Djignabo Badji

Activiste sénégalaise
Jiñabo Bassène,également surnommé'Bigolo' est une grande figure de la résistance casamançaise à la pénétration coloniale française dans le royaume du Mof-Avví.

PatronymeModifier

Son nom comporte plusieurs autres variantes et graphies, telles que Jinoeb Baaji, dit Jiñaabo[1], ou Djignabo Bassène, en réalité Djigabéü[2]. Son surnom Bigolo signifie « éléphant ».

BiographieModifier

Le , alors que Djignabo Badji, chef charismatique et responsable des fétiches (bëkin) à Séléki, affronte les troupes françaises conduites par le lieutenant Lauqué, il est tué et entre alors dans la légende[3]. Les circonstances exactes de sa mort restent cependant controversées.

PostéritéModifier

Le lycée de Ziguinchor porte son nom depuis 1964.

Bigolo est le nom d'une pièce de théâtre écrite par de jeunes Diolas et représentée en langue vernaculaire à l'École William Ponty de Sébikotane en 1940[4]. Elle fut mise en scène et interprétée par le futur professeur Assane Seck.

Le cinéaste d'origine casamançaise, Ousmane Sembène, a baptisé Bigolo le chef des Diolas qui résiste au colonisateur dans son long métrage Emitaï (1971).

Notes et référencesModifier

  1. Christian Roche, Histoire de la Casamance. Conquête et résistance : 1850-1920, Karthala, 1985, p. 286
  2. Constant Vanden Berghen et Adrien Manga, Une introduction à un voyage en Casamance, L'Harmattan, 1999, p. 268
  3. Catherine et Bernard Desjeux, Casamance, Brinon-sur-Sauldre, Grandvaux, 2007, p. 87
  4. Louis-Vincent Thomas, Les Diola. Essai d’analyse fonctionnelle sur une population de Basse-Casamance, Dakar, IFAN, Université de Dakar, 1958, p. 452

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Christian Roche, « La mort de Jinabo », Notes africaines, 1972, no 134, p. 45-47

Liens externesModifier