Ouvrir le menu principal

Doyet

commune française du département de l'Allier

Doyet
Doyet
Château de la Souche.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Canton Commentry
Intercommunalité Communauté de communes Commentry Montmarault Néris Communauté
Maire
Mandat
Christiane Touzeau
2014-2020
Code postal 03170
Code commune 03104
Démographie
Gentilé Doyétois
Population
municipale
1 193 hab. (2016 en diminution de 2,85 % par rapport à 2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 10″ nord, 2° 47′ 53″ est
Altitude Min. 254 m
Max. 386 m
Superficie 27,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Doyet

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Doyet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Doyet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Doyet
Liens
Site web doyet.fr

Doyet est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants s'appellent les Doyétois.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

Doyet est située au sud-ouest du département de l'Allier, à 14,8 km à l'est de Montluçon[1] et à 48,5 km au sud-ouest de la préfecture Moulins[2] à vol d'oiseau.

Sept communes sont limitrophes[3] :

Voies de communication et transportsModifier

La commune est traversée par la route départementale 2371, ancienne route nationale 145 puis route nationale 371 reliant Montluçon, à l'ouest, à Bézenet et Montmarault, à l'est.

L'autoroute A71 passe sur le territoire de la commune. Une aire de service y est implantée, l'aire de Saulzet, du nom du bois à proximité.

Le territoire communal est également desservi par les routes départementales 38, reliant Doyet à Villefranche-d'Allier ; 69, vers Commentry ; 156, vers Montvicq ; et 456, vers Saint-Angel[3].

 
dolmen de la cabane du Loup

HistoireModifier

Le dolmen de la Cabane du Loup atteste la présence humaine dans cette région à la période néolithique[4].

De même, des tuiles gallo-romaines et des tessons de poterie, mis au jour dans les champs de la commune, démontrent la présence d’habitations aux premiers siècles de notre ère.

Le premier texte officiel connu faisant mention de Doyet sous la forme Doyaco remonte au XIe siècle, probablement entre 1084 et 1093, sur « un parchemin scellé de deux sceaux en cire jaune ». Une copie de ce parchemin, faite le 11 février 1609 pour le chapitre de Saint-Ursin de Bourges et déposée comme justificatif parmi les pièces d’un procès intitulé « Doyet : procès pour la possession de la cure »[5] en a été retrouvée. Sur ce parchemin, rédigé en latin, Richard II, archevêque de Bourges, donne au chapitre de Saint-Ursin l’ecclesia de Doyaco, c’est-à-dire l’église de Doyet, don renouvelé en 1095 sur un autre parchemin, et qui incluait également les paroisses voisines de Neuville, Tortezais, Saint-Priest, Jonzais et Deneuille.

L’origine du nom Doyaco, qui s’est plus tard écrit Douyet, reste incertaine : il pourrait s’agir du nom d’un gallo-romain (Doïus), d'un toponyme évoquant des lieux humides ou bien encore d'une évolution de villa de Olii, du nom de la rivière l’Œil qui borne la commune sur sa partie ouest, devenant villa d’Oliaco puis Doyaco, Doyat et finalement Doyet.

Au Moyen Âge, Doyet compte de nombreuses seigneuries dont la notoriété des familles y résidant l’inscrit dans l’histoire :

  • le château de la Chassignole, situé discrètement à l’intérieur d’un parc enclos dans le bourg à proximité de l’église, existe déjà au XVIe siècle, quand il est apporté en dot par Françoise d’Hérisson à son époux Louis de Courtais vers 1575. Ce château, très apprécié à la belle saison par les de Courtais, était délaissé l’hiver pour leur maison de Montluçon, l’hôtel de Courtais rue Notre-Dame, devenu aujourd’hui le musée des Musiques Populaires de Montluçon ;
  •  
    château de la Chassignole
    le donjon de la Souche, classé monument historique (XIIIeXVe siècles), érigé à flanc de coteau à l'est de la commune, reste le seul vestige du château fort d’origine. La maison de la Souche, très ancienne était considérée comme l’une des trente-deux plus mémorables du duché du Bourbonnais[6]. La dernière de la Souche à y habiter est Ysabel de La Souche (1604-1667). Son mariage en 1620 avec le chevalier Gilbert de Courtais (1578-1645) fait se réunir en une seule propriété les domaines de la Souche et ceux de la Chassignole[6] ;
 
château de Bord
  • le château fort de Bord, bâti sur un plateau à l’ouest de la commune, s’est également appelé Bord-Peschin suite à l’alliance entre la famille du Bertrand, premier seigneur des lieux et la maison du Peschin, en la châtellenie de Moulins[7]. Alors qu'il menaçait ruine, il a été restauré à partir de 1978, ainsi que la chapelle qui avait été édifiée à l’extérieur des murs de l’enceinte du château ;
 
château d'Ancinay
  • le château d’Ancinay, au sud-ouest de la commune, proche de celle de Malicorne, est cité comme fief de plusieurs seigneurs : Raophet vers 1300, Philippe vers 1343, Pierre vers 1375, Jean vers 1399. Il en est fait mention en 1569 par Nicolas de Nicolaï dans la description du Bourbonnais[8]. Peu à peu délaissé par ses seigneurs, le bâtiment actuel (probablement reconstruit sur les ruines du château originel) a été successivement occupé par des fermiers exploitant la propriété d’Ancinay puis vendu en 1963 au pépiniériste Georges Delbard qui l’a restauré avec soin.
  • Une autre seigneurie est parfois évoquée, celles des Chièzes, ou des Chaises, ou du Chezaud. D'autres fiefs encore existaient : la Ville, les Cloux[9], mais il n'en reste essentiellement que les noms des lieux-dits où elles se situaient.


On trouve également la trace de deux mottes, une au lieu-dit « le Soudan » et une autre aux Barres.

À la Révolution, Doyet est érigé en chef-lieu de canton du district de Montmarault et le restera jusqu’en l’an IX[10].

L’ère industrielle voit le développement de l’extraction de la houille à Doyet sur un site déjà exploité depuis des temps reculés, initialement à ciel ouvert grâce à un gisement à fleur de surface. La mine, concédée à Amable de Courtais par ordonnance royale du 19 décembre 1827, est ensuite vendue à la compagnie « Châtillon-Commentry » et atteint son apogée entre 1859 et 1882, employant de 700 à 800 ouvriers et produisant jusqu’à 120 000 tonnes de charbon par an[11]. La construction d’une ligne de chemin de fer en 1859 permet son transport jusqu’aux villes de Commentry, Montluçon, Vierzon, Tronçais pour alimenter les forges de la compagnie[12]. L’accroissement de la population qui découle de cette forte activité fait aussi exploser les effectifs scolaires. L’école de garçons construite en 1865 se révèle rapidement top petite : un rapport de l’Inspecteur d’Académie venu visiter les lieux en 1875 décrit « 159 élèves entassés dans une classe de 60 mètres carrés et sous la direction d’un seul maître »[13]. Cette exiguïté va s ‘aggravant, d’autant qu’un cours complémentaire est créé. Le conseil municipal décide alors en 1887 la construction d’une nouvelle école de garçons « bien installée, pouvant servir pour cours primaire et cours supérieur » sur un terrain attenant à l’école existante, donné par la famille de Courtais[14]. L’école est inaugurée en avril 1892. Un bâtiment dédié à l‘éducation des filles est également construit, sur un emplacement donné par la veuve du général de  Courtais, et dont la réception finale a lieu en 1881[15].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1770 1783 Mathonat (syndic)    
1783 1787 Merlin (syndic)    
1787 1790 Déchery (consul)    
1790 1793 Déchery (maire)    
1793 An VIII Jardoux    
An VIII An IX Merlin    
An IX 1806 Brunat    
1806 1808 Gomichon    
1808 1812 Aucopt    
1812 1821 Charles Lebel de Bellechassaigne    
1821 1826 Antoine Musset    
1826 1830 Aucopt    
1830 1848 Henri de Courtais   général
1848 1852 Pierre Paturet    
1852 1857 Philippe Panien    
1857 1865 Gilbert Michard    
1865 1870 Henri Bravard    
1870 1871 Henri de Courtais    
1871 1876 Henri Bravard    
1876 1878 Henri de Courtais    
1878 1881 Thomas Michard    
1881 1884 Claude Fondard    
1884 1900 Vital Peron    
1900 1909 Antoine Mounin    
1909 1914 Pierre Raphaël    
1914 1919 Hippolyte Bourseau    
1919 1935 Gilbert Charlet    
1935 1971 Armand Deschery    
mars 1971 mars 1989 Robert Guillemard    
mars 1989 mars 1991 André Charvillat    
mars 1991 mars 2008 Jean Tabarant    
mars 2008 mars 2014 Jean-Marc Jeuge    
mars 2014 En cours Christiane Touzeau[16] SE-DVD Retraitée
Conseillère départementale du canton de Commentry

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[18].

En 2016, la commune comptait 1 193 habitants[Note 1], en diminution de 2,85 % par rapport à 2011 (Allier : -0,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7116257038238628879791 3181 375
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 1722 1622 7302 9413 2703 4443 3233 4253 524
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 3203 1522 3601 7861 6761 5511 5031 4551 461
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 4261 4041 2781 1911 2031 1641 2211 2241 237
2016 - - - - - - - -
1 193--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Doyet dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère l'école élémentaire publique Lamartine[21].

Le collège Ferdinand-Dubreuil est implanté sur la commune[21].

ÉconomieModifier

La fabrication de tuiles est une activité importante à Doyet au moins depuis le milieu du XIXe siècle. Doyet a donné son nom à une tuile plate traditionnelle en Bourbonnais. Aujourd'hui la Française des tuiles et briques continue cette tradition en produisant des tuiles plates principalement destinées à l'entretien du patrimoine. Elle emploie une trentaine de personnes. Elle est entrée en 2010 dans le groupe Imerys à travers Imerys Toiture ; fin 2018, Imerys Toiture est sorti du groupe Imerys et a pris le nom d'Edilians.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Saint-Pierre, néo-romane, construite entre 1875 et 1879 et dédiée au culte le 23 décembre 1877.
  • La statue du général de Courtais, député de l'Allier (1842-1849), autrefois sur la place du village, placée aujourd'hui auprès du mausolée où repose le général, dans l'enceinte de l'ancien cimetière.
  • Le pont et moulin de Bord.
  • Les étangs de la Gare, de la Planche, du Prériant, de Saulzet, de la Ville.
  • Le château de la Souche, édifié entre les XIIIe et XVe siècles[22].
  • Le château d'Ancinet (ou d'Ancinay), à trois kilomètres au sud-ouest du bourg, au-dessus de la vallée de l'Œil. Le château, qui a beaucoup souffert après la Révolution, a été restauré depuis son achat en 1963 par le pépiniériste Georges Delbard. Il comporte un logis principal, flanqué de deux tours d'angle rondes ; une tour d'escalier est accolée à la façade méridionale[22].
  • Le château de Bord, édifié entre les XIIIe et XIVe siècles à trois kilomètres à l'ouest du bourg. Entouré de douves en eau, il comporte un corps de logis sur trois niveaux avec salle des gardes voutée en rez-de-chaussée et cheminée médiévale, ainsi que des cheminées monumentales au premier étage. Une tour se dresse au-dessus du pont-levis et la tour principale comporte des salles aux plafonds en ogives cintrées, décorées de fresques murales. Four à pain.
  • Le château de La Chassignolle.
  • Gare de Doyet-La Presle (gare fermée)

Personnalités liées à la communeModifier

  • Amable de Courtais (1790-1877), général, député, conseiller général et président du conseil général de l'Allier, mort à Doyet.
  • Alexandre Caillot (1861-1957), évêque de Grenoble (1917-1957).
  • Ferdinand Dubreuil (1894-1972), peintre et graveur sur bois, né à Doyet (les Marceaux). Le collège de Doyet porte son nom et plusieurs de ses œuvres ornent la mairie.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Le Patrimoine des communes de l'Allier, Flohic, .
  • Maillat, Géographie-histoire de Doyet, Montvicq, Bézenet et Villefranche, .
  • A.-C. Maillat, Géographie, Histoire de Doyet, Montvicq, Bézenet, Villefranche (Allier), Marseille, Laffitte Reprints, , 404 p.  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Orthodromie entre "Doyet" et "Montluçon" », sur lion1906.com (site personnel de Lionel Delvarre) (consulté le 19 août 2018).
  2. « Orthodromie entre "Doyet" et "Moulins" », sur lion1906.com (site personnel de Lionel Delvarre) (consulté le 19 août 2018).
  3. a et b Géoportail (consulté le 19 août 2018).
  4. Le Patrimoine des communes de l'Allier, Flohic, , 1143 p. (ISBN 2-84234-053-1)
    Canton de Montmarault, p. 808.
  5. Monicat et Defournoux, Chartes du Bourbonnais (918-1522), Crépin-Leblond, , p. 16 et 20.
  6. a et b Maillat 1982, p. 178-179.
  7. Maillat 1982, p. 190.
  8. Maillat 1982, p. 196.
  9. Maillat 1982, p. 197-200.
  10. Georges Rougeron, La formation du département de l'Allier, Montluçon, Imprimerie nouvelle Montluçon, , 39 p., p. 27.
  11. A.-C. MAILLAT, Géographie, Histoire de Doyet, Montvicq, Bézenet, Villefranche (Allier), Marseille, LAFFITTE REPRINTS, , 404 p. (ISBN 2-7348-0035-7), (p 14-15)
  12. A.-C. MAILLAT, Géographie, Histoire de Doyet, Montvicq, Bézenet, Villefranche (Allier), Marseille, LAFFITTE REPRINTS, , 404 p. (ISBN 2-7348-0035-7), (p 18)
  13. A.-C. MAILLAT, Géographie, Histoire de Doyet, Montvicq, Bézenet, Villefranche (Allier), Marseille, LAFFITTE REPRINTS, , 404 p. (ISBN 2-7348-0035-7), (p 34)
  14. A.-C. MAILLAT, Géographie, Histoire de Doyet, Montvicq, Bézenet, Villefranche (Allier), Marseille, LAFFITTE REPRINTS, , 404 p. (ISBN 2-7348-0035-7), (p 41)
  15. A.-C. MAILLAT, Géographie, Histoire de Doyet, Montvicq, Bézenet, Villefranche (Allier), Marseille, LAFFITTE REPRINTS, , 404 p. (ISBN 2-7348-0035-7), ( p 50)
  16. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 7 juin 2014).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  21. a et b « Annuaire : Résultats de recherche », sur education.gouv.fr, Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 19 août 2018).
  22. a et b René Germain (dir.), Dominique Laurent, Maurice Piboule, Annie Regond et Michel Thévenet, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éd. de Borée, , 684 p. (ISBN 2-84494-199-0), p. 442-446.