Le Dongbei (chinois simplifié : 东北, « le Nord-Est ») est une région géographique regroupant les provinces chinoises du Liaoning, du Heilongjiang et du Jilin. Les villes-préfectures de Hulunbuir, Chifeng et Tongliao, ainsi que la ligue de Xing'an, toutes situées en région autonome de Mongolie-Intérieure y sont parfois également comprises en raison de ses proximités culturelles.

Le Dongbei, avec en rouge les provinces du Liaoning, du Heilongjiang et du Jilin, et en rose la partie de Mongolie-Intérieure pouvant y être rattachée.

Les capitales des trois provinces sont Shenyang, Harbin et Changchun.

HistoireModifier

Le Dongbei a été influencé par la culture mandchoue de la dynastie Qing, qui a renversé la dynastie Ming, pour fonder la dernière dynastie chinoise. Elle est située alors entre la Sibérie de Russie, la Corée, la Mongolie-Intérieure, et la Mandchourie-Extérieure (en) (sur l'actuelle île de Sakhaline). Les trois provinces, alors nommée Mandchourie-Intérieure (en) (voir Mandchourie), ont une ouverture sur le littoral et ont une certaine homogénéité culturelle.

L'Empire du Japon, durant la guerre contre la Chine, dans sa zone d'occupation du Dongbei actuel, ont créé l'état fantoche du Manzhouguo (pays Mandchou), en remettant dans la région, l'ancien empereur Puyi comme symbole du pouvoir. Il n'avait en réalité aucun pouvoir et était sous contrôle strict japonais.

Le Dongbei, riche de gisements carbonifères, a été industrialisé sous l'occupation japonaise, et un temps sous la surveillance soviétique. C'était un des grands centres industriels chinois qui a été par la suite touché de plein fouet par la modernisation de l'économie et les privatisations : le taux de chômage y est élevé et de nombreux sites industriels sont très pollués. Ce qui a entraîné une immigration vers d'autres régions de Chine. Une migration importe vers l'Europe, dont la France, d´une certaine population féminine souvent bien éduquée dans les années 1990. et actuellement localisée à Belleville sur Paris. Cependant, un certain renouveau économique, lié à la proximité de la Corée-du-Sud et du Japon, existe dans certaines villes (forte croissance de Dalian, où l'industrie japonaise à une forte implantation, festival commercial annuel coréen à Shenyang) depuis la fin des années 1990. Par ailleurs, le Heilongjiang au Nord, profite lui aussi de la proximité immédiate de l'immense Extrême-Orient russe (District fédéral extrême-oriental), avec lequel les échanges de toutes natures sont en plein essor depuis plusieurs années. Enfin, un couloir de marchandise a été ouvert au début du XXIe siècle en Corée-du-Nord, à la frontière avec la Russie, permettant de désenclaver le Dongbei, et d'exporter des marchandises via l'océan Pacifique.

Les données du recensement de 2020 donnent une diminution de 30 % de la population par rapport à celui de 2010. De plus, celle-ci est vieillissante, en raison de migrations internes vers d'autres provinces de la Chine et d'un faible taux de natalité[1].

GéographieModifier

Le Dongbei est une des régions les plus froides de Chine. Ses habitants sont réputés pour être physiquement plus grands et plus larges que la moyenne des Chinois.

ÉconomieModifier

Sous Mao Zedong, le Dongbei était la région la plus riche de Chine. En 2018, sa part dans le PIB chinois est passée de 14 % à 7 %, avec des entreprises d'État vieillissantes[2].

CultureModifier

La langue parlée est essentiellement le mandarin du nord-est.

De nombreuses habitudes culturelles des habitants du Dongbei en partie Toungouses présentent des similitudes avec leurs voisins coréens et japonais, en particulier à cause des conditions climatiques et des repères culturels. Bien que cela soit toujours débattu, certains linguistes avancent que les langues japoniques et coréennes, pourraient, comme les langues toungouses, mongoles et turques faire partie de la famille des langues altaïques.

C'est dans le Dongbei que se trouve la plus forte concentration de Russes, une des minorités officiellement reconnues par le gouvernement.

La cuisine du Dongbei est variée du fait des influences chinoise, coréenne et mongole. Les restaurants, variés et nombreux dans les villes, sont des lieux sociaux de première importance. On peut y manger notamment de succulents plats à base de viande ou poisson frais grillés.

Dans la culture populaire :

L'épisode 3 de la série documentaire britannique de la BBC Prehistoric Park (2006) a lieu à Dongbei.

La région Dongbei est l'une des seules régions à avoir une identité culturelle commune et sa diffusion à travers sa langue se fait par des formes de théâtres (Er Ren Zhuan) notamment.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Sidney Leng, « China’s rust belt population plummeted in last decade, exacerbating regional economic divide », sur scmp.com, (consulté le ).
  2. (en) Ravi Prasad, « Can the Belt and Road Initiative Offer New Hope for China’s Rust Belt? », sur thediplomat.com, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • dongbei.sinofrance.org Site communautaire franco-chinois sur le Dongbei et la francophonie avec de nombreuses photos et articles.