Administration territoriale de l'Estonie

L’organisation territoriale de l'Estonie repose sur l'article 2 de la Constitution estonienne de 1992 et sur son chapitre XIV intitulé Kohalik Omavalitsus (littéralement en estonien "gouvernement local").

Origine constitutionnelleModifier

L'article 2 alinéa 2 dispose :

« L'Estonie, politiquement, est un État unitaire dans lequel la division du territoire en unités administratives est fixée par la loi. »

— Constitution de l’Estonie[1]

« Eesti on riiklikult korralduselt ühtne riik, mille territooriumi haldusjaotuse sätestab seadus. »

— Eesti Vabariigi põhiseadus[2]

Concernant les collectivités locales, l'article 155 de la Constitution dispose :

« Les collectivités locales sont les communes et les villes. D'autres collectivités locales peuvent être créées conformément aux fondements et procédures fixés par la loi. »

— Constitution de l’Estonie[3]

« Kohaliku omavalitsuse üksused on vallad ja linnad. Muid kohaliku omavalitsuse üksusi võib moodustada seaduses sätestatud alustel ja korras. »

— Eesti Vabariigi põhiseadus[4]

Groupes de comtésModifier

Le groupe de comtés est une subdivision européenne de l’Estonie. Elle répond aux besoins d'Eurostat, l'institut statistique européen, qui a défini une nomenclature d'unités territoriales statistiques. Ces groupes correspondent au premier niveau statistique européen en Estonie (NUTS 1)[5].

ComtésModifier

Les comtés (en estonien maakond au singulier, maakonnad au pluriel) sont les 15 régions symboliques de l'Estonie.

Des subdivisions politiques et administratives commencent à émerger en Estonie durant les premiers siècles de notre ère. Deux subdivisions majeures apparaissent: la paroisse (kihelkond) et le comté (maakond). Les paroisses sont composées de plusieurs villages et sont presque toujours dotées d'une forteresse. La défense de la paroisse est dirigée par un ancien de la paroisse. Les comtés sont composés de plusieurs paroisses et sont également dirigés par un ancien. Au XIIIe siècle, les comtés suivants se sont déjà développés en Estonie: Saaremaa, Läänemaa, Harjumaa, Rävala), Virumaa, Järvamaa, Sakala et Ugandi. Plusieurs territoires plus petits se sont également constitués en Estonie centrale, où le danger est moins grand: Vaiga, Mõhu, Nurmekund et Alempois. Le nombre exact et les frontières de quelques subdivisions font encore débat. Le premier document mentionnant les subdivisions administratives et politiques de l'Estonie remonte au XIIIe siècle : les Chroniques d'Henri de Livonie écrites durant les Croisades baltes. L'autonomie des comtés et paroisses estoniens disparaît avec la division du pays entre le Danemark, l'Ordre Teutonique, l'Évêché de Tartu et l'Évêché d'Ösel-Wiek.

Dans les années 1580, après la guerre de Livonie et la conquête du nord de l'Estonie par la Suède, les comtés de Harju, Lääne et Viru sont créés officiellement. Le sud de l'Estonie, qui appartient à la Pologne entre 1582 et 1625, est divisé entre les voïvodies de Pärnu et de Tartu, et l'île de Saaremaa reste danoise jusqu'en 1645. Les deux voïvodies et les îles deviennent des comtés lorsqu'ils passent sous domination suédoise.

Le système administratif reste largement inchangé après la conquête russe de l'Estonie qui résulte de la Grande guerre du Nord (1700-1721). En 1793, les comtés de Võru et de Paldiski sont créés. En 1796, le comté de Paldiski est à nouveau réuni au comté de Harjumaa. Jusqu'en 1888, les comtés de Võrumaa et de Viljandimaa ne sont pas complètement indépendants de ceux de Tartumaa et, respectivement, de Pärnumaa.

Après l'indépendance de l'Estonie, en 1918, plusieurs modifications des frontières des comtés sont effectuées, notamment par la création du comté de Valga, puis, en 1920 de la prise du comté de Petseri à la Russie (Traité de Tartu, 1920).

Durant la période soviétique, le comté de Petseri est à nouveau cédé à la Russie en 1945. Le comté de Hiiumaa est créé en 1946 (scission du comté de Läanemaa) et ceux de Jõgevamaa et de Jõhvimaa en 1949 (scissions des comtés de Tartumaa et de Virumaa). Les comtés sont ensuite complètement supprimés en 1950 lorsque l'Estonie est divisée en régions (rajoonid) et, jusqu'en 1953, en oblasts. Dans les années 1960, les frontières des régions changent souvent jusqu'à ce qu'il n'en reste plus que quinze, correspondant plus ou moins aux comtés d'avant 1950.

Les comtés sont réétablis le - lors de la seconde indépendance estonienne - dans les frontières des régions de l'époque soviétique. En raison des nombreuses différences entre les territoires des comtés actuels et historiques (avant 1940), les frontières historiques sont encore utilisées en ethnologie, représentant mieux les différences culturelles et linguistiques.

De 1990 à 2018, les comtés ont une existence politique et juridique et sont dirigés par des gouverneurs. Les gouverneurs sont alors nommés par le gouvernement pour une période de cinq ans, sur proposition du premier ministre et après avoir consulté les représentants des collectivités locales[6]. Le ministère de l'intérieur était alors chargé de réunir les maires et un représentant de toutes les municipalités pour approuver le candidat du premier ministre. Si au moins la moitié des délégués approuvent le choix du candidat, il est nommé gouverneur. Les délégués régionaux peuvent refuser deux candidats. Le gouvernement peut ensuite nommer le candidat de son choix[7]. Contrairement à de nombreux autres pays européens, il n'existe pas de niveau régional élu. Les gouverneurs ne pouvaient pas cumuler leurs fonctions avec un mandat d'élu, une autre charge publique ou toute autre activité rémunérée. L'éducation et la recherche sont les seuls domaines où ils peuvent être actifs[7].

Les comtés avaient alors des compétences administratives en matière de gestion de l'environnement, de développement économique, d'aménagement du territoire, de contrôle des dispositions prises par les collectivités locales et de coordination dans les situations d'urgence.

Après la réforme des comtés de 2018, ils ont retrouvés un statut uniquement symbolique, les gouvernements des comtés ayant été dissous et leurs compétences réparties entre les municipalités et les différents ministères centraux[8].


Nom Taille (km2) Population (2020) Drapeau Blason Carte
1 Harjumaa 4327 605029      
2 Hiiumaa 1032 9315      
3 Ida-Virumaa 2972 134259      
4 Jõgevamaa 2545 28442      
5 Järvamaa 2674 30174      
6 Läänemaa 1816 20444      
7 Lääne-Virumaa 3696 58862      
8 Põlvamaa 1823 24647      
9 Pärnumaa 5419 86185      
10 Raplamaa 2765 33282      
11 Saaremaa 2938 33083      
12 Tartumaa 3349 153317      
13 Valgamaa 1917 28204      
14 Viljandimaa 3420 46161      
15 Võrumaa 2773 35415      

MunicipalitésModifier

 
Municipalités d’Estonie.

Les municipalités (en Estonien omavalitsus, littéralement "gouvernement-propre") sont les plus petites divisions politiques et administratives de l'Estonie.

Il existe de type de municipalité: - la municipalité rurale (en Estonien vald), essentiellement à la campagne. Elle est divisée en localités. - la municipalités urbaines (ou ville, en Estonien linn), essentiellement dans les villes d'importance. Elle est divisée en quartiers, arrondissements ou localités.

Depuis 2017, l’Estonie compte 79 communes : 15 urbaines et 64 rurales.

Liste des communesModifier

Nom Taille (km2) Population Type Comté Drapeau Blason Carte
1 Anija 520.94 6263 Rural   Harjumaa      
2 Harku 159.77 16379 Rural   Harjumaa      
3 Jõelähtme 210.86 6969 Rural   Harjumaa      
4 Keila 11.25 10499 Ville   Harjumaa      
5 Kiili 100.4 6165 Rural   Harjumaa      
6 Kose 532.85 7451 Rural   Harjumaa      
7 Kuusalu 707.97 6242 Rural   Harjumaa      
8 Loksa 3.81 2615 Ville   Harjumaa      
9 Lääne-Harju 645.71 12997 Rural   Harjumaa      
10 Maardu 22.76 16171 Ville   Harjumaa      
11 Raasiku 158.86 5114 Rural   Harjumaa      
12 Rae 206.7 22901 Rural   Harjumaa      
13 Saku 171.13 11002 Rural   Harjumaa      
14 Saue 628 24110 Rural   Harjumaa      
15 Tallinn 159.2 438341 Ville   Harjumaa      
16 Viimsi 72.84 21872 Rural   Harjumaa      
17 Hiiumaa 1,023 9497 Rural   Hiiumaa      
18 Alutaguse 1,439.61 4167 Rural   Ida-Virumaa      
19 Jõhvi 124 11947 Rural   Ida-Virumaa      
20 Kohtla-Järve 68.77 33498 Ville   Ida-Virumaa      
21 Lüganuse 599 8223 Rural   Ida-Virumaa      
22 Narva 84.54 53953 Ville   Ida-Virumaa      
23 Narva-Jõesuu 405 4175 Ville   Ida-Virumaa      
24 Sillamäe 10.54 12438 Ville   Ida-Virumaa      
25 Toila 266 4335 Rural   Ida-Virumaa      
26 Jõgeva 458 13185 Rural   Jõgevamaa      
27 Mustvee 615 4982 Rural   Jõgevamaa      
28 Põltsamaa 889.56 9690 Rural   Jõgevamaa      
29 Järva 1,223 8632 Rural   Järvamaa      
30 Paide 443 10438 Ville   Järvamaa      
31 Türi 1,008 10623 Rural   Järvamaa      
32 Haapsalu 272 13132 Ville   Läänemaa      
33 Lääne-Nigula 1,449 6794 Rural   Läänemaa      
34 Vormsi 92.93 301 Rural   Läänemaa      
35 Haljala 183.02 4089 Rural   Lääne-Virumaa      
36 Kadrina 329.36 4838 Rural   Lääne-Virumaa      
37 Rakvere 10.64 15141 Ville   Lääne-Virumaa      
38 Rakvere vald 295 5745 Rural   Lääne-Virumaa      
39 Tapa 480 10902 Rural   Lääne-Virumaa      
40 Vinni 486.65 6683 Rural   Lääne-Virumaa      
41 Viru-Nigula 312 5647 Rural   Lääne-Virumaa      
42 Väike-Maarja 457.39 5664 Rural   Lääne-Virumaa      
43 Kanepi 524.68 4480 Rural   Põlvamaa      
44 Põlva 706 13394 Rural   Põlvamaa      
45 Räpina 265.93 6115 Rural   Põlvamaa      
46 Häädemeeste 494 4616 Rural   Pärnumaa      
47 Kihnu 16.88 551 Rural   Pärnumaa      
48 Lääneranna 1,352 5074 Rural   Pärnumaa      
49 Põhja-Pärnumaa 1,013 8046 Rural   Pärnumaa      
50 Pärnu 858 51209 Ville   Pärnumaa      
51 Saarde 706.9 4349 Rural   Pärnumaa      
52 Tori 611 11860 Rural   Pärnumaa      
53 Kehtna 512 5407 Rural   Raplamaa      
54 Kohila 230.2 7525 Rural   Raplamaa      
55 Märjamaa 1,164 7368 Rural   Raplamaa      
56 Rapla 859 13229 Rural   Raplamaa      
57 Muhu 208 1646 Rural   Saaremaa      
58 Ruhnu 11.9 89 Rural   Saaremaa      
59 Saarema vald 2,705 29557 Rural   Saaremaa      
60 Elva 732 14706 Rural   Tartumaa      
61 Kambja 275 12858 Rural   Tartumaa      
62 Kastre 493 5401 Rural   Tartumaa      
63 Luunja 134 5378 Rural   Tartumaa      
64 Nõo 170 4266 Rural   Tartumaa      
65 Peipsiääre 652 5108 Rural   Tartumaa      
66 Tartu 154 98312 Ville   Tartumaa      
67 Tartu vald 742 11729 Rural   Tartumaa      
68 Otepää 520 6238 Rural   Valgamaa      
69 Tõrva 647 5872 Rural   Valgamaa      
70 Valga 750 15540 Rural   Valgamaa      
71 Mulgi 881 7026 Rural   Viljandimaa      
72 Põhja-Sakala 1,153 7734 Rural   Viljandimaa      
73 Viljandi 14.62 17244 Ville   Viljandimaa      
74 Viljandi vald 651 13407 Rural   Viljandimaa      
75 Antsla 411 4222 Rural   Võrumaa      
76 Rõuge 933 4877 Rural   Võrumaa      
77 Setomaa 463.18 2849 Rural   Võrumaa      
78 Võru 13.24 11867 Ville   Võrumaa      
79 Võru vald 952 10367 Rural   Võrumaa      

Villes d'Estonie par populationModifier

Nom Population Comté Drapeau Blason
1 Tallinn 438341   Harjumaa    
2 Tartu 96974   Tartumaa    
3 Narva 53424   Ida-Virumaa    
4 Pärnu 50639   Pärnumaa    
5 Kohtla-Järve 32577   Ida-Virumaa    
6 Viljandi 16875   Viljandimaa    
7 Maardu 15284   Harjumaa    
8 Rakvere 14984   Lääne-Virumaa    
9 Haapsalu 12883   Läänemaa    
10 Sillamäe 12230   Ida-Virumaa    
11 Võru 11533   Võrumaa    
12 Paide 10285   Järvamaa    
13 Keila 10078   Harjumaa    
14 Narva-Jõesuu 4479   Ida-Virumaa    
15 Loksa 2467   Harjumaa    

LocalitésModifier

En Estonie, les municipalités étant parfois de grandes tailles, elles sont elles-mêmes divisées en localités (en estonien, « asula », ou « asustusüksus » c'est-à-dire de « lieux peuplés ») afin le faciliter l'action des pouvoirs publics.

Officiellement, on compte quatre types de « localités » :

  • les centres urbains (en estonien : au singulier : linn, au pluriel :linnad ) ;
  • les bourgs (en estonien : au singulier : alev, au pluriel : alevid ) ;
  • les petits bourgs (en estonien : au singulier : alevik, au pluriel : alevikud ) ;
  • les villages (en estonien : au singulier : küla, au pluriel : külad ).

On peut également y inclure les quartiers dans les municipalités urbaines (ou les arrondissements dans le cas de Tallinn).

SourcesModifier

RéférencesModifier

ComplémentsModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :