Ouvrir le menu principal

Druyes-les-Belles-Fontaines

commune française du département de l'Yonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Druyes.

Druyes-les-Belles-Fontaines
Druyes-les-Belles-Fontaines
Vue depuis le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Vincelles
Intercommunalité Communauté de communes de Puisaye-Forterre
Maire
Mandat
Jean-Michel Rigault
2014-2020
Code postal 89560
Code commune 89148
Démographie
Population
municipale
283 hab. (2016 en diminution de 5,98 % par rapport à 2011)
Densité 7,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 54″ nord, 3° 25′ 16″ est
Altitude Min. 162 m
Max. 347 m
Superficie 39,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Druyes-les-Belles-Fontaines

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Druyes-les-Belles-Fontaines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Druyes-les-Belles-Fontaines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Druyes-les-Belles-Fontaines

Druyes-les-Belles-Fontaines est une commune française située dans le département de l'Yonne et la région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Lieux-dits : le Bourg, la Ville, les Ménages, les Maillauderies, Bétignelles, la Tuilerie, la Pomponnerie, les Mérys, Fauvin, le Pron, Saint-Martin (ferme), Montru, Blin, le Bouloy, les Singes, Fosse Terron (ferme), les Martin, Maupertuis, le Moulin Girard, Gulène, la Fosse aux Prêtres, la Petite Poisse, la Grande Poisse, la Roche.

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

Le village aurait été fondé au VIe siècle par saint Romain († 560), instructeur de Benoît de Nursie à Subiaco qui, venant d'Italie, s'installa dans une grotte de la falaise qui porte aujourd'hui son nom. Il évangélisa la petite population éparpillée et amorça l'assainissement des marais en drainant la Druyes. Il construisit deux chapelles et un monastère (dont il fut le premier abbé), aujourd'hui disparus.
En 596 le règlement de saint Aunaire, 18e évêque d'Auxerre (572-605), inclut Druyes Drogia dans les trente principales paroisses du diocèse[1].

Du fait du prestige de saint Romain, des pèlerinages sont organisés et un village naît et grandit : Druyes. Ses reliques seront transférées trois siècles plus tard à Preux (village devenu depuis Saint-Romain-le-Preux) afin de les protéger des invasions normandes. Les moines quittèrent Druyes-les-Belles-Fontaines pour Andryes pendant ces invasions.

Un document de 1031 précise que Druyes est aux mains de la famille de Nevers qui possède les deux comtés d'Auxerre et de Nevers et mentionne l'existence d'un château dans ce village. Les comtes d'Auxerre favorisaient le château de Druyes pour la proximité de la forêt de Frétoy où ils pouvaient chasser le gros gibier[2].

Dans la seconde moitié du XIIe siècle, le château fort fut construit sur ce promontoire calcaire élevé ; il profitait ainsi de la défense naturelle constituée par la vallée très marécageuse à cette époque et s'assurait une vue sans obstacle sur la campagne environnante. Une première enceinte ceinturait le sommet plat de la colline ; elle avait la forme d'un triangle de 300 mètres de côté, était fortifiée de tours et d'une poterne à l'entrée.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Henri Gascuel   Architecte retraité
mars 2008 mars 2014 Sylvain Pinon[3]   Agriculteur
mars 2014 En cours Jean-Michel Rigault Agir, la droite constructive[4] Retraité

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 283 habitants[Note 1], en diminution de 5,98 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
696750730770836880894911927
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9229319599599431 098973853763
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
696717656614566534504503468
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
422376334309302288290306289
2016 - - - - - - - -
283--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Culture et patrimoineModifier

Druyes-les-Belles-Fontaines a été labellisée Cité de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté en 2016.

Lieux et monumentsModifier

  • Les « grottes de Saint-Romain » fondateur du village et Cave aux Fées. Les vestiges de la grotte de Saint-Romain sont indiquées par une croix en bois visible à gauche de l'étang de Druyes.
  • Les nombreuses sources secondaires (sources de la Druyes) dont l'origine hydrologique se situe au domaine du Colombier sur la commune d'Étais-la-Sauvin.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Voir la catégorie : Druyes-les-Belles-Fontaines.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier