terme Edelfrei : Uradel n'est pas un titre mais une catégorie de la noblesse ayant obtenu leur anoblissement avant 1400.

À l'origine, la petite noblesse du Saint-Empire était uniquement composée de nobles libres ayant obtenu l'immédiateté impériale. Une partie sont des nobles qui ont obtenu l'immédiateté de leur fief, et les autres sont des anoblis par l'empereur lui-même, issus de la ministérialité. Sur leurs lettres patentes, l’immédiateté leur est accordée avec le titre officiel de "Noble libre du Saint Empire". Pour se distinguer des nobles restés médiats (Edlers) qui avaient presque la même dénomination qu'eux mais pas les mêmes prérogatives, ils se firent appeler chevalier (Ritter)[4]. Mais l'empereur ne reconnut pas ce nouveau titre qui se retrouva hors de la hiérarchie nobiliaire. Au siècle suivant, les plus riches d'entre eux obtinrent leur officialisation avec le droit de se faire appeler "homme libre" (Freiherr): les barons de l'empire étaient nés. Les nobles libres autoproclamés "chevaliers impériaux" se révoltèrent plusieurs fois pour obtenir leur intégration à la hiérarchie nobiliaire comme en 1521 et 1526[5],[6]. Il faudra cependant attendre 1577 pour que les nobles libres soient reconnus comme chevaliers par l'empereur et intégrés à la hiérarchie nobiliaire en tant que "reichsritter". Cependant ils n'auront jamais accès à la diète d'empire. À partir du XVIIe le titre de noble libre sera de moins en moins créé. Si le titre fut de fait transformé en celui de chevalier, il perdurera notamment dans les régions non germanophones, où beaucoup n'osèrent pas, par crainte ou méconnaissance de la réforme du titre, prendre celui de chevalier. Comme pour les autres titres, celui de Noble du Saint-Empire accordait "l'immédiateté" à son possesseur qui dépendait exclusivement de l'empereur. Les nobles étaient généralement issu de la ministérialité, comme fonctionnaires de l'empire ou attachés à la personne de l'empereur. Le titre accorde à son possesseur[7],[8]:

  • le droit de porter des armoiries
  • le droit de porter bannière
  • de bénéficier des privilèges de la noblesse (accès aux tournois, girouette...)
  • l'exemption de tout impôt
  • les droits féodaux
    • droit de justice
    • droit de lever une armée
    • droit de lever un impôt

Cas de vassalisationModifier

Bien qu'immédiats, de nombreux Nobles libres se soumirent du Moyen Âge central à la Renaissance, à de puissants seigneurs féodaux; l'immédiateté étant parfois difficile à conserver, notamment pour des raisons financières. Cette soumission n'était pas obligatoirement forcée, elle était même bien souvent volontaire. En effet, les vassaux avaient souvent des postes élevés dans la cour de leurs seigneurs et ce service étaient souvent lucratif. En particulier au moment de la constitution des territoires et avec l'avènement de l'économie monétaire, beaucoup de Nobles libres acceptaient la protection et le soutien d'un puissant seigneur laïc ou spirituel. À l'inverse, il existait une relation de dépendance de ces puissants seigneurs envers ces petits nobles, dans le sens où les plus grands territoires ne pouvaient être sécurisés et administrés qu'avec l'aide de serviteurs fidèles et instruits. En théorie, même vassaux, ils conservaient leur immunité judiciaire. Par contre, le fait d'accepter la protection d'un plus grand seigneur ou de se mettre a son service n’entraînait pas nécessairement la fin de l'immédiateté pour le noble libre[9].

Notes et référencesModifier

  1. Michèle Populer, « Les entrées inaugurales des princes dans les villes. Usage et signification. L'exemple des trois comtés de Hainaut, Hollande et Zélande entre 1417 et 1433. », Revue du Nord, vol. 76, no 304,‎ , p. 25–52 (ISSN 0035-2624, DOI 10.3406/rnord.1994.4886, lire en ligne, consulté le 8 janvier 2019)
  2. « the Holy Roman Empire », sur www.heraldica.org (consulté le 31 octobre 2019)
  3. Le Marquis de Magny, Illustrations européennes... Livre d'or de la Noblesse, secrétariat général du collège Héraldique, (lire en ligne)
  4. (en) « Edelfrei », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  5. Jean de Climont, Le suicide du prolétariat, Editions d Assailly, 146 p. (ISBN 978-2-902425-04-4, lire en ligne)
  6. Marita Gilli, L'identité culturelle, laboratoire de la conscience européenne : actes du colloque international organisé à l'Université de Franche-Comté les 3, 4, et 5 novembre 1994, Presses Univ. Franche-Comté, , 486 p. (ISBN 978-2-251-60587-6, lire en ligne)
  7. Charles Emmanuel Joseph Poplimont, La Belgique héraldique : recueil historique, chronologique, généalogique et biographique complet de toutes les maisons nobles reconnues de la Belgique, Adriaens, (lire en ligne)
  8. M. de Saint-Allais (Nicolas Viton), Nobiliaire universel de France : ou Recueil général des généalogies historiques des maisons nobles de ce royaume, Au bureau du Nobiliaire universel de France, Réimprimé à la Librairie Bachelin-Deflorenne, (lire en ligne)
  9. Traite Sistematique touchant la Connoissance de L'etat du Saint Empire Romain de la Nation Allemande, (lire en ligne)