Ouvrir le menu principal
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives


Sommaire

Effets potentiellement négatifs de la contraceptionModifier

Mon paragraphe ayant été entièrement annulé, je me permets de le remettre ici, histoire que je ne l'aie pas fait pour rien :

La contraception serait responsable de certains problèmes inattendus : une étude récente a démontré que la pilule altérait la perception par les femmes d'un partenaire génétiquement compatible[1]. La contraception serait également responsable d'une augmentation de la présence d'hormones œstrogènes dans la nature, amenant à des problèmes de féminisation, de dévirilisation et de malformations chez la totalité des espèces animales, pouvant à terme nuire de façon radicale à l'écosystème[2].

  1. http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20080813.OBS7275/la_pilule_influencerait_le_choix_du_partenaire.html
  2. http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=44513

C'est certes récent, mais ça se base quand même sur des sources sérieuses. L'avenir nous dira si elles sont eu raison.

A noter que je ne suis ni un religieux intégriste, ni un anti-contraception ;-) Je m'interroge simplement sur ces potentiels problèmes révélés il y a peu.


BlanckedModifier

Dans l'espèce humaine, la contraception est généralement bien admise, hormis des cas particuliers.

blanked statement :-) trop flou.

techniquesModifier

Techniquement, certaines méthodes de contraception relèvent en fait de l'avortement très précoce (le stérilet, le "R.U. 486"), en empêchant non pas la fécondation, mais la nidification de l'œuf.

biaisé. Tel quel non acceptable. Anthere 29 nov 2003 à 11:10 (CET)
moi, je trouve surtout inacceptable de détruire au lieu d'améliorer. Je restaure, à charge pour toi de trouver une autre formulation qui te convienne ou des ajouts adéquats. Le sujet est polémique, certes. Plutôt que d'occulter la réalité parce que c'est un argument d'une des parties, il serait plus positif d'équilibrer avec les arguments de l'autre gem 12 fév 2004 à 13:40 (CET)
C'est un argument couramment utilisé par les 'pro-life' . Mais c'est littéralement correct si on utilise la définition de l'article Avortement (échec dans le processus conduisant à la production d'un nouvel individu à partir de la conception). Mon dictionnaire utilise un définition une peu différente pour avortement (Expulsion spontanée ou provoquée de l'embryon ou du fœtus avant la date de sa viabilité) qui implique de définir si on est déjà au stade embryonnaire au moment de la nidification. A mon avis oui, car plusieurs mitoses (divisions cellulaires) ont déjà eu lieu, mais là mon dictionnaire n'est plus d'accord avec moi puisqu'il parle de nidification de l'œuf fécondé.
sauf erreur, un oeuf fécondé n'est plus un oeuf, c'est un embryon. Ton dictionnaire est humanocentrique (l'avortement concerne aussi des végétaux, pour lesquels on ne parle pas de foetus). La viabilité n'est pas une question de date, c'est question de contexte : un embryon hors de la matrice est non viable, un homme sur la lune sans appareil aussi (on peut y remédier : les oiseau fournisse une coquille, et les astronaute se munisse de scaphandre). Alternativement on peut remarquer que certain embryons avorte spontanénement (problème de chromosomes, par exemple), et on peut alors dire qu'ils sont non viables.
En passant, pour mon dictionnaire: les procédés chirurgicaux irréversibles, comme la vasectomie et la ligature des trompes, entrent dans le cadre de la stérilisation et non de la contraception. ske 4 déc 2003 à 16:46 (CET)


Il est tout de même intéressant de voir que avortement et contraception sont définis exactement de la même façon...soit il existe un terme en trop dans la langue française, soit il y a un problème. ant

C'est toi qui les défini de la même façon, la différence est nette. Donc, si problème il y a, c'est exclusivement le tien. gem 12 fév 2004 à 13:40 (CET)

Sauf erreur de ma part, l'action du stérilet actuel n'est pas d'empêcher la nidification mais bien une action spermicide par le cuivre associé. Voir ici : [[1]] par exemple. Utilisateur:Balise:Balise 20 jun 2005

---

J'ai mis ligature des trompes et vasectomie dans contraception parce qu'en Inde, la vasectomie fut utilisée comme moyen de contraception et qu'en France, en Suède et ailleurs, on ligatura les trompes des filles handicapées mentales pour les empêcher de procréer. En fait, je me suis laissé embarqué par la rédaction précédente et tendancieuse qui laissait entendre que la contraception menait à la stérilisation. D'un autre côté, il y eut un mouvement pour la vasectomie où des hommes se faisaient vasectomiser pour reprendre la main sur la contraception. Ils considéraient cela comme un maoyen de contraception définitive

A mon humble avis, il faudrait faire un article ou un chapitre sur ces stérilisations non souhaitées. Mulot

J'ai mis un bandeau d'ébauche car je me suis perdu entre contraception des plantes, des animaux et des humains. Ainsi de quoi/qui parle-t-on dans « Jusqu'aux années 1960, la contraception était pratiquement exclusivement à l'initiative du mâle.» Marc Mongenet 14 jun 2004 à 23:21 (CEST)

Quelques méthodes de contraception: il y a une contradiction avec le texte et je propose de changer ce titre par Méthodes de contrôle des naissances Polo7 25 nov 2007

NeutralitéModifier

Le bandeau de non neutralité est il encore justifié ? Papillus 21 jul 2004 à 16:00 (CEST)

Moi ca ma va, je l'ai viré. Mais l'article est encore une ébauche assez pâle. Peco 21 jul 2004 à 18:12 (CEST)

Contraceptions dans l'HistoireModifier

L'article donne l'impression que la contraception est apparue avec la pilule. AMHA, il manque un paragraphe sur les contraceptions anciennes. La contraception n'est pas que la réponse à un pb sociologique d'aujourd'hui, elle est vieille comme le monde. Je dis ça mais je ne suis pas "du métier". Qqu'un peut développer ? 213.36.104.89 8 jan 2005 à 23:07 (CET)

il me semble que la phrase "Les Gaulois quant à eux n'avaient pas ce problème" est inutile. Je pense qu'il faut soit la supprimer, soit mentionner tout les peuples, ethnies, et civilisations qui "n'avaient pas ce problème" aussi. ps: est-il imaginable (selon ce qui est dit avant justement) que ce problème a pu ne pas concerner les gaulois en l'occurrence ? Par contre, si je suis dans l'erreur, l'auteur peut-il mentionner une ref ou une explication svp ?

L'islam et le catholicisme contre la contraception ?Modifier

Bonjour,

Je réagis à votre article relatif à la contraception, dont je souligne la qualité en précisant qu'il est erroné de penser que l'islam est contre la contraception.

En effet, dans l'islam, la relation sexuelle n'a pas qu'une fonction procréatrice, et permet donc de faire appel à des moyens de contraception.

Par ailleurs, d'après Ibn Quayyim, un savant musulman, trois objectifs principaux sont assignés à la sexualité dans le cadre du mariage : la procréation, le plaisir sexuel, et la pratique de ce qui contribue à l'équilibre humain sur le plan physiologique (Zâd ul-ma'âd, tome 4 p. 249).

Pour ce qui est du catholicisme, le pape Jean-Paul II s'est clairement positionné sur la question de la contraception. Selon lui, la sexualité qui en découle serait «irresponsable» car dissociée de la procréation.

Vous remerciant par avance d'en tenir compte. --[[Utilisateur:]] 3 mar 2005 à 14:47 (CET) Adam.

La difficulté est que pour l'Islam, il n'y a pas d'autorité définitive. Il existe plusieurs position au sein de cette confession. Il faudrait en effet que l'article le mentionne.

-- PeCo -- 13 mar 2005 à 09:29 (CET)

Commentaire déplacé de l'article (auteur anonyme)Modifier

En islam, si la procréation demeure la finalité de l'existence du désir sexuel, ce n'est qu'un des objectifs que l'islam assigne à la sexualité. A côté de cela, il y a aussi le fait de vivre ce qui fait partie de la nature humaine


Les sources de l'islam parlent d'une forme de contraception qui avait cours à l'époque du Prophète : le coït interrompu (en arabe : al-'azl).


Cela entraîné des opinions divergentes au sujet de cette pratique contraceptive parmi les savants musulmans.


D'autres, comme certains savants, disent qu'il est systématiquement déconseillé, l'un et l'autre mettant en évidence le caractère déconseillé de la méthode contraceptive. D'ailleurs, disent ces savants semblent également montrer qu'il a utilisé à l'égard du 'azl des termes qui laissent à penser qu'il voulait dire que cette pratique était à éviter même si elle n'est pas interdite

D'autres savants sont d'avis que la méthode du coït interrompu est en soi permise mais, en plus d'être pratiquée pour une cause qui n'est pas interdite, elle doit remplir une condition supplémentaire : il faut que l'épouse ait donné son consentement, car cette méthode nuit à la qualité des relations intimes en ce qui la concerne (à cause du retrait), de même que, comme toute méthode contraceptive, elle touche le droit de la femme à la maternité.


Mettant en exergue la différence existant entre l'avortement et la pratique du coït interrompu, qui empêche la rencontre de la semence masculine avec l'ovule.

Il n'y a donc pas, suppression d'un être existant, puisque l'enfant ne naît pas de la semence masculine seulement mais de la rencontre des deux semences.

Les causes pour lesquelles il arrive qu'un couple ait recours à la contraception

Par contre, la règle générale à propos de la contraception est la permission, tant qu'elle n'est pas entreprise pour une cause interdite, laquelle, par voie d'incidence, rendrait le recours à la contraception interdit aussi. Il n'est pas besoin d'une cause valable pour que la contraception soit permise : il suffit qu'il n'y ait pas de cause interdite.

Le recours à la contraception soit en soi autorisé, dans le cadre de cette autorisation, le moyen auquel on a recours soit aussi autorisé…


Les moyens contraceptifs auxquels on a recours

– La stérilisation définitive de l'homme ou de la femme (ligature des canaux déférents chez l'homme, des trompes chez la femme, etc.) est interdit.

– L'avortement pour se débarrasser d'une grossesse non désirée est à éviter absolument d'après certains.

– le moyen c : toute méthode qui n'empêche pas la fécondation d'un ovule par un spermatozoïde mais qui empêche seulement la nidification de l'œuf, c'est déjà un premier niveau d'existence ; il s'agit donc d'une méthode qui n'est donc pas vraiment contraceptive ("qui agit avant la formation de l'œuf, contre la conception") mais qui est contragestive ("qui agit après la formation de l'œuf, contre sa gestation seulement").

Restent en soi permis (dans le cadre des causes autorisant le recours à la contraception) :

– Toute méthode qui, à l'instar du coït interrompu, empêche la rencontre de l'ovule et des spermatozoïdes (méthodes naturelles d'abstinence avant, pendant et juste après la période de l'ovulation, préservatif masculin ou féminin, crème spermicide, blocage de l'ovulation, etc.).


Il y a une différence entre le fait d'avoir recours à un moyen de contraception de façon individuelle et le fait d'établir ce recours au niveau de toute une société. Le premier, écrit-il, est possible dans le cadre sus-cité. Le second n'est selon lui pas permis.


Il n'est cependant pas interdit d'avoir cet objectif en tant que principe général, tout en maîtrisant leur fécondité. A condition toutefois que cela soit fait dans le cadre de l'éthique musulmane, donc que cela soit fait à la fois pour une cause et par un moyen qui n'entrent en contradiction avec aucun principe des sources musulmanes.

Guerre d'éditionModifier

Il y a une guerre d'édition sur l'ajout suivant:

Les informations destinées aux membres du [[clergé]] abordaient d'autres techniques comme la [[masturbation]], le [[Coït interrompu|retrait]], l'[[avortement]], l'[[homosexualité]], la [[sodomie]] et même des [[boisson|breuvages]] contraceptifs<ref name="clerge">{{ouvrage|auteurs=[[Marina Carrère d'Encausse]], [[Michel Cymes]], [[Marianne Buhler]], [[Sylvain Mimoun]]|titre=La Contraception|éditeur=Marabout|isbn=978-2501042697}}</ref>.

Veuillez en discuter en page de discussion, merci. 14 novembre 2007 à 20:20 (CET)

Il serait intéressant de contextualiser ces informations. Qui et quand, notamment. Martin // discuter 14 novembre 2007 à 21:06 (CET)
Personnelement j'ai sourcé mon information mais j'ai pas d'écrits plus précis sur les informations en question. Si je trouve des écrits précis je fais signe, mais n'ayant pas de bibliothèque sous la main je vais être bloqué. Je suis pas contre à ce qu'on retire l'info, mais qu'on me dise pourquoi elle dérange ? Alecs.y (disc. - contr.) 14 novembre 2007 à 23:20 (CET)

Les Indiens testent le Risug, contraceptif pour hommesModifier

http://www.rue89.com/2010/06/27/les-indiens-testent-le-risug-contraceptif-pour-hommes-156517

Un article peut être utile. Papillus (d) 27 juin 2010 à 16:56 (CEST)

FAIT => http://fr.wikipedia.org/wiki/Risug

Ce serait bien de mettre un pointeur depuis cet article vers le Risug.

Copyright ?Modifier

Le paragraphe "La contraception de l'Antiquité à Malthus" me semble repompé sur cette page : http://www.avenirsdefemmes.com/art-vivre/histoire/histoire-de-la-contraception.html -- EveLaFée (d) 4 octobre 2010 à 06:51 (CEST)

Concernant les recettes contraceptives utilisées entre le XIe et le XVe siècle, je pense que les informations données sont basées sur ces pages : http://www.mapremierepilule.com/un-peu-dhistoire/la-contraception-au-moyen-age-delire-et-magie et http://www.mapremierepilule.com/un-peu-dhistoire/il-y-a-3500-ans-on-se-preoccupe-deja-de-contraception. --UrsulaBuendia (d) 20 juin 2011 à 14:37 (CEST)

Moyens réels contraceptifs par type de pays et coût économiqueModifier

Bonjour. Où se trouvent des développements montrant l'inégalité des moyens réels contraceptifs des pays à forte fécondité (Afrique,Asie du sud,hors des cas toujours traités de la Chine et l'Inde) par rapport aux riches à faible fécondité,ainsi que le poids du coût de ces moyens rapporté à la richesse des premiers et des seconds ?--90.0.53.195 (d) 13 avril 2011 à 00:50 (CEST)

Vaccin contraceptifModifier

Rien dans l'article à ce sujet ? ( cf par ex http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16113040) Trente7cinq (d) 12 juillet 2011 à 15:20 (CEST)

Retrait d'un anachronismeModifier

Dans la partie sur l'histoire de la contraception avant le XIXe siècle, j'ai retiré le passage introduit par un contributeur sur la doctrine de l'Eglise catholique sur le contrôle des naissances. En effet, non seulement ce passage s'apparentait à un aparté, mais il était aussi anachronique. La doctrine évoquée était la doctrine contemporaine de l'Eglise catholique sur la contraception (le plaisir sexuel est considéré comme positif dans le cadre du mariage, mais seules les méthodes de contraception dites naturelles sont vues comme n'étant pas pécheresses). Or cette doctrine est en rupture avec l'enseignement délivré par l'Eglise catholique au Moyen Age et à l'Epoque moderne, lequel ne tolérait aucune forme de contraception (en dehors de l'abstinence sexuelle totale et, pour quelques très rares théologiens, de l'étreinte réservée) et se caractérisait par une profonde méfiance envers le plaisir sexuel.

Et c'est pour quand ce recyclage ?Modifier

Revenir à la page « Contrôle des naissances ».