Ouvrir le menu principal

Drogon de Metz

évêque de Metz
(Redirigé depuis Drogon (fils de Charlemagne))
Drogon
D545 - sacramentaire de drogon, fils de charlemagne -liv3-ch5.png
Couverture du sacramentaire de Drogon, ivoire sculpté, BNF.
Fonctions
Abbé
Abbaye de Gorze
-
Halduin (d)
Évêque de Metz
-
Abbé
Abbaye de Luxeuil
-
Fulbert (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Activités
Famille
Père
Mère
Regina (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Louis le Pieux
Alpaïs (d)
Gisèle
Bertha
Adelais (d)
Chrotais (d)
Hildegarde (d)
Hiltrude (d)
Rothilde
Theodrade
Théodoric (d)
Pépin d'Italie
Charles le Jeune
Rotrude
Pépin le Bossu
Lothaire (d)
Hugues l'Abbé
Adeltrude (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Ordre religieux
Page du sacramentaire de Drogon

Drogon, également connu sous le nom de Dreux ou Drogo ( - ), fils illégitime de Charlemagne, fut évêque de Metz de 823 à 855. Il est le commanditaire du Sacramentaire de Drogon, qui porte son nom.

BiographieModifier

Fils de Charlemagne, et de sa concubine Régina, Drogon naît le [1]. Étant l'un des rares enfants à survivre à son père, les perspectives d'avenir politique de Drogon sont alors très favorables. En , voulant assurer son avenir et éviter d'en faire un adversaire, son demi-frère Louis le Pieux envoie Drogon à Toul, chez l'évêque Frotaire, pour qu'il embrasse une carrière ecclésiastique[1].

Devenu ecclésiastique, Drogon est nommé abbé du monastère de Luxeuil en 820. Son plus jeune frère, Hugues, également ordonné, est nommé abbé de Saint-Quentin. Resté extrêmement fidèle à Louis le Pieux, ce dernier acquerra plus tard une forte influence sur lui. Ordonné prêtre le , Drogon est consacré évêque de Metz, le [1]. Grâce à l'appui de Louis et de son frère Hugues, Drogon est nommé archevêque en 834. Pour Louis le Pieux, déstabilisé par ses propres fils[2], Drogon organise un second couronnement à Metz le [1]. Le , Drogon organise les funérailles de son demi-frère Louis, faisant inhumer sa dépouilles en l'église abbatiale des Saints-Apôtres à Metz.

L'influence de Drogon commence à décliner après la mort de Louis. Après la Bataille de Fontenoy-en-Puisaye en 841, Drogon prend le parti des deux frères Louis le Germanique et Charles le Chauve, contre Lothaire Ier[3]. Il s'attache ensuite plus étroitement à Lothaire Ier, dans le royaume duquel il exerce sa charge[1]. Il accompagne d'ailleurs son fils Louis à Rome, rencontrant le pape Serge II, qui le fait « vicaire en Gaule », et lui remet le pallium archiépiscopal[1]. En , il perd son dernier soutien, son frère Hugues, après une bataille livrée près d'Angoulême. Il développe le scriptorium créé par Angelram, et commande le Sacramentaire de Drogon, qui porte son nom. Se rendant à Luxeuil, dont il avait l'abbatiat, Drogon se noie accidentellement le [1], dans un cours d'eau en crue.

Drogon fut inhumé en l'église abbatiale de l'Abbaye de Saint-Arnould à Metz[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h Michel Parisse : Metz, Capitale d'Austrasie, in Histoire de Metz, Privat, Toulouse, 1986 (pp. 83-84).
  2. 30 juin 833 Louis le Pieux au « Champ du Mensonge » herodote.net
  3. Marie-Céline Isaïa, Histoire des Carolingiens, Éditions Points 2014 p. 260

AnnexesModifier