Dominique Laffin

actrice française

Dominique Laffin, née à Saint-Mandé le et morte à Paris le , est une actrice française.

Dominique Laffin
Defaut.svg
Biographie
Naissance
Décès
(à 33 ans)
Paris 12e
Sépulture
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Conjoint
Enfant
Autres informations
Films notables

BiographieModifier

Le père de Dominique Laffin, André Laffin, chirurgien dentiste et homme politique (il est député de l'Yonne), meurt lorsqu'elle a quatorze ans[1]. Elle pratique d'abord divers métiers alimentaires (baby-sitter, fleuriste, hôtesse, standardiste[2]...). En 1981, elle se confie sur son choix de devenir actrice dans les années 70. « À 22 ans, j'avais l'impression d'en avoir cinquante ! J'étais mariée, mère d'une petite fille et isolée en banlieue sans voiture. Un moment, j'ai eu l'impression que la vie s'était arrêtée. Et quand, tout d'un coup, j'ai décidé de changer de vie et de devenir comédienne, je me suis libérée tellement brutalement et avec une telle force, que rien ne pouvait plus m'arrêter. J'ai couru de production en production en sentant que cela allait être payant et effectivement, sans jamais rien avoir appris de ce métier, j'ai été engagée pour jouer dans Dites-lui que je l'aime »[3].

En 1977, elle tourne son premier film, La nuit, tous les chats sont gris de Gérard Zingg, dans lequel elle rencontre Gérard Depardieu qu'elle retrouvera la même année dans Dites-lui que je l'aime de Claude Miller. On la verra par la suite dans la seule comédie où elle jouera, Les Petits Câlins de Jean-Marie Poiré, avec Josiane Balasko.

Elle est nommée en 1980 aux Césars comme meilleure actrice pour son interprétation dans La Femme qui pleure de Jacques Doillon. C'est finalement Miou-Miou qui obtient le César pour La Dérobade. En 1980, elle reçoit le prix Suzanne-Bianchetti, qui récompense la jeune actrice la plus prometteuse.

Elle se cantonne ensuite à des films exigeants mais peu diffusés, dont certains restés inédits[4] comme À propos de neige fondue (1979) de Gilles Katz, Instants de vie — Instincts de femme (1980) de Claude Othnin-Girard ou Un homme à l'endroit, un homme à l'envers (1983) de Madeleine Laïk. Elle tourne dans d'autres premiers films comme Félicité de Christine Pascal ou Tapage nocturne de Catherine Breillat. Elle refuse la proposition d'Alain Delon de jouer avec lui dans Le Toubib à cause de divergences idéologiques[4] : elle lui lance un verre au visage lors d'une soirée après qu'il a proféré une remarque sexiste[5]. Elle fait un détour par le cinéma allemand avec La Main dans l'ombre (System ohne Schatten) de Rudolf Thome, et par le cinéma italien avec Pipicacadodo (Chiedo asilo) de Marco Ferreri. Elle revient en France avec L'Empreinte des géants de Robert Enrico, L'Œil du maître de Stéphane Kurc, Liberty belle de Pascal Kané et surtout Garçon ! de Claude Sautet.

Elle meurt subitement d'une crise cardiaque, neuf jours après son trente-troisième anniversaire, dans son appartement du Faubourg Saint-Antoine à Paris[6],[7] où elle sera retrouvée dans sa baignoire. Sa tombe se trouve au cimetière de Montmartre, près de celle de François Truffaut.

 
Tombe de Dominique Laffin au cimetière de Montmartre (21e division), à Paris.

Laurent Perrin, qui l'a dirigée dans Passage secret, réalise un documentaire sur elle en 2007. Dans son livre Le Festival de Cannes[8], Frédéric Mitterrand revient sur cette actrice dont il garde un souvenir ému.

Elle est l'épouse d'Yvan Dautin et la mère de la femme politique Clémentine Autain, qui lui a consacré un livre, Dites-lui que je l'aime, publié en 2019.

FilmographieModifier

Court-métragesModifier

Long-métragesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Autain 2019.
  2. Télé 7 Jours no 1166, semaine du 2 au 8 octobre 1982, page 42, article de Gérard Lenne intitulé « Révélée par La Femme qui pleure, Dominique Laffin attend l'occasion de rire ».
  3. Coupure de presse Clipping 1981 Dominique Laffin : il y a trop peu de film qui font rire, Propos recueilli dans un magazine TV, par Bernard Ales
  4. a et b Pierre Mikaïloff et Gilles Verlant, Le Dictionnaire des années 80, Larousse, , 560 p. (ISBN 978-2035850256, lire en ligne), p. 298
  5. Autain 2019, p. 168. « Tu étais quand même cette femme qui avait jeté son verre à la tête d’Alain Delon dans une soirée. Il avait tenu un propos sexiste, tu lui avais balancé le verre à la tête – et pas seulement l’alcool, tout le verre. »
  6. « Dominique Laffin », page consacrée à l'actrice sur CinéMémorial, site consacré aux acteurs disparus. Attention ce site indique que D. Laffin s'est suicidée. (consulté le 3 novembre 2014)
  7. « Califette de l'Huma », sur http://www.liberation.fr/, (consulté le 10 novembre 2014)
  8. Robert Laffont, 2007.
  9. Hughie sur le site de l'Institut national de l'audiovisuel
  10. « Maman, il faut que je te quitte », sur unifrance.org (consulté le 7 août 2020)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

FilmographieModifier

  • Laurent Perrin : Dominique Laffin, portrait d'une enfant pas sage (documentaire), 2007

Liens externesModifier