Ouvrir le menu principal

Dita Parlo

actrice allemande
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dita.
Dita Parlo
Description de cette image, également commentée ci-après
Dita Parlo vers 1928.
Nom de naissance Gerda Olga Justine Kornstädt
Naissance
Stettin, Empire allemand
Nationalité Drapeau d'Allemagne Allemand
Décès (à 63 ans)
Paris, France
Profession Actrice
Films notables L'Atalante,
La Grande Illusion

Dita Parlo est une actrice allemande née Gerda Olga Justine Kornstädt le à Stettin dans l'Empire allemand (aujourd'hui Szczecin en Pologne) et morte le à Paris.

BiographieModifier

Enfance et débuts dans le cinémaModifier

Grethe Gerda Kornstädt, fille d'un fonctionnaire aux chemins de fer, naît le à Stettin. Après une formation en tant que danseuse de ballet, elle étudie à l'École d'art dramatique de la UFA, à Potsdam-BabelsbergErich Pommer la découvre.

Elle fait ses débuts au cinéma en 1928 dans Die Dame mit der Maske. Après quelques petits rôles, elle obtient en 1929 le rôle principal dans le premier film allemand parlant, Mélodie du cœur avec Willy Fritsch. Elle devient populaire en Allemagne, en particulier dans des réalisations de Hanns Schwarz. En 1930, elle tente de faire carrière aux États-Unis mais n'y tourne que deux films à petits budgets, Honor of the Family en 1931 et Mr. Broadway en 1933. Elle est engagée en 1939 pour jouer le rôle d'Elsa Gruner dans l'adaptation de Heart of Darkness de Joseph Conrad, qui serait alors réalisé par Orson Welles, mais le film ne se fait finalement pas.

ConsécrationModifier

C'est en France que la désormais « Dita Parlo » trouve ses rôles les plus marquants, en jouant notamment Juliette dans L'Atalante de Jean Vigo en 1934, et Elsa, l'Allemande qui recueille les évadés de La Grande Illusion de Jean Renoir, en 1937.

Sa fraîcheur de jeunesse, sa joie de vivre et son regard grave en font alors une artiste consacrée.

Seconde Guerre mondiale et après-guerreModifier

Lorsque éclate la Seconde Guerre mondiale, en 1939, Dita Parlo ne peut plus tourner en France à cause de sa nationalité, elle doit interrompre le tournage de La Maison dans la dune où elle est remplacée par une actrice française. Après un bref internement au camp de Gurs, elle retourne en Allemagne nationale-socialiste où la Gestapo lui reproche d'avoir dans La Grande Illusion « osé laver les pieds du juif Dalio »[1], puis revient en France où elle est, entre 1944 et 1946, déplacée de camp en camp (notamment Drancy et Poitiers), et n'obtient qu'en 1949 un non-lieu dans le dossier de ses activités pendant la guerre. La même année, elle épouse le pasteur Franck Gueutal qu'elle a connu au camp d'internement de Noisy-le-Sec dont il était l'aumônier.

Elle ne tourne plus ensuite que dans deux films : Justice est faite (1950), pour faire plaisir à son ami André Cayatte, et La Dame de pique (1965).

Elle meurt le et est inhumée au cimetière de Montécheroux (Doubs).

FilmographieModifier

PostéritéModifier

Son pseudonyme a inspiré Madonna pour le prénom de la narratrice dans sa chanson Erotica, de même que pour le pseudonyme de la « pin-up » Dita von Teese.

Diane Ducret évoque son internement au camp de Gurs dans son roman Les Indésirables en 2017.

Notes et référencesModifier

  1. Télé 7 Jours n°603, semaine du 13 au 19 novembre 1971, page 98 et 99, article de Michel Lis : "Les médecins ont interdit à Dita Parlo de se revoir dans Salonique nid d'espions".

Liens externesModifier