Dixmude (L9015)

porte-hélicoptères amphibie de la classe Mistral

Dixmude
Image illustrative de l’article Dixmude (L9015)
Le Dixmude (L9015) en baie de Jounieh au Liban lors de la Mission Jeanne d'Arc 2012
Type Porte-hélicoptères amphibie (Landing Helicopter Dock)
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Commanditaire Délégation générale pour l'armement
Chantier naval DCNS, Chantiers de l'Atlantique de Saint-Nazaire Drapeau de la France France (STX France)
Lancement
Mise en service 12 mars 2012
Statut En service actif depuis le 27 juillet 2012
Équipage
Équipage 160 à 177 officiers, officiers mariniers, quartiers-maîtres et matelots ; possibilité d'embarquement de 450 marins ou 250 marins plus un état-major de 200 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 199 mètres
Maître-bau 32 mètres
Tirant d'eau 6,2 mètres
Tirant d'air 64,3 mètres
Déplacement 16 500 tonnes (lège)
21 300 t (à pleine charge)
32 300 t (ballasté)
Propulsion 3 moteurs Diesel MAN 12V40 de 6 MW
1 moteur Diesel auxiliaire Wärtsilä 18V200 de 3,3 MW
2 pods Alstom Mermaid de 7 MW
Puissance Total 20 400 ch (15 MW)
Vitesse 18,8 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 systèmes de missiles sol-air SIMBAD
2 canons de 20 mm Narwhal
4 mitrailleuses Browning M2-HB de 12,7 mm
Électronique 2 centrales de navigation inertielle SIGMA 40
1 système de commandement SIC 21 et de gestion de combat SENIT 9
2 radars de navigation Thales DRBN-38
1 radar tridimensionnel de veille air et surface Thales MRR-3 NG
1 détecteur radar ARBR-21 (prévu)
1 intercepteur-goniomètre de transmissions Elite
1 conduite de tir optronique Vigy
1 système de leurres anti-torpilles EuroSlat SLAT
Liaison 11
Liaison 16
récepteurs satellitaires Inmarsat, Syracuse III-A et -B, Fleetsatcom, RITA 2G
Brouilleurs Simplifiés Marine (BSM) (prévus)
Rayon d'action 10 800 miles à 18 nœuds, 19 800 miles à 15 nœuds
Aéronefs 16 hélicoptères stockés en hangar
Carrière
Port d'attache Toulon
Indicatif L9015

Le Dixmude (L9015) est un porte-hélicoptères amphibie (PHA, anciennement bâtiment de projection et de commandement) de la marine nationale française de la classe Mistral.

Son appellation OTAN est Landing Helicopter Dock (LHD).

C'est le 3e bâtiment de la classe Mistral, après le Mistral (L9013) et le Tonnerre (L9014). Il a été admis au service actif le 27 juillet 2012[1] et remplace le TCD Foudre (L9011). Les trois PHA ont remplacé les TCD Ouragan, Orage et Foudre. La construction d'une quatrième unité devant initialement remplacer le TCD Siroco a été annulée[2].

Sa devise est « Sacrifiez-vous, Tenez[3] ! », en hommage à la phrase de l'amiral Ronarc'h dont la brigade de fusiliers marins s'est sacrifiée à la bataille de Dixmude en 1914.

La ville de Marseille est marraine de ce bâtiment depuis janvier 2017[4].

Contexte et lancement du projetModifier

Après la mise en service des deux premiers BPC en 2006 et 2007, le projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2009-2014 (enregistré en octobre 2008 à l'Assemblée nationale) prévoyait que deux nouveaux bâtiments de projection et de commandements de nouvelle génération viendraient remplacer les deux transports de chaland de débarquement entrés en service dans les années 1990 « à l’horizon 2020 »[5].

Néanmoins, à la suite de la présentation du plan de relance de l'économie par le président de la République en décembre 2008, un projet de loi de finances rectificative pour 2009 est présenté en janvier 2009, qui contient les éléments du plan de relance. Un volet défense y est intégré et en particulier la décision d'avancer la construction du 3e BPC[6].

Le contrat est notifié le aux Chantiers de l'Atlantique de Saint-Nazaire (STX France), responsable de la plate-forme et DCNS, responsable du système d'arme.

ConstructionModifier

Les Chantiers de l'Atlantique de Saint-Nazaire (STX France) découpent la première tôle du Dixmude le . La mise sur cale intervient le 20 janvier 2010[7]. Contrairement à ses deux navires-jumeaux Mistral et Tonnerre, la plate-forme du Dixmude est entièrement réalisée à Saint-Nazaire. Le bâtiment est mis à flot le avec quelques mois d'avance sur le calendrier initialement prévu[8].

À l'issue des essais en mer, au printemps 2011, le Dixmude quitte Saint-Nazaire en mai à destination de Toulon, son port-base où il arrive le 13 juillet 2011. La livraison du BPC Dixmude à la DGA intervient le 14 janvier 2012, avec trois mois d’avance sur le planning initial[9] ; l'admission au service actif par la Marine nationale a eu lieu le 27 juillet 2012.

CaractéristiquesModifier

Dans la force d'action navale de la Marine nationale, le Dixmude (avec ses deux navires-jumeaux) sera le plus important bâtiment en tonnage après le porte-avions nucléaire (PAN, CVN selon l’OTAN) Charles de Gaulle, qu’il dépasse d’ailleurs en hauteur d’un mètre au niveau du pont d’envol. Déplaçant 21 300 tonnes à pleine charge, il a une longueur de 199 mètres, une largeur de 32 m et un tirant d’eau de 6,2 m.

Le Dixmude intègre les retours d'expérience des Mistral. Il dispose notamment de deux propulseurs d'étrave, le propulseur unique du Mistral s'avérant insuffisant par grand vent. Cette amélioration est ensuite généralisée aux autres bâtiments de la classe[10].

NavigationModifier

Le Dixmude est équipé de deux centrales de navigation inertielle SIGMA 40 conçues par Sagem. Grâce à leur technologie RLG (Ring Laser Gyro), ces centrales inertielles offrent un très haut degré de précision et démultiplient l'efficacité des capteurs, des armements comme des moyens d'autodéfense du bâtiment.

ArmementModifier

L'armement propre du Dixmude est composé à l'origine de deux systèmes de missiles surface-air SIMBAD et de quatre mitrailleuses Browning M2-HB de 12,7 mm. Lors des travaux de modernisation du bâtiment réalisé en 2016, deux canons téléopérés de 20 mm Narwhal (conçus par Nexter) ont été ajoutés à la proue et à la poupe auxquels ont été adjoints deux tourelleaux optroniques EOMS (conçus par Safran) à des fins de détection et de désignation des cibles jour/nuit[11].

Exercices d’appontage d’aéronefs étrangersModifier

Dans le cadre de la construction de l'interopérabilité des flottes française et américaine, un appareil de transport hybride américain MV-22B de type Boeing-Bell V-22 Osprey (destiné aux opérations de soutien dans le cadre des débarquements amphibies) a apponté sur le Dixmude, au cours du mois de janvier 2014, au large des côtes de l'Afrique de l'Ouest, puis un autre MV-22B le entre Cadix et Gibraltar, lors de l'exercice naval international Griffin Strike[12].

Déploiements opérationnelsModifier

Opération Eunavfor Atalanta (2012)Modifier

Le Dixmude participe à l'opération européenne anti-piraterie dans l'Océan indien. Ses hélicoptères participent notamment à l'interception d'un dhow yeménite capturé par les pirates en mer d’Arabie[13].

Opération Serval (2013)Modifier

Lors de l'intervention au Mali, le 21 janvier 2013, le Dixmude a emporté du matériel pour soutenir l'armée française[14],[15]. Il emporte des P4, des VABSAN, des VBCI, des GBC 180 et des AMX-10 RC.

Opération Sangaris (2013)Modifier

Lors de l'intervention en Centrafrique, le 5 décembre 2013, le Dixmude a emporté du matériel pour soutenir l'armée française[16]. Il emporte, en plus de deux hélicoptères Gazelle, des P4, des VABSAN, des VBL, des GBC 180.

Opération Résilience (2020)Modifier

Pour répondre à la vague pandémique de la Covid-19 et dans le cadre de l'opération Résilience, le Dixmude est envoyé[17] en soutien dans la zone Antilles-Guyane[18]. Une fois sa mission accomplie, il retrouve sa base de Toulon le 27 mai 2020.

Autres déploiementsModifier

  • Le Dixmude participe régulièrement à la Mission Corymbe (Corymbe 115, 122bis, 134, 138, 154 et 156), un dispositif naval visant à assurer la présence permanente d'un bâtiment dans le Golfe de Guinée et au large des côtes d'Afrique de l'Ouest. Dans le cadre de la mission 156, le bâtiment réalise, le , la plus grosse saisie de cocaïne de l'histoire de la Marine nationale, avec 6 tonnes récupérées lors de l'arraisonnement du cargo Najlan battant pavillon Saint-Christophe-et-Niévès, en provenance du Brésil et en route pour Abidjan[19],[20].
  • Le 4 avril 2015, il évacue 44 personnes du Yémen et effectue leur transfert à Djibouti, à la suite du conflit au Yémen[21]. Le lendemain, il récupère également 63 personnes dont 23 Français transférés à partir du patrouilleur L'Adroit et de la frégate Aconit[22].
  • En mai 2015, il part pour la mission Jeanne d'Arc 2015[23].
  • En avril 2017, exercice de débarquement sur la plage des mouettes à Frontignan[24].
  • En octobre 2018, il a participé à l'exercice OTAN interarmées et interallié Trident Juncture 18. Avant de se rendre sur la zone d'entraînement, un hélicoptère Caïman de l'Armée de terre embarqué à bord a eu un accident lors du décollage à 70 Nq au large de Dunkerque. L’hélicoptère effectuait un vol d’entraînement[25].
  • En octobre 2019, il participe à l'exercice interarmées Skrenvil 2019 au large de Fréjus[26].

Autour du navireModifier

Le BPC Dixmude est jumelé avec le centre de préparation militaire marine de Marseille « Chevalier Paul », le lycée Bonaparte de Toulon[27],[28] et le lycée Amiral-de-Grasse à Grasse[29],[30]. Le 13 janvier 2017, une charte de parrainage du BPC Dixmude est signée avec la ville de Marseille.

Dans la nuit du mercredi 18 octobre 2018 à 22h30 un hélicoptère NH90 Caïman de l'Armée de terre (ALAT) s’écrase sur le pont d'envol pendant le décollage. L'éclatement des pales sur le pont fait quatre blessés graves, évacués au Centre Hospitalier des Armées à Paris[31],[32].

En novembre 2019, la DGA valide l'intégration du Camcopter S-100 sur le Dixmude. Ainsi le PHA français est le premier navire européen à intégrer un drone à voilure tournante dans sa flotte[33].

Notes et référencesModifier

  1. « Le Dixmude admis au service actif de la Marine », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 15 juillet 2019)
  2. « La France fait une croix sur son quatrième BPC », sur Mer et Marine, (consulté le 22 janvier 2019)
  3. William Molinié, « Dans le sillage des futurs officiers de la marine », sur 20minutes.fr,
  4. ActuNautique Magazine, « Marseille, ville marraine du Dixmude, 3e BPC de la Marine Nationale », sur ActuNautique.com (consulté le 15 juillet 2019)
  5. « N° 1216 - Projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2009 à 2014 et portant diverses dispositions concernant la défense », sur www.assemblee-nationale.fr, (consulté le 12 décembre 2015)
  6. « Premier investisseur de l’État, la Défense participe à la relance de l'économie », sur www.defense.gouv.fr, (consulté le 12 décembre 2015)
  7. « Tout savoir sur le BPC Dixmude », sur bpc.dixmude.free.fr (consulté le 15 juillet 2019)
  8. Goulven Hamel, « BPC Dixmude et EDA-R : La réponse aux nouvelles exigences de projection », sur defense.gouv.fr, (consulté le 21 décembre 2015)
  9. « STX France et DCNS livrent le Dixmude avec trois mois d'avance », sur www.meretmarine.com, (consulté le 12 décembre 2015)
  10. Laurent Lagneau, « Pour ses 10 ans de service, le BPC Tonnerre s'est offert une nouvelle jeunesse », OPEX 360,‎ (lire en ligne)
  11. « Le Dixmude reçoit des canons télé-opérés de 20 mm », Mer et Marine, 16 mars 2016.
  12. Loïc, « Le BPC Dixmude développe son interopérabilité avec les MV-22 Osprey », sur defens-aero.com, (consulté le 30 mars 2020).
  13. « Un dhow yémenite, servant de bateau-mère, libéré (B2) » (consulté le 5 avril 2015)
  14. Le Dixmude achemine une importante force blindée au Mali, Mer et Marine, 22 janvier 2013
  15. Record d'emport pour le Dixmude, lemamouth.blogspot.fr, janvier 2013.
  16. « Centrafrique: des éléments prépositionnés au Cameroun », sur www.defense.gouv.fr, (consulté le 12 décembre 2015)
  17. Laurent Lagneau, « Covid-19 : Le président Macron lance l'opération Résilience et mobilise les PHA "Mistral" et "Dixmude" », sur Zone Militaire - Opex 360,
  18. Twitter Inc, « Emmanuel Macron @EmmanuelMacron », sur Periscope (consulté le 25 mars 2020)
  19. Laurent Lagneau, « La Marine nationale effectue une saisie record de cocaïne dans le golfe de Guinée », Opex360, 22 mars 2021.
  20. Luc Lenoir, « Golfe de Guinée : saisie record de plus de six tonnes de cocaïne par la Marine nationale », Le Figaro-AFP, 23 mars 2021.
  21. « Yemen : 44 personnes évacuées par le BPC Diximude », sur lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr (consulté le 15 juillet 2019)
  22. « Après le Dixmude, L'Adroit et l'Aconit évacuent d'autres Français du Yemen », sur lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr (consulté le 15 juillet 2019)
  23. « Mission Jeanne d’Arc : bilan à mi-parcours », Cols bleus,‎ (lire en ligne)
  24. « Frontignan, l'opération Skrenvil en images », Midi Libre,‎ (lire en ligne)
  25. « Accident aéronautique à bord du BPC Dixmude », Cols bleus,‎ (lire en ligne)
  26. « Plages de Saint-Aygulf : les troupes interarmées déploient leurs forces », sur ville-frejus.fr, (consulté le 11 octobre 2019)
  27. « Jumelage : Le BPC Dixmude reprend le flambeau du TCD Siroco », sur www.colsbleus.fr,
  28. « Les lycéens de Bonaparte à Toulon initiés à la Défense grâce à la Marine nationale », sur www.ac-nice.fr,
  29. « Le Dixmude à Grasse », sur jdb.colsbleus.fr, (consulté le 29 mars 2016)
  30. « Une classe du lycée Amiral de Grasse embarque 4 jours à bord d'un navire de la Marine nationale », sur www.ac-nice.fr,
  31. Un hélicoptère tombe sur un bateau de la Marine
  32. « Le Dixmude rapatrié à Brest après l'accident d’hélicoptère », Mer et Marine,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2018)
  33. « La DGA qualifie l’intégration du drone Camcopter S-100 sur le PHA Dixmude », sur Mer et Marine, (consulté le 14 novembre 2019)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Bernard Prézelin, Flottes de combat : 2008, Rennes, Éditions maritimes et d’outre-mer, , 1312 p. (ISBN 978-2-7373-4324-7)
    Ouvrage de référence.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :