Ouvrir le menu principal

Le dispensationalisme est une doctrine du christianisme évangélique fondée sur une interprétation biblique de l’histoire qui étudie la façon dont Dieu administre souverainement son règne sur le monde pour atteindre progressivement son objectif. En tant que système doctrinal, il est exposé dans les écrits de John Nelson Darby et développé dans le mouvement évangélique et conservateur des Assemblées de Frères, et popularisé par les commentaires bibliques de Cyrus Scofield.

Le dispensationalisme propose une interprétation du livre de l'Apocalypse non plus comme un compte d'événements passés (le prétérisme), mais comme des prédictions de l'avenir[1].

HistoireModifier

Le prédicateur John Nelson Darby des Assemblées de Frères est à l'origine de la systématisation et de la diffusion de cette doctrine[2]. Cependant, il se peut qu'il ne soit pas à l'origine des idées dispensationalistes. À l'origine du dispensationalisme, on peut citer également des auteurs plus récents comme :

  1. Pierre Poiret, mystique et philosophe français (1616-1719), publia L’Économie divine, pour la première fois à Amsterdam en 1687. Cet ouvrage important fut ensuite traduit en anglais et publié en six volumes à Londres en 1713. Chacun des six volumes est consacré à une « économie » ou dispensation particulière.
  2. En 1699, John Edwards (1639-1716), pasteur calviniste de l’Église anglicane, publia deux volumes intitulés "A Complete History or Survey of All the Dispensations". Dans ces livres, son but était « de montrer toutes les transactions de la providence divine par rapport à la religion, depuis la création jusqu’à la fin du monde ».
  3. Isaac Watts (1674-1748) était un théologien dont les écrits remplissent six gros volumes. Dans un essai de quarante pages intitulé "The Harmony of All the Religions which God ever Prescribed to Men and all its Dispensations towards them", il définit son concept des dispensations.

John Nelson Darby est également connu comme traducteur de la Bible en plusieurs langues. Cyrus Ingerson Scofield s'inspira de la Bible Darby pour parvenir à la Bible annotée (par lui-même). Par ailleurs, plus récemment, Charles Caldwell Ryrie a vulgarisé cette doctrine dans les pays anglo-saxons.

En 2009, le nombre de chrétiens adhérant au dispensationalisme, uniquement aux États-Unis, est estimé entre 5 [3] et 40 millions[4],[5].

ConceptsModifier

Révélation progressiveModifier

La révélation progressive de Dieu depuis l'époque d'Adam jusqu'à celle de Jésus-Christ amène les dispensationalistes à opérer certaines distinctions dans la portée actuelle des différents textes de la Bible[6]. En effet, les dispensations permettent de définir des phases assez distinctes dans la révélation divine. Cependant, d’après les dispensationalistes, ces étapes ne sont pas de simples périodes temporelles dans la révélation de l’alliance de la grâce, mais plutôt des régimes nettement distincts dans la direction divine des affaires du monde.

Le dispensationalisme se base essentiellement sur trois éléments[7] :

  1. La reconnaissance d’une distinction entre Israël et l’Église,
  2. Le principe d’une interprétation littérale de la Bible,
  3. L’idée selon laquelle le dessein fondamental de Dieu concerne sa propre gloire (doxologie) tout autant que le salut de l’humanité (sotériologie).

Interprétation historico-grammaticaleModifier

Distinction entre Israël-Nation et l’Église-Corps du ChristModifier

Les 7 dispensationsModifier

On appelle « dispensation » un temps pendant lequel l’homme est éprouvé en fonction de son obéissance à une révélation spécifique de la volonté de Dieu[8]. Le dispensationalisme définit 7 grandes phases dans l'histoire de l'humanité caractérisées par un certain type de relations entre Dieu et l'Homme.

Ces 7 périodes sont [9]:

  1. L'innocence : Adam et Ève avant leur chute
  2. La conscience : L’homme devient pécheur et doit rendre des comptes à Dieu
  3. Le gouvernement humain : À partir du déluge, Dieu donne une organisation politique à l’humanité
  4. Le règne des patriarches (ou la promesse) : Abraham, Dieu promet la bénédiction à celui qui croit en lui
  5. La loi : Dieu fait alliance avec Israël pour son bien et la bénédiction des nations
  6. L'Église: Dieu pardonne entièrement à celui qui croit en Jésus
  7. Le millenium : Jésus reviendra et règnera pendant 1000 ans de paix sur la terre

Le début d'une dispensation ne signifie pas forcément la fin de la précédente. Il résulte du dispensationalisme que chaque passage de la Bible doit être placé dans son contexte et ne s’applique littéralement dans l'époque actuelle (la grâce) que s’il est confirmé par la doctrine chrétienne contenue dans les Actes des Apôtres et les épîtres.

Selon cette doctrine, le Christ reviendra à la fin des temps avec une série d'événements avant-coureurs (Enlèvement de l'Église, guerre, apparition d'un nouvel ordre politique et économique mondial, arrivée de l'Antéchrist, bataille d'Armageddon), et établira un règne de paix pendant mille ans, avant que ne vienne le jugement dernier.

Les âges de l'Église-Corps du ChristModifier

EschatologieModifier

InfluenceModifier

RéférencesModifier

  1. [Hasel, Gerhard, 1990, Crossroads in Prophetic Interpretation: Historicism versus Futurism (paper), Indianapolis, IN: World Ministers Council (July 3, 1990).]
  2. Ed Hindson, Dan Mitchell, The Popular Encyclopedia of Church History, Harvest House Publishers, USA, 2013, p. 119
  3. Stephen Spector, Evangelicals and Israel : The Story of American Christian Zionism, Oxford University Press, USA, 2009, p. 188, Estimation du nombre de chrétiens faisant partie du "noyau dur" du dispensationalisme aux États- Unis : 5 millions.
  4. Craig L. Blomberg, Sung Wook Chung, A Case for Historic Premillennialism, Baker Academic, USA, 2009, p. 28, Estimation du nombre de chrétiens adhérant au dispensationalisme aux États- Unis : 18-25 millions.
  5. Catherine Wessinger, The Oxford Handbook of Millennialism, Oxford University Press, USA, 2016, p. 515, Estimation du nombre de chrétiens adhérant au dispensationalisme aux États- Unis : environ 40 millions.
  6. Robert Boyd, Approaching the World's Religions, Volume 2: An Evangelical Theology of Religions, Volume 2, Wipf and Stock Publishers, USA, 2017, p. 179-180
  7. Ed Hindson, Ergun Caner, The Popular Encyclopedia of Apologetics: Surveying the Evidence for the Truth of Christianity, Harvest House Publishers, USA, 2008, p. 42
  8. « Le dispensationalisme —Hier et Aujourd'hui », Charles C. Ryrie, (consulté le 20 novembre 2013)
  9. Timothy J. Demy Ph.D., Paul R. Shockley Ph.D., Evangelical America: An Encyclopedia of Contemporary American Religious Culture, ABC-CLIO, USA, 2017, p. 100

BiographieModifier

  • Gentry, Kenneth L., 1992, He Shall Have Dominion : A Postmillennial Eschatology, Tyler, TX: Institute of Christian Economics.
  • Kuen Alfred, 1997, Le labyrinthe du Millénium. Les doctrines de la fin des temps, Édition Emmaüs, Collection Doctrine, 200 pages (ISBN 9782828700638), site : http://www.alfredkuen.com/.
  • Blaising, Craig A. et Darrell L. Bock, 1993, Progressive Dispensationalism. Wheaton, IL: BridgePoint. (ISBN 1-56476-138-X).
  • Bateman, Herbert W. 1999, Three Central Issues in Contemporary Dispensationalism: A Comparison of Traditional and Progressive Views. Grand Rapids, MI: Kregel Publications (ISBN 0-8254-2062-8).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :