Dioscorea polystachya

espèces de plantes

Dioscorea polystachya • nagaimo, igname de Chine, igname de Corée

Dioscorea polystachya
Description de cette image, également commentée ci-après
Champ d'Igname de Chine, photographié au Japon
Classification selon Tropicos
Règne Plantae
Classe Equisetopsida
Sous-classe Magnoliidae
Super-ordre Lilianae
Ordre Dioscoreales
Famille Dioscoreaceae
Genre Dioscorea

Espèce

Dioscorea polystachya
Turcz., 1837

Synonymes

Dioscorea polystachya, appelé plus communément nagaimo, igname de Chine ou encore igname de Corée, est une espèce de plantes de la famille des Dioscoreaceae. Le tubercule de cet igname peut être mangé cru.

Description de l'espèceModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

DénominationsModifier

Il est connu en chinois sous le nom de huái shān (淮山), shān yào (山药), ou encore huái shān yào (淮山药).

En japonais, il est connu sous le nom de nagaimo (長芋?, igname long). De plus, le nagaimo est classé dans les ichōimo (銀杏芋?, igname à feuille de ginkgo), ou yamatoimo (大和芋?, igname Yamato), suivant la forme de ses racines.

En Corée, il est appelé ma (hangul : 마), sanwu (山芋, 산우), seoyeo (薯蕷, 서여), ou sanyak (山藥, 산약).

Au Vietnam, l'igname est appelé củ mài ou khoai mài. Quand cet igname est préparé et utilisé comme plante médicinale, il est appelé hoài sơn ou tỳ giải.

En Ilokano, dans le nord des Philippines, il est appelé tuge.

HistoireModifier

L'igname de Chine a fait l'objet d'une tentative d'introduction en France en 1850 dans le but de remplacer la pomme de terre, attaquée par le mildiou ; ce fut un échec[1].

CultureModifier

Au Japon, la préfecture d'Aomori est la principale région de production de nagaimo[2].

Pour se développer, l'igname de Chine doit bénéficier d'un climat chaud et humide, ainsi que d'un sol meuble sur une épaisseur suffisante pour que les racines puissent descendre en profondeur[1].

Utilisation en cuisineModifier

 
Udon de tororo de Tamba (丹波の黒豆とろろうどん?)
 
Nagaimo râpé, appelé tororo au Japon

L'igname de Chine est une exception parmi les ignames, puisque les autres peuvent être toxiques s'ils ne sont pas cuits. Dans la cuisine japonaise, il est mangé cru et râpé, après une préparation minime : le tubercule est brièvement mariné dans un mélange de vinaigre et d'eau pour neutraliser les cristaux d'oxalate irritants que l'on peut trouver sur la peau. Le légume cru est un féculent fade, un mucilage quand il est râpé et peut être mangé comme plat d'accompagnement ou encore ajouté à des nouilles.

Dioscorea polystachya est utilisé dans un plat de nouille appelé tororo udon/soba ou encore comme un ingrédient liant dans la pâte de l''okonomiyaki. Le nagaimo râpé est connu sous le nom de tororo en Japonais. Dans les tororo udon/soba, le tororo est mélangé à d'autres ingrédients comme un bouillon tsuyu (dashi), du wasabi et des oignons verts.

Plante médicinaleModifier

Consommé avec du melon amer, l'igname a montré un impact sur le poids de ses consommateurs ; sur une période de 23 semaines, on a observé une perte de 7 kilos sur des patients[3].

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Dioscorea opposita » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b Éric Birlouez, Petite et grande histoire des légumes, Quæ, coll. « Carnets de sciences », , 175 p. (ISBN 978-2-7592-3196-6, présentation en ligne), Légumes d'ailleurs et d'antan, « L'igname : une production très africaine », p. 166-167.
  2. Aomori Prefectural Government, « Industries of Aomori Prefecture » (consulté le )
  3. (en) Mara Hvistendahl, My Microbiome and Me, Science, vol. 336, pages 1248-1250, 8 June 2012.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bases de référenceModifier

Pour Dioscorea polystachya: