Ouvrir le menu principal
Ali Choghentsukov

On peut définir la dramaturgie kabarde comme le corpus de textes en langue kabardo-tcherkesse (adygué) destinés à être mis en scène. L'histoire de l'art dramatique chez les kabardes remonte à lа haute antiquité, et est associée aux anciens « djeguakos »[1] et « ajaghafas »[2], les homologues des skomorokhs, des troubadours et des ménestrels médiévaux. La culture dramatique contemporaine dans la République de Kabardino–Balkarie trouve son origine aux premières années du pouvoir soviétique en Ciscaucasie.

Sommaire

La période d'établissement (1921-1941)Modifier

Àu début des années 1920, quelques cercles d'art dramatique ont été ouverts à Naltchik, la capitale de la République de Kabardino-Balkarie[3]. Dès 1924, Le campus scolaire au nom de Lénine[4] était devenu l'emplacement permanent des ateliers amateurs du théâtre[5]. En 1928-1930, des cercles identiques ont été créés dans d'autres régions de la république. Ces institutions ont posé les fondements de l'établissement et du développement de la dramaturgie nationale. Le théâtre professionnel a été fondé à Naltchik en 1933. Les années trente du siècle dernier sont associées à des auteurs tels que Djansokh Naloëv (1906-1937)[6], Mukhamed Afaunov (1908-1937), Zramuk Kardaguchev (ru) (1918-2008), Sosruko Kozhaëv (1901-1937), Zalimkan Aksirov[7] (1919—-995), Zalimkhan Maksidov (1909-1937).

La Grande guerre patriotique (les années 1940)Modifier

Les pièces du temps de la guerre expriment le courage du peuple kabarde, sa volonté de vaincre avec des œuvres comme « L'épreuve » de Khatchim Tëunov (ru) (1941), « Troi tankistes » de Askerbi Chortanov (ru) (1943), « Un gamin de la Kabardie » de Mukhamed Tubaev, « Au lever du soleil » d'Aksirov (1945)[8]. C'est en seulement un mois que Zalimkhan Aksirov a écrit en 1942 sa pièce héroïque « Dakhanago »[9], au sujet de la légende ancienne. Dans la période d’après-guerre, les pièces « Alkho » d'Alim Kechokov (ru), « Ça doit être comme ça » d'Amirkhan Chomakhov, « Quand la lumiere s'allume » d'Askerbi Chortanov et « La famille de Tamacha » de Mukhamed Chkhagapsoïev, ont vu le jour[10].

La construction du socialisme (les années 1950 et 1960)Modifier

Depuis les années 1950, la thématique du travail occupait les esprits des écrivains kabardes. Les sujets du labeur ont été abordés dans les oeuvres d'Aksirov (« Kyzburun »)[11], de Chortanov (« Dans une famille »), de Chomakhov (« L'explosion dans les montagnes », « La jeunesse », « Avant le debat judiciaire »). Chkhagapsoïev a fait publié la premiere pièce kabarde pour les enfants, « Batyr, le fils de l'ours »[12].

Les années 1975–2000Modifier

Le niveau de créativité artistique des dramaturges kabardes augmente durant le dernier quart du XXe siècle. Des oeuvres remarquables de Boris Outizhev (« Tyrgatao », « Œdipe », « Damaleï ») voient alors le jour; le catalogue des dramaturges kabardes est étendu; de nouveaux noms apparaissent: Mukhamed Karmokov, Biberd Jourtov, Sultan Kachkhov, Khamicha Chekikhatchev[13].

Le XXIe siècleModifier

2019 est annoncée comme l’année du théâtre en Russie. En 2020, il y aura 80 ans qu'un groupe de diplômés de l'Institut d'État d'art théâtral (GITIS) est revenu de Moscou à Naltchik pour entrer dans la troupe du théâtre kabarde (aujourd'hui, Théâtre national dramatique kabarde Ali Choghentsukov).

BibliographieModifier

  • (ru) С.У. Алиева, Кабардино–черкесская литература, Большая российская энциклопедия, vol. 12, Москва, Советская энциклопедия, 2008, (ISBN 978-5-85270-343-9) c. 318 [présentation en ligne]
  • (ru) А.Х. Мусукаева, Кабардинская литература, Адыгская (черкесская) энциклопедия, Москва, Фонд им. Б. Х. Акбашева, 2006, (ISBN 5-99003-371-0) c. 761-765
  • (ru) А.Т. Шортанов, Очерки. Статьи. Доклады. Письма., Нальчик, 2000 (ISBN 9780058819540)
  • (ru) А.Ч. Абазов, История кабардинской драматургии : (Возникновение. Становление. Развитие), Майкоп, Адыгейский ун-т., 1993 (ISBN 9780057680110)
  • (ru) Ленинский учебный городок — коммунистическая кузница кадров Кабардино-Балкарии : сборник воспоминаний и документов / Кабард.-Балкар. науч.-исслед. ин-т ; сост. Е. Т. Хакуашев. – Нальчик : Кабард.-Балкар. кн. изд-во, 1964
  • (ru) Х. И. Теунов, Литература и писатели Кабарды. – М., 1958
  • (ru) Советская кабардинская драматургия. – М., 1957
  • (ru) З. М. Налоев, Институт джегуако. Тетраграф, 2011

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Заурби Магомедович Налоев, Институт джегуако, Тетраграф,‎ (ISBN 978-5-905288-23-4, lire en ligne)
  2. Абазов, А.Ч. История кабардинской драматургии : (Возникновение. Становление. Развитие), Адыгейский ун-т. – Майкоп,‎ 1993, c. 7. (lire en ligne)
  3. Абазов 1993, c. 8. (lire en ligne)
  4. Ленинский учебный городок - коммунистическая кузница кадров Кабардино-Балкарии : сборник воспоминаний и документов / Кабард.-Балкар. науч.-исслед. ин-т ; сост. Е. Т. Хакуашев. - Нальчик : Кабард.-Балкар. кн. изд-во, 1964.
  5. Абазов 1993, c. 9. (lire en ligne)
  6. С.У. Алиева, Кабардино–черкесская литература, Большая российская энциклопедия. Т. 12. Москва, 2008, стр. 318. (lire en ligne)
  7. Шортанов А.Т. Очерки. Статьи. Доклады. Письма. – Нальчик, 2000. C. 63
  8. А.Х. Мусукаева. Кабардинская литература / Адыгская (черкесская) энциклопедия. Москва: Фонд им. Б. Х. Акбашева, 2006, стр. 764. (lire en ligne)
  9. Теунов Х.И. Литература и писатели Кабарды. – М., 1958. С. 139.
  10. А.Х. Мусукаева 2006, стр. 764. (lire en ligne)
  11. Советская кабардинская драматургия. М., 1957. С. 4.
  12. Абазов 1993, c. 11. (lire en ligne)
  13. А.Х. Мусукаева. Кабардинская литература / Адыгская (черкесская) энциклопедия. Москва: Фонд им. Б. Х. Акбашева, 2006, стр. 765. (lire en ligne)