Domart-en-Ponthieu

commune française du département de la Somme

Domart-en-Ponthieu est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Domart-en-Ponthieu
Domart-en-Ponthieu
Vue aérienne.
Blason de Domart-en-Ponthieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité Communauté de communes Nièvre et Somme
Maire
Mandat
Nicolas Maréchal
2020-2026
Code postal 80620
Code commune 80241
Démographie
Gentilé Domartois
Population
municipale
1 052 hab. (2021 en diminution de 7,23 % par rapport à 2015)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ 31″ nord, 2° 07′ 34″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 132 m
Superficie 17,93 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Flixecourt
Législatives 1re circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Domart-en-Ponthieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Domart-en-Ponthieu
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
Domart-en-Ponthieu
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Domart-en-Ponthieu

Géographie

modifier

Domart est un bourg picard du Ponthieu situé au nord-ouest d'Amiens et à une vingtaine de kilomètres d'Abbeville, juste à mi-chemin entre Flixecourt (au sud) et Bernaville (au nord).

Il est aisément accessible par l'ancienne route nationale 1 (actuelle RD 1001) et l'autoroute A16. Il se trouve dans la vallée marécageuse et verdoyante d'un sous-affluent de la Somme, la Domart.

Les habitants sont les Domartois.

En 2019, la localité est desservie par la ligne d'autocars no 24 (Doullens - Domart-en-Ponthieu), la ligne no 55 (Domart-en-Ponthieu - Amiens) et la ligne no 28 (Saint-Léger - Flixecourt - Amiens) du réseau inter-urbain Trans'80, Hauts-de-France, tous les jours sauf le dimanche et les jours fériés[1].

Localisation

modifier

Hameaux et écarts

modifier

La commune comprend un hameau, la Haye.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 787 mm, avec 12,2 jours de précipitations en janvier et 8,5 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Bernaville à 7 km à vol d'oiseau[4], est de 10,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 877,3 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Au , Domart-en-Ponthieu est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[9]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (79,3 %), prairies (7,1 %), zones agricoles hétérogènes (5,7 %), zones urbanisées (4,1 %), forêts (3,7 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie

modifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sanctus Medardus (831.) ; Castellum Domne darsense ; Domnus Medardus (1090.) ; Dompnus Medardus (1108.) ; Dommedardus (1118.) ; Dommeardus (1137.) ; Domeart (1150.) ; Domart (1160.) ; Domaart (1160.) ; Dommeart (1160.) ; Domeardum (1168.) ; Dummaert (1200.) ; Donnus Medardus (1259.) ; Dommart (1262.) ; Doumart (1300-23.) ; Dampmare (1393.) ; Dempnimedardus (1394.) ; Donnut (XIVe siècle.) ; Donmart (1413.) ; Dompmart (1416.) ; Dommart-en-Ponthieu (14...) ; Dampmart (1445.) ; Dammares (xve siècle.) ; Dompmart-lez-Ponthieu (1507.) ; Dompmartz-lez-Ponthieu (1507.) ; Dommartz (1574.) ; Dommarts (1574.) ; Domar (1638.) ; Dommard (1646.) ; Dournac (1698.) ; Domart-lez-Ponthieu (1733.) ; Dommart-lès-Ponthieu (1757.) ; Domart-en-Ponthieu (1781.)[13].

Domart est un hagiotoponyme caché, le nom de Domart vient de saint Médard, appelé tout d’abord Sanctus Médardus puis Dominus Médardus, Domeart et enfin Domart[14]. (Le nom de Domart vient de la contraction de « dominus medardus », patron de l’église paroissiale, qui a donné son nom à la commune).

Le comté de Ponthieu est un ancien pays de France dont la capitale était Abbeville et la principale place-forte Montreuil.

Histoire

modifier

Moyen Âge

modifier

Les moines de Saint-Riquier défrichent le secteur au VIIe siècle ce qui conforte un centre de population[14].

Le premier château est construit au Xe siècle, sous Hugues Capet. Bernard IV le rebâtit au XIIe siècle dans « des conditions de force et de sécurité ».

La paroisse a bénéficié d'une charte communale accordée en 1246 par Jean Ier de Dreux, seigneur de Saint-Valery-sur-Somme[15].

Époque moderne

modifier

La destruction complète du château date du règne de Louis XIII. Un corps de partisans y met le feu en 1645. Puis, des terrassement et sa destruction le conduisent à la ruine. Les restes de la tour Hugues Capet sont accessibles par le grand escalier qui conduit à l’église Saint-Médard[14].

Comme d'autres bourgs du département (Quevauvillers, Oisemont...), la localité a possédé des halles (dressées alors sur l'actuelle place devant la poste). Elles ont été démontées et détruites[14].

Époque contemporaine

modifier

Seconde Guerre mondiale

modifier

La commune est décorée de la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze, avec citation à l'ordre du régiment du 11 novembre 1948 : « commune dont l'attitude a été très courageuse pendant l'occupation. A soutenu par son action le moral des prisonniers français qui attendaient sur son territoire leur transfert en Allemagne. A participé à la libération du pays payant un lourd tribut : cinq morts au combat, quatre résistants fusillés, trois prisonniers morts en Allemagne, deux victimes civiles des bombardements. A ainsi donné l'exemple de son patriotisme »[14].

Politique et administration

modifier

Rattachements administratifs et électoraux

modifier
Rattachements administratifs

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme (département).

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Domart-en-Ponthieu[16]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Flixecourt

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de la Somme.

Budget et fiscalité 2020

modifier

En 2020, le budget de la commune était constitué ainsi[17] :

  • total des produits de fonctionnement : 986 000 , soit 892  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 887 000 , soit 802  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 68 000 , soit 61  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 153 000 , soit 143  par habitant ;
  • endettement : 69 000 , soit 63  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 24,79 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 25,99 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 57,01 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2019 : médiane en 2019 du revenu disponible, par unité de consommation : 20 300 [18].

Intercommunalité

modifier

La commune était membre de la communauté de communes du Val de Nièvre et environs, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre crééfin 1992.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du prescrit, dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale, que les intercommunalités à fiscalité propre doivent, sauf exceptions, regrouper au moins 15 000 habitants, celle-ci a fusionné avec sa voisine pour former, le , la communauté de communes Nièvre et Somme, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires

modifier
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1947 ? Marcel Coudre SFIO  
mars 2001 2014 Jean-Luc Hermel[19]    
2014[20] mai 2020[21] Christian Prud'Homme    
mai 2020[22],[23] En cours
(au 8 octobre 2020)
Nicolas Maréchal   Vice-président de la CC Nièvre et Somme (2020 → )

Distinctions et labels

modifier

Classement des villes et villages fleuris : deux fleurs récompensent en 2015 les efforts locaux en faveur de l'environnement[24],[25].

Population et société

modifier

Démographie

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[27].

En 2021, la commune comptait 1 052 habitants[Note 2], en diminution de 7,23 % par rapport à 2015 (Somme : −0,98 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0671 0301 1261 2451 3141 3551 3481 3751 367
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4631 4571 4211 3451 2431 1941 1941 1251 187
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1081 1851 2061 1341 1231 1241 1661 2311 193
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 1641 1501 1521 1751 1071 1261 1591 1681 152
2018 2021 - - - - - - -
1 0741 052-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

modifier

Le collège du Val-de-Nièvre est situé dans la commune[29]. Compte tenu d'une fréquentation jugée insuffisante, sa fermeture par le département est envisagée en 2022 ou 2023[30].

Économie

modifier

Culture locale et patrimoine

modifier

Lieux et monuments

modifier
  • Maison des « Templiers » du XVe siècle, ancienne maison échevinale avec sa façade aux fenêtres en ogive[31]
  • Tour ronde (vestige du château).
  • Église Saint-Médard des XIIe et XVIIe siècles[32].
Sa silhouette domine le bourg et son imposant clocher haut de 68 m porte les armes de la famille de Créquy.
  • Chapelle de La Madeleine. C'est le témoin d'une ancienne maladrerie. Elle permettait aux lépreux de se recueillir[33].
  • Chapelle de la Haye. Cette chapelle funéraire de la famille Laloux-Maquet a remplacé une chapelle dédiée à sainte Anne[33].
  • Monument aux morts, œuvre du sculpteur picard Albert Roze[34]
  • Château de La Haye et son parc.
  • Maison de retraite Saint-Nicolas.

Héraldique

modifier

Le , le conseil municipal a adopté ce blason qui reprend en le modifiant celui figurant sur un sceau de Bonne de Fosseux, veuve de Jacques de Craon, dame de Domart, connu par un document de 1449[35]. On reconnaît sur le blason pour parti les armes de la famille de Craon et celles de la famille de Fosseux[36].

Blasonnement :

  • Parti au premier losangé d'azur et d'argent, au deux d'azur à trois fasces d'or[37].

Ornement extérieur :

  • Croix de guerre 1939-1945 avec étole de bronze. Citation à l'ordre du régiment du 11 novembre 1948 : « commune dont l'attitude a été très courageuse pendant l'occupation. A soutenu par son action le moral des prisonniers français qui attenadaient sur son territoire leur transfert en Allemagne. A participé à la libération qu pays en payant un lourd tribut : cinq morts au combat, quatre résistants fusillés, trois prisonniers morts en Allemagne, deux victimes civiles des bombardements. A ainsi donné l'exemple de son patriotisme. »[38].

Personnalités liées à la commune

modifier

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Notes et références

modifier
  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Domart-en-Ponthieu et Bernaville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Bernaville » (commune de Bernaville) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Bernaville » (commune de Bernaville) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Domart-en-Ponthieu ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Amiens », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, Amiens, impr. Lemer aîné, 1867-1878 (lire en ligne), p. 292.
  14. a b c d et e « Histoire de Domart-en-Ponthieu », sur le site officiel de la ville, avant 2005 (consulté le ).
  15. « Domart-en-Ponthieu »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du Quid (consulté le ).
  16. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Les comptes de la commune
  18. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  19. Réélu pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur somme.pref.gouv.fr, (consulté le ).
  20. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  21. « Christian Prudhomme laisse la main à Domart-en-Ponthieu : Le maire sortant s’est félicité de la situation financière saine qu’il laisse derrière lui », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Olivier Bacquet, « Municipales à Domart-en-Ponthieu : les candidats confrontent leurs projets : Deux listes sont déclarées à Domart-en-Ponthieu, pour les municipales. L’une est menée par le premier adjoint Nicolas Maréchal, la seconde par Patrice Jonquet, élu de l’opposition », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Olivier Bacquet, « Des tensions pour l’installation du nouveau maire de Domart-en-Ponthieu : Nicolas Maréchal est le nouveau maire de Domart-en-Ponthieu. Mais des tensions au sein de sa propre majorité ont donné un goût amer à ce début de mandat », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Liste des localités figurant au palmarès des villes et villages fleuris », sur Villes et villages fleuris (consulté le ).
  25. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎ .
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  29. Site du Collège Val de Nièvre
  30. « Le collège de Domart-en-Ponthieu condamné d’ici 2022 ou 2023 : Le Département votera fin juin la fermeture de trois collèges : Guy-Mareschal (Amiens) en 2019, Feuquières en 2020 et plus tard Domart-en-Ponthieu », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Maison des Templiers à Domart-en-Ponthieu (80) », notice no PA00116133, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Église Saint-Médard à Domart-en-Ponthieu (80) », notice no PA00116132, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 118 (ASIN B000WR15W8).
  34. « Monument aux morts de la Guerre de 1914-1918 à Domart-en-Ponthieu (80) », notice no IA80000033, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. Demay, Sceau de la Picardie et de l'Artois, n° 308
  36. Jacques Dulphy, « Le blason dans l'Armorial des villes et villages de France » (consulté le ).
  37. Jacques Estienne et Mireille Louis, Armorial du Département et des Communes de la Somme, préface de Pierre-Marcel Wiltzer, préfet de la région Picardie, préfet de la Somme, Abbeville, 1972, Imprimerie F. Paillart
  38. Jacques Estienne et Mireille Louis, Armorial du Département et des Communes de la Somme, préface de Pierre-Marcel Wiltzer, préfet de la région Picardie, préfet de la Somme, Abbeville, 1972, Imprimerie F. Paillart p. 34