District de Brčko

district autonome et neutre de Bosnie-Herzégovine

District de Brčko

Brčko Distrikt (bs)
Брчко дистрикт (bs)

Blason de District de Brčko Drapeau de District de Brčko
Image illustrative de l’article District de Brčko
Administration
Pays Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
Statut politique Entité régionale
Capitale Brčko
Superviseur international Jonathan Mennuti
Maire Zijad Nišić
Démographie
Population 93 028 hab. (2013)
Densité 189 hab./km2
Langue(s) bosnien, croate et serbe
Géographie
Coordonnées 44° 52′ 25″ nord, 18° 48′ 25″ est
Superficie 493 km2
Divers
Monnaie Mark convertible (BAM)
Fuseau horaire UTC +1
Domaine internet .ba
Indicatif téléphonique (+387) 49

Le district de Brčko est un territoire autonome et neutre de Bosnie-Herzégovine, dont le chef-lieu est la ville de Brčko. Il fait donc partie à la fois de la fédération de Bosnie-et-Herzégovine et de la république serbe de Bosnie.

Selon les premiers résultats du recensement de 2013, le territoire du district est peuplé de 93 028 habitants[1].

Géographie modifier

 
Carte du district de Brčko.
 
Carte

Le district de Brčko est entouré par la municipalité d'Orašje au nord, de Donji Žabar, de Pelagićevo et de Gradačac à l'ouest, de Srebrenik, Čelić et Lopare au sud, et par celle de Bijeljina à l'est. Au nord, le district est longé par la Save, qui sert de frontière entre la Bosnie-Herzégovine et la Croatie.

Histoire modifier

À la fin de la guerre d'indépendance de Bosnie-Herzégovine en 1995, le territoire de la municipalité de Brčko fut divisé entre la république serbe de Bosnie (49 % de la superficie) et la fédération de Bosnie-et-Herzégovine (51 % de la superficie) selon les accords de Dayton.

Cette situation fut rapidement une source de conflit entre les deux entités car l'endroit est stratégique : il constitue un couloir terrestre (corridor de Posavina) qui relie l'ouest et le sud-est de la république serbe de Bosnie et il sépare la fédération de Bosnie-et-Herzégovine de la Croatie seulement de cinq kilomètres. De plus, la ville revint à la république serbe de Bosnie ce qui mécontenta la fédération de Bosnie-et-Herzégovine qui se vit privée du premier port du pays. Des casques bleus de la Forpronu furent alors maintenus sur place pour garantir la paix entre les différentes communautés.

Le contentieux territorial ne pouvant être réglé, le « Tribunal arbitral sur le différend relatif à la frontière entre les entités dans la région de Brčko » (Arbitral Tribunal for Dispute over Inter-Entity Boundary in Brcko Area en anglais) décida de la reconstitution de la municipalité de Brčko qui fut érigée en district le [2]. Cette solution fut désapprouvée par la république serbe de Bosnie car son territoire se retrouva coupé en deux et elle considéra le district de Brčko comme une violation des accords de Dayton.

Le , une annexe au rapport final définit la structure du gouvernement, le système judiciaire et pénal, l'éducation, la police, etc[3].

Le « district de Brčko » a été créé à l'issue d'un processus d'arbitrage mené par le Haut-Représentant ONU pour la Bosnie-Herzégovine. Dans le cadre des accords de paix de Dayton, cependant, le processus ne pouvait arbitrer que le différend sur la ligne frontalière entre les entités (border line). Le district de Brčko a été formé à partir de l'ensemble du territoire de l'ancienne municipalité de Brčko, dont 48 % (y compris la ville de Brčko) se trouvaient dans la Republika Srpska, tandis que 52 % se trouvaient dans la fédération de Bosnie-Herzégovine. Après la guerre, l'Union européenne a maintenu une présence diplomatique pour maintenir la paix dans la région.

En 2006, en vertu de l'ordre de mission de surveillance des Nations unies, toute «la législation sur l'entité dans le district de Brčko et la ligne frontalière» a été abolie. La résolution rendue par la superviseure de Brčko, Susan Johnson, supprime toutes les lois des entités fédérales de Bosnie-Herzégovine dans le district, ainsi que la frontière. La décision fait des lois du district et des lois de l'État de Bosnie-Herzégovine (y compris les lois de la république socialiste de Bosnie-Herzégovine) des principes juridiques de base dans le district.

Brčko était le seul élément de l'accord de paix de Dayton qui n'a pas été finalisé. La convention d'arbitrage a été finalisée en avril 1996 et a abouti à un « district » comme mentionné ci-dessus, administré par la représentation internationale, en la personne d'un ambassadeur nommé par une mission de l'OSCE.

Le premier représentant de l'OSCE pour le district de Brčko est arrivé en juin 1996. Avant cette date, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) avait à partir d'un modeste bureau de représentation, initialement dirigé par Randolph Hampton. Dans l'intervalle, avant que le district de Brčko ne puisse être représenté comme le stipulaient les accords post-arbitrage, des élections locales ont eu lieu et des aides humanitaires ont été fournies, avec la coopération des agences. USAID et ECHO. Le district était connu comme le centre des différents programmes internationaux pour sa reconstruction et celle de la Bosnie-Herzégovine, tous dirigés pour la plupart par des gouvernements étrangers, en particulier les États-Unis.Pour une histoire du district de Brčko depuis la fin du Guerre de Bosnie en 1995, voir Matthew Parish, une ville libre dans les Balkans : reconstruire une société divisée en Bosnie

La zone était initialement administrée par la communauté internationale. Le district de Brčko a été officiellement créé le 8 mars 2000, après qu'il soit devenu clair que les deux entités ne pouvaient pas s'entendre sur la zone à attribuer à chaque partie. Le gouvernement est composé à parts égales des trois groupes ethniques. En plus de sa propre administration, la région a son propre bureau de poste, son droit fiscal et sa police.

Jusqu'en août 2012, les élus locaux étaient assistés d'un superviseur international. Le superviseur était investi de pouvoirs étendus, y compris le pouvoir d'annoncer des décisions contraignantes. Il était chargé de faciliter le retour des réfugiés, de promouvoir un gouvernement démocratique et multiethnique et de relancer l'économie. L'OSCE et l'EUFOR ont maintenu leur présence dans le district après la suspension de la surveillance et la délégation de l'Union européenne a établi un bureau à Brčko. Le mandat du Haut Représentant est resté inchangé.

Statut modifier

Le district de Brčko possède un statut administratif particulier : indépendant des deux entités de Bosnie-Herzégovine, il est géré par le maire de Brčko et le superviseur international mandaté par l'ONU dépendant du haut représentant international en Bosnie-Herzégovine.

Afin de respecter une impartialité totale entre les trois principaux peuples du district (les Bosniaques, les Serbes et les Croates), le tribunal arbitral décida que les langues officielles seraient le bosnien, le croate et le serbe, que les alphabets cyrillique et latin seraient en vigueur, que le drapeau et les armoiries du district seraient ceux de la Bosnie-Herzégovine[4].

Population modifier

 
Carte géo-administrative du district de Brčko.
 
Lignes frontalières de Dayton avant la formation du district de Brčko
1971
La population était de 74 771 habitants, répartis comme suit :
1991
Avant la guerre, la Commune de Brčko comptait 87 332 habitants, dont :
1997
La population du territoire de l'arrondissement est au nombre de 33 623 habitants, dont :
2006
La population du district était estimée à 78 863 habitants, répartis comme suit :
2013
  • Bosniaque - 35381 (42,36 %)
  • Serbes - 28884 (34,58 %)
  • Croates - 17252 (20,66 %)
  • autres nationalités - 1 899 (2,28 %)
Recensement de 1961
Recensement de 1971
Recensement de 1981
Recensement de 1991
Recensement de 2013

Il n'y a pas eu de recensement officiel depuis 1991, donc certaines des données rapportées ici ne sont que des estimations.

L'article 3 des statuts du district précise qu'« il n'y aura pas de drapeau et d'armoiries pour le District autres que le drapeau et les armoiries de la Bosnie-Herzégovine ».

Localités modifier

Le district de Brčko compte 59 localités :

Démographie modifier

Évolution historique de la population dans le district modifier

En 1991, Brčko était encore officiellement une municipalité.

Évolution démographique
1961 1971 1981 1991 2013
61 86274 77182 76887 62793 028

Répartition de la population par nationalités dans le district (1991) modifier

En 1991, sur un total de 87 627 habitants, la population se répartissait de la manière suivante :

Nationalité Nombre %
Bosniaques (ou «Musulmans») 38 617 44,06
Croates 22 252 25,39
Serbes 18 128 20,68
Yougoslaves 5 731 6,54
Inconnus/Autres 2 899 3,33[5]

En 1991, 47,25 % de la population résidait dans la ville de Brčko elle-même.

Lors de la période où la municipalité s'est retrouvée partagée en deux, les Serbes constituaient 97,5 % de la population de la ville de Brčko, dont les trois-quarts étaient des réfugiés[6].

Gouvernement et politique modifier

Il y a 29 sièges à l'Assemblée du district de Brčko. Les sièges sont répartis comme suit pour chaque parti :

Par ethnie :

Par sexe :

  • 27 hommes
  • 2 femmes

Superviseurs modifier

Un « superviseur international » a été nommé pour le district de Brčko. Il est également Haut Représentant adjoint. Ce poste a été suspendu en 2012. Les superviseurs suivants ont exercé ce poste :

  1.   USA Robert William Farrand, -
  2.   USA Gary L. Matthews, -
  3.   GER Gerhard Sontheim, - (intérimaire)
  4.   USA Henry Lee Clarke, -
  5.   GER Gerhard Sontheim, - (intérimaire)
  6.   USA Susan Rockwell Johnson, -
  7.   USA Raffi Gregorian, -
  8.   GER Gerhard Sontheim, - (intérimaire)
  9.   USA Roderick Moore, - ?

Maires modifier

Les maires suivants étaient au pouvoir dans le district:

  1. Miodrag Pajić (Serbe) 1993 -
  2. Borko Reljić (Serbe) -
  3. Sinisa Kisić (Serbe) -
  4. Ivan Krndelj (croate) -
  5. Branko Damjanac (Serbe) -
  6. Mirsad Djapo (bosniaque) -
  7. Dragan Pajić (Serbe) - ?

Personnalités modifier

Tourisme modifier

Notes et références modifier

  1. (bs) « Census of population - Preliminary results for the Brcko District »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], sur fzs.ba, Agence de statistiques de Bosnie-et-Herzégovine (consulté le ).
  2. Rapport final sur le statut de Brčko
  3. Annexe du rapport final sur le statut de Brčko
  4. Statut de Brčko
  5. (bs + hr + sr) « Composition nationale de la population - Résultats de la République par municipalités et localités », Bulletin statistique, Sarajevo, Publication de l'Institut national de statistique de Bosnie-Herzégovine, no 234,‎ .
  6. Informations générales sur le district de Brčko

Articles connexes modifier

Liens externes modifier