Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Dominique Lormier

essayiste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lormier.
Dominique Lormier
Dominique Lormier.png

Dominique Lormier en 2016.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions
Prix Honneur et Patrie (d) ()
Chevalier de la Légion d'honneur‎ ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Dominique Lormier, né le , est un essayiste et historien français.

Il a écrit de très nombreux ouvrages, particulièrement sur la Seconde Guerre mondiale et sur le bouddhisme — religion qu'il pratique depuis plusieurs années.

Sommaire

BiographieModifier

Il a travaillé aux éditions Atlas dans les années 1980, puis collaboré aux revues La Gazette des armes et Uniformes[1].

Il vit à Bordeaux ; on bureau se divise en deux : une partie avec un ordinateur pour écrire ses ouvrages, et une autre pour pratiquer le bouddhisme tibétain qu'il a rencontré à la fin des années 1990[2].

En 1998, Arnaud Guyot-Jeannin le range dans la mouvance de la Nouvelle Droite[3].

Membre de l'institut Jean-Moulin à Bordeaux, il consulte régulièrement des archives, mais sa préférence va aux témoignages de survivants qu'il rencontre parfois. C'est un collectionneur de casques de combat, mais il n'aime pas les armes à feu[2].

PolémiqueModifier

En 2016, un collectif d'historiens du Pays basque dénonce un supposé plagiat de Manex Goyhenetche pour ses livres Petite histoire du Pays basque et Histoire du Pays basque, accusation dont se défend l'auteur, soutenu par son éditeur[4].

ŒuvresModifier

Années 1986-1989Modifier

Années 1990-1994Modifier

Années 1995-1999Modifier

Années 2000-2004Modifier

Années 2005-2009Modifier

Depuis 2010Modifier

DistinctionsModifier

  • Prix Honneur et Patrie 2006 de la Société des membres de la Légion d'honneur pour Comme des lions[5].
  • Chevalier de la Légion d'honneur (2013)[6].
  • Prix littéraire de l'Académie du bassin d'Arcachon 2015 pour Gabriele D'Annunzio ou le roman de la Belle Époque[7].

RéférencesModifier

  1. notice BnF no FRBNF12100554.
  2. a et b Nina Sorel, « Comment Dominique Lormier travaille », Historia, no 792,‎ (lire en ligne)
  3. Entretien avec Arnaud Guyot-Jeannin, « Evola 30 ans après », Résistance !, no 3,‎ , p. 18-23 : « La ND n'est pas un parti monolithique. C'est pour beaucoup de traditionalistes un espace de liberté exceptionnel. A la périphérie de la Nouvelle Droite, David Gattegno, Jean-Paul Lippi, Jean-François Mayer, Jean Parvulesco, Paul Sérant, Luc Saint-[É]tienne, Pierre-Marie Sigaud, Bernard Marillier, Paul-Georges Sansonetti, Dominique Lormier, etc., en font également parti [sic]. »
  4. « Pays basque : un collectif d’historiens dénonce un plagiat », sur SudOuest.fr, (consulté le 7 décembre 2016).
  5. « Page « Prix Honneur et Patrie : Les lauréats depuis 2004 », sur Société des membres de la Légion d'honneur (SMLH), n. c. (consulté le 21 septembre 2014).
  6. « JORF n°0162, page 11751, texte n° 4 », sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le 6 juillet 2016).
  7. Bernadette Dubourg, « Arcachon : le prix de l’Académie à Dominique Lormier », sur sudouest.fr, .

Liens externesModifier