Ouvrir le menu principal
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

DécentralisationModifier

ARGH !!!!
Tous les réseaux p2p ne sont pas décentralisés !!!

Tim


Je persiste, une erreur vient d'être restauré : la phrase disant que le P2P ce n'est pas du client/serveur est fausse. Au mieux si ma modif n'est pas intéressante, il faut supprimer la phrase.

Excuses moi de ne pas m'être justifié tout de suite, je viens de rétablir ta version.
C'est moi le coupable de cette erreur, si erreur il y a.
Les schémas client-serveur caractérisent des systèmes où les "participants" ne sont pas égaux, mais complémentaires. Le client demande au serveur, le serveur répond. Mais ce n'est pas suffisant. Il faut que les clients soient différents des serveurs (ce qui implique notamment le nombre supérieur des clients et la taille supérieure des serveurs) Sinon, trivialement, tout serait client-serveur, ce qui n'est pas le cas. L'article faisait appel justement à cette distinction plutôt subtile (P2P != client-serveur) tout en expliquant la dualité des servents.
Je cite le texte : "Ce logiciel, qui remplit alors à la fois les fonctions de client et de serveur, est appelé servent (de la contraction de "server" et de "client"), ou plus communément, mais de façon sémantiquement érronée, "client". "
On fait appel à des notions client-serveur, mais les communications dans des réseaux P2P n'entrent pas plus dans les schémas client-serveur que dans n'importe quels autres réseaux.
Athymik
c'est pas grave.
la définition d'un serveur, c'est un programme qui propose un service ou l'on peut se connecter, le client est le programme qui vient se connecter sur le serveur. Le fait de jouer les deux rôles ne change pas ces définition.
Le fait d'avoir un serveur Web sur son PC pendant la navigation ne change pas le fait de travailler en client serveur.
quand je télécharge quelque chose, je suis le client du serveur qui me fournis les données, bien que en même temps je puisse être le serveur de quelqu'un d'autre.
JMVF 31 aoû 2003 à 17:14 (CEST)
bien sûr ; le paradigme client serveur est élémentaire et se retrouve dans le P2P comme partout ailleurs. Mais les schémas client-serveurs "habituels", où bcp de clients se connectent à un gros serveur, pour centraliser l'information, faciliter les mises à jour, etc. n'ont rien à voir avec le P2P. Ce que l'article actuel n'explique pas (plus)... Athymik
ok la modif me va :) JMVF 31 aoû 2003 à 17:46 (CEST)
parfait ! Athymik


Peer to peer ou Poste à poste ?Modifier

Je n'avais jamais entendu le terme poste à poste avant! Je pense qu'on dit peer to peer en francais et rien d'autre. Je vote pour ce nom. (D'ailleurs, dans l'article, il est écrit P2P partout. Quel lecteur inexpérimenté peut comprendre le rapport avec poste à poste? Roffetn2 1 sep 2004 à 10:01 (CEST)

Non, on dit « peer-to-peer » en anglais. C'est de l'à-plat-ventrisme que de gober le terme sans chercher à se l'approprier. Pour la terminologie, voir la fiche de l'OLF : http://w3.olf.gouv.qc.ca/terminologie/fiches/8872410.htm

Historiquement, les mots étrangers sont toujours soit traduits/remplacés par leur forme équivalente française, soit ils sont gardés mais leur prononciation et graphie se francisent. Une exemple classique est la Koenigsmark, un type de grande épée à deux mains allemande; en français, ça a donné Colichemarde. En sens inverse, les allemands on fait de pain pour Nicole leur Pumpernickel (anecdote napoléonienne).

Donc on peut soit traduire Peer-to-peer en Poste-à-poste, soit en franciser l'écriture en Piretoupire. Franchement, je préfère la première option car son étymologie reste claire.
Urhixidur 15 sep 2004 à 04:54 (CEST)
Tu sorts cette traduction "poste à poste" d'un site canadien. Je ne suis pas né de la dernière pluie, mais je ne l'avais jamais entendue avant! Est-ce que le Wikipédia FR doit prendre les expressions canadiennes quand elles sont inconnues des français? Je ne suis pas pour. Ni pour l'inverse d'ailleurs. Y a t'il déjà eu une débat sur le sujet?
Même si je n'aime pas bien, il m'est déjà arrivé d'entendre par contre le terme "pair à pair".
Ceci dit, quel est le problème que le terme vienne de l'anglais? On dit bien "week-end" en français et cela ne pose de problèmes à personnes!
Et puis comme je le disais plus haut, le néofite qui va lire l'article ne va pas comprendre de quoi ça parle, car le texte ne parle que de "P2P" et non de "poste à poste". Ca ne fait pas très sérieux. Ne changer que le titre, et pas le texte lui-même, je trouve que c'est plus perturbant qu'autre chose. Roffetn2 15 sep 2004 à 08:15 (CEST)
Euh, je croyais que j'étais sur le wikipédia francophone, mais apparemment je suis sur le wikipedia français ;)) Aboumael 3 mars 2006 à 14:44 (CET)
C'est que nous québecois sommes conscients de la menace anglo-américaine beaucoup plus que les français (je suis loin d'être le seul à soutenir ce point de vue, des deux côtés de l'Atlantique). Nous avons devancé les instances françaises en terminologie de façon systématique depuis des décennies; un exemple récent est « courriel ». Et ici on ne dit « week-end » qu'au journal télévisé (parce qu'ils cherchent à faire du « français international » !!) --dans le langage populaire, on dit « fin de semaine ». Bref, l'adoption de termes anglais tels quels dérange car nous sommes conscients que ce serait le début de la pente glissante menant à l'assimilation.
Une expression canadienne ne devrait pas déplacer une française, bien entendu : ça reste un canadianisme. Je n'ai aucune hésitation, cependant, à déplacer une expression anglaise.
Ceci dit, tu as raison que le texte devrait être modifié quelque peu, ce que je vais faire derechef.
Urhixidur 15 sep 2004 à 19:07 (CEST)
Bon si tu y tiens. En tous cas, les dernières modifications sont une bonne chose je pense. Roffetn2 6 oct 2004 à 18:43 (CEST)
Si on veut absolument franciser le terme, j'ai plus souvent entendu "pair à pair" que "poste à poste"
elg 9 février 2006 à 09:11 (CET)

bon j'en ai eu marre (de cette conv de troll)... j'ai mis tout le monde d'accord en rajoutant Point-to-Point ... de toute facon ils l'ont décrit comme cela aussi sur le wiki anglais

Je ne suis pas sûr que cela ait mis tout le monde d'accord mais je vois le principe.;)
Toutefois, s'il faut adopter un terme, je pense que le terme pair-à-pair est plus adapté, comme le précise elg.
Pair-à-pair permet en effet de faire passer même aux plus jeunes le principe d'égalité des machines dans le système, tout en restant relativement proche de peer-to-peer pour ne pas perdre les personnes qui ont plus entendu le terme anglais. C'est en effet une encyclopédie qui doit rester accessible à tous, d'ailleurs, un paragraphe en intro pour rappeler l'origine de cette nomination peut être utile, votre débat en montre tout l'intérêt. --- Lupin 15 juin 2006 à 15:30 (CEST)
Le vocabulaire utilisé en France dans la communauté scientifique est pair-à-pair. C'est le terme qui me semble donc le plus adapté par rapport à des anglicisime ou des canadianisme comme l'a dit Urhixidur ci-dessus. Sauf avis contraire, il faudra donc refaire une passe là-dessus.--- Lupin 6 mars 2007 à 16:35 (CET)
Et c'est parti pour une nouvelle couche. Pair-à-pair me semble effectivement bien plus approprié, en l'occurrence, puisque c'est le terme que j'emploie pour désigner tant le concept que les réseaux et surtout (parce que dans le fond, mon utilisation à moi, on s'en fiche) parce que c'est celui que j'ai entendu employé par des spécialistes du domaine.
Cependant, je ne peux pas argumenter beaucoup plus qu'en disant que, d'après Google, le terme pair à pair apparaît quelques milliers de fois sur le domaine inria.fr là ou le terme poste à poste n'apparaît que quatre fois. Et Dieu sait que les arguments du type nombre de résultats Google sont douteux. La même recherche sur le domaine umontreal.ca (les informaticiens canadiens pourront probablement me diriger vers un site plus approprié) donne le terme poste à poste plus fréquent, mais dans un rapport bien moindre (6 pair pour 17 poste).
La seule autre remarque que je peux faire sur le sujet est l'existence d'un projet PairAPair, toujours à l'Inria.
Quoi qu'il en soit, le terme en:point to point est, en anglais, en rapport avec un grand nombre de choses (dont le PPP en informatique), mais en aucun cas aux réseaux P2P. Je le supprime donc sans (trop) tarder. Die Mensch-Maschine 25 avril 2007 à 03:04 (CEST), un brin insomniaque.
Je confirme et sur-confirme : point à point existe tout à fait dans mon cour de reseau(en français de Paris) et ça n'a rien à voir. Ca corespond à la couche de liaison (grosso modo, la connexion entre 2 routeurs adjacents). --Madlozoz 25 avril 2007 à 22:04 (CEST)
Le renommage que je proposais est effectivement confirmé par une majorité de chercheurs français du domaine, qu'il s'agisse d'enseignant-chercheurs universitaires, ou des chercheurs dorganismes de recherche comme le CNRS ou l'INRIA. Je fais donc les modifs qui s'imposent.--- Lupin 6 août 2007 à 09:07 (CEST)

P2P AnonymeModifier

Il faudrait une traduction du P2P anonyme du wikipedia anglophone : http://en.wikipedia.org/wiki/Anonymous_P2P

manque de liens internesModifier

Je suis pas calée en informatique, mais il ne manque pas un peu de liens internes? J'ai voulu en rajouté un au début (et d'ailleurs, je l'ai fait), mais je me rends compte qu'il en manque un peu partout! J'aurais bien voulu comprendre jusqu'au bout cet article... Aurélie A. 17 juillet 2005 à 18:38 (CEST)


Légalité -> Reproduction et partage de produits culturels sans accord des ayant droitsModifier

Cet article faisait un peu doublon avec P2P, donc j'ai déplacé une grosse partie de cet article ici (tout ce qui fait référence à la technique et à l'histoire du P2P). C'est bien sùr à intégrer et à modifier si besoin est.

Par contre, tout ce qui concerne l'aspect légal du partage de produits sous copyright devra désormais être développé sur Reproduction et partage de produits culturels sans accord des ayant droits.
IP anonyme 28 août 2005 à 16:21 (CEST)

A propos de la lutte des MajorsModifier

La distribution de "Fakes" est assez courante. Certains artistes vont même jusqu'à créer des versions modifiées de leurs chansons (Daft Punk notament distribuait des chansons avec des paroles modifiers accusants les téléchargeurs). Certains utilisateur de p2p prétendent aussi que certains Virus lancé sur les réseaux seraient l'oeuvre de maisons de production. Mais cela n'est pas avérer et ils peuvent aussi bien être l'oeuvre de programeurs voulant tester leurs inventions.

la couche de p2pModifier

je traite un sujet concernant le p2p et je n'arrive pas à le situer dans les 7 couches du modèle OSI

Cela dépend de ce que tu fais exactement: quelles fonctionnalités des couches OSI utilises-tu ? A priori, si c'est du partage de fichiers comme la plus connue des applications du pair-à-pair, c'est de couche application (7), comme FTP, HTTP, DNS, etc.
Certains protocoles peuvent appartenir à une couche plus basse, en redéfinissant les fonctionnalités réseau (couche 3) ou transport (couche 4) par exemple. --- Lupin 15 juin 2006 à 15:01 (CEST)

Lien externe mortModifier

Bonjour,

Pendant plusieurs vérifications automatiques, et dans le cadre du projet correction des liens externes un lien était indisponible.

Merci de vérifier si il est bien indisponible et de le remplacer par une version archivée par Internet Archive si c'est le cas. Vous pouvez avoir plus d'informations sur la manière de faire ceci ici. Si le lien est disponible, merci de l'indiquer sur cette page, pour permettre l'amélioration du robot. Les erreurs rapportées sont :

Eskimbot 1 février 2006 à 00:18 (CET)

BUZZeeBeeModifier

Je viens de créer l'article ci-dessous mais je suis bien incapable d'apporter la moindre explication technique.... comment ça marche ??? briling 30 mai 2006 à 16:14 (CEST)

Avec 20 000 occurrences sur Google, BUZZeeBee semble promis à devenir la nouvelle coqueluche du monde des peer-to-peer. Nul risque d'amende pour transmission de musique ou de vidéos copyrightés : seuls peuvent transiter via ce système les messages de pur texte, style SMS, envoyés et reçus anonymement.

Même si un ordinateur allumé sur le périphérique parisien peut théoriquement atteindre de nombreux Users, le risque de spam est habituellement limité par la faible portée (quelques dizaines de mètres) propre à la technologie Bluetooth ou Wi-Fi et, en cas d'overdose, il suffit de clore l'application d'où les messages à échanger sont automatiquement éjectés après vingt-quatre heures.

Lien externeModifier

site officiel et téléchargement

Normes et notationsModifier

Sur la notation, il faudrait se fixer pour être clair et ne pas utiliser plusieurs mots pour désigner la même chose. Après parcours de la littérature spécialisée, voici quelques propositions.

Faire une différence entre un système pair-à-pair et un réseau pair-à-pair:

  • le terme de système pair-à-pair permet de nommer un ensemble constitué d'utilisateurs (en nombre pas forcément défini mais plutôt de manière générale), du protocole qui leur permet de communiquer (Gnutella, BitTorrent, CAN, etc.), et du fonctionnement du protocole entre ces machines;
  • le terme de réseau pair-à-pair permet de désigner les machines et leur interconnexion à un moment donné, avec un nombre défini de machines/utilisateurs.

Le terme nœud permet de désigner le logiciel présent sur une machine, donc souvent un utilisateur (mais possiblement plusieurs).

Le terme de lien désigne une connexion (souvent TCP) entre deux nœuds.

Le terme de ressource ou d' objet pour ce qui est partagé dans un système pair-à-pair: puissance de calcul (XtremWeb, un peu comme SETI@home mais où tout le monde peut proposer un calcul), fichiers (Gnutella et tant d'autres), services (DNS). Ma préférence va à objet, car ressource peut faire référence aux ressources d'une machine (puissance du processeur, mémoire, espace disque, etc.)

Dans la suite, je vais utiliser ces termes pour éviter toute ambiguïté (ce n'est donc pas une tentative d'imposer quoique ce soit).--- Lupin 15 juin 2006 à 17:38 (CEST)


Ça donnerait le résumé suivant:

Le terme poste à poste est une traduction (initialement adoptée au Canada) de l'anglais Peer-to-Peer (ou aussi Point-to-Point), laquelle est souvent abrégée P2P. On peut aussi traduire par « pair-à-pair » ou « égal-à-égal ».
  • Le terme de système pair-à-pair permet de nommer un ensemble constitué d'utilisateurs (en nombre pas forcément défini ni fixe, mais plutôt de manière générale), du protocole qui leur permet de communiquer (Gnutella, BitTorrent, CAN, etc.), et du fonctionnement du protocole entre ces machines;
  • Le terme de réseau pair-à-pair permet de désigner les machines et leur interconnexion à un moment donné, avec un nombre défini de machines/utilisateurs.
Le terme nœud permet de désigner le logiciel présent sur une machine, donc souvent un utilisateur (mais possiblement plusieurs).
Le terme de lien désigne une connexion (souvent TCP) entre deux nœuds.
Le terme d'objet désigne ce qui est partagé dans un système pair-à-pair:
  • puissance de calcul (XtremWeb, un peu comme SETI@home mais où tout le monde peut proposer un calcul);
  • fichiers (Gnutella et tant d'autres);
  • services (DNS);
  • etc.
Dans un système pair-à-pair, les nœuds ne jouent pas exclusivement les rôles de client ou de serveur mais peuvent assurer parallèlement les deux fonctions. Ils sont en effet simultanément clients et serveurs des autres nœuds du réseau, contrairement aux systèmes de type client-serveur. Ils jouent aussi le rôle de routeur, en passant les messages de recherche voire les données vers leur(s) destinataire(s).
--- Lupin 6 juillet 2006 à 20:24 (CEST)

IntroductionModifier

Dans cette intro, on trouve des trucs un peu trop grandiloquents qui n'ont pas leur place dans une encyclopédie je pense, il faudrait je pense retravailler ces phrases. Il faudrait aussi distinguer le côté théorique et l'application en pratique. Quelques propositions suivent...

Par exemple Les technologies P2P se sont d'ailleurs montrées si efficaces que le P2P est considéré par certains comme l'étape ultime « de la liberté et de la démocratie » sur Internet. Sans aller jusque-là, on considère souvent que le P2P porte (et est porté par) une philosophie de partage et un profond esprit communautaire. alors qu'on ne dit pas de quelle efficacité il s'agit, et que la philosophie reste un point de vue très personnel (vu le nombre d'utilisateurs égoïstes (ou free-riders). Cette phrase pourrait avantageusement être remplacée par quelque chose comme

Le pair-à-pair permet à chaque participant au système de proposer des ressources aux autres participants tout en accédant aux ressources disponibles dans le réseau.

Techniquement, le P2P a fait sauter une restriction importante des machines centralisées : avant lui, plus un contenu devenait populaire, moins le serveur en devenait accessible pour des raisons de saturation. Avec le P2P, l'augmentation du succès d'un contenu se traduit par une augmentation de facilité de son chargement. Cette notion se nomme en anglais scalability. Cela concerne les ressources réplicables, comme les fichiers (application la plus connue actuellement), il faut le préciser. De plus, certains protocoles ne tirent pas parti de cette réplication. Ce n'est donc pas un avantage commun à tous les systèmes pair-à-pair. Enfin, on parle de passage à l'échelle pour scalability, mais ce n'est pas la même chose que la réplication des fichiers. J'aurais tendance à remplacer par

Le pair-à-pair a permis une décentralisation des réseaux en permettant à tous de jouer le rôle de client et serveur. En particulier, les systèmes de partage de fichiers permettent d'avoir des objets d'autant plus disponbiles qu'ils sont populaires, et donc répliqués sur des nœuds. Cela permet alors de diminuer la charge imposée aux nœuds partageant les fichies populaires, ce qui facilite l'augmentation du nombre de nœuds donc de fichiers dans le réseau, aussi appelé passage à l'échelle.


Je remplacerais L'accès à un réseau P2P nécessite l'utilisation d'un logiciel particulier. Ce logiciel, qui remplit alors à la fois les fonctions de client et de serveur, est parfois appelé servent (de la contraction de « serveur » et de « client »), ou plus communément, mais de façon exagérément réductrice, « client » . par

L'utilisation d'un système pair-à-pair nécessite l'utilisation d'un logiciel particulier. Ce logiciel, qui remplit alors à la fois les fonctions de client et de serveur, est parfois appelé servent (de la contraction de « serveur » et de « client » dûe à Gnutella), ou plus communément, mais de façon réductrice, « client ». C'est là l'origine du terme pair ou peer que l'on trouve dans pair-à-pair: les communications et les échanges se font entre des nœuds qui ont la même responsabilité dans le réseau.

Enfin, j'ajouterais un paragraphe du style:

Les systèmes pair-à-pair ont fait leur entrée dans Internet par la petite porte mais de manière remarquée: en effet, de grosses compagnies de distribution multimédia les accusent de servir essentiellement à la distribution de fichiers multimédias sans respect des droits d'auteurs ou de copies.

Cela introduirait un paragraphe Contexte de l'utilisation du pair-à-pair afin de distinguer le technique du social. --- Lupin 15 juin 2006 à 17:47 (CEST)

shareModifier

N'est-il pas un peu trop fait l'éloge, non pas des réseaux cryptés et anonymes en général mais du programme "d'avenir" Share, surtout au regard des nombreux défauts mentionnés sur sa page, et de l'apparente complexité d'utilisation. Ajouts partisans? Fanzago 30 octobre 2006 à 21:41 (CET)

ApproximationsModifier

Je trouve l'ensemble de l'article très orienté. Par exemple: l'anonymat serait gage de sécurité, il

" peut poser des problèmes éthiques et juridiques (...) mais garantit une sécurité maximale."

Or l'anonymat ne sécurise rien, il ne fait que dissimuler des indentifications... ah mais oui sécurité pour ceux dont être identifié (par la police) représente une menace. En revanche l'anonymat ne sécurise rien en terme de virus, fakes, spam,...

Bref. Globalement je trouve le style redondant et imprécis, très peu encyclopédique. Je fais une modidification: dans la phrase

"Depuis plusieurs années, et plus particulièrement depuis 2005, tout internaute doté d'une connexion avec une bande passante suffisante peut télécharger des médias depuis Internet."

J'enlève [et plus particulièrement depuis 2005, ] dont je ne vois pas du tout la raison d'être. Personellement j'ai téléchargé des médias vers 1994 (sur BBS pour ceux qui se souviennent) et l'article dit ensuite que l'essor du peer-to-peer se fait avec Napster en 1999.

Les BBS n'étaient pas vraiment du pair-à-pair au sens système décentralisé de recherche. Comme le ftp qui existait bien avant, mais qui ne comporte pas de recherche. Dans u système pair-à-pair, je dirais que la recherche représente l'essentiel, la récupération de la donnée (ou son utilisation dans des systèmes de partage de temps de calcul) peut se faire par d'autres protocoles. L'essentiel est la mise à disposition et la recherche d'objets partagés. Toutefois, , le 2005 est faux effectivement, l'arrivées des premiers systèmes pair-à-pair date de juin 1999 avec Napster, premier système décentralisé (en terme de récupération de donnée) ou mars 2000 si on considère le premier système totalement décentralisé tant pour la récupération de données que la recherche (Gnutella). --- Lupin 12 janvier 2007 à 13:43 (CET)

J'ai aussi accordé "couplé" dans la partie KaZaA avec "possibilité" -> couplée.

Vi, pour ça, pas besoin de demander. ;)--- Lupin 12 janvier 2007 à 13:43 (CET)

Dites-moi si vous n'êtes pas d'accord ? --JackAttack 12 janvier 2007 à 11:12 (CET)

Avec quoi ? L'orientation ? Oui, et orienté aussi très militant, ce qui n'est pas le but d'une encyclopédie... Proposes tes modifs ici puis une fois validées (ou passé un mois ;)) entérine les).--- Lupin 22 février 2007 à 17:12 (CET)

Plan et organisation de l'article: technique/sociologiqueModifier

Dans cet article, on trouve deux parties, une clairement technique, et la seconde beaucoup plus sociologique. Elles ne peuvent être dissociées car elles sont liées (la technique se développe selon les observations de comportements des utilisateurs, la centralisation a tendance à ne plus avoir le vent en poupe à cause de problème de confiance par exemple). Toutefois, elles gagneraient à être mieux identifiées, il faudrait pour cela éviter de trop les mélanger.--- Lupin 6 mars 2007 à 16:40 (CET)

Par ailleurs, il y a beaucoup trop de sections pour que l'article soit lisible. Il faut rediscuter le plan sous peine d'obtenir un article illisible et à jeter, ce qui serait dommage pour ceux qui y ont investi du temps et ceux qui cherchent de l'information.

  • Tout d'abord, toute la partie contexte d'arrivée pourrait être redirigée vers l'histoire d'Internet (après avoir complété cet article, sans pour autant donner trop de place au pair-à-pair dans ces dernières années).
  • Ensuite, il faut séparer selon moi la partie technique du contexte sociologique, ainsi, selon ce que l'utilisateur cherche, il pourra arriver directement et facilement à l'information. Cela ne signifie pas ne pas faire de liens entre les deux ou ne pas mentionner le contexte socio dans une partie technique, mais il faut le limiter au minimum nécessaire à la compréhension (et ne pas trop se répéter).--- Lupin 6 mars 2007 à 16:56 (CET)

Après avoir lu les informations précieuses et la syntétisation (synthèse j'imagine) de Celestus, j'ai ôté les parties non sourcées, fausses, ou non encyclopédique. J'avais indiqué en résumé les raisons mais cela ne semble pas clair, je reprend donc le temps d'expliquer ici (j'ai aussi envoyé sur la page de Celestus). Non le recopiage d'un exposé n'a pas sa place dans une encyclopédie, or ici, les perspectives et même la présence d'une conclusion montrent qu'il s'agit d'un recopiage. Pourquoi pas si cela était adapté à l'encyclopédie et que l'auteur était d'accord. Mais nonobstant la seconde partie, ce contenu n'est pas encyclopédique, quelques exemples:

  1. on ne va pas refaire l'histoire d'Internet à chaque article qui a un rapport avec une application qui l'utilise, d'où l'effacement de la première partie;
  2. trop simplifier le vocabulaire n'est pas non plus une idée qui facilite la lecture, surtout quand ce que l'on obtiend est faux ou moins clair: technologie pair-à-pair centralisée est bien moins clair que moteur de recherche centralisé, d'autant que nulle part n'est définie ce qu'est une technologie pair-à-pair (pour la bonne et simple raison que terme bien que joli n'a pas de sens, il ne s'agit pas d'une technologie). De même pour l'utilisation de une élite de connaisseurs qui n'est pas très encyclopédique;
  3. l'utilisation d'un plan clair est un atout pour la compréhension, or présenter un par un les différents systèmes connus fait croire à des architectures foncièrement différentes, ce qui n'st pas le cas, d'où le changement de plan et la complétion de l'article avec ce qu'il manquait;
  4. le passage sur les équipes de crackers est sans rapport car cela existait bien avant le pair-à-pair d'où sa suppression;
  5. la séparation en aspects techniques/sociologiques est là pour séparer des faits que tu n'avances pas de manière étayée contrairement aux aspects techniques appuyés par plusieurs contributions scientifiques. C'est pourquoi la séparation dans le plan permet au moins de distinguer les deux parties, en attendant l'annonce d'articles ou de faits appuyants la partie socio (je parle de contributions utilisables et non de tout le monde sait que) ou leur effacement;
  6. la génération anonyme et cryptée est le paragraphe le plus faux et approximatif de l'article. On y va de l'annonce pipeau (aucune garantie dans ces systèmes, c'est une revendication tout au plus) au parti-pris (surtout dans le cas de Waste);
  7. Nous avons donc pu constater que l’histoire du téléchargement de médias sur Internet a été rythmée par... cette partie repompée achève de décrédibiliser cet article. Encore une fois, il ne s'agit pas d'un exposé d'école mais d'un article encyclopédique;
  8. Le terme de majors a été avantageusement changé par le terme entreprise pour donner une définition plus précise ce que se doit d'être une encyclopédie;
  9. la proclamation que seuls les logiciels libre(s) subsistent, en plus de ressembler à de l'annonce de jeune linuxien est encore une fois fausse: c'est le fait que le protocole soit ouverte et non que le logiciel à la base soit ouvert qui aide à la subsistance du système.
  10. enfin, la dernière comparaison confond pêle-mêle interface et technique, langue et language de programmation, bref, absolument pas clair. Ce type de comparatif doit être cité en référence éventuellement, il ne s'agit pas d'un fait mais d'une citation. Par ailleurs, cela n'apporte pas grand chose car cela mélange tout. L'envolée sur ANTS non étayée est du même acabit en pire. De tels parti-pris sont à banir d'une encyclopédie !

En espérant avoir expliqué clairement les raisons pour lesquelles j'ai effectué ces modifications.--- Lupin 4 décembre 2007 à 01:59 (CET)

Je recopie ici la discussion que nous avons eu en privé avec Celestus afin de permettre à tous de contribuer...--- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)

Salut à toi. Je voudrais juste t'expliquer ma position concernant la page P2P, et les raisons qui m'ont poussées à éditer ta page.
Tout d'abord, cette page a été crée et entretenue par pas mal de membre de la communauté de Ratiatum, ce sont eux-aussi qui la tienne à jour. Pour ma part je suis dessus depuis 2005, je connais très bien le P2P vu que je code un peu pour I2P (quand c'est possible), donc je ne suis pas un néophyte, et il ne s'agit en rien d'un recopiage.
Pour ma part, je suis Ratiatum depuis 2002 ou 2003 (je ne sais plus trop) et je travaille dans le pair-à-pair depuis cette période. Je connais donc un peu le sujet aussi. ;)
Pour le recopiage, c'est ce que laisse à penser les conclusions/perspectives. --- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)
Tu comprendras que l'on ne peut donc sourcer toutes les affirmations (on n'écrit pas de publications scientifiques pour affirmer nos tests), il faut informer parfois avec son propre savoir. De plus, mon français n'est guère meilleur que le tiens et mon article n'était guère plus sourcé, il serait donc sympathique d'éviter les attaques personnelles. Concernant les affirmations fausses, j'aimerais savoir de quoi tu parles, tu as l'air de ne pas trop mal t'y connaître, tu sembles avoir quelques bases, donc si tu trouve que quelque chose est faux, merci de le corriger au lieu de le supprimer.
C'est ce que je me suis efforcé de faire, intégrant beaucoup de l'historique en aspect sociologique et ajoutant un aspect technique qui restait trop superficiel par rapport à cet aspect socio.--- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)
Je ne suis pas un sectaire, j'accepte tout à fait que tu modifies l'article, ce qui dérange, c'est que tu changes complètement le plan pour le remplacer par deux gros pavés complètement indigestes à lire, bourrés de notions incompréhensibles pour un néophyte, sans aucun lien, ce qui rend au final l'article aussi lourd à lire que du Zola.
La plupart de ces notions ont été intégrées en début d'article. Il s'agit entre autres de la notation que l'on trouve dans les publication scientifiques.--- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)
Il faut bien que tu gardes à l'esprit que les gens qui visitent cette page n'auront pas tes notions en terme d'informatique et réseau. Néanmoins j'ai apprécié tes modifications, c'est pour cette raison que j'ai préféré intégrer ton article plutôt que de révoquer, et ça m'a pris environ 3h.
Je tiens tout de même à te rappeler que Wikipedia est un travail communautaire, il ne s'agit pas de refondre l'article à toi tout seul. Même si 81.80.120.149, un boulet de Rata, a effacé ta partie (j'ai l'intention de révoquer puis concilier), il n'a pas tort, tu n'es pas le seul à ajouter des briques à cette pages et à imposer ta marche à suivre.
Tu noteras que la page de discussion est bien vide, et je l'ai utilisé pleinement avant bien des modifications. Toutefois, tu verras aussi que d'autres personnes se plaignent du contenu parti-pris...--- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)
1 - Pour internet, j'ai pensé qu'un rappel historique serait sympa, je vais donc raccourcir et mettre un lien vers la page internet.
À la limite, l'intégration d'un lien vers l'histoire d'Internet permettrait au lecteur désirant approfondir sa connaissance de le faire tout en maintenant l'article lisible et clair.--- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)
2 - 4 - Pour les "élites", c'est vrai que c'est con, et c'est pas de moi, pour les crackers, j'ai effectivement cracké... ^^ Je vais virer tout ça...
Je n'ai pas dit que les modif étaient de toi, j'expliquais simplement le pourquoi de chacun de mes modif. Pas d'attaques perso dans modifs. ;)--- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)
3 - 5 - Je suis d'accord avec toi pour le plan, l'article a prit de l'embonpoint au fil des éditions et le plan est à refaire, mais il faut un plan qui puisse évoluer au fil des générations.
Axer le plan sur l'aspect technique/sociologique et mettre les époques en sous-parties n'est pas la meilleure solution, mieux vaut l'axer sur l'historique puis mettre les aspects technique en sous-partie, car les aspects peuvent changer d'un logiciel à l'autre. Cette séparation technique/sociologique est néanmoins pertinente, je l'ai donc conservée en sous-partie.
Je n'ai pas placé les époques en sous-parties: l'évolution vers des systèmes de plus en plus décentralisés s'est faite via plusieurs systèmes mais dans l'ordre chronologique. Toutefois, placer des systèmes ayant la même architecture (centralisée/semi-centralisée/décentralisée) dans des parties différentes sous-entend qu'on fait un article historique et non technique. Il y aurait trop de redondance à effectuer un article historique et un technique, et la base d'une encyclopédie est d'expliquer le technique (voir l'origine de l'encyclopédie des Lumières), c'est pourquoi il est nécessaire d'effectuer un changement de plan.--- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)
6 - Concernant le P2P ananyme et crypté, je suis très attaché à cette partie. Wikipedia n'est pas seulement une encyclopédie, c'est aussi un moyen de publicité, qu'on le veuille ou non. Nous avons établit un classement des logiciels P3P après beaucoup de testes afin de déterminer le meilleur, ANTs et RShare arrivant en tête (je suppose que ce n'était pas de Waste dont tu voulais parler). Bien sûr que c'est du parti pris, mais c'est temporaire, le temps que ça se développe et que le P2P anonyme ne remplace le P2P actuel. Après on virera le détail. Ca fait des années que nous soutenons cet article, on ne va pas le laisser moisir comme ça.
La différence entre une encyclopédie et Ratiatum, l'un précise des faits et l'autre défend une communauté. Ce n'est pas une relation de concucrrence mais les deux ne sont pas totalement compatibles. Tout parti-pris doit être évité dans une encyclopédie. De même qu'un avis d'une entreprise expliquant le que le pair-à-pair ne sert qu'au piratage et fait chuter leur activité serait supprimé car aucune source n'a réussi à le prouver cette chute (le premier argument étant fallacieux). De tels parti-pris, même saupoudrés, décrédibilisent la totalité de l'article aux yeux du lecteur (qui n'est pas un imbécile, s'il voit un paragraphe parti-pris, et qu'il ne connait pas le reste, il peut considérer par précaution que la totalité de l'article est de même).--- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)
Maintenant si je ne mets pas de sources pour affirmer la suprématie de ANTs, c'est parce que je récuse à mettre des sources de forums comme de blogs, comme les créateurs de wikipedia l'ont demandé. Navré, mais encore une fois, les testeurs ne font pas de publications scientifiques.
Certes, mais un comparatif qui considère à la fois des paramètres plus ou moins techniques (bien que je n'ai pas vu ici de comparatif réellement technique) et des aspects plus irrationnels (interace, langue de l'interface, etc.) n'est pas une comparatif raisonnable. Ne pas faire de lien vers un blof ou un forum est demandé par les wikipedia, mais c'est encore pire d'intégrer des textes provenant de tels sites: cela prend de la place (l'intérêt des références est de ne pas recopier) et cela intègre des sources considérées comme non fiables voire parti-pris à un contenu encyclopédique qui doit être tout sauf cela.--- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)
Pareil, si tu trouves que quelque chose est "faux" ou "approximatif" dans le paragraphe, j'aimerais bien savoir quoi, soit plus précis. Si tu as une autre analyse des algorithmes de cryptage et de transfert à nous soumettre qui prouve que ANTs et RShare ne sont pas les plus sécurisés et les meilleurs, vas-y, j'ai grand hâte de constater ta maîtrise de la prog.
Il y a ici confusion entre programmation et algorithmique, et entre chiffrage et décryptage, c'est de ce genre d'approximation que je parlais par exemple. Le paragraphe sur l'anonymat est par exemple bourré de redondance, expliquant plusieurs fois ce qu'est l'anonymat et comment on y parviens,
Je continue sur ta question concernant les logiciels évalués présentés: Stealthnet, ANTS, et Rshare ne donnent aucune présentation poussée de leur protocole, MUTE ne donne plus accès à son protocole (pas de manière directe sur le site en tout cas, et j'avais regardé il y a quelques années, ce n'était déjà pas convaincant). Il est donc impossible d'évaluer leur infaillibilité, contrairement par exemple à Freenet. Par ailleurs, des systèmes basés sur des communautés ne peuvent se revendiquer anonymes car les échanges répétés avec une personne et ce en étant conscient qu'il s'agit de la même personne permettent de l'identifier plus aisément. On sent qu'ils ont fortement inspirés de Freenet sans pour autant pouvoir évaluer leur fonctionnement. Encore une fois, il y a une différence entre un comparatif empirique et un comparatif scientifique--- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)


7 - "Nous avons donc pu constater que l’histoire du téléchargement de médias sur Internet a été rythmée par..." => Ce n'est pas de moi. C'est vrai, tu as raison, c'est lourd.
8 - Concernant le terme "major", je le garde, c'est un terme agrée qui désigne une filiale ou branche de multinationale dans le secteur de l'édition/production de média (JV, musique, cinéma, etc.). C'est un terme plus précis qu'"entreprise", terme beaucoup trop vague, ce que se doit d'être une encyclopédie, on est d'accord. Major Major de la musique Major du cinéma
Si ce n'est que ce terme est anglais et cette encyclopédie est francophone. Par ailleurs, il est aussi possible d'effectuer un lien vers Major si vous craigniez réellement que le lecteur s' perde.
9 - Le P2P représente une perte considérable pour les majors, 50% de pertes d'actions pour 2007, donc si, seul le P2P totalement open-source subsiste parce que c'est le seul qui ne soit pas attaquable juridiquement. => Dans le P2P, si, c'est vrai, seul le libre complet survit. Que le logiciel soit ouvert permet sa survie, le protocole ne suffit pas. Tant qu'il y a un acteur à la barre à condamner, le logiciel reste susceptible de tomber, et un logiciel libre qui exploite le même protocole prend dans ce cas sa place. Tu n'as qu'à me donner un contre exemple populaire, je n'en connais aucun (il y en a mais ils sont ridiculement peu répandus), par contre, je te citerai Share, dernier en date ayant pâti de ce problème.
je prendrais les exemples de Napster et OpenNap, eDonkey et eMule, ou DirectConnect et DC++. 3 logiciels qui ont fait subsister le protocole alors que le logiciel de base n'était pas libre. À noter que Kademlia est à la base un article scientifique qui a permis la naissance d'un protocole ouvert. Dans tous les cas, c'est le fait que le protocole soit ouvert qui permet de créer un logiciel libre derrière pour l'exploiter. Ça n'est pas rabaisser le libre mais éviter le prosélytisme.--- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)
En conclusion :
Je vais donc partir de ton article, fragmenter le plan pour le rendre plus clair, et rajouter les modifications que je trouve absentes.
Maintenant merci à toi de ne pas oublier que Wikipedia est un travail communautaire. Quand je me fais chier pendant 3 heures à intégrer ton travail et celui d'une communauté, tu es prié de ne pas supprimer d'un trait tout mon boulot. On appel ça le respect du travail d'autrui, c'est l'une des bases de la sociabilité. Celestus 4 décembre 2007 à 15:51 (CET)
Encore une fois, j'ai précisé en résumé les raisons pour lesquelles j'ai effectué ces modif. Note aussi que la page de discussion a rarement été utilisée par votre groupe ratiatum (comment discutez-vous des modif à effectuer ? entre vous ?). Le contenu de l'article contient trop d'emphase, on ne raconte pas une histoire mais on explique le fonctionnement du pair-à-pair, avec éventuellement un rappel son évolution afin de comprendre comment ont été résolus les différents problèmes. La présence de perspectives et des conclusions sont tout sauf encyclopédiques, jette un oeil aux articles considérés comme bien écrits pour t'en convaincre.--- Lupin 4 décembre 2007 à 19:26 (CET)


En l'absence de réponse, dois-je considérer que je peux corriger sans que cela ne pose problème ?--- Lupin (d) 6 décembre 2007 à 16:31 (CET)

Après Réflexion, une chose importante qui me gêne est que les parties que j'ai placé dans aspects sociologiques ne concernent que les échanges de contenu multimédia (comme dit ci-dessous), or cela donne l'impression que c'est la seule chose à laquelle servent les systèmes pair-à-pair, ce qui est faux. Techniquement évidemment, mais aussi contextuellement car skype, par exemple, utilise ces systèmes. Il faut donc séparer de peur ne de laisser une image incorrecte au lecteur concernant les systèmes pair-à-pair en distinguant 1°) aspect technique 2°) aspect application (et ne pas se limiter aux échanges de multimedia).--- Lupin (d) 7 décembre 2007 à 15:51 (CET)


Voici les parties qui doivent passer en aspect applications: Précédents historiques, Les acteurs, Les médias téléchargés et le rappel sur l’apparition du World Wide Web, à mettre dans une partie que l'on pourrait nommer Partage de contenus multimédia (le rappel pourra se transformer en lien vers
Article détaillé : Histoire d'Internet.
, inutile de réinventer la roue ici).
Les parties que j'ai abusivement nommé aspect sociologique devrait être renommées Aspect applicatif.
BitTorrent n'est pas un moteur semi-décentralisé mais centralisé, seul le téléchargement est décentralisé, il est donc plus similaire à Napster. Son intérêt réside dans la politique de partionnement et d'envoi des blocs.
Le P3P est un néologisme et en faire une partie séparée n'est pas logique, il s'agit comme dit au dessus par Celestus d'une publicité déguisée. Les informations qui y sont présentes devraient être replacées dans les paragraphes qui correspondent (ajout d'une partie dans les architectures décentralisées éventuellement). L'ajout d'une couche de chiffrement n'a rien a voir avec l'évolution de l'architecture du réseau, que ce soit dans le temps ou vers plus de décentralisation. Il s'agit de réseau décentralisés donc à placer dans les réseaux dcentralisés. Le comparatif n'ayant rien d'encyclopédique (comparatif empirique basé sur des propriétés non comparables: complexité de l'interface, langue, évlution, réputation, ), il ne me semble donc pas avoir sa place ici, ni même un lien vers ce comparatif tiré d'un forum.
Les paragraphes architectures centralisés/décentralisés sont redondants avec ceux placés ci-dessus et devraient y être fusionnés.
L'aspect légal aurait tout sa place en partie aspect application.
Le paragraphe limitations fait penser à un comparatif ou un exposé, le contenu est une reprise d'éléments déjà présents ailleurs ou trop vagues.
La paragraphe perspectives fait penser à une conclusion d'exposé et n'a pas sa place dans un article encyclopédique.
La (très) longue liste des applications clientes pair-à-pair par protocole gagneraient à être soit clarifiée (mettre une partie de plan pour chaque protocole est illisible).
Il faut vérifier les liens car certains ne mènent plus nulle part.
Je laisse passer quelque temps avant de passer aux modifications. --- Lupin (d) 11 décembre 2007 à 19:50 (CET)

Grabit?Modifier

Que viens faire Grabit dans les P2P? Surtout qu'il n'est même pas le + utilisé pour les news, alors pourquoi venir le citer dans les P2P? -- Daxorp

Complètement d'accord. Il y a confusion ici entre pair-à-pair et méthode de récupération de contenu multimédia (qui ne représente qu'une partie du pair-à-pair) --- Lupin (d) 7 décembre 2007 à 15:19 (CET)

P3P=erreurModifier

L'utilisation du terme P3P me semble une erreur car c'est un standard qui n'a rien à voir avec le P2P. Il vaudrait mieux utiliser le terme P2P privé.Alterte (d)

Comme dit au dessus, c'est effectivement un néologisme qui sous-entend une évolution importante du pair-à-pair alors que l'architecture n'évolue pas vraiment non plus, tout en restant décentralisé. J'attend encore un peu avant d'effectuer les modif qui s'imposent. --- Lupin (d) 13 décembre 2007 à 12:28 (CET)

Pair à pairModifier

Le titre de cet article est vraiment l'un des plus drôles de la wikipedia. Quels sont les petits rigolos qui ont décidé de traduire comme des bourrins ce terme anglais... Parce que si c'est pour éviter un anglicisme c'est une tentative ratéé et ridicule. Ne pourrait-on pas éviter le pédantisme linguistiques qui pour éviter les mauvais termes anglais (PAS BIEN L'ANGLAIS PAS BIEN) se contente d'enlever la terminaison ou pire (too pire) de traduire au pied de la lettre, comme c'est le cas ici... En tout cas j'ai bien ri, mais ce n'est pas ces tentatives pathétiques qui vont sauver une langue par ailleurs nullement menacée. --84.97.206.110 (d) 4 février 2008 à 19:07 (CET)

Sur la forme de ton message, je te propose de jeter un oeil à la discution ci-dessus (2 Peer to peer ou Poste à poste ?) et de faire preuve de plus de respect vis-à-vis des personnes qui débattent ici. Sur le fond, autant une traduction mot-à-mot ne semble pas adaptée lorsque le même mot à des sens différents en anglais et en français, autant il ne constitue pas ici un non-sens puisque le réseau est créé entre des entités qui ont les mêmes responsabilités, donc des pairs ou des égaux. L'utilisation de pair-à-pair par rapport à égal-à-égal (que l'on trouve parfois) permet de se faire comprendre de plus de personnes du fait de la similitude avec le terme anglais.--- Lupin (d) 11 février 2008 à 13:31 (CET)
Je soutiens totalement la remarque de l'IP sur le fond. Il n'y a pas à discuter de savoir si "Pair-à-pair" est plus approprié, ou si le sens est différent, ou je ne sais quoi. Il y a un fait : l'expression "pair à pair" est inusitée en français, un point c'est tout. Donc il faut renommer l'article en Peer-to-peer. --Don Camillo (d) 4 mars 2008 à 13:38 (CET)
Pas d'accord. Le terme pair à pair est tout à fait utilisé. peut être pas chez les geeks mais dans le milieu de la recherche en france, c'est courant, voir [1], [2], [3], etc... Sylenius (d) 4 mars 2008 à 14:28 (CET)
Je suis loin d'être un geek, jusqu'à ce jour je n'avais jamais entendu l'expression "pair-à-pair"... en tout cas, d'après saint Google, même en français, peer-to-peer est beaucoup plus utilisé que pair-à-pair. On peut tout à fait indiquer que telle Académie ou tel organisme recommande l'emploi de l'expression "pair-à-pair". L'usage le plus courant reste, de très loin, peer-to-peer. --Don Camillo (d) 4 mars 2008 à 14:56 (CET)
C'est pas si évident que ça. Moi j'entend bien plus pair à pair que peer to peer, par exemple. Les liens que je donne ne sont pas des recommendations ou tentatives de francisation, mais bien des exemples d'usage, qui plus est dans un milieu où les anglicismes sont omniprésents. Je note aussi que des médias généralistes ou blogs utilisent aussi la terminologie: [4], [5] [6], mais peut être moins en effet. En tout cas, l'usage dans le milieu scientifique semble plutôt d'utiliser pair à pair, cette francisation n'est donc pas si abusive/ridicule que cela. Sylenius (d) 4 mars 2008 à 20:26 (CET)
L'usage dans le milieu scientifique? mais c'est l'usage dans le grand public qui compte! Et Peer-to-peer est largement majoritaire. Je n'ai jamais entendu parler de pair à pair non plus. --Guil2027 (d) 13 mars 2008 à 01:00 (CET)
Nous écrivons un article dans une encyclopédie francophone, donc l'article, en particulier le titre, doit être un terme français. À partir du moment où une redirection est effectuée pour les autres termes utilisés, aucune crainte à avoir pour ceux qui utilisent un autre terme.--- Lupin (d) 4 juin 2008 à 20:03 (CEST)

Article décevantModifier

Un titre un peu provoc pour une critique que j'espère constructive...

Je suis étudiant en informatique et je m'intéresse aux applications réparties et en particulier au pair à pair. Cet article ne m'a quasiment rien appris sur le sujet. Voici plusieurs réflexion qui, je l'espère, vous permettront d'améliorer l'article (en attendant que j'en sois moi-même capable)

  • Tout d'abord les concepts techniques et scientifiques ne sont pas détachés de leurs mise en œuvre. J'aurai aimé une section entière qui explique les aspects scientifiques du problèmes (notions de parallélisme et de théorie des graphes (pour le plus simple)). On pourrait espérer aller jusqu'à la façon de déterminer les formules utilisées pour calculer le nombre de réplications nécessaires au bon fonctionnement d'un système.
  • Une section "technique" devrait expliquer les techniques exploitées : pourquoi et comment sont utilisées les table de hachage distribuées notamment.
  • Le découpage chronologique en génération est faux. L'article laisse penser que les réseaux chiffrés prennent le dessus alors que BitTorrent est toujours de loin le plus utilisé et rien ne laisse supposé que cette situation changera.
  • Il faut séparer les différents aspects clairement, la partie "Évolution" (~70% de l'article) est un entremêlement de considérations sur la technique, les usages, les applications, les logiciels utilisés, le droit, l'histoire du "partage des connaissances" etc.
  • La section perspectives ne parle même pas de la recherche (!). Nous avons pourtant plusieurs équipes, en France tout du moins, qui travaillent sur le sujet.
  • D'une façon générale, l'article n'apporte aucune culture quant à l'existant au niveau technique : il est très étonnant de ne voir aucune mention de Globus, World Community Grid, Mnet, Hadoop ou MapReduce et des système de fichiers distribués qui devraient être présentés et comparés...
  • L'article manque de recul (il parle beaucoup d'actulité et ne donne pas de vérité générales et immuables, ce qu'est le rôle d'une encyclopédie). Beaucoup de phrase comporte des références au temps présent ("Aujourd'hui...") ces phrases ne peuvent convenir au cadre encyclopédique : le jour où elles sont écrites, l'auteur doit savoir qu'elle sera peut-être fausse demain.
  • D'ailleurs l'article est vieillissant et cela se ressent particulièrement à cause de ce que j'explique au point précédent. Exemple : BitTorrent existe depuis 2002, que faut-il penser du titre de section « Un nouveau venu : BitTorrent »
  • D'une façon générale, l'article est évasif : le mot "certains" apparaît plus d'une dixaine de fois. Toujours pour décrire un groupe de personnes entre "tout le monde" et "quelqu'un".

Si vous voulez bien que je recycle l'article, je suis prêt à travailler sur un plan : je suis rôdé, j'ai des années de Wikibooks dans les doigts ;)... En tout cas merci pour tout le travail déjà accompli.

Sub (d) 5 octobre 2008 à 14:41 (CEST)

je ne connais rien au sujet, mais les critiques m'ont l'air constructives. Un détail tout de même: l'article est certainement pas mal visité par le grand public. Au minimum, l'introduction doit être compréhensible par des non-spécialites. Sinon: Go ! Sylenius (d) 5 octobre 2008 à 18:57 (CEST)
Voila, j'ai fait une refonte. J'ai déplacé beaucoup de contenu vers un nouvel article Partage de fichiers en pair à pair. J'ai peut-être pas fait le malin au niveau de la gestion d'historique... J'espère que ça va pas déclencher de foudre... Bien évidemment le tout est à retravailler mais je pense qu'on est maintenant sur une meilleure base Sub (d) 12 octobre 2008 à 16:20 (CEST)
Tu n'as pas respecté la procédure, tu seras donc pendu puis estranglé. Blague à part, c'est apparament comme ça qu'il faut faire, avec en plus le modèle {{auteurs crédités après scission|''nom de l'article A''|''date de la scission''}} en page de discussion de l'article où a été déplacé le contenu. à toute fin utile, je signale la page Aide:Scission.
Heu, c'est normal que dans le corps de l'article il reste une ligne qui indique: à fusionner avec ? Sylenius (d) 12 octobre 2008 à 21:06 (CEST)
Oui, la partie avant le "à fusionner avec" est de moi, celle qui est après l'ancienne. La mienne me semble mieux mais je ne veux pas supprimer le travail des autres de but en blanc. Si quelqu'un veut faire la fusion, qu'il la fasse. Si personne ne veut la faire, qu'on supprime la deuxième partie (ainsi, je n'aurai pas pris la décision seul). Sub (d) 12 octobre 2008 à 22:28 (CEST)

Seti@home, du peer to peer ?Modifier

Bonjour,

Je ne suis pas sûre du fait que le calcul distribué puisse être considéré comme du peer-to-peer. En effet les "pairs" dans ce cas ne communiquent pas entre eux, mais avec un serveur qui utilisent leurs ressources.

Voir l'article sur le p2p par Fabrice Schuller sur [developpez.com]. Cet article parle bien de calcul partagé dans la partie 6.1, mais pas du projet BOINC. Et du coup me vient une question: la grille du LHC, le W-LCG pourrait-elle être du peer-to-peer, du moins en partie (entre ses 11 noeuds principaux) ? --Numahel (d) 31 octobre 2008 à 23:03 (CET)

certes! Les clients peuvent éventuellement déléguer une partie du calcul à d'autre et ainsi devenir serveur, mais j'imagine mal un cas utile où la topologie ne serais pas un arbre. Et dans cette topologie, une feuille n'est pas l'égal d'une non-feuille. De toute façon, la finalité du calcul distribué est éminemment centralisée.
Boing permet à tout un chacun de "lancer" son calcul, mais ça me semble plus être une somme de calcul centralisée qu'autre chose. --Madlozoz (d) 1 novembre 2008 à 00:59 (CET)
Le calcul réparti peut bien être pair-à-pair, lorsqu'il permet aux utilisateurs de proposer des ressources et effectuer des calculs. Toutefois, Seti@hme ne permet que de proposer des ressources de calcul. Il s'agit donc bien de calcul réparti (comme dans une grille de calcul par exemple, c-à-d de calcul pouvant être réparti sur plusieurs machines) mais pas de calcul pair-à-pair car les utilisateurs ne peuvent proposer de calculs qui seraient effectués par d'autres utilisateurs. --- Lupin (d) 24 novembre 2010 à 15:14 (CET)

Décentralisé ou a-centré ?Modifier

Bonjour,

En lisant la section 5.1 (Évolution->Décentralisation), je constate la présence de "décentralisé" et "semi-centralisé".

Je me demandais s'il ne serait pas plus juste de parler de système décentralisé dans le cas de eDonkey (un serveur central, mais chacun peut créer le sien et se connecter au serveur de son choix), et de système a-centré pour Kademlia (aucun serveur, juste un amorçage depuis un noeud du réseau pour découvrir les autres), et bien sûr adapter cette nouvelle notation aux autres protocoles (que je ne connais pas suffisamment pour classer moi-même).

Par ailleurs, dans ce cas-là, ne faudrait-il pas aussi parler de ressources "distribuées" plutôt que "décentralisées", afin d'éviter la connotation "serveur central, mais je peux en monter un dans mon garage" ?

Rann42

Le principe de eDonkey repose sur un serveur, ce qui en fait un système centralisé. Toutefois, Kademlia est décentralisé puisqu'il ne repose, lui, sur aucun serveur.

Concernant le distribué, il sous-entend un distributeur. C'est donc un faux-ami anglais -distributed) dont la traduction en français est "décentralisé". --- Lupin (d) 24 novembre 2010 à 15:09 (CET)

"Plusieurs systèmes pair-à-pair sont proposés sous forme de réseau abstrait"Modifier

Je ne trouve pas cette phrase très claire. Ces "réseaux abstrait" désignent-t-ils des spécs ou des protocoles sans implémentation ou bien autre chose ?

Décentralisation > BittorrentModifier

Dans le tableau sur la décentralisation, il manque Bittorrent, qui est pourtant largement utilisé. Il faudrait l'ajouter.

Le réseau Bittorent est centralisé autour du tracker. Le client "Tribler" permet de décentraliser le réseau mais ce client est loin d'être courant dans l'usage de Bittorent.--Kwaencore (d) 24 février 2012 à 02:40 (CET)
Dans le protocole Bittorrent, un client peut mettre à disposition un bloc de données. Dans la plupart des protocoles implémentant un client, le logiciel client décide d'envoyer des blocs de données aux clients qui lui envoient des données. Le client officiel réserve de la bande passante pour envoyer à des clients au hasard, afin de permettre l'arrivée de nouveaux nœuds dans le réseau. On parle donc bien ici de protocole d'échange de données, le protocole de recherche de ces données n'est lui pas forcément pair-à-pair --- Lupin (discuter) 25 mai 2019 à 21:42 (CEST)

Seti@Home n'est pas du P2PModifier

Seti@Home n'est pas du P2P, c'est du calcul distribué. Il n'y a aucune communication entre les clients et ce que ce soit de manière directe ou indirecte. Le serveur donne des données à calculer aux clients qui envoient le résultat au serveur. Les clients n'ont jamais connaissance de l'existence de leurs pairs sur le réseau et ne communiquent jamais avec eux, ce n'est pas du p2p. Par conséquent Seti@Home n'a rien à faire dans cet article, sauf éventuellement pour expliquer pourquoi ce n'est pas du p2p. --Kwaencore (d) 24 février 2012 à 02:40 (CET)

Je suis d'accord, je pense que le rapprochement a été fait par rapport à l'idée de partager les ressources de nombreux petit clients mais ce n'est effectivement pas du p2p. –Akeron (d) 24 février 2012 à 12:05 (CET)

Liens internes vers des articles d’une autre langue, supprimésModifier

Bonjour, j'ai remarqué cette modification (suppression). C'est moi qui ajouté ces liens. Est-ce que ce n'est pas autorisé ? Est-ce qu'il y a un autre moyen de les indiquer ? --Dadu (discuter) 13 septembre 2013 à 13:49 (CEST)

La "liste de logiciels pair-à-pair" ne devrait pas se trouver dans cet articleModifier

La section "7 Liste de logiciels pair-à-pair" présente dans Pair à pair devrait plutôt se trouver dans l'article Partage de fichiers en pair à pair. Je vais peut-être m'y atteler. Les anglophones ont quand à eux un article dédié (+ un superbe tableau : en:Comparison of file sharing applications) en plus des 2 pages équivalentes aux pages francophones :

Appel à commentaires. --Dadu (discuter) 2 novembre 2013 à 10:03 (CET)

Ça na pas beaucoup changé en cinq ans et demi !   --Pierre de Lyon (discuter) 12 janvier 2019 à 17:35 (CET)

Logiciel vs protocoleModifier

Plutôt que de parler de logiciels pair-à-pair, il me semble que nous devrions parler de protocoles pair-à-pair. Peut--être devrions-nous aussi préférer protocole à architecture (logicielle) de --Pierre de Lyon (discuter) 12 janvier 2019 à 17:30 (CET)

On peut résumer en protocole pair-à-pair, mais parler de logiciel ne peut désigner que le logiciel client-serveur utilisé, ce qui a peu de sens effectivement.--- Lupin (discuter) 25 mai 2019 à 20:51 (CEST)
Revenir à la page « Pair à pair ».