Drain (Maine-et-Loire)

ancienne commune française du département de Maine-et-Loire

Drain
Drain (Maine-et-Loire)
Drain vu depuis la place Sainte-Appoline.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Commune Orée d'Anjou
Statut Commune déléguée
Maire délégué
Mandat
Céline Pigrée
2022-2026
Code postal 49530
Code commune 49126
Démographie
Gentilé Drainois
Population 2 089 hab. (2013)
Densité 110 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 20′ 24″ nord, 1° 12′ 18″ ouest
Altitude 90 m
Min. 5 m
Max. 92 m
Superficie 19,05 km2
Élections
Départementales La Pommeraye
Historique
Date de fusion 15 décembre 2015
Commune(s) d'intégration Orée d'Anjou
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Drain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Drain
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Drain
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Drain

Drain est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou[1].

GéographieModifier

LocalisationModifier

Commune du Nord des Mauges, Drain est située à l'ouest du département de Maine-et-Loire sur la rive gauche de la Loire[2], à 5 km au sud-ouest d'Ancenis, 35 km à l'est de Nantes et 65 km d'Angers.

Les communes limitrophes sont Oudon, Saint-Géréon et Ancenis en Loire-Atlantique, Liré, Saint-Laurent-des-Autels, Saint-Sauveur-de-Landemont et Champtoceaux en Maine-et-Loire[3].

Selon le classement établi par l’Insee en 1999, Drain est une commune rurale multipolarisée, notamment par l’aire urbaine d'Ancenis, et qui fait partie de l’espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. communes de Loire-Atlantique).

SituationModifier

Géologie et reliefModifier

Le village s'accroche à un coteau tourné vers la Loire sur la rive sud du fleuve face à Ancenis.

Les coteaux plantés de vignes, les haies bocagères, les peupleraies de vallée, les coulées vertes au fond desquelles coule un ruisseau, les boires poissonneuses font partie du cadre de vie de Drain.

Toponymie et héraldiqueModifier

ToponymieModifier

Le nom de Drain viendrait de l'antique drunium, dérivé du celte deru désignant le chêne.[réf. nécessaire]

La localité est attesté sous sa forme latine Droinum dès 1123 [4].

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur, à trois fleur de lys d'or, à la bordure de gueules ; le chef diminué d'argent au comble de même, chargé de huit mouchetures d'hermine ; un chêne de sinople fruité d'or brochant sur le tout.

HistoireModifier

Le site a connu une occupation humaine ancienne comme en témoignent le menhir dit de la « pierre du Diable » et des vestiges de thermes gallo-romains du IVe siècle.

L'église Notre-Dame de Drain et la chapelle Sainte-Appoline sont du XIXe siècle.

En 2014, un projet de fusion de l'ensemble des communes de l'intercommunalité au sein d'une commune nouvelle se dessine. L'ensemble des conseils municipaux se sont prononcés favorablement au projet de cette nouvelle entité entre le 1er et le 8 juillet 2015[5], qui fut baptisée Orée d'Anjou[6].

Politique et administrationModifier

 
La mairie.

Administration municipaleModifier

Administration actuelleModifier

Depuis le , Drain constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Orée d'Anjou et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
15 décembre 2015 26 mai 2020 Marie-Thérèse Croix[7]    
26 mai 2020 juillet 2022 Guillaume Sallé[8]    
juillet 2022 En cours Céline Pigrée[9]    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienneModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1868 1904 Raoul Marie de la Bourdonnaye    
1904 1942 Jean-François Chenouard    
1942 1942 Joseph Moreau    
1942 1947 Célestin Terrien    
1947 1953 François Brégeon    
1953 1971 Camille Bondu    
1971 1989 Joseph Terrien    
1989 1992 Jean-Luc Jumois    
1992 2004 Clair Mainguy   Agent de maîtrise
2004 décembre 2015 Marie-Thérèse Croix[10]   Comptable
Les données manquantes sont à compléter.

Ancienne situation administrativeModifier

La commune était membre en 2015 de la communauté de communes du canton de Champtoceaux[11], elle-même membre du syndicat mixte Pays des Mauges. La création de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou entraîne sa suppression à la date du , avec transfert de ses compétences à la commune nouvelle[1].

Jusqu'en 2014 Drain fait partie du canton de Champtoceaux et de l'arrondissement de Cholet[12]. Le canton compte alors les neuf mêmes communes que celles intégrées dans l'intercommunalité. C'est l'un des quarante-et-un cantons que compte le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. Le canton de Champtoceaux disparait et la commune est rattachée au canton de La Pommeraye, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[13].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 2 089 habitants, en augmentation de 14,97 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 1751 2301 3271 2011 3271 3711 3711 3921 407
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 4021 4311 4211 4481 4291 3851 3161 3001 255
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 2191 1651 0351 0401 0071 0351 0011 0231 167
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2013 -
1 2071 3221 4731 6331 6681 6902 0592 089-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,1 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 18,3 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 20,8 %, plus de 60 ans = 19,7 %) ;
  • 49,9 % de femmes (0 à 14 ans = 17,2 %, 15 à 29 ans = 17,3 %, 30 à 44 ans = 18,6 %, 45 à 59 ans = 19,9 %, plus de 60 ans = 27 %).
Pyramide des âges à Drain en 2008 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
1,4 
6,4 
75 à 89 ans
12,3 
13,1 
60 à 74 ans
13,3 
20,8 
45 à 59 ans
19,9 
21,2 
30 à 44 ans
18,6 
18,3 
15 à 29 ans
17,3 
20,0 
0 à 14 ans
17,2 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie localeModifier

ÉconomieModifier

Sur 100 établissements présents sur la commune à fin 2010, 29 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 9 % du secteur de l'industrie, 17 % du secteur de la construction, 36 % de celui du commerce et des services et 9 % du secteur de l'administration et de la santé[20].

Lieux et monumentsModifier

  • Menhir de la Pierre-du-Diable, appelé aussi Pierre des Gars, au Bourg-Gautron : c'est une dalle de grès de forme trapézoïdale de 0,92 m de hauteur pour une largeur maximale de 1,40 m et 0,40 m d'épaisseur[21].
  • Vestiges de thermes gallo-romains à La Nigaudière (IVe siècle).
  • Réserve naturelle régionale de la Ferme de la Chauffetière.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Célestin P ort, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (BNF 34649310, lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. a b et c Préfecture de Maine-et-Loire, Recueil spécial des actes administratifs no 89 - 25 novembre 2015. Pages 15-16-17, arrêté no DRCL/BCL/2015-79 du 23 novembre 2015 portant création de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou.
  2. IGN, Géoportail Drain, consulté le 11 mai 2014.
  3. INSEE, Drain (49), et Mairie de Drain, À Drain on y est bien!.
  4. Jean-Pierre Brunterc’h, « Puissance temporelle et pouvoir diocésain des évêques de Nantes entre 936 et 1049 », Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Bretagne, t. LXI, 1984, p. 33.
  5. « Champtoceaux. Une cinquième commune nouvelle dans les Mauges », sur Ouest-France, .
  6. « Champtoceaux. La commune nouvelle s'appellera Orée-d’Anjou », sur Ouest-France, (consulté le ).
  7. « L'équipe municipale », sur Mairie d'Orée d'Anjou, (consulté le ).
  8. « L'équipe municipale », sur Mairie d'Orée d'Anjou, (consulté le ).
  9. « Orée-d'Anjou. Premier conseil municipal d’André Martin », sur Ouest-France, Ouest-France, (consulté le ).
  10. Ouest-France, Marie-Thérèse Croix : « Etre au service des habitants », article du 1er avril 2014.
  11. Insee, Composition de l'EPCI du Canton de Champtoceaux (244900783, consulté le 3 octobre 2013.
  12. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Saint-Christophe-la-Couperie, consultée le 22 février 2015.
  13. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  18. « Évolution et structure de la population à Drain en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  19. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  20. Insee, Statistiques locales du territoire de Drain (49), consultées le 31 mars 2013.
  21. Michel Gruet, Mégalithes en Anjou, Le Coudray-Macouard, Cheminements, (1re éd. 1967, actualisation de Charles-Tanguy Le Roux), 415 p. (ISBN 2-84478-397-X, lire en ligne), p. 111.
  22. Site d'Anthony Ravard, Fiche d'identité, consulté le 15 août 2013.