Ouvrir le menu principal

Dioxyde de titane

composé chimique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oxyde de titane.

Dioxyde de titane
Image illustrative de l’article Dioxyde de titane
Oxyde de titane
Identification
Nom UICPA Dioxyde de titane
Synonymes

C.I. 77891
C.I. Pigment White 6

No CAS 13463-67-7 (rutile), 1317-70-0 (anatase)
No ECHA 100.033.327
No CE 236-675-5
PubChem 26042
No E E171
SMILES
InChI
Apparence poudre cristalline incolore à blanche.
Propriétés chimiques
Formule brute O2TiTiO2
Masse molaire[1] 79,866 ± 0,002 g/mol
O 40,07 %, Ti 59,93 %,
Propriétés physiques
fusion 1 855 °C
ébullition 2 500 à 3 000 °C
Solubilité Peu sol dans HF,
HNO3 concentré,
H2SO4 concentré.
Insol dans l'eau,
dans HCl, HNO3 dilué,
H2SO4 dilué
Masse volumique 3,94,3 g cm−3
Thermochimie
S0gaz, 1 bar 260,14 J K−1 mol−1[2]
S0liquide, 1 bar 72,32 J K−1 mol−1 [2]
S0solide J K−1 mol−1
ΔfH0gaz −305,43 kJ mol−1 [2]
ΔfH0liquide −894,05 kJ mol−1 [2]
ΔfH0solide kJ mol−1
Δfus 11 400 calth mol−1
Cp J K−1 mol−1
Cristallographie
Système cristallin tétragonal (rutile)
Classe cristalline ou groupe d’espace P 42/mnm (rutile)
Paramètres de maille a = 4,5933 Å
c = 2,9592 Å.
Précautions
SIMDUT[5]
D2A : Matière très toxique ayant d'autres effets toxiques
D2A,
Classification du CIRC
Groupe 2B : Peut-être cancérogène pour l'homme[3],[4]

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le dioxyde de titane ou oxyde de titane (IV) est un composé d'oxygène et de titane de formule TiO2 présent dans la nature, et fabriqué industriellement.

Le dioxyde de titane est le pigment blanc PW6 du Colour Index, utilisé aussi fréquemment comme opacifiant pour les peintures et de nombreux autres produits.

Le dioxyde de titane est un photocatalyseur de réactions chimiques utilisées dans la dépollution. Non toxique, il pourrait être nuisible aux organismes vivants sous sa forme nanoparticulaire, utilisée notamment pour des crèmes solaires. Il est autorisé dans les cosmétiques et dans les aliments, sauf en France où il sera interdit dans l'industrie alimentaire dès 2020.

PolymorphesModifier

AnataseModifier

Article détaillé : anatase.

L'anatase est un minéral tétragonal, à groupe d'espace I41/amd, ayant pour paramètres de maille[6],[7] :

  • a = 3,7852 Å ;
  • c = 9,5139 Å.

Elle a une densité théorique de 3,893. Chauffée au-delà de 700 °C, elle se transforme en rutile.

L'anatase fut isolée pour la première fois en 1791 par le révérend William Gregor dans le sable noir du Devon (Angleterre). En 1795, Martin Klaproth remarqua que ce produit était similaire aux traces que l'on trouvait dans le rutile.

Le brevet de fabrication industrielle fut déposé en 1917. La présence d'anatase est un des éléments que Walter Mac Crone utilisa pour démontrer que la carte du Vinland serait un faux document.

BrookiteModifier

Article détaillé : brookite.

De structure orthorhombique, groupe d'espace Pcab, ses paramètres de maille sont[8],[9] :

  • a = 5,4558 Å ;
  • b = 9,1819 Å ;
  • c = 5,1429 Å.

Elle a une densité théorique de 4,120 et une densité généralement mesurée de 4,140.

RutileModifier

Article détaillé : rutile.

C'est un système réticulaire tétragonal, à groupe d'espace P 4/mnm ayant pour paramètres de maille[10],[11]:

  • a = 4,5933 Å ;
  • c = 2,9592 Å.

Il a une densité théorique de 4,250 mais la densité généralement mesurée est de 4,230.

Autres polymorphesModifier

TiO2 αModifier

De structure rhomboédrique, ses paramètres de maille sont[12],[13] :

  • a = 0,5133 Å ;
  • c = 0,1361 Å ;

Elle a une densité théorique de 3,757 et une densité généralement mesurée de 3,640.

TiO2 βModifier

De structure monoclinique, ses paramètres de maille sont[14],[15] :

  • a = 12,163 Å ;
  • b = 3,735 Å ;
  • c = 6,513 Å ;
  • β = 107,29°

Elle a une densité théorique de 1,538 et une densité généralement mesurée de 4,6.

ProductionModifier

 
Évolution de la production mondiale de dioxyde de titane.

Les minerais extraits ont une teneur en TiO2 allant de 45 % (ilménites) à 95 % (rutiles). Disposant des plus gros gisements, l'Afrique du Sud et l'Australie assurent environ la moitié de l'extraction mondiale de minerai[16].

On distingue deux procédés : le procédé au sulfate (de) destiné à la transformation des ilménites, et le procédé au chlore (de), transformant les rutiles, mais aussi les ilménites après une étape de transformation préablable. La forte croissance de la production chinoise a relancé le procédé au sulfate[16].

En 2014, la consommation mondiale de dioxyde de titane atteint 5,5 millions de tonnes, soit plus du double de ce qu'elle était en 1980 (2,1 millions de tonnes environ). Les principaux producteurs mondiaux sont des entreprises chinoises et des multinationales comme Chemours (en), Huntsman, Cristal-MCH, Kronos International (de) et Tronox (en)[16].

La demande et la production augmentaient assez linéairement jusqu'en 2017 où un incendie survenu en janvier dans une usine finlandaise Huntsman de Poti (Finlande) qui produisant 130 000 t/an, va provisoirement priver l'Europe de 10 % environ de ses approvisionnements. Le propriétaire a néanmoins confirmé le 17 mars 2017 un plan de fermeture de l'usine Tioxide-Calais, préparé depuis 2015[17].

ApplicationsModifier

PigmentModifier

Le blanc de titane, Pigment White 6 (PW6) ou CI 77891 du Colour Index, est utilisé pour comme pigment blanc et comme opacifiant. Le dioxyde de titane pigmentaire est généralement soumis à des traitements de surface destinés à améliorer certaines caractéristiques en vue d'un usage particulier. Ils consistent à revêtir chaque particule d'un produit organique ou minéral. On cherche notamment à améliorer ou à réduire l'hydrophilie, ou la résistance aux intempéries[18].

Le pouvoir opacifiant d'un pigment blanc augmente avec l'indice de réfraction et la grosseur des particules. De tous les pigments blancs, le dioxyde de titane rutile a l'indice de réfraction le plus élevé, à 2,70. On peut donc préparer des pigments opaques au dioxyde de titane avec des particules plus fines qu'avec les autres substances (oxyde de zinc, lithopone, sulfate de baryum). On peut cependant fabriquer des pigments dioxyde de titane transparents, avec des particules de 20 à 50 nm. Ils servent comme absorbants d'ultraviolet dans des cosmétiques ou pour la protection des bois, ou comme pigments opalescents. La taille optimale de la particule d'oxyde de titane d'un pigment blanc couvrant est de 200 à 240 nm. L'impression de blancheur dépend aussi de la taille des particules, les particules les plus fines diffusant plus de bleu. Par un phénomène d'azurage, un pigment peut sembler plus blanc, même si son pouvoir réfléchissant global est moindre. La forme anatase réfléchit nettement plus dans le bleu que la forme rutile, et elle est livrée avec des particules plus fines[19].

Le dioxyde de titane peut entrer comme pigment dans la composition de peintures et de toutes sortes de substances :

CatalyseurModifier

La cristallinité et la dimension particulaire du dioxyde de titane peuvent lui conférer une activité photocatalytique.

La forme anatase est seulement active dans la photocatalyse ayant une séparation de bandes (énergie de gap) de 3,2 eV. Hombikat UV-100 TiO2 se compose de la forme anatase pure et ses particules ont une superficie de PARI d'environ 186 m2 g-1 (en appliquant la théorie Brunauer, Emmett et Teller de l'adsorption des gaz pour la détermination de l'isotherme d'adsorption). Cependant, la majorité des investigations a été effectuée en utilisant Degussa P-25 TiO2. Ce matériau se compose de 80 % d'anatase et 20 % de rutile et a une surface spécifique de BET d'environ 55 m2/g. Le diamètre de ses particules se situe habituellement entre 25 nm et 35 nm[réf. nécessaire].

On peut utiliser ce dioxyde pour :

Toxicité et écotoxicitéModifier

 
Faisceaux de nanotubes de dioxyde de titane (TiO2).

Le dioxyde de titane n'est pas chimiquement toxique[23].

Comme pour la plupart des pulvérulents, les poussières de dioxyde de titane, de dimension micrométrique, sont source d'irritation oculaire et des voies respiratoires (irritation mécanique). Cet effet implique des dispositifs de protection, notamment pour l'emploi du pigment en poudre dans la préparation des peintures.

Les propriétés optiques et catalytiques du dioxyde de titane le font utiliser de plus en plus aux échelles nanométriques. Des études de toxicité et d'écotoxicité ont mis en cause les nanoparticules de dioxyde de titane. Des effets inflammatoires semblent possibles[24]. Le TiO2 ne semble pas allergène sur la couche supérieure de la peau, mais chez la souris, « indépendamment de la taille des particules » il peut potentialiser un autre allergène[25]. Depuis la fin du XXe siècle le degré de toxicité, cancérogénicité et génotoxicité des nanoparticules en général est discuté, enrobées ou non. L'écotoxicité des formes nanométriques est en outre encore mal connue[26], n'ayant été étudiée qu'en laboratoire sur quelques animaux et plantes (microalgues ; Pseudokirchneriella subcapitata[27]), car ces nanoparticules ne sont diffusés dans l'environnement que depuis peu de temps (le dioxyde de titane est industriellement produit dès 1946, mais ses formes nanoparticulaire ne le sont que depuis les dernières années du XXe siècle[28]).

En avril 2017, un porte parole des Amis de la Terre, Jeremy Tager, conclut d'après deux études relues par des pairs qu'il existe maintenant des preuves de risques sérieux pour la santé en cas d'ingestion et que, de ce fait, l'usage de nanodioxyde de titane devrait être interdit dans les aliments[29].

La généralisation de l'utilisation de nanoparticules de dioxyde de titane (nano-TiO2) dans de très nombreux usages industriels dans le monde et la libération de ces nanomolécules à partir de déchets ou lors d'accidents peut conduire à une contamination importante de l'environnement par du nano-TiO2, et notamment dans les écosystèmes aquatiques qui sont l'exutoire naturel du ruissellement et des égouts et rejets de nombreux effluents industriels[30]. Sa génotoxicité a notamment été évaluée sur le Tilapia du Nil (déjà utilisé comme bioindicateur pour d'autres évaluation d'effets toxiques)[30] ; Après avoir été exposé 21 jours à divers taux de nano-TiO2 de moins de 25 nm (0,1 mg/L, 0,5 mg/L et 1,0 mg/L) (avec des témoins non exposés), d'éventuels effets génotoxiques ont été évalués hebdomadairement par le test des micronoyaux. Le test des comètes a révélé des lésions de l'ADN dans certains érythrocytes, même au niveau le plus bas d'exposition (0,1 mg/L) (P <0,05) et l'étude a montré que ce test était plus efficace que le « test du micronoyau » pour détecter des effets génotoxiques sur le Tilapia (Oreochromis niloticus, largement commercialisé dans le monde pour l'alimentation). Les auteurs ont conclu en 2016 que « l'exposition au nano-TiO2 pourrait entraîner des risques génotoxiques pour les populations de poissons dans les plans d'eau contaminés »[30].

CancérogénicitéModifier

Le , le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le dioxyde de titane cancérogène possible pour l'humain (catégorie 2 B)[31],[32],[33],[34]. Dans son rapport de 2011[35], l'ANSM indique que chez le rat, l'exposition par inhalation à de fortes doses TiO2 favorise l'apparition du cancer, par un effet indirect de stress oxydant génotoxique. Elle note que ces résultats ne sont pas transposables aux cosmétiques, car dans ce dernier cas, l'exposition est cutanée.

GénotoxicitéModifier

Sous cette forme, les tests in vitro montrent une toxicité cellulaire de type inflammatoire (stress oxydant) due - comme cela semble être toujours le cas chez les nanoparticules intéressantes comme catalyseur - à une réactivité de surface augmentée. Une génotoxicité a aussi été observée par de « nombreuses études[35] ». On suppose que cet effet provient de « la génération de dérivés réactifs de l'oxygène (DRO) capables d’endommager l’ADN par exemple chez la souris[36] » (en présence et en l’absence de lumière UV)[35]. Cet effet a été observé pour plusieurs molécules nanoparticulaires différentes[35]. Pour le TiO2, s'ajoutent des « propriétés photocatalytiques (propriétés susceptibles de générer des ERO (espèces réactives de l'oxygène) après exposition aux rayonnements UV) qui seraient aussi impliquées dans la génotoxicité des nanoparticules »[35]. Pour limiter ce risque, certains fabricants de crèmes solaires utilisent des nanoparticules de TiO2 enrobées dans des substances organiques (alcoxy titanates, silanes, méthyl polysiloxanes) et inorganiques (alumine, silice et zircon)[35]. Celles-ci peuvent en outre être dopées pour atténuer les effets des ERO et des « systèmes antioxydants » (e: alpha-tocophérol (vitamine E) ou acide ascorbique ou bêta-carotène[37]) sont parfois inclus dans la formulation[35].
La forme cristalline anatase du TiO2 est photo-instable et donc peu utilisée dans les cosmétiques, au profit d'une forme rutile ou un mélange anatase/rutile plus stable à la lumière[35]. Cependant, une étude a conclu que ce mélange est plus réactif que les formes cristallines anatase et rutile seules [38].
Selon Landsiedel et al. (2010) les nanoparticules « enrobées », maintenant les plus utilisées dans les cosmétiques solaires ne se montrent pas directement génotoxiques dans les tests[35] mais les résidus de crème perdus dans l'eau au lavage ou lors des baignades peuvent faire de ces molécules de contaminants environnementaux..

Une étude de 2016 a montré chez le Tilapia (Oreochromis niloticus) que 21 jours d'exposition à une faible doses de nano-TiO2 dans l'eau entraîne un risque génotoxique pour les poissons de cette espèce[30].

Cinétique dans l'organismeModifier

Elle est encore mal connue mais l'INRA a montré en 2017 chez le rat, que l'E171 peut franchir la barrière intestinale et se retrouver dans le sang puis s'accumuler dans certains organes (foie notamment) et déclencher des « troubles du système immunitaire ». Après 100 jours d'exposition orale à du TiO2, près de 50% des rats présentaient des lésions pré-cancéreuses du côlon. « De plus, le E171 accélère le développement de lésions induites expérimentalement avant exposition ». Les aliments donnés aux rats en contenaient 10 mg par kilogramme de poids corporel et par jour, soit une dose proche de l’exposition alimentaire humaine telle qu'évaluée par l' European Food Safety Agency, en septembre 2016 [39]. L'INRA a conclu qu'une exposition orale chronique induit et promeut des stades précoces de la cancérogenèse colorectale ; « sans toutefois permettre d’extrapoler ces conclusions à l’Homme ». Les toxicologues et écotoxicologues craignent que le TiO2 puisse traverser plusieurs barrières biologiques, voire s'accumuler dans certains organes-cibles (cytoplasme cellulaire) faute d'élimination suffisante par le rein. Ils craignent que le TiO2 ayant pénétré les cellules ne lèse leur ADN (phénomène observé in vitro) avec des effets à long terme sur l'individu ou sa descendance[40].

Lors du nanoforum organisé par le CNAM en 2007, la représentante de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS)[41] a dit craindre :

Une étude de 2017 a montré que, chez le rat, le TiO2 passe la barrière intestinale[42].

Passage transcutané du TiO2 nanoparticulaireModifier

Du fait d'un usage fréquent dans les crèmes solaires, se pose la question du passage transcutané du TiO2 nanoparticulaire, bien que l'inhalation ou l'ingestion soient aussi à explorer notamment pour les crèmes solaires proposées en vaporisateurs.

Les premières études publiées concernant l'application (in vitro et ex vivo) sur peau animale et peau humaine laissaient penser que les nanoparticules de TiO2 ne pénétraient que les couches externes de la peau (la couche cornée et l'infundibulum pilosébacé), mais ces études n'étaient pas représentatives de l'exposition réelle (étude trop courtes, de 72 heures au maximum, utilisant des particules insuffisamment caractérisées en termes de « taille, forme cristalline, enrobage, etc. », voire sans protocoles standardisés ni validés ou ne respectant pas les recommandations du Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (CSSC) ou de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Puis une étude[43] publiée en 2010 a confirmé la présence (élevée dans ce cas) de nanoparticules de TiO2 (enrobées et non enrobées) et de particules de TiO2 submicroniques (300–500 nm) dans la couche cornée et moindrement (« quelques particules isolées » de TiO2 dans le derme pour les animaux traités avec les trois types de particules. Des« quantités statistiquement significatives de TiO2 » ont aussi été trouvées dans le ganglion inguinal gauche du groupe traité par des nanoparticules de TiO2 non enrobées et dans le ganglion inguinal droit du groupe traité par des particules de TiO2 submicroniques (300–500 nm). Les animaux ayant servi au test étaient des mini-porcs. L'application de crème était répétée « 4 fois par jour, 5 jours par semaine durant 22 jours ». Cette étude est considérée par l'Afssaps en 2011 comme la plus représentative des vraies conditions d'exposition. Une pénétration et une dispersion dans l'organisme semblent donc possibles chez l'humain (dont la peau est réputée fonctionner d'une manière proche de celle du mini-porc), au moins à partir des régions où la peau est la plus fine et perméable, et pour les cas où le TiO2 n'est pas sous forme « enrobée ». L'étude présente néanmoins un biais. Elle est faite sur des animaux adultes (peau plus épaisse) et à peau saine et non lésée. Elle ne permet pas de savoir si le comportement des nanoparticules est le même sur une peau de bébé ou d'enfant, ou sur une peau lésée par un coup de soleil, en train de peler ou après une longue exposition aux UV ou à la suite de lésions « de nature pathologique ou d'origine exogène » (ex. : eczéma, psoriasis[44], impétigo, allergie, dermatite atopique[25]. Selon l'Afssaps, « il est probable que toute lésion de la peau de nature pathologique ou d’origine exogène puisse favoriser l’absorption des nanoparticules. Par ailleurs, il a été observé dans quelques études impliquant des nanoparticules autres que les nanoparticules de TiO2 et de ZnO (par exemple les quantums dots et les fullerènes), qu’il pouvait exister un impact des effets mécaniques (par exemple flexion de la peau) sur la pénétration cutanée »[45].

Sur une peau saine (chez le porc) les nanoparticules ne semblent pas pénétrer la peau en profondeur mais on en retrouve dans le tissu lymphatique (ganglions), ce qui laisse penser qu'une certaine diffusion systémique existe[43].

Cinétique dans l'organisme, nanotoxicologieModifier

Récemment (en 2011), des chercheurs du CEA[46] et de l’université Joseph Fourier[47] ont montré que, in vitro, des nanoparticules de dioxyde de titane (nano-TiO2) altèrent l'intégrité de la barrière hémato-encéphalique (BHE, vitale pour la protection du cerveau) ; les nano-TiO2 s'accumulent dans l'endothélium de la BHE, y causent d'une inflammation qui aboutit à une rupture de la barrière. De plus, ces particules semblent inhiber la fonction réparatrice des P-glycoprotéines (protéines jouant un rôle majeur dans la détoxication d'organes vitaux dont le cerveau[48],[49]).

Diffusion dans l'environnement et écotoxicité suspectéeModifier

Du dioxyde de titane sous forme nanoparticulaire a été retrouvé dans les années 2010 dans plusieurs types de friandises et de produits alimentaires courants. L'ONG Agir pour l'environnement (2016) puis 60 millions de consommateurs (2017) ont attiré l'attention sur l'absence de mention de la forme nanoparticulaire de cet additif sur l'étiquetage alors que certaines associations la suspectent d'être potentiellement cancérigène[50].

Du dioxyde de titane est diffusé dans l'environnement, en particulier dans l'environnement marin sous forme de déchets industriels déversés dans les cours d'eau ou directement en mer, comme en mer du Nord où il est suspecté d'être responsable ou coresponsable de tumeurs de la peau (hyperplasie de l'épiderme/papillome) chez certains poissons (poissons plats notamment). Une étude a comparé quelques maladies (hyperplasies, papillomes, lymphocystoses, nodules hépatiques (tumeurs pré-néoplasiques et néoplasiques), infections/parasitoses dues aux protozoaires Glugea sp.) de la limande dans 5 sites côtiers néerlandais, au printemps des années 1986 à 1988. L'un des sites est une zone de rejet offshore industriel de dioxyde de titane et d'acide, l'autre est dans une zone d'influence estuarienne polluée (dont par du titane) alors que les 3 autres ont été choisis comme référence. Les résultats montrent « une forte et constante prévalence de l'hyperplasie de l'épiderme et des papillomes chez la limande dans les des deux sites ayant reçu du dioxyde de titane, par rapport aux autres sites ». De même, les hyperplasies, papillomes épidermiques et lymphocystoses étaient statistiquement significativement associés et la présence de nodules hépatiques (le foie est avec le rein le principal organe impliqué dans la détoxication). Les auteurs ont noté que les lymphocysoses étaient plus fréquents en pleine mer que près des côtes, au contraire des Glugea plus fréquents au large. Les données de prévalence de ces maladies plaident pour une relation de cause à effet entre titane et hyperplasie de l'épiderme / papillome, mais pour les autres maladies, l'interprétation des données est compliquée par la complexité des apports fluviaux et des effets de dispersion spatiotemporelle des déchets immergés[51].

La diffusion de nanoparticules de titane dans l'eau se fait aussi par les crèmes solaires trouvées sur le sable et surtout à la surface de la mer ou des eaux douces de baignades de plein air en été. Les eaux de bains, douches, lessive peuvent en contenir aussi quand le lavage concerne une peau ou des vêtements ou serviette de bain. L'incinération des restes de tubes de cosmétiques en crème ou bombe-spray est une autre source possible (dans l'air cette fois). Des industriels (cimenteries, fabricants d'enduits et peintures, papeteries) proposent d'utiliser ou utilisent déjà des particules nanométriques de dioxyde de titane comme catalyseur épurateur des COV et NOx émis par les véhicules dans l'air. Ces particules pourraient par exemple être intégrées dans les murs de béton lors de leur fabrication, ou dans certains matériaux routiers (enrobé, mur anti-bruit…).

Une controverse existe sur le risque que ces nanoparticules (TiO2) puissent quitter le substrat (routier en particulier, au fur et à mesure de l'usure du matériau) pour pénétrer les organismes vivants et en affecter la santé :

  • Les toxicologues estiment gnéralement que ce TiO2 ne serait plus présent sous sa forme nanométrique dans la structure « poreuse » du ciment contenant du TiO2, car il y forme des agglomérats stables [40].
  • Des toxicologues se disant indépendants, Mme Francelyne Marano de l'université Paris-7 et M. Jorge Boczkowski de l'Inserm, considèrent qu'une activité photocatalytique significative, motif de l'ajout de dioxyde de titane, implique que les gaz qui circulent dans le matériau ou au contact de surfaces microporeuses accèdent à ces nanoparticules. Or cette réactivité est ce qui rend ces particules pathogènes pour la cellule, éventuellement au sein d'agglomérats qui ne peuvent donc pas être denses, stables et solides[40].
  • La question de la toxicité des produits de dégradation se pose aussi. La réaction transforme l'alcool en formaldéhyde, l'oxyde d'azote en nitrates déjà trop présents dans notre environnement eutrophisé. La contamination de l'eau, de l'air et des sols par la bioturbation peut avoir des conséquences immédiates et différées[40].

En EuropeModifier

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) conclut en septembre 2016 que « les données disponibles ne font pas apparaître de danger pour les consommateurs », tout en recommandant des études complémentaires à propos des effets sur le système reproducteur permettant d’établir une dose journalière admissible[52].

Le Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs[53] a demandé des compléments d'information (en cours d’étude) sur les impacts de la forme nanoparticulaire du TiO2.

Les enfants (peau plus fine, plus perméable, plus sensible aux coups de soleil) seraient particulièrement sensibles aux effets du dioxyde de titane. L'Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) et l'Agence française de sécurité sanitaire, de l'environnement et du travail (AFSSET), conseillent d'éviter les crèmes solaires contenant du dioxyde de titane chez les enfants en bas âge[54].

En Suisse, étant membre de l'AELE, le dioxyde de titane n'est pas interdit, mais devra figurer sur les emballages en 2021[55]. Cette obligation de déclarer cet additif entrera en vigueur avec l'obligation de déclarer les nanomatériaux, donc les objets inférieurs à 100 nm (10−9 m)[56]. L’indication de la présence de nanoparticules dans la composition est obligatoire depuis le 1er mai 2017, tout domaine confondu (cosmétique, alimentaire, médicament, etc.), et les fabricants ont 4 ans pour s'adapter à cette exigence, y compris pour le TiO2[57].

En FranceModifier

La Commission de cosmétologie de l'Afssaps a pris connaissance des « études disponibles » sur la pénétration cutanée, la génotoxicité et la cancérogenèse du TiO2 et du ZnO sous forme nanoparticulaire, et a produit un « rapport d’évaluation du risque », réalisé sur la base de données fournies par les fabricants représentés par la Fédération des industries de la parfumerie (FEBEA), et l'association de la filière cosmétique (COSMED)[35] (mais l’Afssaps n'a pas pu obtenir certaines données : « elle a demandé à la FEBEA, par courrier datant du 22 janvier 2009 de lui transmettre les études réalisées par le COLIPA, l’association européenne des industries cosmétiques, sur le TiO2, à la suite de la demande du Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (CSSC)2. La FEBEA a répondu à cette demande le 25 février 2009, en précisant que les études demandées par le CSSC n’étaient pas en sa possession » [58]. Le rapport a été rendu public en 2011[35].

L'Afssaps, saisie par la Direction générale de la santé (DGS) a recommandé d’éviter les crèmes solaires contenant « des nanoparticules de dioxyde de titane (autorisé comme « filtres UV inorganiques » jusqu'à 25 % max du filtre UV[59]) et d’oxyde de zinc en tant que filtres ultraviolets » sur… les coups de soleil, sur le visage ou dans des locaux fermés quand il s’agit de sprays[60].

En 2011, alors que l'obligation d'étiquetage prévue par la Loi Grenelle 2 n'est pas encore en place, et que les nanoparticules ne font l'objet d'aucune autorisation préalable à la mise sur le marché, Olivier Toma, président du Comité pour le développement durable en santé, le C2DS, alerte sur les risques potentiels du dioxyde de titane (TiO2). Bien que classé (en février 2006) en catégorie 2B, c’est-à-dire comme « potentiellement cancérigène pour l’homme » par le Centre international de recherche sur le cancer, il est déjà utilisé, notamment comme photo-catalyseur désinfectant dans des établissements de santé, dans les matériaux dits commercialement « auto-nettoyants » ou « sans entretien » capables, selon les fabricants, de durablement détruire les germes entrant en contact avec le matériau[61]. Selon Olivier Toma, il n’est pas encore scientifiquement démontré que la photocatalyse en secteur hospitalier apporte une garantie d’asepsie de matériaux contenant du TiO2, et le ministère chargé de la Santé devrait commander des tests sur la photocatalyse pour vérifier ces allégations. Il estime qu'au regard des incertitudes sur les risques, les utiliser dans les peintures de couloirs ou salles d'attente est inutile, les infections nosocomiales ne venant pas des murs mais d’autres vecteurs[61].

Le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) a montré que le TiO2 nanoparticulaire pouvait altérer la barrière hémato-encéphalique[49]. Les fiches de données de sécurité (FDS) ou les fiches de déclarations environnementales et sanitaires (FDES) des matériaux de construction sont rédigées par les fabricants suivant des prescriptions normatives. Ces fiches devraient être contrôlées par une autorité sanitaire. Légalement, les déchets de bâtiments comportant ces particules doivent déjà être traitées comme des déchets dangereux, avec des risques non évalués pour l’eau, l’air, le sol, les écosystèmes et la santé humaine.

La loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable promulguée le 31 octobre 2018[62], prévoit à l'article 53 que la mise sur le marché de denrées alimentaires contenant du colorant E171 est suspendue par arrêté. L'arrêté du 17 avril 2019 fixe la suspension à 1 an à compter du [63],[64]

Liste non exhaustive des aliments qui contiennent du colorant E171Modifier

Après la publication d'un rapport de l'agence de sécurité sanitaire des aliments (Anses) sur cet additif, la France a décidé d'en interdire la mise sur le marché ainsi que celle des denrées alimentaires en contenant. Le gouvernement doit adresser au parlement, avant le 1er janvier 2019 [est-ce fait ?], un rapport "sur toutes les mesures prises concernant l'importation et la mise sur le marché à titre gratuit ou onéreux de toute denrée alimentaire contenant du dioxyde de titane en tant qu'additif alimentaire (E 171) et les usages grand public"[62]. Le colorant E171 est interdit en France à partir de janvier 2020[62]. Ce produit est notamment présent dans le monde dans :

Le site et l'application collaboratifs Open Food Facts fournissent une liste régulièrement mise à jour.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 1, Puteaux, EREC, , p. 362-370 « Dioxyde de titane »
  • Base de données PDF (powder diffraction file) de l'ICDD (International Center for Diffraction Data)
  • Natl. Bur. Stand. (U.S.) Monogr. 25, volume 7, (1969)
  • Natl. Bur. Stand. (U.S.) Monogr. 25, volume 3, page 57 (1964)
  • Bendeliani et coll., Geochem. Int., volume 3, page 387 (1966)
  • Halla, F., Z. Anorg. Chem., volume 184, page 423 (1929)
  • Marchand, R., Brohan, L., Tournoux, M., Mater. Res. Bull., volume 15, page 1129 (1980)

Revue d'étudesModifier

Recommandations officiellesModifier

FilmographieModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a b c et d (en) « Titanium dioxide », sur NIST/WebBook, consulté le 30 mai 2010.
  3. IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, « Évaluations Globales de la Cancérogénicité pour l'Homme, Groupe 2B : Peut-être cancérogènes pour l'homme », sur http://monographs.iarc.fr, CIRC, (consulté le 22 août 2009)
  4. (en) Carbon Black, Titanium Dioxide, and Talc (lire en ligne), point 6.3 page 275.
  5. « Dioxyde de titane » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 24 avril 2009
  6. Base de données PDF (powder diffraction file) de l'ICDD (International Center for Diffraction Data), fiche 00-021-1272
  7. Natl. Bur. Stand. (U.S.) Monogr. 25, volume 7, (1969), p. 82
  8. Base de données PDF (powder diffraction file) de l'ICDD (International Center for Diffraction Data), fiche 00-029-1360
  9. Natl. Bur. Stand. (U.S.) Monogr. 25, volume 3, page 57 (1964)
  10. Base de données PDF (powder diffraction file) de l'ICDD (International Center for Diffraction Data), fiche 00-021-1276
  11. Natl. Bur. Stand. (U.S.) Monogr. 25, volume 7, (1969), p. 83
  12. Base de données PDF (powder diffraction file) de l'ICDD (International Center for Diffraction Data), fiche 00-035-0088
  13. Halla, F., Z. Anorg. Chem., volume 184, page 423 (1929)
  14. Base de données PDF (powder diffraction file) de l'ICDD (International Center for Diffraction Data), fiche 00-002-1359
  15. Marchand, R., Brohan, L., Tournoux, M., Mater. Res. Bull., volume 15, page 1129 (1980)
  16. a b et c (en) « The Chemours Company : DeLisle Site Visit », Chemours,
  17. Batiactu 2017 Le dioxyde de titane va devenir rare et cher, 31 mars 2017
  18. PRV1, p. 365.
  19. PRV, p. 364-365.
  20. W.S. Kuo, Photocatalytic oxidation of pesticide rinsate., J Environ Sci Health B., , vol. 37(1), p. 65–74
  21. « CSTB : Des revêtements autonettoyants et dépolluants à l'étude », sur www.cstb.fr (consulté le 28 octobre 2016)
  22. Ma, Z., Li, P., Ye, L., Wang, L., Xie, H., & Zhou, Y. (2018). Selectivity reversal of photocatalytic CO 2 reduction by Pt loading. Catalysis Science & Technology, 8(20), 5129-5132 (résumé).
  23. PRV, p. 364.
  24. Sayes C.M., Wahi R., Kurian P.A., Liu Y., West J.L., Ausman K.D. et al. (2006). Correlating nanoscale titanium structure with toxicity: a cytotoxicity and inflammatory response study with human dermal fibroblasts and human lung epithelial cells. Toxicological Sciences 92: 174-185.
  25. a et b Yanagisawa R., Takano H., Inoue K., Koike E., Kamachi T., Sadakane K. et al. (2009). Titanium dioxide nanoparticles aggravate atopic dermatitis-like skin lesions in NC/Nga mice. Experimental Biology and Medicine (Maywood) 234: 314-322.
  26. 3.05 - Natural Colloids and Manufactured Nanoparticles in Aquatic and Terrestrial Systems Treatise on Water Science, Volume 3, 2011, Pages 89-129 M. Baalousha, J.R. Lead, Y. Ju-Nam
  27. Villem Aruoja, Anne Kahru, Henri-Charles Dubourguier, Toxicity of ZnO, TiO2 and CuO nanoparticles to microalgae Pseudokirchneriella subcapitata ; Toxicology Letters, Volume 180, Supplement, 5 October 2008, Page S220
  28. PRV, p. 362.
  29. « Two new peer-reviewed studies confirm that that there are serious potential health risks associated with consuming nanoparticles of titanium dioxide and that they should not be permitted in our food » ; Tager, J. (2017). Evidence mounts that nano-titanium dioxide in food may be harmful. Chain Reaction, (129), 29. Avril 2017 |résumé| (ISSN 0312-1372)| Consulté le 11 novembre 2017
  30. a b c et d De Silva P & Pathiratne A (2016). Assessing Potential Genotoxic Effects of Nano-Titanium Dioxide on Nile Tilapia (Oreochromis Niloticus) ; In proceedings of the 17th Conference on Postgraduate Research, International Postgraduate Research Conference 2016, Faculty of Graduate Studies, University of Kelaniya, Sri Lanka. p 145.. résumé
  31. http://www.inrs.fr/actus/tio2.html
  32. IARC Working Group on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans, Carbon Black, Titanium Dioxide and Non-Asbestiform Talc. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans, Vol. 93. Lyon : International Agency for Research on Cancer. (2006). (Ressource électronique) [1]
  33. American Conference of Governmental Industrial Hygienists, Documentation of the TLVs and BEIs with other worldwide occupational exposure values, CD-ROM 2005. Cincinnati, OH : ACGIH. (2005). Publication 0105DiskCD. [CD-120001] (CD-ROM) ACGIH
  34. National Institute for Occupational Safety and Health., Evaluation of health hazard and recommendations for occupational exposure of titanium dioxide (DRAFT). NIOSH current intelligence bulletin. NIOSH. (2005). (Ressource électronique) Document CDC/NIOSH
  35. a b c d e f g h i j et k Afssaps, Rapport État des connaissances relatif aux nanoparticules de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc dans les produits cosmétiques en termes de pénétration cutanée, de génotoxicité et de cancérogenèse; adopté par La Commission de cosmétologie de l'Afssaps le 15 mars 2011, en réponse à la Saisine (n+2008 BCT0001) de la Direction générale de la santé (DGS) le 21 janvier 2008. 55 pages, PDF
  36. Trouiller B., Reliene R., Westbrook A., Solaimani P., Schiestl R.H. (2009). Titanium dioxide nanoparticles induce DNA damage and genetic instability in vivo in mice. Cancer Research 69: 8784- 8789.
  37. Buchalska M., Kras G., Oszajca M., Lasocha W., Macyk W. (2010). Singlet oxygen generation in the presence of titanium dioxide materials used as suncreens in suntan lotions. Journal of Photochemistry and Photobiology A: Chemistry 213: 158-163.
  38. Van der Meulen T., Mattson A., Osterlünd L. (2007). A comparative study of the photocatalytic oxidation of propane on anatase, rutile, and mixed-phase anatase–rutile TiO2 nanoparticles: role of surface intermediates. Journal of Catalysis 251: 131-144.
  39. EFSA (2016) Re-evaluation of titanium dioxide (E 171) as a food additive. EFSA Journal ;14(9):4545.
  40. a b c et d Voir page 10/19 du document « NANOFORUM DU CNAM : Bilan et perspectives / Rapport d’évaluation de la convention signée entre la DGS et le Cnam-IHIE en 2007 »[2]
  41. Lors de la séance du 6 décembre 2007 (où l'AFSSAPS a aussi évoqué un projet de guide pour les industriels) : Nanotechnologies et produits cosmétiques. Voir page 11/19 de la version PDF du rapport
  42. (en) Sarah Bettini, Elisa Boutet-Robinet, Christel Cartier et Christine Coméra, « Food-grade TiO2 impairs intestinal and systemic immune homeostasis, initiates preneoplastic lesions and promotes aberrant crypt development in the rat colon », Scientific Reports, vol. 7,‎ (ISSN 2045-2322, PMID 28106049, PMCID PMC5247795, DOI 10.1038/srep40373, lire en ligne, consulté le 10 avril 2017)
  43. a et b Sadrieh N., Wokovich A.M., Gopee N.V., Zheng J., Haines D., Parmitter D. et al. (2010). Lack of significant dermal penetration of titanium dioxide from sunscreen formulations containing nano- and submicron-size TiO2 particles. Toxicological Sciences 115: 156-66.
  44. Filipe P., Silva J.N., Silva R., Cirne de Castro J.L., Marques Gomes M., Alves L.C. et al. (2009). Stratum corneum is an effective barrier to TiO2 and ZnO nanoparticle percutaneous absorption. Skin Pharmacology Physiology 22: 266-275.
  45. Rouse J.G., Yang J., Ryman-Rasmussen J.P., Baron A.R., Monteiro-Riviere N.A. (2007). Effects of mechanical flexion on the penetration of fullerene amino acid-derivatized peptide nanoparticles through skin. Nano Letter 7: 155-60. (repris par Afssaps)
  46. Direction des Sciences du Vivant du CEA ; iBiTec-S, Service de pharmacologie et d'immunoanalyse
  47. CEA-UJF, Direction des Sciences de la Matière, INAC, Laboratoire Lésions des Acides Nucléiques
  48. Communiqué CEA, avec illustrations (microscopie électronique), diffusés à la presse le 26 octobre 2011.
  49. a et b Emilie Brun, Marie Carrière et Aloïse Mabondzo, « In Vitro Evidence of Dysregulation of Blood-Brain Barrier Function after Acute and Repeated/Long-Term Exposure to TiO2 Nanoparticles », Biomaterials, vol. 33, no 3,‎ , p. 886-896 (DOI 10.1016/j.biomaterials.2011.10.025, résumé)
  50. Alimentation : des nanoparticules présentes dans certains bonbons et gâteaux industriels Le parisien | 24 août 2017
  51. Dick Vethaak, Jaap Van Der Meer (1991), Fish Disease Monitoring in the Dutch Part of the North Sea in Relation to the Dumping of Waste From Titanium Dioxide Production Journal: Chemistry and Ecology - CHEM ECOL, vol. 5, no. 3, p. 149-170
  52. AESA, « Dioxyde de titane : un jalon dans le programme de réévaluation des colorants alimentaires », sur efsa.europa.eu
  53. le Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs ou Scientific Committee on Consumer Safety ou SCCS ; anciennement SCCP, Scientific Committee on Consumer Products
  54. « Certaines crèmes solaires dangereuses pour les enfants? », sur 7sur7.be, (consulté le 18 avril 2019)
  55. RTS - La première, « La Suisse ne bannit pas le dioxyde de titane dans les denrées alimentaires: interview d'Annabelle Littoz-Monnet », sur RTS - La Première, (consulté le 21 novembre 2019)
  56. Direction des institutions, de l'agriculture et des forêts (État de Fribourg - Suisse), « Présence de nanoparticules dans certains aliments », sur www.fr.ch, (consulté le 21 novembre 2019)
  57. Lionel Cretegny et Anne Onidi (photogr. Jean-Luc Barmaverain), « Nanoparticules: omniprésentes, sauf sur l’emballage : Ingrédients: les composants controversés », FRC Mieux choisir,‎ (lire en ligne)
  58. (Voir dernier paragraphe de la page 11 du rapport Afssaps : Rapport relatif aux nanomatériaux dans les produits cosmétiques Saisine 2008BCT0001 déjà cité)
  59. directive cosmétique 76/768/CEE, imposant une restriction d’utilisation à un maximum de 25 %
  60. [PDF]Recommandations relatives à l’utilisation des nanoparticules de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc en tant que filtres ultraviolets dans les produits cosmétiques
  61. a et b Actu-environnement Olivier Toma, président du Comité pour le développement durable en santé (C2DS), tire le signal d'alarme sur les risques associés du dioxyde de titane (TiO2), 2011-11-16
  62. a b et c « LOI n° 2018-938 du 30 octobre 2018 pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 17 février 2019)
  63. Arrêté du 17 avril 2019 portant suspension de la mise sur le marché des denrées contenant l'additif E 171 (dioxyde de titane - TiO2)
  64. France Info, « Dioxyde de titane : l'additif E171 sera interdit dans les denrées alimentaires en France à partir du 1er janvier 2020 », (consulté le 18 avril 2019)
  65. https://www.jellybelly.co.uk/faqs/ingredients-lists
  66. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1341404-les-m-m-s-dangereux-selon-bove-oui-l-absorption-de-dioxyde-de-titane-peut-etre-nocive.html
  67. a b c et d http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/une-centaine-de-bonbons-contiendrait-du-dioxyde-de-titane_1845689.html
  68. a et b https://www.ouest-france.fr/sante/la-dangerosite-du-e171-present-dans-les-bonbons-evaluee-dans-une-enquete-4747837
  69. http://www.lci.fr/sante/e171-des-centaines-de-bonbons-contiennent-nanoparticules-dioxyde-de-titane-une-substance-cancerigene-2009905.html
  70. « Assortiment Chocolatier - Cémoi - 445 g », Open Food Facts
  71. « Assortiments de chocolats extra-fin - Beaumesnil - 200 g », Open Food Facts
  72. « Tablette Noël Lait - Michel Cluizel », Open Food Facts
  73. « Assortiment de bonbons de chocolat - Lindt », Open Food Facts
  74. « Assortiments de 8 chocolats - Maxim's - 75 g », Open Food Facts
  75. « Assortiment de 25 chocolats fin - Monbana - 190 g », Open Food Facts
  76. « Tarte framboise fabuleuse - Fauchon »
  77. « Napolitain au chocolat - LU », Open Food Facts
  78. Surimi and Surimi Seafood de Jae W. Park pages 435
  79. « Substances toxiques dans les cosmétiques », sur www.quechoisir.org (consulté le 22 avril 2019)
  80. « AZITHROMYCINE TEVA - EurekaSanté par VIDAL », sur EurekaSanté (consulté le 24 juin 2017)
  81. « Sélénium 50™ | Nutrissentiel », sur www.nutrissentiel.eu (consulté le 24 juin 2017)
  82. « MagnéVie B6® médicament », sur Gamme MagnéVie® (consulté le 24 juin 2017)
  83. http://www.doctissimo.fr/medicament-DOLIPRANE/3450778.htm Doliprane 500 mg Gélule Boîte de 16
  84. http://www.doctissimo.fr/medicament-TARDYFERON.htm Doctissimo.fr : TARDYFERON
  85. https://www.vidal.fr/actualites/19516/topalgic_50_mg_gelule_tramadol_changement_de_couleur_et_suppression_du_logo/ Vidal.fr : TOPALGIC 50 mg gélule
  86. https://www.boehringer-ingelheim.be/sites/be/files/pm_pdfs/pradaxa110_fr.pdf Notice Pradaxa 110mg
  87. https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-gp867-AMOXICILLINE-ACIDE-CLAVULANIQUE-MYLAN.html Notice Amoxicilline/Acide Clavulanique sur eurekasanté.vidal.fr
  88. https://www.vidal.fr/Medicament/desloratadine_mylan_pharma-110896.htm Fiche Desloratadine 5mg Mylan Vidal.fr
  89. https://www.vidal.fr/Medicament/flecainide_biogaran_lp-135778.htm Fiche Flécaïnide Biogaran 50 mg sur Vidal.fr
  90. https://www.vidal.fr/substances/liste/type:mono/id:2059/ index Vidal.fr des médicaments contenant lansoprazole
  91. https://www.vidal.fr/Medicament/tadenan-15943.htm Fiche Tadenan sur Vidal.fr
  92. « Résumé des caractéristiques du produit - SPASFON, comprimé enrobé - Base de données publique des médicaments », sur base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr (consulté le 26 novembre 2019)