Discussion:Histoire de l'intelligence artificielle

Dernier commentaire : il y a 2 mois par PIerre.Lescanne dans le sujet Anecdotique ou non ?
Autres discussions [liste]
  • Admissibilité
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives
  • Commons

Neutralité de point de vue modifier

L'article n'est pas assez neutre dans la présentation historique des faits. Il glorifie trop les chercheurs en intelligence artificielle comme des héros visionnaires incompris. Certes le rôle des financements est expliqué, mais les faibles retours financiers de la recherche en intelligence artificielle sont occultés. --Pierre de Lyon (d) 29 novembre 2012 à 09:48 (CET)Répondre[répondre]

Bonjour, en continuant ma traduction au fil de l'eau, je n'ai pas vraiment la même impression : on remarque les disputes entre différents courants, on note bien qu'il a fallu attendre les systèmes experts pour qu'enfin une application concrète arrive, mais avant tout, il s'agit également d'un (nouveau) champ de recherche fondamental, et à ce titre, les fonds sont toujours difficiles à obtenir car les cordons de la bourse sont tenus par des organisations dépendantes de gouvernements qui ont leur propre agenda (au sens neutre). Auriez-vous des exemples concrets que l'on puisse reformuler ? Entre-temps, je pense finir la traduction complète d'ici ce week-end. Xentyr (d) 29 novembre 2012 à 12:32 (CET)Répondre[répondre]
Prenons le projet japonais des ordinateurs de la cinquième génération. Le but était pour le Japon qui était surtout un pays où l'on faisait du matériel (hardware) de recoller le peloton mondial de tête en logiciel. Pourquoi le gouvernement japonais a-t-il choisi l'intelligence artificielle pour cela? Parce qu'il est plus facile à expliquer au grand public. Si l'on regarde ce qu'il est advenu de ce projet, on constate qu'il a été arrêté au moment où l'absence de résultats était devenue patente et qu'il n'en est rien ressorti en intelligence artificielle, mais qu'en revanche le Japon a développé un savoir-faire en logiciel. Donc sur ce projet précis, ma réponse est mitigée: on a déversé des sommes d'argents sur l'intelligence artificielle, mais ce qu'il en est sortie n'a été que quelques apports en informatique en général qui aurait pu aussi bien émerger si l'on avait donné cet argent directement à l'informatique. Pendant ce temps là, les américains créaient l'ordinateur individuel, Internet, RSA et continuaient a développer les ordinateurs de troisième génération.
L'article rouge sur le projet de 5e génération peut être créé à partir de la base existante en anglais, ce qui permettra d'y détailler les (maigres) résultats obtenus, la concurrence, le contexte, etc. mais ici, on est centré sur l'IA avec un axe historique. Le paragraphe en question met l'accent sur l'argent qui coule à flots pendant le 2nd boom, mais les résultats qui en découlent serviront de terreau au 2ème hiver et sont décrits quelques paragraphes plus bas.
Quant aux disputes entre courants, oui l'article en parle, mais les critiques les plus sévères de l'intelligence artificielle viennent de l'extérieur et ne sont pas mentionnées.
Critiques de quel ordre ? Quand les fonds sont coupés, c'est bien car les promesses ne sont pas tenues ? S'il y a des critiques majeures exterieures non mentionnées qui ont eu un impact historique sur l'I.A. et qui peuvent étayer le fait qu'aux yeux du grand public et du business, l'I.A. n'était plus en odeur de sainteté au point d'éviter son nom pour se faire financer (comme décrit dans l'article), toute précision sera bienvenue bien sûr.
L'intelligence artificielle est-elle un nouveau champ de la recherche fondamentale, une discipline de l'informatique ou des sciences de l'information et de la communication ou une recherche transdisciplinaire? --Pierre de Lyon (d) 30 novembre 2012 à 15:39 (CET)Répondre[répondre]
Même si j'ai envie de dire "les 3 à la fois" avec notre demi-siècle de recul, c'est plus dans l'article principal sur l'I.A. que dans un article historique que ces développements doivent apparaître, selon moi, mais je peux tout à fait me tromper. L'article initial a pris le parti de diviser en gros l'histoire récente de l'I.A. en grandes phases, l'excitation de la découverte, deux cycles d'espoirs déçus qui ont conduit enfin à "griller" l'I.A. à l'extérieur, et elle revient sur le devant de la scène par la petite porte. On ne jugeait pas, dans l'article de l'apport scientifique global, mais plutôt un déroulé historique centré sur une I.A. qui depuis le début n'a quasiment jamais parlé d'une seule voix. C'est pour ça que je ne comprends pas trop le sentiment général de "glorification" vu qu'au final, il n'y en a aucun qui a eu tout le temps raison, on sent les tâtonnements. Peut-être suis-je trop dans l'article anglais donc je vais laisser passer une, deux semaines avant de revenir dessus tête froide pour le relire d'un œil frais. :) Xentyr (d) 1 décembre 2012 à 01:38 (CET)Répondre[répondre]


Limites de la puissance de calcul modifier

  • Thèse : la puissance et la mémoire de l'époque étaient considérées à juste titre, comme un véritable frein à des applications pratiques, elles suffisaient à peine pour démontrer des modèles simplistes.
  • Ex1 sur la mémoire : quillian est limité dans sa démonstration sur le langage naturel à 20 mots, car la mémoire ne permet pas d'en mettre +
  • Ex2 sur la puissance : Moravec estime que la puissance n'a pas atteint un seuil critique et parle d'un facteur de plusieurs millions avant de faire quelque chose d'un peu intelligent.
    • analogie: Pour expliquer ce qu'il entend par seuil critique, il effectue une analogie avec les avions : si tu n'es pas assez puissant, tu roules, tu ne décolles jamais. Au-dessus du seuil, ça devient + facile. Idem pour l'I.A. d'après lui.
    • estimation : il estime que rien que pour égaler l'œil dans 2 domaines précis, la détection de contour, et de mouvement, il faudrait 1000MIPS
    • à l'époque : les ordis de l époque atteignaient péniblement 1MIPS, donc facteur 1000 estimé pour du traitement d'image basique, et facteur 10 par rapport à des superordinateurs Cray
    • fact checking : de nos jours, on oscille entre un facteur 10k et 1000k, uniquement pour ces 2 tâches simples! (donc très éloignées de l'intelligence)
  • => même la, il était encore largement trop optimiste dans la puissance nécessaire

Je réécrirai ce paragraphe dimanche au besoin, avant d'hiberner sur cet article pendant quelques jours. Xentyr (d) 1 décembre 2012 à 02:03 (CET)Répondre[répondre]

Comme l'a montré Cook, le problème de la puissance de calcul n'est pas un problème qui aurait été lié à une certaine période du développement de la science et aurait pu s'améliorer avec le temps. Le problème est intrinsèque. Les questions de l'intelligence artificielle sont fondamentalement difficiles et ne peuvent pas être résolues par une simple augmentation de la puissance de calcul. C'est pourquoi il faut insister dans l'article sur les critiques de l'intelligence artificielle provenant de l'extérieur. --Pierre de Lyon (d) 1 décembre 2012 à 13:48 (CET)Répondre[répondre]
Moravec n'a jamais indiqué que c'était une condition suffisante, mais qu'il y avait un minimum pré-requis, dont ils étaient bien loin à l'époque. Je suis tout à fait d'accord avec vous par ailleurs. Xentyr (d) 1 décembre 2012 à 14:01 (CET)Répondre[répondre]
Il faut veiller à ce que ce soit clairement dit pour ne pas induire le lecteur en erreur.--Pierre de Lyon (d) 1 décembre 2012 à 18:40 (CET)Répondre[répondre]
reformulé, et précision nécessaire/suffisant en note. Xentyr (d) 4 décembre 2012 à 12:00 (CET)Répondre[répondre]

Complétude NP modifier

Après relecture, je trouve le paragraphe un peu trop concis, avec un titre de section difficile d'accès pour les non-matheux. Voici la version originale pour comparaison :

« Intractability and the combinatorial explosion.

In 1972 Richard Karp (building on Stephen Cook's 1971 theorem) showed there are many problems that can probably only be solved in exponential time (in the size of the inputs). Finding optimal solutions to these problems requires unimaginable amounts of computer time except when the problems are trivial. This almost certainly meant that many of the "toy" solutions used by AI would probably never scale up into useful systems. » Qu'en pensez-vous ? Xentyr (d) 4 décembre 2012 à 12:00 (CET)Répondre[répondre]

Référence à Hawkins retirée modifier

Y a-t-il une raison particulière pour le retrait de cette référence ? Pour rappel (style à revoir), « Hawkins argumente que la recherche en réseau neuronal ignore les propriétés principales du cortex humain, préférant des modèles simples, pour résoudre des problèmes simples<ref>Hawkins et Blakeslee 2004</ref>. » Xentyr (d) 6 décembre 2012 à 18:43 (CET)Répondre[répondre]

J'ai retourné la phrase dans tous les sens pour essayer de voir si on pouvait lui donner un sens et je n'ai pas réussi. Alors j'ai fait ce que je fais dans ce cas, je la supprime en espérant que si la phrase est nécessaire, elle resurgira sous une forme compréhensible. --Pierre de Lyon (d) 6 décembre 2012 à 19:29 (CET)Répondre[répondre]


Pourquoi intégrer une section particulière dédiée à la France ? modifier

Ce n'est pas très universaliste, ne peut-on pas intégrer l'histoire de l'IA de l'hexagone dans les différentes sections, en fonction de l'apport global évidemment, quitte à revoir le plan ? Sinon, chaque pays va vouloir sa section et il n'y aura pas de vue globale. Xentyr (d) 7 décembre 2012 à 12:37 (CET)Répondre[répondre]

Tout simplement parce que l'article qui est essentiellement une traduction de l'article en anglais est évidemment orienté vers les États-Unis. On a ainsi l'impression que le seul pays où il s'est fait de l'intelligence artificielle est les États-Unis, avec une petite (petite) parenthèse pour le Japon. Que les américains le pensent, libre à eux. Hors de ce sujet, ce biais vers les États-Unis est un reproche classique à Wikipédia. Comme je lis l'anglais, je n'ai besoin d'une encyclopédie française que si elle traite d'aspects que les autres encyclopédies ne traitent pas et je m'imagine que les autres lecteurs francophones attendent la même chose. Ainsi, comment peut-on parler d'intelligence artificielle dans une encyclopédie francophone sans citer Pitrat et Colmerauer?
Donc oui, il faut une section sur l'intelligence artificielle en France (et pourquoi pas en Europe et en Asie) à la fin d'un article sur l'histoire de l'intelligence artificielle aux États-Unis. C'est l'article tel qu'il était avant l'ajout de cette section qui n'était pas universaliste. --Pierre de Lyon (d) 7 décembre 2012 à 17:05 (CET)Répondre[répondre]
Evidemment aujourd'hui en l état, l'orientation est biaisée vers les Etats-Unis, personne n'oserait l'évidence, ne serait-ce qu'en jetant un coup d'oeil aux sources. Mais un article qui traiterait des mathématiques d'abord traduit de l'anglais par exemple aurait un biais identique initial qui devra donc être neutralisé (et en sciences, pas besoin d'artifices marketing, les connaissances importent et ici les contextes aussi), ce qui ne sera pas le cas si on renforce un phénomène de silo géographique.
Si on commence avec la France, pourquoi pas une histoire de l'IA en Belgique, une histoire de l'IA au Canada, une histoire de l'IA en Russie ?... J'ai failli créé cet article en tant qu' Histoire de l'IA aux Etats-Unis mais je me suis ravisé justement pour qu'avec de multiples points de vue, la communauté arrive à le rendre + neutre car je crois en l'universalité des connaissances et pas à des chapelles nationales dans des domaines scientifiques durs où les origines des inventeurs, vulgarisateurs, financiers,… offrent un éclairage limité.
Pour revenir aux lecteurs francophones, ils s'attendent en venant sur un tel article à une vision globale encyclopédique de l' histoire de l'IA, pas à une vision morcelée par pays (on rajoute du biais au biais). Bien évidemment Pitrat est important, mais en l'état, même l'article qui lui est dédié est une bien triste ébauche sur Wikipedia. AMHA, on rendrait bien plus service aux résultats qu'il a apportés à cette science en les inscrivant dans l'histoire globalement (via des ajustements de plan et contenu progressifs), plutôt qu'en le coinçant dans une petite section en bas de page, dont le lecteur lambda aura du mal à jauger l'importance relative face aux autres avancées - ou contraintes, ou limites, etc.. Pour résumer mon point de vue qui peut-être ne transparaissait pas clairement dans ma première phrase, l'apport scientifique de la France mérite plus qu'une section, et la compétition entre pays sur ces champs modernes est aussi une info qui disparaîtrait de facto en se focalisant pays par pays.
Signé, un amateur de coqs.
L'hagiographie des étasuniens imprègne tellement l'article qu'il est difficile de le transformer en un article objectif. Parce que j'ai essayé, je ne suis pas sûr que nous y arriverons. --Pierre de Lyon (d) 7 décembre 2012 à 22:47 (CET)Répondre[répondre]
Cela fait plusieurs fois que vous parlez d'hagiographie sans préciser à quels moments la sainteté (de qui? de quoi?) transpirerait dans cet article. Les éloges ne sont pas vraiment nombreux, les critiques apparaissent également, les échecs, les trop naïfs, les effets balanciers des institutions, etc. Si des travaux majeurs sont omis, on peut les rajouter. Ce n'est pas la difficulté d'une tâche qui doit nous faire renoncer. Xentyr (d) 7 décembre 2012 à 23:50 (CET)Répondre[répondre]
A titre d'exemple, la phrase « Parmi les critiques de l'approche de McCarthy on trouve ses collègues à travers le pays  ». Quel pays au fait?--Pierre de Lyon (d) 7 décembre 2012 à 18:53 (CET)Répondre[répondre]
Le pays de McCarthy, par défaut, ça me semblait clair sur le moment, mais si ce n'est pas le cas, alors il faut ajouter cette précision. Xentyr (d) 7 décembre 2012 à 21:35 (CET)Répondre[répondre]
Addendum : par exemple, la dernière phrase rajoutée dans l'introduction brise le quatrième mur, ce qui rompt avec un style encyclopédique - on rentre ici dans l'académique ou l'essai - et aussi ajoute potentiellement un doute sur l'introduction elle-même. Xentyr (d) 7 décembre 2012 à 21:43 (CET)Répondre[répondre]
Je comprends, le « mur » serait l'océan atlantique, qui fait que l'intelligence artificielle ne peut être qu'étasunienne et que nous ne pourrions pas avoir une intelligence artificielle européenne. Sur ce point, Christopher Walther et moi avons déjà exprimé notre opinion dans un document:
  • Lescanne, P. and Walther, C. Automated Deduction as an International Discipline—An open letter to the president of CADE. In Association for Automated Reasoning Newsletter 35, (Dec. 1996).
qui s'opposait à l'idée que la déduction automatique (une branche de l'intelligence artificielle) ne serait qu'étasunienne, ce qui est exactement le contraire. Voir aussi
  • Donald W. Loveland: Automated deduction: achievements and future directions. Commun. ACM 43(11es): 10 (2000)
De toute façon, une encyclopédie qui ne présenterait que le point de vue d'un seul pays ne serait pas une encyclopédie. Je ne comprends donc pas la critique. --Pierre de Lyon (d) 7 décembre 2012 à 22:38 (CET)Répondre[répondre]
Non, le 4e mur, c'est le celui qui sépare l'œuvre du lecteur, auquel on ne s'adresse jamais dans une encyclopédie. :) Pour résumer, il faut rééquilibrer l'article, MAIS je pense que le faire à coup de sections nationales est la plus mauvaise des façons, vous restez du coup dans la guerre de clochers que vous semblez dénoncer. Tout comme il n'y a pas une science physique par pays, il y a une seule I.A., pas une I.A. des USA et une I.A. de la France. Une encyclopédie n'est pas non plus une juxtaposition de multiples points de vue. Xentyr (d) 7 décembre 2012 à 23:32 (CET)Répondre[répondre]
Si le biais de cet article est irrattrapable selon vous, renommez-le en Histoire de l'IA aux Etats-Unis, et ensuite, vous pouvez soit créer une Histoire de l'IA en France ou vous attaquer directement à un article universaliste de zéro : deux entrées distinctes me semblent plus pertinentes qu'un catalogue de pays sous une seule entrée. Xentyr (d) 7 décembre 2012 à 23:50 (CET)Répondre[répondre]

Mise à jour modifier

Cet article est très intéressant, en particulier les dents de scie des "engouements" et "hivers" de l'intelligence artificielle prouvent les enjeux mais aussi incertitudes de taille qui lui sont inhérents, et éclairent notre actualité. Or aucune mention n'est faite du nouvel engouement actuel qui est pourtant particulièrement puissant, comme des actualités récentes (AlphaGo, nouveaux acteurs avec les GAFA et enjeux industriels en général, termes de deep learning, reinforcement learning, nouvelles promesses d'une IAG, etc.). Il serait très bienvenu que l'article soit mis à jour par ses auteurs !! --Thomasdeneux (discuter) 14 mai 2018 à 16:49 (CEST)Répondre[répondre]

Merci de vos encouragements, mais les auteurs sont vous et nous. --Pierre de Lyon (discuter) 14 mai 2018 à 23:32 (CEST)Répondre[répondre]

Liens externes modifiés modifier

Bonjour aux contributeurs,

Je viens de modifier 4 lien(s) externe(s) sur Histoire de l'intelligence artificielle. Prenez le temps de vérifier ma modification. Si vous avez des questions, ou que vous voulez que le bot ignore le lien ou la page complète, lisez cette FaQ pour de plus amples informations. J'ai fait les changements suivants :

SVP, lisez la FaQ pour connaître les erreurs corrigées par le bot.

Cordialement.—InternetArchiveBot (Rapportez une erreur) 23 juillet 2018 à 16:18 (CEST)Répondre[répondre]

Anecdotique ou non ? modifier

J'ai personnellement l'impression que le contenu de la section "Redéfinition dans les années 2020" est assez anecdotique. Pas sûr que ces définitions soient si novatrices ou aient tellement marqué l'histoire. Qu'en pensez-vous ? Alenoach (discuter) 12 décembre 2023 à 00:58 (CET)Répondre[répondre]

Je suis d'accord. De plus, c'est un fatras, mal rédigé. --Pierre Lescanne (discuter) 16 décembre 2023 à 11:24 (CET)Répondre[répondre]
Revenir à la page « Histoire de l'intelligence artificielle ».