Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Comté de Provence ou Marquisat de Provence.
Duché de Provence

412855
863879

Description de cette image, également commentée ci-après
La Provence wisigothe et les Royaumes francs en 511
Informations générales
Statut Fief du :
Royaume wisigoth (412-526)
Royaume ostrogoth (526-536)
Royaume de Bourgogne (536-879)
Capitale Arles
Langue Latin vulgaire
Gallo-roman
Ancien provençal
Histoire et événements
413 Prise de la Provence lors de la fuite de Athaulf vers l'Hispanie
507-508 Siège d'Arles
534 Prise d'Arles et conquête de la Provence par les Francs
855 Traité de Prüm
Recteurs, patrices, comtes puis ducs
534-548 Parthénius
737-751 Childebrand Ier
875-879 Boson

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le duché de Provence est un ancien fief situé à l'est du Rhône et au sud de l'Isère. Initialement wisigoth puis ostrogoth, le territoire est conquis par les Francs en 536. Jusqu'en 739, la région est successivement administrée par un recteur, puis par un patrice. De 739 à 780, au moment de l'Empire carolingien les missi dominici gouvernent. A partir de 780, la fonction de Duc (ou de Comte) est créée.

En 879, Boson est élu roi de Provence.

HistoireModifier

Vers 412, la Provence est prise par Athaulf lors du passage des Wisigoths vers l'Hispanie où ils renversent les usurpateurs Jovin et Sebastianus. La région est ensuite intégrée au Royaume wisigoth. En 507, sous le commandement de Clovis et de son fils aîné Thierry, l'armée franque franchit la Loire et conquiert une partie des territoires wisigoths. Par la suite, le roi des Wisigoths Alaric II trouve la mort lors de la Bataille de Vouillé. Les Francs et les Burgondes tentent alors de s'emparer de la Provence et assiègent Arles. En août 508, les armées ostrogothes, jusqu'ici immobilisées par la menace byzantine, arrivent en renfort, délivrent la cité et repoussent les Francs et les Burgondes. Théodoric le Grand, roi des Ostrogoths devient le tuteur du jeune roi wisigoth Amalaric, petit-fils d'Alaric, alors âgé de six ans et gouverne en son nom l'Espagne wisigothe jusqu'en 526. A la mort de ce dernier, la Provence est rattachée au Royaume ostrogoth.

En 534, après la chute de la Burgondie, toutes les troupes franques menées par Thibert Ier se localisent à proximité de la Provence. Arles est prise au cours de cette même année. En 536, les Ostrogoths en conflit en Italie contre les Byzantins et dans l'incapacité de défendre la Provence, doivent la céder aux Francs qui est intégrée au Royaume de Bourgogne.

A la suite du traité de Prüm de 855, Charles, fils de l'empereur défunt Lothaire Ier, devient roi de Provence et de Bourgogne Cisjurane jusqu'à sa mort en 863. A cette date son royaume est partagé, la Provence revenant à son frère aîné Louis II d'Italie, et est administré par le comte Adalbert[1].

En 875, Charles le Chauve, roi des Francs, récemment nommé empereur, nomme son beau-frère Boson duc de Provence. En 877, Boson est rappelé en France par Charles le Chauve et le duché est confié à son frère Richard le Justicier et à Hugues l'Abbé. En 879, Boson est proclamé roi en Bourgogne et en Provence ; le duché de Provence ne fut plus attribué après lui.

Réutilisation du titreModifier

Entre 1173 et 1181 le comté de Provence était dirigé par le comte Raymond Bérenger III, nommé par son frère aîné le roi Alphonse II d'Aragon. Pour marquer sa suzeraineté sur son frère, Alphonse II utilise alors le titre de « duc de Provence », dont son frère reste le « comte ».

Liens internesModifier

RéférencesModifier

  1. D'après Frédéric de Gingins-La-Serra, le duché d’Arles sous Louis II est administré par le comte Adalbert. Frédéric de Gingins-La-Sarra, Mémoires pour servir à l'histoire des royaumes de Provence et de Bourgogne-Jurane. Lausanne, 1851, p. 43, ici :
    « … Ce monarque [Charles-le-Chauve] réunit celui de la Provence ou du duché d'Arles, qui jusqu'alors avait été administré au nom de l'empereur Louis II par un comte Adalbert avec le titre de margrave (marchio). À la recommandation du pape Jean VIII, le duc Boson paraît avoir laissé à ce margrave et à la comtesse Rothilde, sa femme, l'administration d'une partie de la Provence… »