Domenico Guidi

sculpteur italien
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Guidi.
Domenico Guidi
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Lieux de travail
Paris, Rome (-), Naples (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement

Domenico Guidi, né à Torano , frazione de Carrare le [1] et mort à Rome le , est un sculpteur baroque italien.

BiographieModifier

Né à Carrare en 1625 Domenico Guidi a suivi son oncle, le sculpteur Giuliano Finelli , à Naples . En tant que neveu d'un artiste en désaccord avec Le Bernin , Guidi n'a jamais été employé par ce dernier. Après avoir fui Naples en 1647 lors du soulèvement de Masaniello , il rejoint l'atelier d' Alessandro Algardi où il travaille avec un autre élève, Ercole Ferrata , sur divers projets, dont l'œuvre inachevée Vision de Saint Nicolas de son maître, achevée en 1655[1]. Membre de l'Accademia di San Luca depuis 1651 il en devient directeur en 1655 et réelu en 1670 et 1675[1]. Après la mort d'Algardi en 1654, Guidi devient indépendant et fonde son atelier productif et se développe recevant des commandes de toute l'Italie, mais aussi d'Allemagne, de France et même de Malte. À cette époque, il a réalisé un des anges du Pont Saint-Ange pour Le Bernin. Après la mort de ce dernier et de Ercole Ferrata et Antonio Raggi , Guidi devient le sculpteur le plus important de Rome[1].

Les œuvres remarquables de Guidi comprennent, par exemple, le monument à Natale Rondinini dans l'Église Santa Maria del Popolo (1657) et le relief au-dessus de l'autel de la Capella di Monte di Pieta (1667-1676), qui représente la Lamentation du Christ[1] .

Partisan de l'Académie de France à Rome, Guidi eut l'honneur de réaliser un groupe de marbre en honneur à Louis XIV intitulé La Renommée du Roi qui fut envoyé à Versailles et placé dans le parc du château[1].

ŒuvresModifier

BibliographieModifier

  • (en)Rudolf Wittkower: Art and Architecture in Italy, 1600-1750. Penguin Books, Harmondsworth 1980, (ISBN 0-14-056116-1), p.  312–314.
  • (en)Bruce Boucher: Italian Baroque Sculpture, World of Art. Thames & Hudson, London 1998, (ISBN 978-0-500-20307-1), p.  155.
  • (de) Rolf Toman (Herausgeber): Barock – Architektur, Skulptur, Malerei. Könemann Verlagsgesellschaft mbH, Köln 1997, (ISBN 3-89508-916-8), p.  297.
  • (en)Jane Turner , The Dictionary of Art, vol. 13, New York, Grove, 1996, p.  814, (ISBN 1-884446-00-0).
  • (it) Cristiano Giometti, Domenico Guidi 1625-1701. Uno scultore barocco di fama europea, Rome, L'Erma di Bretschneider, 2011, (ISBN 9788882655440).
  • (it) Cristiano Giometti, Identità svelata, Monsignor Giacomo Franzoni e la ritrattistica di Domenico Guidi, Maastricht, Altomani & Sons, 2019, (ISBN 9788876230257).

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f (it) David Bershad, « GUIDI, Domenico in "Dizionario Biografico" », sur treccani.it, (consulté le 6 janvier 2020).
  2. musee-des-beaux-arts.nancy.fr, « Domenico Guidi, Andromède, vers 1699 », sur Site Internet musee-des-beaux-arts.nancy.fr (consulté le 25 mars 2019)
  3. Notice no 05120005670 Fiche Joconde, base Joconde, ministère français de la Culture

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :