Discussion:Résistance des matériaux

Autres discussions [liste]
  • Admissibilité
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives
  • Commons
Ajouter une discussion

Théorie des poutres et résistance des matériauxModifier

Cet article doit développer la notion de critère de résistance. Toutes les hypothèses concernant la poutre (symétrie plane...) n'ont pas leur place ici (l'article poutre est là pour ça).Le matériau est donc au coeur de l'article, et les comportements sont variés. Les domaines plastiques et élastiques ne sont pas toujours "disposés" selon le cas de l'acier.Ruizo 28 février 2006 à 16:42 (CET)[répondre]

Effort de cohésionModifier

Ce qui est important dans le modèle poutre, ce n'est pas la longueur, mais l'astuce qui permet de rendre extérieur un effort qui serait intérieur autrement. C'est de l'isolement d'une partie du solide que nait ce joli tour de passe-passe. --Ruizo 7 mai 2006 à 05:02 (CEST)[répondre]

ProustModifier

PROUST ET LA RDM

Je me suis souvent demandé si Proust avait des connaissances en RDM ? J'ai posé la question sur un site littéraire. Le sujet a intrigué mais je n'ai pas la solution... http://www.etudes-litteraires.com/forum/sujet-86-proust-cote-chez-swann J'avais trouvé dans Du côté de chez Swann, « Noms de pays : le nom », une image étonnante : "Contrainte interne d'un pli mental".

C'est une expression employée en résistance des matériaux, si on retire le mot "mental".

Proust avait-il connaissance de cette science ?


Frydman Charles

HistoireModifier

j'ajoute ce jour un chapitre "histoire". Sources

  • Premier cours de RDM donné par F. Wöhler en 1842" --> source cours de M. Chargelègue, ENISE 1976
  • Donné à Göttingen : recherche personnelle sur Internet.

Je n'ai pas le temps d'effectuer des recherches plus approfondies, en contactant l'université de Göttingen pour retrouver l'information de première main. M Chargelègue lui-même, que j'ai contacté en 2006, m'a renvoyé sans autre précision à "courbe de Wöhler". Mais à chaque génération suffit sa peine : c'est à nous de prendre le relais. A chacun de nous. Bonne continuation aux personnes intéressées. Crocy 21 février 2007 à 06:43 (CET)[répondre]

GéniesModifier

(réponse à la question posée par Frydman Charles). Cher Monsieur, j'ai noté vos obserations aec le plus vif intérêt. Sachez que, en tant que mécanicien (professeur de construction), ouvert aux arts, aux lettres, et à l'histoire, j'avais déjà noté la nécessité d'établir un parallèle entre la performance de Proust et une certaine science.

  • vers les années 1633, on nous dit que Galilée définit cette science qu'il appelle la mécanique, ce à quoi il tente "avec moins de succès", d'établir les notions de RDM appelées par cette science dont j'ai dit plus haut qu'elle est certaine.
  • pour votre information, sachez que j'ai défini cette certitude par un principe nouveau baptisé PFC (principe fondamental de la construction)
  • De ce fait, vous pouvez en conclure justement que cette science est la science de la construction.
  • De même que la mécanique de Newton, fusion de l'astronomie et de la physique, rend ces matières obsolètes à partir de 1687, je dis aujourd'hui que la science de la construction rend la mécanique de Newton et celle de Wöhler obsolètes aussi.
  • Vu la propension d'une certaine médiocrité à s'infiltrer dans les rangs de l'autorité, qu'elle se propose de détourner à son seul profit, je crois à ce stade nécessaire de mettre en garde contre les conclusions hâtives qui pourraient consister à vouloir me faire dire ce que je n'ai pas dit, et réduire l'importance historique de nos pères, comme on l'a déjà vu trop souvent, notamment en ce qui concerne, de manière respective ; les contributions de Descartes, méprisées par l'intelligentsia avec l'alibi de celle de Newton ; et les contributions de Newton, méprisées par la même intelligentsia avec l'alibi de celle d'Einstein. Au total, j'invite la même intelligentsia à ne jamais oublier que Wöhler, auquel je viens de rendre homage en réhaussant l'article "RDM" de ce qui lui manquait le plus - sa source, est le père fondateur de cette science "intermédiarie" que je viens non de disqualifier mais d'intégrer dans une science nouvelle et plus grande qui est celle de la construction. Ce qu'il faut disqualifier, c'est l'intelligentsia qui ne rend hommage à Wöhler que pour la synthèse de l'urée en 1828, formulation étriquée du génie de wöhler, qui est probablement, dans la lignée de Descartes et Newton, le plus grand génie du 19° siècle. Peut-être faut-il ajouter Proust à cette liste de génies par-dessus les siècles : je vous en laisse juge. Permette-moi seulemnt de vous suggérer que si l'on élève Proust au rang mérité de génie uniersel, alors, il faut également rendre hommage à Geogres Dumézil pour avoir tenté d'imposer au 20° siècle, dans l'univers fumeux d'une sociologie rationnelle qui se redoute plus qu'elle ne se cherche, la rationalité du repère cartésien, que la même inteligentsia a finalement condescndu à considérer sous l'appelation non moins fabuleuse de "trifonctionnalité". Pierre-Richard Crocy Crocy 21 février 2007 à 07:06 (CET)[répondre]

FlexionModifier

Je pense que dans cette définition : "la contrainte de flexion est décrite avec le moment de flexion M_3 [N.m], la flèche x_2 [m] et le moment quadratique I_3 [m^4]" il y a une erreur, il ne s'agit pas de la "flèche" mais de la " distance à la fibre neutre" => Contrainte = Moment fléchissant / ( Moment quadratique/Distance à la fibre neutre )Aleg (d) 29 juillet 2008 à 14:10 (CEST)[répondre]

Hypothèses ?Modifier

Bonjour, je suis perplexe face à l'affirmation suivante :

Le matériau est :

  • élastique (le matériau reprend sa forme initiale instantanément après un cycle chargement déchargement),
  • linéaire (les déformations sont proportionnelles aux contraintes),
  • homogène (le matériau est de même nature dans toute sa masse),
  • isotrope (les propriétés du matériau sont identiques dans toutes les directions).

Ainsi, lorsque nous considérons :

  • les déformations plastiques ;
  • les non-linéarités (matérielles ou géométriques, telles que les instabilités) ;
  • des matériaux non homogènes, comme le béton armé ou des sections mixtes acier-béton ou bois-béton ;

nous sortons déjà du cadre de la RdM ? Je ne suis pas d'accord, ces hypothèses s'apparentent pour moi plus à la théorie de l'élasticité linéaire. Je pense qu'il faudrait préciser cela voire faire un tableau pour résumer les cadres d'application correspondant à (presque) chaque combinaison d'hypothèses. — Florian, le 25 décembre 2010 à 02:47 (CET)[répondre]

Bonjour, je pense qu'il s'agit d'un problème de définition du terme "RdM". Personne n'a jamais réussi à me le définir clairement. Personnellement je me cantonne aux expressions "théorie des poutres", "mécanique des structures", etc. et m'en porte bien ! Concernant les non-linéarités : la linéarité géométrique est imposée par l'hypothèse des petits déplacements, le principe de superposition est rendu possible grâce à l'hypothèse des petites déformations. La linéarité comportementale (ce que vous appelez "matérielle") est assurée par l'hypothèse d'élasticité linéaire qui me semble nécessaire pour établir les équations classiques. Je suis en revanche d'accord que les hypothèses d'homogénéité et d'isotropie sont trop restrictives.Anderstood (d) 24 octobre 2011 à 13:28 (CEST)[répondre]

Modification du titre "Principes fondamentaux de la théorie des poutres"Modifier

  • On peut se demander quel est le lien entre "théorie des poutres" et RdM.
  • Je ne pense pas qu'il faille parler de principes (à part pour le principe de Saint-Venant -- qui d'ailleurs est un théorème maintenant qu'il a été prouvé !) mais plutôt d'hypothèses. Par exemple pour la cinématique de Navier-Bernoulli. Je ne modifie pas l'article car je préfère avoir vos avis :) Anderstood (d) 24 octobre 2011 à 13:41 (CEST)[répondre]
Revenir à la page « Résistance des matériaux ».