Dysphagie

sensation de gêne ou de blocage ressentie au moment de l'alimentation, lors du passage des aliments dans la bouche, le pharynx ou l'œsophage

La dysphagie est une sensation de gêne ou de blocage ressentie au moment de l'alimentation, lors du passage des aliments dans la bouche, le pharynx ou l'œsophage. Sa forme extrême est l'aphagie (impossibilité de déglutir).

La dysphagie doit être distinguée de l’odynophagie qui est une douleur provoquée par la déglutition, d’une sensation de satiété précoce ressentie parfois comme un blocage épigastrique, des dysphagies oropharyngées hautes ou encore du globus hystericus[1], sensation de constriction pharyngée permanente (boule dans la gorge) liée au stress et cédant à l'ingestion alimentaire.

Deux grandes classes de dysphagie existent: dysphagie haute ou dysphagie oropharyngée et la dysphagie basse ou dysphagie œsophagienne.

Deux types de causes de la dysphagie œsophagienne possibles :

  • les lésions organiques de l'œsophage : obstacle, rétrécissement;
  • les obstacles fonctionnels liés à un trouble de la motricité : ondes péristaltiques (contractiles) asynchrones, non-relâchement du sphincter œsophagien inférieur.

Il faut donc également marquer la différence entre :

  • une dysphagie capricieuse traduisant un trouble moteur déclenché par les émotions, l'ingestion de liquides trop chauds ou trop froids;
  • une dysphagie paradoxale plus ressentie pour les liquides que pour les solides dont l'évolution est longtemps tolérée par l'organisme et ne provoque pas d'amaigrissement rapide;
  • une dysphagie ne se manifestant que pour les aliments solides au début, puis évoluant de manière progressive sans rémission vers des aliments de plus en plus liquides, n'évoquant pas de lésion organique de l'œsophage.

Causes organiquesModifier

Causes fonctionnellesModifier

Souvent asymptomatique mais fréquemment responsable d’un RGO (Reflux gastro-œsophagien). Diagnostic a la manométrie œsophagienne

Notes et référencesModifier

  1. W.G. Thompson, « globus hystericus », sur http://www.gastroresource.com (consulté le 21 décembre 2008)
  2. « Iron Deficiency Without Anemia – Common, Important, Neglected », sur www.oatext.com (consulté le 16 novembre 2019)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier