Dorothea Tanning

artiste américaine
Dorothea Tanning
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 101 ans)
Manhattan ou New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Nationalité
Activités
Formation
Représentée par
Lieux de travail
Mouvement
Conjoint
Site web

Dorothea Tanning, née le à Galesburg (Illinois) et morte le à New York, est une artiste peintre, éditrice, sculptrice et écrivaine américaine.

BiographieModifier

Dorothea Tanning est née dans une famille d'origine suédoise. Après des études d'art, elle quitte sa famille en 1930 et s'inscrit à l'Art Institute of Chicago. Puis elle s'installe à New York où elle exerce le métier de dessinatrice publicitaire.

En 1936, elle visite l'exposition Fantastic Art, Dada, Surrealism et en 1942, elle se joint au groupe des surréalistes de New York formé autour d'André Breton.

Elle expose avec d'autres femmes peintres à la Julien Levy Galler et rencontre, en 1943, le peintre et sculpteur allemand Max Ernst.

En octobre 1946, ils se marient à Beverly Hills en même temps que le photographe Man Ray et Juliet Browner.

Le couple s'installe à Sedona, en Arizona. Puis, en 1948, ils voyagent en France et en Europe.

En 1953, Dorothea Tanning et Max Ernst s'installent à Paris. Après avoir habité la Touraine, à Huismes (1955), ils emménagent à Seillans (Var) en 1969.

Après la mort de Max Ernst, le à Paris, Dorothea Tanning retourne à New York où elle meurt à 101 ans.

Son œuvreModifier

Dorothea Tanning a d'abord été considérée comme une peintre surréaliste. Dans les années 1940, lorsqu’elle était l’une des artistes résidentes de la Julien Levy’s Gallery, Dorothea Tanning utilisait le langage de la représentation surréaliste. Son œuvre la plus connue est Petite musique de nuit, une peinture sombre imprégnée de symbolisme, ironiquement renommée par la suite Mozart's light-hearted serenade.[réf. nécessaire]

Au milieu des années 1950, son travail change radicalement. Comme elle l’explique « vers 1955, mes toiles ont littéralement éclaté… J’ai brisé le miroir, pourrait-on dire. »[1]

Elle devient alors l’une des premières femmes qui osent renverser le point de vue érotique dans l’art. Ses peintures expriment les fantasmes de la femme, considérée comme un individu à part entière et non plus seulement comme la projection du désir de l'homme. En effet, les femmes qui gravitent autour des surréalistes sont presque toutes liées aux peintres en tant que muse ou épouse et correspondent aux critères esthétiques et mentaux propres au mouvement : ce ne sont pas des femmes « comme il faut », bonnes mères et épouses fidèles, mais elles doivent être belles, fascinantes, disponibles et sans inhibitions.[réf. nécessaire]

En 1949, Tanning réalise son premier album de lithographies intitulé Les Sept Périls spectraux, sur des textes de André Pieyre de Mandiargues. En 1952, elle expose pour la première fois, à Paris à la galerie Furstemberg puis en 1954 à Londres.

Elle a encore recours aux ateliers d'art de Georges Visat, ainsi que de Pierre Chave, lithographe à Saint-Paul-de-Vence, pour illustrer les ouvrages de poètes comme René Crevel (Accueil, 1958) ou Lena Leclerq (Personne, 1962).

En 1974, une grande rétrospective de son œuvre est organisée au Centre national d'art contemporain de Paris.

Le , Tanning revient à Seillans en France pour quelques jours afin d’inaugurer Le Génie de la Bastille, une sculpture de Max Ernst offerte à la commune. Elle est visible sur la place de la République où elle surplombe la plaine de Seillans.

En 2005, Charles Stuckey rédige un ouvrage monographique pour la Kent Gallery intitulé Dorothea Tanning: insomnias 1955-1965. Le titre est tiré d’une toile de Tanning, elle-même réalisée en 1957. Cette œuvre, aujourd’hui au musée Moderne de Stockholm, est pour Stuckey « une incursion dans le royaume des énergies évoquées ». Elle représente un changement marquant dans une période particulière d’après-guerre qui continue à avoir des répercussions de nos jours. Charles Stuckey décrit ces « paysages de l’esprit vraisemblablement multi-dimensionnels » comme « au-delà des plus sophistiquées et ambitieuses peintures abordant le dilemme de l’imagination et la culture dans une nouvelle ère atomique, de la course à l’Espace. »

En 1974, une rétrospective de son œuvre a été présentée à Paris au Centre Pompidou par Pontus Hultén. L’exposition la plus récente de ses œuvres a été organisée par le Philadelphia Museum of Art sous le titre « Birthday and Beyond » en référence à l’acquisition du plus célèbre autoportrait de l’artiste datant de 1942 : Birthday.

En 1986, Dorothea Tanning publie son autobiographie, également appelée Birthday, qu'elle reprend et complète en 2001 sous le titre : Between Lives: An Artist and Her World.

À près de 100 ans, Dorothea Tanning publiait encore régulièrement des poésies dans le New Yorker, ainsi que de nombreuses autres publications. Ses poésies sont regroupées dans deux ouvrages : A Table of Content, publié en 2004, et Coming to That', publié en 2011.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Charles Truckey et Richard Howard, Dorothea Tanning : Insomnias 1954-1965, Kent Gallery, , 96 p.

AnnexesModifier

FilmographieModifier

  • Dorothea Tanning, La belle dormeuse aux abois, film documentaire réalisé par Dominique et Julien Ferrandou, co-produit par TFV, Aube Elléouët et Oona Elléouët, distribué par Seven Doc. Sorti en 2014.

Liens externesModifier